Caen, les SHS envisagent leur avenir pour le XXIe siècle…

Le congrès national « Quelles sciences humaines et sociales pour le 21e siècle ? », conjointement organisé par le GIS Réseau National des Maisons des Sciences de l’Homme (RNMSH) et la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen, a eu lieu les 6 et 7 décembre derniers à Caen. Cet évènement visait à réfléchir et débattre de la place des SHS dans le champ de la recherche française, mais aussi internationale, ainsi qu’à repenser ses relations avec le monde politique et économique et le grand public.

Même si le sujet n’a jamais été directement abordé, nous étions nombreux à avoir encore à l’esprit la récente réforme du CNRS et la création des instituts qui avaient failli faire disparaître les SHS sous prétexte que leur intérêt pour la société – cette société qui, prise dans son sens le plus large, constitue son principal objet d’étude ! – était négligeable dans les enjeux à venir de la recherche française.

Si l’allocution de la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mme Geneviève Fioraso, diffusée au début du congrès a pu rassurer l’assemblée sur la volonté du gouvernement actuel de préserver et développer les SHS, tout le monde était bien conscient qu’il était nécessaire de redéfinir et réaffirmer la place de nos disciplines vis-à-vis des autres domaines de recherche, mais aussi des politiques et de notre société.

Cette réflexion commune a tourné autour de deux thèmes principaux : l’interdisciplinarité et l’internationalisation. Certes, aucun de ces deux sujets n’est réellement nouveau mais la crise que nous venons de traverser nécessite d’évaluer la pratique des SHS dans ces deux aspects essentiels pour l’organisation et la structuration de la recherche scientifique.

L’interdisciplinarité est un « maître-mot » des programmes SHS, mais force est de constater que la recherche interdisciplinaire a du mal à se structurer, et parfois même à être acceptée ou reconnue. Dans les structures de recherche, la démarche interdisciplinaire se résume souvent à faire travailler plusieurs disciplines en parallèle sur un même sujet car, si elles ont besoin les unes des autres, elles restent cependant extrêmement cloisonnées. Les chercheurs ont parfois du mal à partager leur objet d’étude, c’est-à-dire à accepter que d’autres disciplines apportent une vision  différente au travers d’autres méthodes analytiques et d’autres concepts qui pourtant favorisent l’émulation scientifique et contribuent à éviter de tomber dans la « pensée unique » ou disciplinaire.

Ce problème de l’interdisciplinarité se retrouve à la fois entre disciplines SHS et entre celles-ci et des domaines de recherche émanant des sciences dites « dures ». De nombreux axes de recherche développés par ces dernières touchent en effet à des sujets complexes qui impliquent profondément notre société actuelle : la question des recherches sur l’environnement, dont est venu traiter Ghislain de Marsily (Université Paris 6) en est un exemple particulièrement emblématique. Il apparaît comme crucial que des projets de recherche portant sur de tels sujets soient fédérés autour des SHS car eux seuls sont capables d’organiser une approche pluridisciplinaire, définir les questions et les enjeux et aider aux choix décisionnels des priorités nationales. Le manque de comités d’évaluation mixtes est un frein à la construction de tels projets, difficulté que rencontrent aussi les revues pluridisciplinaires. C’est en définitive un problème structurel, qui concerne l’ensemble de l’organisation de la recherche dans toutes ses composantes.

Ce constat s’applique aussi à l’enseignement, où les professeurs poussent les étudiants vers l’interdisciplinarité sans parfois la pratiquer eux-mêmes ni l’enseigner. Ce choix peut en outre s’avérer désavantageux pour l’étudiant à la recherche d’un poste car, dans beaucoup de structures, le recrutement reste très disciplinaire. La volonté politique de faire évoluer les choses existe cependant : dans le journal du CNRS de novembre–décembre 2013, Christophe Coudroy, DRH du CNRS, rappelait dans une interview que l’ambition du CNRS était que 20% des chercheurs recrutés aient un profil interdisciplinaire.

L’autre thème largement débattu lors de ce congrès portait sur l’internationalisation de la recherche. Á l’instar de l’interdisciplinarité, tout le monde la considère comme une démarche valorisante mais peu acceptent de s’y investir. Si ce constat concerne toute la recherche française, le phénomène semble plus marqué chez les SHS. Les MSH auraient un rôle majeur à jouer pour investir le marché académique international avec, par exemple, l’accueil de fonds européens comme les bourses Curie. Mais ce qui est apparu au fil des discussions, c’est que la France reste d’une manière générale assez peu attractive pour les étrangers. Les structures d’accueil mais aussi les formations restent limitées et demandent à être développées. Un billet, récemment publié dans le carnet « Les aspects concrets de la thèse », nous fait bien comprendre la situation des étudiants étrangers en France : « Jeunes chercheurs étrangers en SHS : trois fois précaires ».

Le débat a aussi été particulièrement vif autour de la question de la langue de publication et de la place des revues française dans le monde éditorial scientifique. Pour mémoire, un classement des revues françaises a été réalisé par l’European Science Foundation et le consortium HERA et est consultable en ligne (14 champs disciplinaires représentés). Mais d’abord, qu’est-ce qu’une revue internationale ? Certains ont fait remarquer qu’une revue publiant en anglais n’est pas forcément internationale car elle peut avoir une audience qui ne dépasse pas les limites du pays où elle est publiée. Il n’en demeure pas moins qu’un article publié en anglais sera plus lu qu’un article écrit en français et, pour une partie de nos collègues anglophones, un article publié dans une autre langue n’existe tout simplement pas. Souvent le choix de la langue s’impose suivant le public scientifique que l’on souhaite toucher à travers une revue. Mais doit-on pour autant éradiquer le français sous prétexte d’internationalisation ? Quel que soit notre niveau en anglais, peut-on toujours exprimer au plus juste notre pensée dans une langue autre que sa langue maternelle ? Il semble essentiel de préserver l’édition scientifique en langue française et de travailler sur la qualité des publications. Il faut noter aussi que beaucoup de revues françaises ont fait l’effort de traduire en anglais les résumés et les légendes des figures afin de faciliter l’accès à leur contenu scientifique à un public non – ou peu – francophone. En outre, la plupart acceptent sans difficulté de publier des articles en anglais.

Les activités SHS ont aussi été présentées à travers une séance de posters témoignant de la grande variété et du dynamisme des recherches dans les différentes MSH. On peut toutefois regretter que cette contribution, qui n’a fait l’objet que d’une courte session encore raccourcie par le retard pris par les conférences, n’ait pas été mieux valorisée. Le site internet du congrès n’a pas mis en ligne les résumés de ces posters, ou au moins la liste des titres. Une publication de ces contributions est toutefois en projet et pourra contribuer à une meilleure diffusion de ce moment important du congrès.

La création des MSH a permis de mieux unifier et structurer les SHS mais aujourd’hui, les enjeux sont différents, ou du moins plus complexes, car c’est la recherche elle-même qui doit être réorganisée, notamment en termes d’interdisciplinarité et d’internationalisation, avec des équipes cohérentes et bien structurées, capables de porter des projets ambitieux. Le congrès de Caen a permis de cerner les problèmes et les enjeux à relever, mais le long et difficile travail de restructuration avec une feuille de route détaillée reste à mettre en place.

Notre MSH MOM a été représentée par sept posters, illustrant des programmes transversaux ou collaboratifs :

Les posters Archéorient

L’île du Pirée. Quand la pluridisciplinarité en SHS valide une assertion de Strabon vieille de 2000 ans. J.-P. Goiran, K. Pavlopoulos, E. Fouache, M. Triantaphyllou, J. Cavero, R. Etienne, C. Oberlin

Un regard nouveau sur les plans d’urbanisme de Syrie antique au moyen des prospections géophysiques. C. Benech, J. Abdul Massih, M. Al Maqdissi, M. Gelin, S. Gondet, V. Matoïan, F. Réjiba

Global Kites. Une étude intégrée des « Deserts Kites », O. Barge, J.-E. Brochier, J. Chahoud, M.-L. Chambrade, C. Chataigner, R. Crassard, E. Regagnon

Les autres posters

Géothèque, Mutualisation de fonds géographiques. M.-H. Barrière, G. Charpentier, P. Desfarges

De la valorisation à l’archéologie participative. Truelles et pixels : collection numérique de médiation et auto-apprentissage en lien avec les nouveaux usages sociaux. J.-P. Girard, E. Vila, S. Sanz, C. Maréchal, N. Donjon

Pratiques, lieux et finalité du vote en Grèce, à Rome et en Gaule. A. Borlenghi, C. Chillet, V. Hollard, J.-C. Moretti, L. Rabatel.

Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien – ANR Médian. C. Hofmann, D. Marcotte, G. Vallet, J.-B. Yon

Pour en savoir plus :

L’ensemble des vidéos des conférences et symposiums du congrès de Caen sont disponibles en ligne.

Entre 2009 et 2012, la revue Tracés a publié 4 numéros hors-série sur le thème « Á quoi servent les sciences humaines » :

            2009 : http://traces.revues.org/4301 (texte intégral)

         2010 : http://traces.revues.org/4654 (texte intégral)

            2011 : http://traces.revues.org/5234 (accès restreint)

            2012 : http://traces.revues.org/5513 (accès restreint)

L’auteur :
Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS.
Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Benech C., « Caen, les SHS envisagent leur avenir pour le XXIe siècle… », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 4 février 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/451


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *