Retour du 7e World Archaeological Congress en Jordanie : participer ou non aux “grands-messes” du type UISPP, Icaane, WAC, ASOR, AIA ?…

La 7e édition du WAC a eu lieu du 13 au 18 janvier 2013 à proximité de la mer Morte, en Jordanie.

Sachant que les colloques et workshops centrés sur un thème précis, avec un nombre réduit de participants sont – en principe – les plus fructueux sur le plan scientifique, la question se pose toujours de participer aux grands colloques pluridisciplinaires réunissant des centaines d’intervenants, avec de multiples sessions en parallèle (jusqu’à 10 dans le cas présent, mais dans un lieu heureusement unique). Ces “grands-messes” induisent en effet bien des frustrations (à quoi assister ? comment arriver à réellement échanger avec les collègues ?…) et elles se révèlent économiquement coûteuses. Pour toutes ces raisons, je suis souvent réticent à m’inscrire à ces colloques « mondiaux », ou alors je ne me rends qu’à une édition sur deux ou trois, au risque de rater celle qui s’avèrera la meilleure (comme le dernier Icaane à Varsovie en 2012).

Dans ce contexte, je suis tout de même allé au WAC7, d’une part parce que j’avais été sollicité pour participer à la session spécialement dédiée à “New Data, New Ideas on the Neolithic of Southwest Asia”, d’autre part et surtout parce que le colloque se déroulait pour la première fois au Proche Orient, en Jordanie, et il m’apparaissait important de présenter mes travaux de Dja’de (Syrie) dans un pays limitrophe de mon terrain d’étude actuellement inaccessible.

Tête d’une statue en plâtre du site d’Ain Ghazal, PPNB moyen (fouille G. Rollefson et Z. Kafafi), musée d’Amman (12/01/2013).

Le WAC étant à l’origine issu d’une scission de l’UISPP (sur des bases éthiques), le programme offrait en outre la possibilité d’assister à des sessions variées, d’ordre scientifique ou relatives à la politique et l’éthique de la recherche sur l’archéologie et le patrimoine.

Dans la seconde catégorie, j’étais désireux d’assister à certaines sessions sur l’éthique, la politique, le management du patrimoine. Je dois dire que certaines interventions m’ont fait frémir par  leur parti-pris de politiquement correct à sens unique, le tout noyé dans un discours naïf et généralisant : tir à boulets rouges sur les anciennes puissances coloniales, mais simultanément condescendance avec l’emploi du terme indigenous (pour désigner les populations « primitives ») plutôt que de native ou aborigines, condescendance illustrée par l’invitation d’indigenous d’Australie dont l’exhibition évoque les bonnes dames patronnesses de Jacques Brel ‘qui tricotent en vert caca d’oie pour que le dimanche à la grand-messe on reconnaisse ses pauvres à soi’… Mais sur ce dernier point, les organisateurs (essentiellement nord-américains et australiens) ont été brocardés avec beaucoup d’humour dans le discours inaugural du prince Hassan (oncle du roi Abdallah II). Des sessions portant par exemple sur l’archéologie et le nationalisme, ou sur “Archaeology and business: opportunity or challenge? » abordaient des sujets de société. Je n’insisterai pas plus sur ces aspects du colloque car je n’ai personnellement que très partiellement suivi les sessions correspondantes, abordées dans le blog de J.-P. Demoule.

L’environnement du wadi Feynan, entre les sites de WF16 (au premier plan) et de Ghuwayr 1
(16/01/2013).

Les sessions scientifiques auxquelles j’ai pu assister étaient pour l’essentiel d’une très bonne tenue. Il y a eu bien sûr le workshop sur le néolithique du Proche-Orient, dans lequel j’intervenais. Riche réunion qui s’est prolongée le jour de pause à mi-colloque avec l’organisation, à l’initiative de notre collègue Bill Finlayson, d’une excursion des néolithiciens vers un certain nombre de sites majeurs du PPNA et du PPNB jordaniens, tels Wadi Feynan 16, Ghuwayr 1, Beidha et Shkarat Msaiad. Outre les sites et les milieux géographiques spectaculaires, ce fut l’occasion de discuter plus longuement avec des collègues tels que T. Watkins, G. Rollefson, B. Müller-Neuhof, R. Torrence, M. Özbasaran, G. Duru, W. Abu Azizeh, T. Odaka…, la plupart intimement liés aux recherches sur le néolithique d’Asie du Sud-Ouest.  Diverses autres sessions ont elles aussi été fructueuses, telles “Novel approaches to the Neolithic transition : last hunters and first farmers” (en Méditerranée occidentale), “Stone tools analyses : assessing the state of the arts and looking at future directions”, “Archaeology of salt : approach to an invisible past”, “Archaeology at the margins”

Visite du site PPNB moyen de Shkarat Msaiad, maisons rondes avec négatifs de poteaux (16/01/2013).

Au-delà de la question de l’intérêt personnel à participer à un tel colloque se pose la question institutionnelle. Particulièrement pour l’archéologie hors de France, il apparaît que les Français étaient totalement sous-représentés et il se pose la question de notre “ visibilité” internationale, alors même que nos fouilles sont pour l’essentiel financées par le MAEE, avec pour objectif de « participer au rayonnement culturel de la France à l’étranger ». Avec moins de 10 participants sur près de 1200, la non-visibilité des Français apparaît inquiétante, comme elle l’était déjà au printemps 2012, où nous n’étions que trois (dont deux d’Archéorient) à participer au PPN7 (7e workshop sur les industries lithiques du Néolithique précéramique au Proche-Orient), pourtant organisé par nos collègues et amis de Barcelone. Cette question de notre visibilité internationale mérite réflexion de la part de tous et, une fois de plus, j’ai eu à répondre à la question “mais où sont les collègues français ?”. Ne pas en prendre conscience, c’est pratiquer la politique de l’autruche, choix d’autant plus risqué que dans l’esprit de beaucoup “les absents ont toujours tort”, alors même que bien des collègues de nos laboratoires auraient eu leur place dans ce congrès.

L’auteur :
Eric Coqueugniot est Directeur de Recherche au CNRS.
Archéologue, Préhistorien.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Coqueugniot E., « Retour du 7e World Archaeological Congress en Jordanie : participer ou non aux “grands-messes” du type UISPP, Icaane, WAC, ASOR, AIA ?… », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 8 février 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/466


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *