30 ans de CNRS à Jalès. Un anniversaire aux portes grandes ouvertes !

Il y a 30 ans, une équipe de préhistoriens s’installait dans la commanderie de Jalès, aujourd’hui devenue antenne du Laboratoire Archéorient (Unité mixte de recherche CNRS/Université Lumière Lyon 2). Pour fêter cet anniversaire, le lieu a ouvert ses portes, l’occasion pour le grand public de découvrir ou redécouvrir les activités de ce laboratoire relativement atypique.

Fig. 1 : La commanderie de Jalès, côté laboratoire CNRS (crédit F. Yvonne, avec son aimable autorisation)

Fig. 1 : La commanderie de Jalès, côté laboratoire CNRS (crédit F. Yvonne, avec son aimable autorisation)

Dimanche 6 septembre 2015. Il est 10h, la commanderie ouvre ses portes. Les premiers visiteurs sont au rendez-vous pour assister à la matinée consacrée à une série de conférences. L’occasion pour Olivier Barge, responsable de l’antenne de Jalès, d’introduire cette journée en retraçant l’histoire du laboratoire et en répondant à une question que chacun pourrait se poser : comment se fait-il qu’un laboratoire de recherche en archéologie orientale se retrouve établi dans les murs d’une commanderie templière du XIIème siècle à Berrias et Casteljau (fig. 1) ?

Il y a 30 ans…

En 1985, Jacques Cauvin et son équipe s’installait dans les murs de la commanderie templière de Jalès. Dénommé Institut de Préhistoire Orientale (IPO), ce laboratoire hors norme est spécialisé dans l’étude des débuts du Néolithique au Proche Orient. Il s’agissait alors d’une antenne de l’unité de recherche archéologique du CNRS (URA 17) dirigée par Jacques Cauvin jusqu’à la fin des années 90, rattachée tout d’abord administrativement au Centre de Recherche Archéologique de Sophia Antipolis (devenu le CEPAM), mais très vite dans l’orbite de l’université Lyon 2 et de la Maison de l’Orient et de la Méditérranée. Pendant plus de 20 ans, ce laboratoire se démarque par des méthodes d’investigations originales, l’amenant à des découvertes majeures dans la reconstitution du processus de sédentarisation. L’équipe de Jacques Cauvin est en effet l’une des premières de son temps à réunir des spécialistes de disciplines variées comme l’archéozoologie, l’archéobotanique, la tracéologie ou encore l’industrie osseuse. L’autre atout de cette équipe pluridisciplinaire est de recourir systématiquement à l’expérimentation des techniques : technologie lithique mais aussi agraire (semence, moisson et traitement de céréales anciennes).

L’implantation du laboratoire en milieu rural offre un environnement idéal pour mener des expériences. Par ailleurs, l’espace alloué « dans les murs de la commanderie » grâce au soutien du Conseil Général d’Ardèche et du CNRS, permet également à l’équipe de constituer, au fil des années, une réserve archéologique (pour stocker le matériel issu des fouilles menées en France ou à l’étranger), une bibliothèque spécialisée et des collections de références en zoologie et botanique. L’IPO s’inscrit alors dans une démarche d’accueil grâce à l’aménagement d’un petit hébergement sur place, permettant aux étudiants et chercheurs français et étrangers de profiter de ces multiples ressources.

Aujourd’hui, les visages des permanents du site de Jalès ont changé. Quatre membres actifs, deux émérites et plusieurs membres associés ont pris la relève de l’équipe originelle. En étroite relation avec les collègues du site Lyonnais, la tradition d’expérimentation demeure, et l’accueil des chercheurs et étudiants se poursuit dans le cadre de séjours de travail, de stages de formations ou de séminaires.

Le « mystère » est levé, et la journée est lancée…

Fig. 2 : Les conférence dans le cellier du XIIe siècle ont fait salle comble (crédit E. Signor)

Fig. 2 : Les conférence dans le cellier du XIIe siècle ont fait salle comble (crédit E. Signor)

Le cellier – où se déroulent les conférences – fait salle comble (fig. 2). Dans la lignée des travaux entrepris par l’équipe Cauvin, l’intervention de Danielle Stordeur intitulée « Comprendre le changement des sociétés au moment où commence la maîtrise de la nature » a permis aux auditeurs d’appréhender les mutations profondes de la société durant la néolithisation, à partir de l’étude architecturale du site syrien de Jerf el Ahmar.

Linda Herveux, chercheuse associée d’Archéorient, a ensuite présenté les méthodes d’investigation du botaniste en archéologie, et expliqué les débuts de l’agriculture et l’impact de la domestication des plantes sur leur morphologie durant la néolithisation.

La matinée s’est poursuivie par une présentation de Christophe Benech qui a fait découvrir au public les méthodes et techniques de la géophysique appliquée à l’archéologie ou « comment rendre visible l’invisible ! ».

Cette première partie de la journée a été clôturée par une conférence de Yann Callot illustrant l’apport de la géographie à l’archéologie, et montrant de quelle manière la lecture et l’étude des paysages permettent de reconstituer les environnements anciens et d’expliquer des implantations humaines.

Place à la pratique !

Fig. 3 : Pique nique dans la cour de la commanderie (crédit E. Signor)

Fig. 3 : Pique nique dans la cour de la commanderie (crédit E. Signor)

Après un repas convivial tiré du sac (fig. 3), l’après-midi a laissé place à la pratique ! Le public, toujours plus nombreux mais plus familial, était invité à découvrir la diversité archéologique en s’y essayant par lui-même. Les petits comme les plus grands se sont succédé dans les différents ateliers.

Guidés par Khaled Alsaleem, chacun pouvait s’initier à l’écriture cunéiforme, et repartir avec son prénom gravé dans une tablette d’argile (fig. 4).

Fig. 4 : L’atelier d’initiation à l’écriture cunéiforme par K. Al Saleem (crédits E. Signor, C. Giguet)

Fig. 4 : L’atelier d’initiation à l’écriture cunéiforme par K. Alsaleem (crédits E. Signor, C. Giguet)

Les secrets de la photographie aérienne, de la photogrammétrie et de la restitution d’objet en 3D étaient révélés par Olivier Barge. Dans le bureau des collections ostéologiques, Emmanuelle Vila expliquait l’archéozoologie et ses méthodes et racontait la domestication des animaux (fig. 5).

Fig. 5 : L’atelier de photogrammétrie animé par O. Barge (gauche) ; l’archéozoologie expliquée par E. Vila (crédit O. Barge, C. Giguet)

Fig. 5 : L’atelier de photogrammétrie animé par O. Barge (gauche) ; l’archéozoologie expliquée par E. Vila (crédit O. Barge, C. Giguet)

En parallèle, Frédéric Abbès, spécialiste de l’industrie lithique, procédait à des démonstrations de taille de silex, faisant découvrir les différentes techniques de débitages.

L’association Bonne Pioche, enfin, était venue prêter main forte à Emmanuelle Régagnon, et avec son enthousiasme inaltérable proposait l’activité préférée des enfants : la fouille archéologique (fig. 6). La reconstitution d’une tombe néolithique, comprenant les sépultures d’une femme, d’un chien et différentes offrandes, permettait à chacun de découvrir dans « son carré » un vrai trésor. Modwene Poulmarch’, Bérénice Chamel, et Ariane Huteau, initiaient ainsi aux bonnes pratiques de fouille et profitaient de chaque fin de séance pour expliquer aux enfants quelques notions d’anthropologie.

Fig. 6 : F. Abbes explique les méthodes de taille de silex, pendant que les enfants (et les parents !) s’initient à la fouille, encadrés par l’association Bonne Pioche (crédit C. Giguet)

Fig. 6 : F. Abbes explique les méthodes de taille de silex, pendant que les enfants (et les parents !) s’initient à la fouille, encadrés par l’association Bonne Pioche (crédit C. Giguet)

Tout au long de la journée, les nombreux visiteurs pouvaient profiter d’une exposition d’objets d’expérimentation présentée pour l’occasion dans la chapelle de la commanderie. La visite permettait également de découvrir – en diaporamas – le métier d’archéologue et la vie en mission, mais également d’aller à la rencontre des chercheurs d’Archéorient venus présenter leur discipline (géophysique, botanique, géomatique) et partager leurs savoirs (fig. 7).

Fig. 7 : L. Herveux et F. Barbot expliquent l’archéobotanique et les cultures expérimentales de Jalès. A gauche, les visiteurs peuvent observer des graines archéologiques au moyen d’une loupe binoculaire. (Crédit E. Signor)

Fig. 7 : L. Herveux et F. Barbot expliquent l’archéobotanique et les cultures expérimentales de Jalès. A gauche, les visiteurs peuvent observer des graines archéologiques au moyen d’une loupe binoculaire. (Crédit E. Signor)

La journée s’est achevée autour d’un pot de l’amitié, ardéchois bien sûr ! Kir à la châtaigne et farandole de saucissons/fromages de chèvres. Ce moment était aussi très attendu pour le tirage de la tombola, mettant en jeu une quinzaine de lots confectionnés spécialement pour l’occasion. Les heureux gagnants sont repartis avec un couteau à moissonner néolithique, ou une tablette d’argile gravée reprenant en écriture cunéiforme le texte de l’épopée de Gilgamesh traditionnellement imprimé sur les médailles du CNRS : « Celui qui a tout vu, il a contemplé ce qui était secret, et découvert ce qui était caché » (fig. 8).

Fig. 8 : Les lots mis en jeu à la tombola, dont le stand fut tenu toute la journée par la troupe sympathique des enfants des membres du labo. A droite, le pot de l’amitié qui a clôturé la journée. (Crédits C. Giguet, E. Signor)

Fig. 8 : Les lots mis en jeu à la tombola, dont le stand fut tenu toute la journée par la troupe sympathique des enfants des membres du labo. A droite, le pot de l’amitié qui a clôturé la journée. (Crédits C. Giguet, E. Signor)

Le bilan de cette journée est donc très positif et encourageant ! Environ 230 visiteurs – du voisinage, mais de plus loin aussi – se sont déplacés pour en apprendre davantage sur les diverses facettes de l’archéologie. Ce que nous retenons, ce sont les nombreux échanges et l’intérêt des visiteurs, qui dans une atmosphère très conviviale, ont permis de renouer avec l’esprit de partage et de diffusion de la recherche auprès du grand public, initié par l’équipe de Jacques Cauvin.

Remerciements :

Le laboratoire Archéorient remercie très chaleureusement l’association Bonne pioche pour avoir prêté main forte aux ateliers, et l’association ACT Jalès, Amis de la commanderie, pour leur soutien logistique, efficace de A à Z. Nos remerciements vont également à tous ceux qui ont assuré le bon déroulement de la journée, en particulier à notre équipe d’ados préférés, Jean, Gabriel, Clara, Marie et Valentin. Un grand merci enfin à Eric Signor qui s’est déplacé de Paris (!) pour fixer dans son appareil photo tous ces bons souvenirs.

Les auteurs

Claire Giguet est ingénieure d’étude au CNRS, chargée des ressources documentaires et de la communication. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude au CNRS. Topographe, Cartographe.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Giguet C. et Régagnon E. 2015. 30 ans de CNRS à Jalès. Un anniversaire aux portes grandes ouvertes !, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 18 septembre 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4633


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 8 octobre 2015

    […] l’association Bonne Pioche était présente à Jalès avec trois animatrices pour fêter les 30 ans d’installation du laboratoire Archéorient en Ardèche dans cette ancienne commanderie …. Le beau temps était au rendez-vous, ainsi que les visiteurs, qui ont assisté en nombre aux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *