Le corps humain comme machine-outil ? Attitudes corporelles, technologies et espaces, dans les ateliers de métallurgie traditionnelle à Alep.

Dans la continuité de nos missions de terrain à propos de la petite métallurgie traditionnelle, dans plusieurs sites de Syrie et notamment à Alep entre 2005 et 2009 (cf. billet du 07/03/2014), nous poursuivons un programme de publications (voir bibliographie) avec un article actuellement en cours de préparation sous le même titre que le présent billet. Nous y proposons l’hypothèse que le corps humain au travail à un poste de production, dans un atelier ancien ou « traditionnel », peut être considéré, dans tous ses composants et avec ses périphériques, comme un précurseur de la machine-outil. Ici, le terme périphérique est utilisé par comparaison avec l’informatique dans laquelle un périphérique est un dispositif connecté à un système central (ordinateur ou console) qui ajoute à ce dernier des fonctionnalités. Dans le cas du corps humain ou de la machine-outil il s’agit essentiellement d’outils, de moteurs et de dispositifs annexes. Cela ne signifie pas que le corps du travailleur soit une machine, mais que les processus progressifs d’invention de la machine-outil trouvent une part de leurs sources et de leur inspiration dans le fait que certains systèmes, mécanismes, ou processus, nés de l’adaptation du corps humain au travail et réciproquement, peuvent être remplacés par des substituts mécaniques ou numériques. Certains de ces développements technologiques ont sans doute eu lieu en Orient, mais on ne peut situer dans cette région l’ensemble des processus qui ont conduit au passage des systèmes complexes constitués autour du corps humain aux machines-outils actuelles motorisées et informatisées.

Pour mettre en évidence la composition et le fonctionnement de montages anciens constitués par le corps humain et ses périphériques comme une étape vers la machine-outil, nous avons transcrit par un dessin au trait plus d’une trentaine de photographies représentant le corps organisé en action, en supprimant les éléments secondaires présents dans l’atelier. Nous montrons comment le corps est mis en œuvre de façon comparable au bâti d’une machine complexe, sensible et modulable.

Fig. 1 : Le corps de l’artisan assis est combiné avec une installation qui comprend un siège et une enclume intégrés formant une sorte de bâti composite. En la frappant avec un maillet en bois le travailleur façonne la bordure d’un chaudron qui repose sur une petite enclume fixée horizontalement dans la poutre de son banc.  Dessin de Moheb Chanesaz Nader d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin d’Alep (2005)

Fig. 1 : Le corps de l’artisan assis est combiné avec une installation qui comprend un siège et une enclume intégrés formant une sorte de bâti composite. En la frappant avec un maillet en bois le travailleur façonne la bordure d’un chaudron qui repose sur une petite enclume fixée horizontalement dans la poutre de son banc. Dessin de Moheb Chanesaz Nader d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin d’Alep (2005)

Le corps comme bâti est installé sur un sol généralement aménagé, équilibré sur des points fixes ou mobiles : les principaux points fixes sont les assises au sol ou sur un siège (fig. 1 et 2), ou debout devant un plan de travail (différentes attitudes corporelles qui peuvent être des étapes d’une « modernisation » ou des particularités d’un contexte culturel durable). A partir de ces points fixes, le corps est en interaction avec l’objet en cours de façonnage par l’outil activé par la main, avec l’intervention éventuelle d’autres parties du corps, jambes et pieds (fig. 2), dos et poitrine… Sur la fig. 1, le corps de l’artisan est combiné avec une installation qui comprend un siège et une enclume intégrés, formant ainsi une sorte de bâti composite. Sur les fig. 2 et 2 bis, le corps constitue la totalité du bâti en contact avec le sol par deux points fixes et l’enclume. Dans ces montages complexes, la main concentre et transmet l’essentiel de la force physique du corps en vue de la réalisation de gestes appropriés à une production, avec l’aide d’outils ou de « machines simples » (comme des bras de leviers). Presque toujours, dans ces fonctions, la main est l’interface principale entre le corps (comprenant le cerveau et les connections nerveuses) et l’objet à façonner. Suivant le contexte, c’est la main qui tient le manche du marteau ou ce sont les doigts de la main qui actionnent les touches d’un clavier d’ordinateur ou d’un pavé numérique. Le maniement du marteau (ou d’un percuteur) doit mettre en œuvre des formes d’intelligence d’une certaine subtilité, même si elles sont très différentes de celles sollicitées pour travailler sur un clavier numérique.

Fig. 2 : La petite enclume, qui sert de point de réaction à la frappe du marteau, enfoncée dans le plot en bois, est cachée par le genou et le mollet de l’artisan. Dessin de Moheb Chanesaz Nader d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin de Damas (2007).

Fig. 2 : La petite enclume, qui sert de point de réaction à la frappe du marteau, enfoncée dans le plot en bois, est cachée par le genou et le mollet de l’artisan. Dessin de Moheb Chanesaz Nader d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin de Damas (2007).

Fig. 2 bis : Ici la petite enclume est visible. On voit les deux appuis indirects du corps du travailleur, qui encadrent l’enclume fixée dans la sol par l’intermédiaire d’un plot en bois.  Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin de Damas (2007).

Fig. 2 bis : Ici la petite enclume est visible. On voit les deux appuis indirects du corps du travailleur, qui encadrent l’enclume fixée dans la sol par l’intermédiaire d’un plot en bois. Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin de Damas (2007).

Fig. 3 : Ici la petite enclume est visible. On voit les deux appuis indirects du corps du travailleur, qui encadrent l’enclume fixée dans la sol par l’intermédiaire d’un plot en bois.  Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin de Damas (2007).

Fig. 3 : Travail sur un tour à repousser (spinning). Dans cette technique composite qui utilise un tour, relativement moderne, motorisé, la machine est le produit de la mécanisation de gestes et d’attitudes corporelles, très anciens, du travail au tour ou au foret et à l’archet pour produire des formes circulaires. Le bâti du tour est un aménagement mécanisé à partir du corps d’un ouvrier porte-outil d’une étape antérieure. L’ouvrier présent ici est un autre périphérique porte-outil qui reste un corps vivant, avant mécanisation et informatisation totale de la machine, qui existe par ailleurs. Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon en 2007 à la qaysariyya de Qastal Harami à Alep.

Dans les postes de travail avant la mécanisation, les réglages complexes des gestes et des attitudes sont mis au point grâce aux savoir-faire accumulés par l’expérience et transmis d’artisan à apprenti. Avec la mécanisation, même par des moyens primitifs, une plus grande partie de l’habileté personnelle est libérée : la main peut alors devenir essentiellement le moyen de la transmission d’ordres à la machine et non plus d’application d’une force corporelle sur l’objet à façonner. Mais en amont, après analyse des opérations à effectuer, la main couplée au cerveau a d’abord procédé au réglage, à l’élaboration du programme, à la définition des paramètres d’action des outils. Ainsi, l’une des tendances les plus anciennes va d’abord vers l’amélioration des attitudes du travail, bien avant l’invention de l’ergonomie. Avec les débuts de la mécanisation puis l’automatisation, quand le rôle du corps devient secondaire, réduit à celui d’un simple transmetteur, l’architecture même de la machine et les liens avec les outils qu’elle porte peuvent reproduire des attitudes corporelles ou s’en inspirer (fig. 3).

Ces systèmes anciens, encore actuels, fondés généralement sur l’architecture corporelle individuelle peuvent aussi engager la collaboration de deux ou trois travailleurs dans un processus coordonné de production, dans des rôles comparables à celui des éléments annexes constitutifs d’une machine-outil complexe, comme les moteurs et les outils d’usinage. On peut voir de telles combinaisons coordonnées dans les fig. 4 et 5. L’image des trois forgerons en action dans le souk de Bab al-Hadid à Alep (fig. 5), coordonnés pour fabriquer des herminettes ou des piochons, est exemplaire d’une façon complexe de travailler, dans laquelle les capteurs corporels sensitifs et visuels et la sensibilité de chaque individu permettent d’adapter chaque geste et chaque impact de l’outil à un grand nombre de paramètres, en évolution continuelle du fait des réactions à l’outil du matériau travaillé et aussi en fonction d’une relative imprécision ponctuelle des gestes et des attitudes qu’il faut corriger et adapter continuellement.

Fig. 4 : Travail coordonné à deux sur un vase en cuivre. L’artisan de droite soutient l’objet avec ses genoux et sa main, l’oriente obliquement et le fait tourner. Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin de Damas (2007).

Fig. 4 : Travail coordonné à deux sur un vase en cuivre. L’artisan de droite soutient l’objet avec ses genoux et sa main, l’oriente obliquement et le fait tourner. Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin de Damas (2007).

Fig. 5 : Travail de forgerons coordonnés à trois. Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin d’Alep (2005).

Fig. 5 : Travail de forgerons coordonnés à trois. Dessin de Moheb Nader Chanesaz d’après une photographie d’Ella Dardaillon au Souk al-Nahhasin d’Alep (2005).

La « machine-outil partiellement organique » en œuvre ici est composite par ses matériaux et par les énergies sollicitées : l’élément stable est le lourd plot en bois qui sert de support au tas, une simple enclume cubique en acier, sur laquelle la pièce chauffée au rouge est tenue à l’aide d’une tenaille ; l’élément mobile est constitué par les corps des trois ouvriers, debout autour de l’enclume et dont les muscles et les influx nerveux sont en action et en interaction entre eux, avec leurs outils (marteaux et tenailles) et avec le métal rougi sorti du foyer de forge. Après quelques minutes de travail sans instruments de mesure, le produit est très proche d’une norme de forme, de dimensions et de qualités, en vue d’une utilisation. Il reproduit un modèle avec une certaine marge de précision.

Cette façon de travailler et les moyens mis en œuvre peuvent être comparés terme à terme avec une « machine-outil » du début du vingtième siècle ou actuelle, tour, fraiseuse, alésoir, avec ou sans commandes numériques (MOCN, Machine-Outil à Commandes Numériques), utilisée pour l’usinage de pièces définies par un modèle précisément mesuré.

L’une des conclusions que l’on peut tirer de cette présentation est l’ancienneté et la pérennité de la recherche d’attitudes corporelles adaptées en vue d’une efficacité en fonction des outils disponibles et des techniques connues. Cette recherche concerne l’organisation globale d’un atelier constitué de plusieurs postes de travail participant à une chaîne opératoire, mais aussi celle de chaque poste de travail constituant une unité équivalente à l’une des machines constitutives d’un atelier plus moderne. Les choix d’attitudes et d’installation du corps dans l’espace, notamment sur un poste de travail, soulignent l’importance du corps humain comme charpente de base d’une machine organique, qui porte les outils et les met en interaction avec l’objet à façonner. En fait les efforts d’amélioration de l’utilisation de la machine corporelle en rapport avec l’outil ont sans doute accompagné une certaine normalisation ancienne du travail, phase essentielle du début de l’évolution des technologies.

Une autre constante est l’importance donnée à l’organisation coordonnée du travail à plusieurs. Il ne s’agit pas tant d’augmenter la force de travail, en augmentant le nombre de travailleurs, que d’améliorer l’efficacité des interventions, en complexifiant la machine corporelle grâce à la combinaison des gestes et des outils de plusieurs travailleurs sur la même pièce, comme les trois forgerons cités ici ou les deux chaudronniers de la fig. 4. Les ateliers et les postes de travail des années 2000, que nous décrivons à propos d’Alep et de la Syrie, sont représentatifs d’organisations également mises en place ailleurs et à d’autres époques. Dans une photo de forgerons Bari prise par Richard Buchta en Afrique de l’Est entre 1875 et 1879, le travail des deux hommes est très précisément coordonné : chacun est irremplaçable pour sa part du travail. On peut remarquer d’abord les attitudes corporelles différentes de chacun des deux artisans Bari, chacune correspondant à une meilleure efficacité de son geste coordonné à celui de l’autre (fig. 6). Ce cliché particulièrement expressif représente bien comment l’organisme composite formé par les deux hommes se faisant face et encadrant les éléments complexes de leur activité de fabrication forment un ensemble unique. Cet ensemble est constitué d’une portion de sol comme support des corps actifs des deux travailleurs, eux-mêmes supports des outils qu’ils actionnent, dans un contexte habité et naturel qui n’est pas indifférent mais qui est plutôt indépendant de leur activité, plus précisément circonscrite dans un espace constituant un « atelier ». (fig. 6)

Fig. 6 : Forgerons Bari photographiés entre 1875 et 1879 en Afrique de l’Est. A gauche, action des soufflets et activation du foyer ; à droite percuteur et « enclume », objet à façonner. Photo Richard Buchta (Musée du Quai Branly, https://gradhiva.revues.org/455).

Fig. 6 : Forgerons Bari photographiés entre 1875 et 1879 en Afrique de l’Est. A gauche, action des soufflets et activation du foyer ; à droite percuteur et « enclume », objet à façonner. Photo Richard Buchta (Musée du Quai Branly, https://gradhiva.revues.org/455).

Des bas reliefs de la tombe du ministre Rakhmirê sous Thoutmosis III et Amenhotep II à Thèbes en Égypte vers 1500 BC, représentent des ouvriers métallurgistes en action, debout, accroupis ou assis au sol, à des postes de travail qui correspondent à des phases d’une chaîne opératoire, où généralement plusieurs travailleurs s’activent aussi de façon complémentaire dans des actions coordonnées (L. Garenne-Marot, 1985).

Ces exemples appartenant à des périodes et à des lieux divers révèlent cette propension, ou même cette nécessité qui répond à des raisons pratiques, à constituer des ensembles fonctionnels incluant le corps humain. La fréquence de l’organisation dans les boutiques/ateliers de souks, à Alep et ailleurs, de l’installation de deux travailleurs accroupis face à face de part et d’autre d’un petit espace technique partagé, exprime aussi sans doute la recherche d’une organisation préférentielle de l’espace à deux, coordonnés dans une même tâche ou simplement solidaires et en situation d’émulation par la coprésence et l’échange par le regard et la parole. Ces ensembles fonctionnels complexes constitués autour du corps humain semblent bien avoir été des précurseurs lointains de machines outils actuelles motorisées et informatisées. On pourrait sans doute faire une histoire de l’évolution qui a conduit d’un système à l’autre à travers une extraordinaire trajectoire de l’inventivité humaine.

Bibliographie

Garenne-Marot L. 1985., « Le travail du cuivre dans l’Egypte pharaonique d’après les peintures et les bas reliefs », Paléorient 11(1), 85-99.

Chanesaz Nader M., Dardaillon E., David J.-C., 2013. La petite métallurgie contemporaine à Alep : permanence et changement, Beyrouth, IFPO.

Dardaillon E., et David J.-C., 2015. « La métallurgie « traditionnelle » à Alep, monographie d’un atelier de dinandiers », in: Mélanges Yves Calvet, Lyon, 213-232.

Les auteurs

Jean-Claude David est chercheur au CNRS, retraité. Géographe, spécialiste des villes du Proche-Orient.
UMR 5291-GREMMO, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

En collaboration avec Moheb Nader Chanesaz, Ella Dardaillon, chercheurs associés au laboratoire Archéorient – UMR 5133, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Pour citer ce billet : David J.-C. 2015. Le corps humain comme machine-outil ? Attitudes corporelles, technologies et espaces, dans les ateliers de métallurgie traditionnelle à Alep, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 11 septembre 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4603


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *