Hommages à Khaled Asaad, mort pour la défense du patrimoine syrien

Khaled Asaad peu avant d’être emprisonné (archive  de la famille Asaad)

Khaled Asaad, peu de temps avant d’être emprisonné en juillet 2015 (archive de la famille Asaad)

 Un hommage personnel à Khaled Asaad, assassiné par l’EI le 18 août 2015.

Un archéologue syrien, responsable d’un des sites les plus prestigieux de Syrie, ancien directeur des Antiquités et des Musées de Palmyre, a été supplicié à l’âge de 82 ans. Méthode, mise en scène, tout a été fait pour terrifier. Cet acte monstrueux, répugnant, appelle à la révolte. Il éveille notre plus profonde compassion pour cet homme et sa famille, meurtrie au plus profond.

Maamoun  Abdulkarim, Directeur des Antiquités et des Musées de Syrie, a parfaitement évoqué la valeur scientifique de Khaled Asaad (http://www.lepoint.fr/monde/khaled-al-asaad-est-le-symbole-de-la-resistance-21-08-2015-1958202_24.php). J’écris ici pour rendre hommage à l’ami, l’homme d’honneur, digne et accueillant, l’homme d’ouverture et de culture.

J’ai été le témoin, pendant plus de vingt ans, de son implication directe dans le développement des travaux archéologiques à Palmyre, de son intérêt pour toutes les recherches qui s’épanouissaient dans la région dont il était responsable, de sa volonté de valoriser Palmyre et de la faire connaître au niveau mondial. Il y a parfaitement réussi. Grâce à lui, le site est classé au patrimoine de l’Humanité de l’UNESCO.

Je voudrais manifester ma reconnaissance, au nom de toute la Mission El Kowm-Mureybet, qu’il a accueillie dès sa création par Jacques Cauvin en 1978 et qu’il n’a jamais cessé d’aider et d’encourager. Archéologue lui-même, mais dont le domaine de recherche était éloigné du nôtre, il a su s’ouvrir à nos problématiques de préhistoriens. A l’arrivée de la mission, Khaled Asaad nous accueillait chaque année avec une chaleur qu’il fallait deviner au début, puis qui devenait évidente. C’était un homme discret, voire timide, qui réservait à ses amis et à sa famille une tendresse, un humour, un talent de conteur merveilleux. Il était heureux de nous rendre visite à El Kowm, y retrouvant la steppe de ses origines bédouines et, de la part des sédentaires et des nomades présents,  un accueil digne de sa lignée.

Tout au long des années, il nous a fait confiance, comme d’ailleurs il faisait confiance aux nombreuses autres missions. Car la tradition de coopération scientifique entre chercheurs syriens et étrangers était forte et très ancienne à Palmyre. Ce lieu était privilégié pour les archéologues de Pologne, du Japon, de Suisse et de bien d’autres pays. Khaled Asaad offrait généreusement pour étude sites et secteurs, s’impliquait personnellement dans les travaux de terrain. Il était habité par le désir de faire avancer les connaissances.

La steppe désertique qui s’étend de Palmyre à l’Euphrate, largement grâce à lui,  a ainsi a été parcourue en tout sens par les géomorphologues, les préhistoriens, les ethnologues. Plusieurs sites ont été fouillés et des installations durables ont permis de développer des programmes de longue durée. Il serait trop long de nommer les chercheurs (nombre d’entre eux appartenaient ou appartiennent encore à la Maison de l’Orient) et les opérations qui ont bénéficié de sa gestion.

C’est à cet homme d’exception que va aujourd’hui cet hommage, c’est vers sa famille et ses proches que vont nos pensées et notre chagrin.

Danielle Stordeur
Responsable de la Mission du MAEDI El Kowm-Mureybet jusqu’à 2010.
UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée

 

Khaled Asaad dans sa maison à Palmyre (archives de la famille Asaad)

Khaled Asaad dans sa maison à Palmyre (archives de la famille Asaad)

Khaled Asaad et son fils Omar (archive de la famille Asaad)

Khaled Asaad et son fils Omar (archive de la famille Asaad)

 

L’apport de Khaled Asaad à Palmyre.

La fierté d’être originaire de Palmyre, la ville où se sont épanouis Zénobie et Khaled Asaad.

Ma première expérience archéologique se déroula à l’automne 2000 au cours d’une mission syro-japonaise sur les tombeaux au sud de Palmyre dirigée alors par Kiyohide Saito et Khaled Asaad. Comme il en avait l’habitude lorsqu’il était en présence de ses étudiants, Khaled Asaad avait alors cité Marx :  « celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre ».

Le 18 août 2015, l’Etat islamique (EI) décapite Khaled Asaad, l’ex-directeur du site antique de Palmyre, après l’avoir détenu, et sans doute torturé, pendant le mois précédent. Accusé, entre autres, par l’EI d’avoir été le directeur des « idoles » à Palmyre, d’avoir représenté le régime de Bashar Al Assad dans les conférences scientifiques internationales et d’avoir visité l’Iran. Ce ne sont là que des prétextes pour masquer les véritables raisons de son assassinat : en tant que ‘père’ et gardien des vestiges de Palmyre, il était le personnage le plus important et le plus respecté de la société de Tadmor (nom arabe de Palmyre).  En le tuant, l’EI a ainsi démoli l’un des monuments de Palmyre.

Si Palmyre est devenue la plus belle ville romaine d’Orient, ce n’est pas seulement grâce à ses souverains Zénobie et Odénat, mais aussi grâce à Khaled Assad et ses collègues archéologues. Khaled Asaad a consacré toute sa vie à faire revivre Palmyre. Il a dirigé le site pendant quarante ans, soit entre 1963 et 2003, période que l’on peut qualifier de «renaissance de Palmyre ». C’est à lui qu’on doit la restauration de plusieurs monuments à Palmyre, tels que la grande colonnade, le théâtre romain, le tétrapyle, les remparts de la ville et le château islamique. Au cours de sa carrière, il a également découvert plusieurs tombeaux et cimetières comme le tombeau de Borefa et Bolha, le tombeau de Taibbôl et le cimetière byzantin dans le jardin du musée de Palmyre.

Sa contribution à l’archéologie de Palmyre ne se limitait pas à mettre au jour ses ruines, il en a aussi révélé la splendeur à travers plusieurs publications. Entre autres, en 1966, il a créé le premier guide touristique sur Palmyre, « Bienvenue à Palmyre » qui fut traduit en plusieurs langues. En 1978, il écrit un livre sur le Château de l’Est « Qasr al-Hayr al-Sharqi », bâti à la période omeyyade, en collaboration avec l’université du Michigan. Avec son collègue syrien Adnan Bouni, il rédige en 1984 le fameux ouvrage « Palmyre – histoire, monuments et musée » qui fut traduit en six langues. Sa connaissance approfondie de la langue araméenne lui permet encore de publier des inscriptions qui figurent sur les monuments découverts à Palmyre : en 1997 «The inscriptions in the museum of Palmyra » avec Michel Gawlikowski et en 2001 « Inscriptions de Palmyre » avec Jean-Baptiste Yon, Sa contribution scientifique a été récompensée par plusieurs prix internationaux : l’Ordre du Mérite de la République française, l’Ordre du Mérite de la République de Pologne et l’Ordre du Mérite du président de la Tunisie.

Pourtant, Abou Walid, comme l’appellent les Palmyréniens d’aujourd’hui, n’était pas seulement un archéologue, il était avant tout une figure centrale de Palmyre, un personnage aimé et respecté par la société de Tadmor tant par son envergure internationale que par son ancrage local. « Je suis né ici, j’ai travaillé toute ma vie pour Palmyre, je ne l’abandonnerai pas » furent ainsi les paroles qu’il prononça alors qu’il refusait de sortir de Palmyre après l’irruption de l’EI. Par cet acte héroïque, Khaled Asaad devient un symbole de la résistance aux yeux des Palmyréniens, mais aussi de tout le peuple syrien. L’expert en langue araméenne qui a fait connaître tant d’anecdotes sur l’histoire de Palmyre et de sa reine Zénobie est devenu une figure de légende que tous les habitants de Palmyre transmettront aux générations futures. Il fait maintenant partie de la glorieuse histoire de cette ville du désert.

La mort du gardien de Palmyre n’est probablement que l’annonce du désastre à venir. Deux jours après cet assassinat, l’EI a détruit à l’explosif le temple de Ba’l-shamine, l’un des temples les mieux conservés de Palmyre. On craint le pire tant pour le patrimoine de la Syrie que pour ceux qui le protègent.

Pour que l’on ne soit pas condamné à revivre cette barbarie, nous suivrons votre voie héroïque, Khaled Assad !

Khaled Alsaleem,
Archéologue, épigraphiste
Doctorant Université Lumière Lyon 2/UMR 5133 Archéorient
Maison de l’Orient et de la Méditerranée

 

Khaled Asaad lors de la visite de François Miterrand à Palmyre en 1984 (archive de la famille Asaad)

Khaled Asaad lors de la visite de François Miterrand à Palmyre en 1984 (archive de la famille Asaad)

 

Khaled Asaad avec son chapeau, en 1977 sur le chantier de restauration du mur d’enceinte du théâtre à Palmyre  (archive de la famille Asaad)

Khaled Asaad avec son chapeau, en 1977 sur le chantier de restauration du mur d’enceinte du théâtre à Palmyre (archive de la famille Asaad)

 

Témoignage d’un archéologue et épigraphiste.

Évoquer la personnalité de Khaled Asaad, qui a dirigé le musée et les antiquités de Palmyre de 1963 à 2003, c’est pour moi d’abord me remémorer les longues heures passées dans son bureau, à discuter, à écouter les nombreux visiteurs de passage, Palmyréniens, Syriens ou étrangers, et surtout à boire le thé et le café « bédouin ». Depuis ma première visite dans les années 1990, et même après sa retraite qui ne l’empêcha pas de prendre une part active aux travaux du service des Antiquités, c’était un point de ralliement incontournable, le début obligé de toute journée de travail au musée. De même, tout passage à Palmyre, même en touriste, lors des nombreuses visites que j’y ai faites, avec des collègues, des amis, comprenait cette rencontre avec le directeur du musée. Parmi tous les gens que j’ai accompagnés, peu ont oublié cette rencontre et à l’occasion des tragiques événements qui viennent d’avoir lieu, beaucoup m’ont rappelé avec émotion ce souvenir.

Pour ces années, il faut aussi évoquer la personnalité d’Ali Taha, inspecteur chargé des inventaires, chez qui avait lieu le même rituel du thé et du café, en compagnie d’une grande partie des membres de l’équipe du musée. Après ces visites et les discussions qui avaient lieu pouvait commencer le travail dans les réserves ou dans les salles du musée.

J’ai eu le privilège de faire la connaissance de Khaled Asaad en 1996 lors de ma première mission à Palmyre. Il s’agissait de débuter le corpus des inscriptions grecques et latines de la cité antique. Jeune débutant, je ne connaissais que très mal Palmyre, aussi bien antique que moderne. Pourtant, il me fut tout de suite fait un très bon accueil et je pus passer l’essentiel de mon mois de mission à relever des inscriptions au musée et sur le site, où toutes les facilités me furent rapidement accordées. Cette hospitalité ne s’est jamais interrompue par la suite et m’a permis de travailler sur Palmyre jusqu’au début de la guerre civile.

Il faut aussi souligner l’attachement de Khaled Asaad à Palmyre, sa grande connaissance du site, ainsi que son désir de faire connaître les découvertes récentes. Combien de fois ai-je pu grâce à lui visiter les fouilles nouvelles et prendre connaissance de l’actualité des recherches ? Notre collaboration au cours de ces années en a été une preuve parmi d’autres : elle a été marquée par beaucoup de travaux en commun sur l’épigraphie du site et des publications consacrées aux découvertes faites par le musée, en particulier lors des restaurations effectuées sur le mur nord de la ville antique. La figure de Khaled Asaad est donc pour tous ceux qui l’ont connu intimement liée à Palmyre et au site antique et il restera ainsi dans nos mémoires

Jean-Baptiste Yon
Epigraphiste, spécialiste des sociétés du Proche-Orient grec et romain
UMR 5189-HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée

La cité antique de Palmyre sous un ciel orageux (©  Everyday Life in Syria)

La cité antique de Palmyre sous un ciel orageux (© Everyday Life in Palmyra)

 

livre Assad_Taha_1966_Bienvenue a Palmyre Livre Palmyre-histoire-monuments-musee livre-Zenobie Livre inscriptions Palmyre

Quelques ouvrages consacrés à Palmyre et à son histoire écrits par Khaled Asaad
avec ses collègues syriens et étrangers.

 

Nous tenons à exprimer toute notre reconnaissance à Omar Asaad qui nous a permis de publier ici des photos des archives de sa famille.


Pour citer ce billet : Stordeur D., Alsaleem K., Yon J.-B. 2015. Hommages à Khaled Asaad, mort pour la défense du patrimoine syrien, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 30 août  2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4516


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Piraud-Fournet Pauline dit :

    Merci pour ce très bel hommage.

  1. 8 octobre 2015

    […] tel un monument dédié à sa propre mémoire, à celle de notre regretté et respecté collègue Khaled Al-Asaad, à celle du temple de Baalshamin, de l’arc monumental et de tant d’autres monuments […]

  2. 7 février 2017

    […] كومة من الركام، نصباً مكرساً لذكرى بل، لروح زميلنا خالد الأسعد الذي طالما احترمناه ولكَم نفتقده، لذكرى معبد بعلشمين […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *