Nouvelles données sur la diversité des formes de l’habitat au Néolithique en Thessalie Orientale : le projet IGEAN

La Thessalie est une région charnière dans les voies de néolithisation européennes. Plus de 300 tells, appelés localement magoules, se répartissent sur l’ensemble de ce territoire délimité par la Mer Égée à l’Est et au Nord, les Monts du Pélion à l’Est, Antichisia et Olympe au Nord et Othrys au Sud. La plaine est divisée en plusieurs entités : la plaine de Larissa au Nord, séparée de la plaine de Karditsa au Sud par les monts de Thessalie. À l’Est, la plaine côtière d’Almyros s’étend au Sud de l’actuelle ville de Volos.

Fig. 1 : Carte de localisation des sites évoqués

Fig. 1 : Carte de localisation des sites évoqués

Cette région, qui couvre une superficie de 14 000 km2, se démarque par des sites occupés dans la longue durée au cours du Néolithique et une importante densité de population sur l’ensemble du territoire. Elle présente également un fort potentiel agraire, qui en fait de nos jours un des secteurs agricoles les plus dynamiques du pays, à travers plusieurs bassins fertiles offrant une grande diversité de climats et de sols. Ces caractéristiques en font un territoire privilégié pour la mise en place des premières sociétés agricoles.

Historique des recherches

Les principaux traits du Néolithique en Thessalie ont été identifiés par des fouilles extensives sur les deux sites de Sesklo et Dimini. Ces fouilles ont été entamées dès le début du 20ème siècle (de 1908 à 1912) (Tsountas 1908) et reprises au cours des années 70 (Hourmouziadis 1979). Du point de vue de l’organisation spatiale, Dimini et Sesklo présentent deux types de structurations internes spécifiques qui ont servi depuis de référentiel pour la compréhension des vestiges découverts sur d’autres sites. À Sesklo, on observe des bâtiments composés d’une à deux pièces, séparés par de petits passages, qui forment un habitat très dense, alors qu’à Dimini le site s’organise autour de six enclos circulaires qui ceinturent le promontoire central de l’occupation.

Au cours des années 90, de nouveaux travaux de prospections au sol ont porté sur l’évaluation archéologique des sites découverts et de leur maillage dans la plaine de Thessalie (Halstead 1984, Christmann et Reinders 2004). Dans les années 2005, les recherches ont été redynamisées par le projet « Neolithic Thessaly » qui avait pour objectif de réévaluer les dynamiques de ces cultures par l’étude de la gestion des ressources et des formes d’habitats. Les moyens mis en œuvre (image satellitaire et vérifications GPS au sol) ont permis de reconnaître plus de 350 magoules (Alexakis et al. 2011), présentant une importante accumulation sédimentaire et des vestiges très bien conservés. Plusieurs de ces magoules dépassent 200 m de diamètre et peuvent atteindre une dizaine de mètres de hauteur.

Le projet IGEAN

Le projet IGEAN (Innovative Geophysical Approaches for the study of Ealry Agricultural villages of Neolithic Thessaly ) a débuté en 2012 sous l’impulsion du laboratoire de Géophysique et Télédétection de Rethymnon en Grèce. L’équipe associe des membres du laboratoire aux personnels de l’Ephorate des Antiquités Classiques et Préhistoriques de Volos (l’équivalent de la Direction des Antiquités Nationales, rattachée au Ministère de la Culture). L’objectif du programme est de reconnaître à travers une étude comparative les connections intra et inter site d’habitats néolithiques contemporains.

Fig. 2 : Mise en œuvre de la prospection magnétique sur le site de Perdika 2. Le système Sensys est composé de 8 capteurs et d’une antenne GPS montés sur un chariot. L’enregistrement des données se fait automatiquement sur une tablette de terrain.

Fig. 2 : Mise en œuvre de la prospection magnétique sur le site de Perdika 2. Le système Sensys est composé de 8 capteurs et d’une antenne GPS montés sur un chariot. L’enregistrement des données se fait automatiquement sur une tablette de terrain.

Il repose sur une approche dite intégrée, c’est-à-dire l’utilisation conjointe de différentes méthodes géophysiques, de photogrammétrie, et l’intégration de données de prospection au sol tirées des travaux de Kostas Vouzaxakis (Vouzaxakis, 2008). Plusieurs méthodes géophysiques ont été mises en œuvre : la prospection magnétique, les mesures électromagnétiques de type Slingram, et le radar-sol. Des échantillons de sols ont également été prélevés pour détecter des anomalies de compositions chimiques révélatrices d’activités atypiques (parcage, etc.). Ces différentes méthodes ont été mises en œuvre sur de grandes surfaces et à haute résolution (avec une maille de mesure inframétrique). L’étude géophysique a ainsi permis de couvrir 70 ha en prospection magnétique et plusieurs dizaines d’hectares avec des méthodes complémentaires (radar-sol, électromagnétique Slingram).

Au total 21 sites ont fait l’objet d’une analyse géophysique approfondie, tous situés sur la frange orientale de la Thessalie, dans la plaine côtière d’Almyros et à l’extrémité orientale de la plaine de Larissa. Les résultats révèlent une très grande diversité de formes d’habitats et remettent en question les deux modèles spatiaux établis jusqu’alors. Le succès de cette approche est attribuable à la grande diversité d’outils mis en œuvre, qui se complètent tant du point de vue de l’analyse des structures que des limites propres à chaque méthode.

Diversité des formes d’habitat et extension des sites

Une des premières observations porte sur l’extension des sites. Là où la géophysique s’est souvent montrée infructueuse à détecter les niveaux archéologiques profonds, elle s’est par contre avérée très efficace pour dessiner l’extension du site et a révélé que ces occupations s’étendent bien au-delà de la butte centrale.

Plusieurs de ces sites, occupés de façon continue du Néolithique ancien au Bronze ancien situés dans des espaces géographiques semblables présentent cependant des organisations spatiales internes différentes. C’est par exemple le cas pour les sites d’Almyriotiki et de Rizomilos. Sur le premier, situé dans la plaine côtière d’Almyros, plusieurs structures fortement magnétiques, composent un noyau radioconcentrique qui délimite la partie sommitale de la butte. En contrebas une soixantaine de bâtiments composé de deux à trois pièces et de dimension semblable s’organisent de façon concentrique. Au-delà, des fossés massifs (plusieurs mètres de large) ceinturent l’espace habité et perdent leur forme concentrique tout en dessinant un espace plus complexe composé de plusieurs sous-ensembles. Sur le site de Rizomilos, l’occupation est concentrée sur la butte centrale. Aucun bâtiment n’a pu être identifié en contrebas de la butte centrale comme pour Almyriotiki. Seul un système de fossés et d’enceintes successifs et concentriques dessine une organisation interne beaucoup plus complexe. Les différences observables pour ces deux sites relèvent donc à la fois de l’organisation interne, des matériaux de construction utilisés et du type de bâtiment.

Fig. 3 : Carte des anomalies magnétiques sur le site d’Almiriotiki. On peut observer la bande de structures très magnétiques (noir et blanches) qui délimite la partie sommitale du magoula. En contrebas (à l’est et au sud) on observe des alignements de bâtiments et les fossés qui ceinturent cette partie de l’occupation.

Fig. 3 : Carte des anomalies magnétiques sur le site d’Almiriotiki. On peut observer la bande de structures très magnétiques (noir et blanches) qui délimite la partie sommitale du magoula. En contrebas (à l’est et au sud) on observe des alignements de bâtiments et les fossés qui ceinturent cette partie de l’occupation.

Si certaines occupations présentent des morphologies semblables les unes aux autres (Velestino Mati, Rizomilos) et rappellent en certains points les sites fouillés (comme à Dimini), la grande diversité des formes ne permet pas à ce jour de réaliser un classement typologique de l’habitat. Des similitudes sont observées également sur la forme des bâtiments alors que leur organisation interne autour du magoula semble différente (cas de Perdika 1 et d’Almyriotiki).

Des marqueurs d’activités agro-pastorales ?

D’autres occupations présentent des constructions beaucoup plus éparses comme le site de Perdika 2. Un seul bâtiment allongé avec plusieurs petites chambres y a été observé. Ce site présente une structure complexe d’enclos qui ceinture la partie centrale et épouse la topographie du terrain. Différents systèmes semblent se chevaucher et témoignent de plusieurs occupations où la forme de ces espaces aurait été redéfinie à plusieurs reprises. La faible densité du bâti et l’extension des enclos viennent conforter l’hypothèse que ce bâtiment pouvait avoir une vocation agricole. Les résultats des analyses de phosphates apporteront certainement des informations complémentaires.

Les mesures géophysiques apportent également de nouveaux éléments de réflexion sur l’organisation agraire de ces sociétés anciennes. Sur quelques sites, des niveaux de susceptibilité magnétique ont été reconnus en périphérie des occupations. L’absence de vestige archéologique observée avec d’autres méthodes ainsi que l’absence d’anomalie d’origine géologique contribuent peut-être à y voir des zones de parcages ou de jardins en périphérie de l’habitat. Des analyses géochimiques plus poussées nous permettront d’avancer sur ces hypothèses.

Habitat et plaine d’inondation

Bien que traité dans les années 90 (Van Handel et al. 1995) l’omniprésence des systèmes fossoyés sur les sites de plaine pose aussi de nouvelles questions quant à d’éventuels aménagements contre les inondations. De plus, si ces épisodes de crues ont été courants à ces périodes, comment a été aménagé le paysage agraire d’alors ? Est-ce que la richesse de ce territoire a été tirée d’une exploitation agricole motivée par les débordements de crues et l’exploitation des limons de débordements ? Ou est-ce que ces épisodes ont été perçus comme des menaces favorisant une implantation sur la butte, à l’abri des inondations ? Là encore la diversité des formes observées dans le cadre du programme apporte un regard nouveau mais soulève également de nombreuses questions.

Fig. 4 : Carte des anomalies magnétiques sur le site de Rizomilos 2. On observe une organisation circulaire marquée par des anomalies linéaires concentriques ainsi que des traces de paléochenaux et de fossés plus au Nord. A l’Est se développe un petit ensemble secondaire.

Fig. 4 : Carte des anomalies magnétiques sur le site de Rizomilos 2. On observe une organisation circulaire marquée par des anomalies linéaires concentriques ainsi que des traces de paléochenaux et de fossés plus au Nord. A l’Est se développe un petit ensemble secondaire.

L’ensemble de ces observations redynamise la question du Néolithique en Thessalie : Est-ce que la présence de bâtiments remarquables est associée à une hiérarchisation de la société ? Est-ce que les différences observées sur les différents sites sont fonctionnelles où révèlent-elles l’existence de groupes distincts au sein même des cultures Sesklo et Dimini ? Peut-on identifier certaines pratiques agraires associées à ces formes d’habitat ? Les cartes géophysiques nous invitent d’une part, à redéfinir l’occupation et l’extension de ces sites, notamment par l’identification de structures isolées et des systèmes fossoyés à plusieurs centaines de mètres des magoules, et d’autres parts, à considérer des connexions entre les dynamiques du système fluvial et l’organisation des occupations. Il va désormais falloir poursuivre l’ensemble de ces travaux en mettant en œuvre d’autres approches (géomorphologie, palynologie, fouilles) dans le but d’affiner ces hypothèses. C’est la synthèse de ces travaux qui nous permettra alors de mieux cerner les modes de gestion agraire, ainsi que l’organisation spatiale et sociale des territoires de ces premières sociétés agricoles de la plaine de Thessalie.

Le projet IGEAN est piloté par le Laboratoire de Géophysique – Télédétection et Archéoenvironnement rattaché à l’Institut pour les études Méditerranéenne et la Fondation pour la Recherche et la Technologie – Grèce, et conduit en collaboration avec l’Ephorie des Antiquités de Magnésie. Le programme a reçu le soutien du Programme Opérational ARISTEIA, ‘Education and Life Long Learning’, co-financé par l’Union Européenne et la Direction Grecque des Ressources Nationales.

Pour en savoir plus 

http://neolithicthessaly.ims.forth.gr/

http://igean.ims.forth.gr/

http://igean.ims.forth.gr/conference/

Bibliographie 

Alexakis D., Sarris A., Astaras T., Albanakis K. 2011. Integrated GIS, Remote Sensing and Geomorphologic Approaches for the Reconstruction of the Landscape Habitation of Thessaly during the Neolithic Period, Journal of Archaeological Science 38 (1), 89–100.

Christmann E., Reinders H.R. 2004. Prehistoric Sites at the Almirós and Soúrpi Plains (Thessaly, Greece), Vol. 5, Assen, Uitgeverij Van Gorcum.

Halstead P. 1984. Strategies for Survival: an Ecological Approach to Social and Economic Change in the Early Farming Communities of Thessaly, N. Greece, University of Cambridge.

Hourmouziadis G. 1979. To Neolithiko Dimēni: Prospatheia Gia Mia Nea Prosengisē Tou Neolithikou Hylikou, Hetaireia Thessalikōn Ereunōn.

Tsountas Ch. 1908. Ai Proistorikai Akropoleis Diminiou Kai Sesklou, En Athinais Arxaiologiki Etaireia 14 (reprint 2000). Athens.

Van Andel T.H., Gallis K., Toufexis G. 1995. Early Neolithic Farming in a Thessalian River Landscape, Greece, Mediterranean Quaternary River Environments, Balkema, Rotterdam, 131–143.

Vouzaxakis K. 2008. Geographical Patterns and Theories of the Intercommunal Space in the Neolithic Thessaly, Thesis (PhD), Aristotle University of Thessaloniki, Greece.

Les auteurs

François-Xavier Simon est post-doctorant, géophysicien et archéologue des paysages, à la plateforme Intelespace de la MSH de Clermont-Ferrand (USR 3550), et collaborateur au Laboratoire GeoSat ReSeArch de l’IMS (Institute of Mediterranean Studies) – FORTH (Foundation for Research and Technology-Hellas) à Rethymnon en Grèce.

Tuna Kalayci est post-doctorant, géomaticien, archéologue du Moyen-Orient et des paysages au Laboratoire GeoSat ReSeArch de l’IMS (Institute of Mediterranean Studies) – FORTH (Foundation for Research and Tehcnology-Hellas) à Rethymnon en Grèce.

Apostolos Sarris est Directeur de recherche et Directeur du Laboratoire GeoSat ReSeArch de l’IMS, (Institute of Mediterranean Studies) – FORTH (Foundation for Research and Tehcnology-Hellas) à Rethymnon en Grèce.

En collaboration avec Jamieson C. Donati, Carmen Cuenca Garcia, Gianluca Cantoro et Meropi Manataki ( Laboratory GeoSat ReSeArch, IMS, FORTH, Rehtymnon, Grèce)

 


Pour citer ce billet : Simon F.X., Kalayci T. et Sarris A. 2015. Nouvelles données sur la diversité des formes de l’habitat au Néolithique en Thessalie Orientale : le projet IGEAN, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 10 juillet 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4438


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *