La première ville n’existe pas. Les premières villes ne sont pas toutes sumériennes… (2ème partie)

En Sumer…

C’est au Proche-Orient que l’urbanisation fut la plus précoce. On la situe généralement à la fin du IVe millénaire, même si elle plonge ses racines profondément dans le Chalcolithique, période d’une complexification croissante de la société (Guilaine 2007). Les manuels scolaires encore en usage dans nos collèges et les ouvrages un peu anciens rédigés par des chercheurs l’attribuent unanimement à Sumer, en Basse Mésopotamie, à cause de la découverte du site d’Uruk (voir billet précédent fig.1 : localisation des sites mentionnés). Il est vrai que cette ancienne ville est spectaculaire avec sa superficie considérable (environ 200 ha, semble-t-il, vers 3000 av. J.-C. !), unique pour l’époque, ses bâtiments publics monumentaux mis au jour dans le quartier de l’Eanna et ses milliers de tablettes (fig. 1).

Fig. 1. Photographie aérienne de la ville sumérienne d’Uruk (d’après le site web Friends of ASOR)

Fig. 1 : Photographie aérienne de la ville sumérienne d’Uruk
(d’après le site web Friends of ASOR)

À l’évidence, Uruk est un site exceptionnel, au point que l’on utilise souvent l’expression « cité-État » pour la désigner, sans que l’on connaisse réellement la nature du pouvoir à cette haute époque. Il est vraisemblable, et l’examen de la documentation textuelle des IVe et IIIe millénaire semble le confirmer, qu’Uruk fonctionnait alors en réseau avec les autres villes sumériennes (Glassner p. 207 in Michel 2013). Les découvertes à Uruk ont été si spectaculaires qu’elles ont conduit à considérer le sud de la Mésopotamie comme le berceau de la civilisation urbaine. Cette interprétation a été d’autant plus largement acceptée que les sumériens ont eu une influence culturelle importante de la vallée du Nil au plateau iranien, sans que l’on mesure toujours bien son impact sur les populations locales (simples contacts, hybridation ou véritable acculturation ?). En Syrie, les Sumériens sont allés jusqu’à fonder à la fin du IVe millénaire, sur le Moyen-Euphrate, ce qui s’apparente à des colonies, avec des villes comme Habuba Kebira ou Djebel Aruda. Habuba Kebira a fourni le plus ancien plan de ville connu, dégagé en partie grâce à l’affleurement des vestiges. Ce plan est remarquable puisqu’il est quadrillé (fig. 2). On considérait ainsi, jusqu’à très récemment, que c’est à partir de Sumer que se serait développé le phénomène urbain sur un mode diffusionniste. Le corollaire de cette interprétation est que la Mésopotamie du Nord (l’Irak septentrional, l’actuelle Syrie du nord-est et la Turquie orientale) notamment n’aurait été que secondairement urbanisée à partir du foyer sud mésopotamien, considéré comme le centre de « civilisation » originel.

Fig. 2. Plan de Habuba Kebira (d’après Strommenger 1980, intérieur de couverture)

Fig. 2 : Plan de Habuba Kebira
(d’après Strommenger 1980, intérieur de couverture)

Cette interprétation diffusionniste de la culture urbaine n’est plus tenable aujourd’hui. Le développement des travaux de terrain, en particulier en Syrie du Nord et du centre, en Turquie de l’Est et au Levant, la réévaluation des séquences chrono-stratigraphiques et le développement des datations absolues permettent de remettre profondément en question ce modèle. Désormais, on s’accorde plutôt à penser qu’il y a eu différents foyers d’urbanisation, indépendants les uns des autres et plus ou moins contemporains. Ils remontent à la fin du IVe millénaire en Sumer, donc, mais aussi en Syrie du Nord et sans doute au Levant sud (Braemer in Guilaine 2007) ; à la seconde moitié du IIIe millénaire en Anatolie occidentale (Perello in Michel 2013).

…et ailleurs au Proche-Orient

En Syrie du Nord, les sites de Tell Brak (cf. le billet d’Augusta Mac Mahon) et de Hamoukar, en particulier, se distinguent de ce que l’on connaît par ailleurs et antérieurement parce qu’ils ont livré simultanément, dès le milieu du IVe millénaire au moins, des édifices monumentaux et un mobilier remarquables (notamment des scellements sur argile et des biens de prestige, parfois issus de réseaux d’échanges à très longues distances). Certains bâtiments sont même parfois antérieurs aux édifices sumériens d’Uruk ou d’Eridu, et datent d’avant la domination d’Uruk dans la région, domination que l’on fait remonter aux environs de 3500 BC. Ils ne doivent donc rien à l’influence sumérienne.

Ces bâtiments ont été diversement interprétés : s’agit-il de temples, de lieux de réunion, voire de l’habitation de familles de chefs ? Reflètent-t-ils une hiérarchisation de la société ou plutôt l’émergence de « chefferies » avec la prédominance d’un clan sur les autres ? « L’élite », quelle qu’en soit la nature (économique, religieuse, sociale, intellectuelle…), a-t-elle conforté son pouvoir en s’appuyant sur une religion institutionnalisée ? Rien ne permet de confirmer qu’il s’agit de temples comme ceux que l’on connaît au IIIe millénaire, ni de véritables palais développant une bureaucratie, malgré, parfois, les assertions des fouilleurs.

L’architecture et le mobilier évoquent certainement l’émergence d’une élite, une gestion assez maîtrisée pour permettre la réalisation de travaux d’envergure par un groupe social élargi et peut-être une organisation centralisée qui s’appuyait sur de puissants lignages structurés en « chefferies ». De là à parler de villes à ces époques reculées, cela nous paraît discutable. En effet, les fouilleurs accréditent cette idée par les superficies considérables qu’ils attribuent à leur site pour cette époque. Ainsi Brak atteindrait jusqu’à 130 ha au Chalcolithique récent 3-4, vers 3600 av. J.-C. (Ur, Karsgaard et Oates 2011, p. 7) ! Mais cette estimation repose sur des prospections de surface conduites autour du tell de Brak proprement dit (et le nombre, souvent faible, de tessons diagnostiques ramassés par zones de 100 m2), moins fiables que les fouilles, et il semble que de larges espaces soient restés non bâtis entre les diverses zones construites. Dans la mesure où l’on ignore tout des quartiers d’habitation et où les espaces construits pourraient s’assimiler à un réseau de petits villages et de bourgs distribués relativement loin autour du site central, il semble plus prudent de considérer le tell de Brak comme un « centre proto-urbain », même s’il a livré des vestiges spectaculaires. Quoi qu’il en soit, il n’est pas étonnant que quelques siècles plus tard, au tournant du IVe-IIIe millénaires, de véritables villes qui ne doivent rien à l’influence sumérienne naissent dans ces régions.

Les découvertes archéologiques de ces dernières décennies ont en effet révélé en Syrie du Nord un autre foyer d’urbanisation, indépendant de celui de Sumer. Le processus conduit au milieu du IIIe millénaire, au moment de la naissance des premiers États territoriaux, à ce que les villes se multiplient sur le territoire syrien avec leur rempart, leurs quartiers d’habitation, leurs temples, leur palais parfois, dans la zone du Croissant Fertile où il n’est pas besoin d’irriguer pour cultiver mais aussi, de manière inattendue, jusque dans les marges désertiques.

C’est près de la frontière turque, entre le Balikh et le Khabour, sur le site de Tell Chuera, que se trouve sans doute la plus ancienne ville connue de Syrie, née indépendamment de Sumer. Fondée vers 3100 av. J.-C., cette ville fouillée par une équipe allemande de l’Université de Francfort (Dir. J.-W. Meyer), présente la particularité d’être circulaire et organisée autour d’une voirie radioconcentrique, au moins à partir du Bronze ancien II (ou Early Jezireh II), vers 2700 av. J.-C, peut-être même dès 3100. La ville circulaire couvre dès cette haute époque environ 50 ha. Elle est entourée d’un rempart et organisée autour d’un axe majeur qui traverse le site de part en part. Une voie radiale au moins part de la place centrale de la ville.

Mais c’est à Tell-Rawda, quelques siècles plus tard, que l’on observe avec le plus de précision le plan d’urbanisme d’une ville du Bronze ancien IV (2500-2200 av. J.-C.). Cette ville, implantée en milieu aride, en Syrie du centre-ouest, offre l’image saisissante d’un établissement urbain né d’un plan régulateur géométrique préétabli (fig. 3). Les fouilles et la carte magnétique, obtenue grâce à une prospection géophysique, révèlent une agglomération circulaire de 16 ha, entourée de quatre lignes de fortification. Le tissu urbain est clairement organisé autour d’une voirie radioconcentrique. L’habitat, divisé en îlots réguliers et très dense, et trois (quatre ?) sanctuaires sont distribués le long des principales voies radiales qui débouchent sur les portes de la ville. Des voies concentriques croisent les voies radiales (Gondet et Castel 2005).

Fig. 3. Carte magnétique du site d’Al-Rawda superposée à une photographie aérienne prise avec un aéromodèle (©Mission archéologique d’Al-Rawda. prospection : S. Gondet ; cliché : O. Barge)

Fig. 3 : Carte magnétique du site d’Al-Rawda superposée à une photographie aérienne prise avec un aéromodèle (©Mission archéologique d’Al-Rawda. prospection : S. Gondet ; cliché : O. Barge)

Cette ville régulière, mise en parallèle avec le plan d’urbanisme de Tell Chuera, révèle l’existence d’un véritable modèle urbain très tôt dans l’histoire, puisque les niveaux les plus anciens de la ville de Syrie du Nord permettent de le faire remonter, avec beaucoup de vraisemblance, à la fin du IVe millénaire.

Les prospections géophysiques et les fouilles entreprises sur d’autres sites (Tell Sha’irat, Mari peut-être et sans doute d’autres sites) ont permis de confirmer l’existence de ce modèle urbain. Il est à l’évidence répandu au milieu du IIIe millénaire jusque dans la steppe aride de Syrie et atteste l’existence d’établissements nés d’un plan régulateur préétabli et d’un acte de fondation volontaire. Ces villes neuves, qui s’insèrent dans des réseaux d’agglomérations hiérarchisées, existent donc alors parallèlement à d’autres villes de Syrie du Nord dont on suit plus ou moins bien l’évolution mais qui, le plus souvent, atteignent leur acmé à la même époque, au milieu du Bronze ancien : Tell Leilan, Tell Beydar, Tell Mozan, Tell Hamoukar….

En effet, en dehors des fondations urbaines géométriques, les villes de haute époque, comme en Anatolie, sont souvent nées d’un noyau villageois (Perello in Michel 2013, p. 214), même si les centres urbains ne peuvent être réduits à un simple agrandissement de villages. Au Levant Sud, elles semblent issues, au moins pour certaines d’entre elles, du regroupement de populations venues de villages abandonnés. Il s’agit donc d’abord et avant tout de « villes de peuplement » (Miroschedji in Michel 2013, p. 195). En Arabie du Sud, la plupart des villes sont des villes spontanées sans planification, nées progressivement autour de zones irriguées (Mouton et Schiettecatte 2014, p. 163). Ainsi, la ville neuve, issue d’une volonté politique et souvent liée à un contrôle territorial ou bien à des raisons commerciales et économiques, n’est qu’une des formes urbaines possibles. Les villes ne sont pas toutes des « villes neuves ».

De plus, au Levant Sud, vers 2400-2350 av. J.-C., la plupart des villes sont abandonnées au profit d’un retour à des systèmes socio-économiques fondés sur le pastoralisme et l’exploitation plus active des zones marginales, avant une ré-urbanisation au début du IIe millénaire (Bronze Moyen). On observe le même phénomène de désertion de la plupart des villes en Djezireh syrienne (Tell Chuera, Tell Brak, Tell Mozan, Tell Leilan…) vers 2300-2200 av. J.-C., comme de celles de Syrie du centre-ouest vers 2200 av. J.-C., sans que les raisons de ces abandons, sans doute multiples et encore largement discutées, soient tout à fait élucidées.

On le voit, l’urbanisation des territoires est le fruit de dynamiques régionales très diverses.

L’urbanisation, un processus long, non linéaire et polymorphe

Il apparaît ainsi que l’urbanisation au Proche-Orient se présente différemment selon les territoires considérés. Les différentes régions connaissent des formes et des rythmes d’urbanisation variés qui ne sont pas nécessairement ceux connus dans le sud de la Mésopotamie.

Les premières villes adoptent différentes morphologies, selon qu’il s’agit de villes neuves, dont la régularité plaide fortement pour une conception d’ensemble antérieure au processus de construction, ou bien d’agglomérations dont le développement, plus « organique » et parfois réversible, est le fruit d’une histoire. Les premières villes neuves connues de Syrie sont de plan quadrillé (quelques vingt-six siècles avant Hippodamos de Millet !) et, sans doute, de tradition sud-mésopotamienne, ou radioconcentrique et de tradition locale.

Il apparaît dès lors raisonnable de se placer dans une perspective non évolutionniste en acceptant l’idée du polymorphisme des premières villes et en tenant compte des particularismes régionaux, plutôt que de chercher « la plus ancienne ville de l’histoire ». On peut espérer ainsi mieux cerner le phénomène de l’urbanisation du Proche et du Moyen-Orient dans sa diversité et sa complexité.

Références bibliographiques

Gondet S. et C. Castel 2005. Prospection géophysique sur le site d’Al-Rawda et urbanisme en Syrie au Bronze ancien, Paléorient 30, 2, 93-109.

Guilaine J. (éd.) 2007. Le Chalcolithique et la construction des inégalités, Tome 2. Proche-et Moyen Orient, Amérique, Afrique, Paris, Errance.

  2008. Villes, villages, campagnes de l’Âge du Bronze. Séminaire du Collège de France, Paris.

Michel C. (éd.) 2013. Cahier des Thèmes transversaux ArScAn vol. XI, 2011-2012, De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation, Nanterre.

Miroschedji P. de (éd.) 1989. L’urbanisation de la Palestine à l’Âge du Bronze Ancien : bilan et perspectives des recherches actuelles : actes du Colloque d’Emmaüs (20-24 octobre 1986), Oxford.

Mouton M. et Schiettecatte J. 2014. In the Desert Margins the Settlement Process in an Ancient South and East Arabia, Rome, L’Erma di Bretschneider, Arabia Antica 09.

Ur J., Karsgaard P. et Oates J. 2011. The spatial dimensions of early Mesopotamian urbanism: The Tell Brak suburban survey20032006, Iraq 73, 1-19.

Pour en savoir plus

Bordreuil P., Briquel-Chatonnet F. et Michel C. (dir.) 2008. Les débuts de l’histoire : Civilisations et cultures du Proche-Orient ancien, Paris, éditions de la Martinière.

Brüschweiler F. 1983. La ville dans le Proche-Orient ancien : actes du Colloque de Cartigny, 1979, Centre d’étude du Proche-Orient ancien (CEPOA), Université de Genève, Éditions Peeters.

Denis J. P. et Pourquery D. (éd.) 2013.  L’atlas des villes, Le Monde /La Vie Hors-série n°10, oct. 2013.

Matoïan V. (éd.) 2011. Archéo-Théma n°15, L’Occident du Proche-Orient à l’âge du Bronze. Cités de Syrie et du Liban, n° 15, juillet-août 2011.

À paraître

« Les premières villes », Les Cahiers de Sciences et Vie, n° 155, 22 juillet 2015.

Castel, O. Barge, N. Awad (dir.). Une ville neuve du IIIe millénaire aux franges du désert de Syrie : Travaux de la mission archéologique franco-syrienne de Tell Al-Rawda 2002-2010, Travaux de la Maison de l’Orient.

C. Castel, J.-W. Meyer, Ph. Quenet (éd.). “Origins, Structure, Development and Sociology of Circular Cities of Early Bronze Age Syria”, Actes du colloque international de Lyon Maison de l’Orient et de la Méditerranée 21-23 Novembre 2013, Turnhout, Brepols Publishers.

L’auteur

Corinne Castel est Archéologue, spécialiste du Proche-Orient et des sociétés de l’Age du Bronze. CNRS, UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Directrice de la Mission archéologique franco-syrienne de Tell Al-Rawda (Syrie). Membre du labex IMU – Intelligence des mondes urbains


Pour citer ce billet : Castel C. 2015. La première ville n’existe pas. Les premières villes ne sont pas toutes sumériennes… (2ème partie), ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 26 juin 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4289


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 juin 2015

    […] En Sumer… C’est au Proche-Orient que l’urbanisation fut la plus précoce. On la situe généralement à la fin du IVe millénaire, même si elle plonge ses racines profondément dans le Chalcolithique, période d’une complexification croissante de…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *