La première ville n’existe pas. La ville au Proche-Orient pré-classique, selon les archéologues (1ère partie)

C’est au Proche-Orient, berceau de la néolithisation, que, pour la première fois, les hommes commencent à s’abriter dans des habitats construits et se regroupent dans des villages (époque natoufienne, XIIe millénaire av. J.-C.). C’est également au Proche-Orient que le phénomène urbain apparaît le plus précocement, dès le IVe millénaire av. J.-C.

La naissance des premières villes est une mutation profonde dans l’histoire des hommes. Il s’agit, dans ce sens, d’une véritable « révolution », mais l’expression, souvent reprise, de « révolution urbaine » qui a été proposée par Gordon Childe dans les années cinquante (Childe 1950), met aussi l’accent sur le caractère subit de la naissance des villes. Or, celui-ci est invalidée par les résultats des fouilles et des prospections de surface. Il semble donc vain de tenter de découvrir LA première ville et de chercher à la faire remonter toujours plus loin dans le temps, malgré la tentation de certains archéologues, notamment anglo-saxons. Une autre raison pour laquelle LA première ville n’existe pas est qu’il n’y a pas un modèle unique de ville, ni au Proche-Orient ancien ni ailleurs.

Urbanisation et urbanisme, question de définition

 Que sait-on aujourd’hui, en l’état actuel de la recherche, sur LES premières villes ? Avant d’aborder le cœur du sujet en ébauchant quelques pistes (il n’est guère possible de faire davantage ici), il paraît nécessaire de commencer par distinguer « urbanisation » et « urbanisme », trop souvent confondus.

La notion d’urbanisation (urbanization en anglais) peut se comprendre, dans nos sociétés contemporaines, comme la « concentration croissante de la population dans les agglomérations urbaines » (Petit Robert). Pour le Proche-Orient ancien où naissent les premières villes, il faut comprendre ce terme comme le processus qui conduit à l’émergence du phénomène urbain, au sortir du Néolithique et du Chalcolithique.

L’urbanisme (town planning ou urban planning en anglais) est une notion très différente puisqu’il s’agit de « l’ensemble des sciences, des techniques et des arts relatifs à l’organisation et à l’aménagement des espaces urbains » (Trésor de la Langue Française informatisé, CNRS). On ne s’aventurera pas à penser qu’une véritable discipline constituée, ayant pour objet une réflexion sur l’aménagement de l’espace urbain, existait aux hautes époques qui nous occupent. On verra néanmoins que différents plans de villes de la fin du IVe et du IIIe millénaire nous paraissent témoigner du fait que certaines agglomérations ont été pensées dans leur ensemble avant d’être construites. Nous serions donc là en présence des premiers « urbanistes » de l’histoire.

Qu’entend-t-on par « ville » dans le contexte du Proche-Orient pré-classique ?

La question de l’apparition des villes est complexe, comme toute question historique, mais encore faut-il que l’on s’entende sur la notion même de « ville ». La ville de l’archéologue n’est pas celle du géographe, de l’urbaniste ou du sociologue.

Des éléments matériels peuvent la caractériser : superficie importante, rempart, bâtiments publics, réseau viaire, documents écrits pour ne citer que les plus fréquemment relevés par les archéologues.

Outre la difficulté qu’il y a, souvent, à identifier telle ou telle de ces caractéristiques, chacun de ces éléments doit être situé dans la séquence chrono-stratigraphique du site auquel il appartient et mis en parallèle avec les autres éléments attribués au même niveau stratigraphique. Par exemple, on se doit de dater la construction d’un rempart aussi précisément que possible avant de pouvoir l’attribuer à la même phase chronologique que tel ou tel grand bâtiment. On voit que cela ne va pas de soi, d’autant que les vestiges de cette haute époque sont souvent enfouis profondément sous des niveaux archéologiques postérieurs. Chaque agglomération doit aussi être replacée dans son environnement régional : il n’est pas possible d’envisager une ville totalement isolée, dans un contexte uniquement villageois ou nomade : les villes ne fonctionnent qu’en réseaux, en lien avec un arrière-pays, et s’insèrent parmi d’autres agglomérations : hameaux, villages, bourgs.

Fig. 1 : Carte des sites mentionnés

Fig. 1 : Localisation des sites mentionnés (infographie E. Regagnon)

Chemin faisant, on découvre que des agglomérations sont fortifiées très tôt dans l’histoire, sans pouvoir être assimilées pour autant à des établissements urbains : tels est le cas, par exemple, du site de Jéricho, ceint d’un premier mur défensif flanqué d’une tour en pierre, dès le VIIIe millénaire. Par ailleurs, des découvertes récentes, comme celle de Göbekli Tepe, situé au sud-est de l’Anatolie (fig. 1), révèlent que des villages pourvus d’une architecture monumentale sont attestés, dès l’époque néolithique, bien avant l’émergence des villes (fig. 2).

Fig. 1. Architecture monumentale dans le village néolithique de Göbekli Tepe  (Anatolie, vers 9000 av. J.-C.). Source : http://aetherforce.com/the-gobekli-tepe-mystery/

Fig. 2 : Architecture monumentale dans le village néolithique de Göbekli Tepe (Anatolie, vers 9000 av. J.-C.). Source : http://aetherforce.com/the-gobekli-tepe-mystery/

Parmi les autres caractéristiques matérielles fréquemment invoquées pour reconnaître le caractère urbain des sites, leur superficie (très difficile à évaluer à une époque donnée et qui ne présage en rien de la densité de l’espace bâti) est un critère important. Mais les recherches récentes ont montré son caractère relatif : certaines villes, comme celles implantées dans la Syrie steppique vers 2500 av. J.-C. (Tell Al-Rawda- fig. 3 – ou Tell Sha’irat), ou celles du Levant méridional au Bronze ancien (Tel Yarmouth ou Beith Yerah) ont une taille relativement modeste, au regard des plus gros tells de Mésopotamie.

Enfin, des sites que tout le monde s’accorde à considérer comme des villes, par exemple Tell Chuera au Bronze ancien, n’ont livré aucune trace écrite.

Fig. 2. Hypothèse de restitution de la ville d’Al-Rawda vers 2300 av. J.-C. (Y. Ubelmann) plaquée sur une photographie aérienne (O. Barge) ©Mission archéologique d’Al-Rawda

Fig. 3 : Hypothèse de restitution de la ville d’Al-Rawda vers 2300 av. J.-C. (Y. Ubelmann) plaquée sur une photographie aérienne (O. Barge) ©Mission archéologique d’Al-Rawda

Ainsi, l’absence de l’une ou l’autre de ces caractéristiques n’est pas en soi rédhibitoire et c’est la multiplicité des critères et leur attestation concomitante, plutôt que la simple présence ou absence d’un élément, qui permet d’évaluer le caractère urbain d’un site. Il faut donc considérer l’ensemble des traits physiques d’une agglomération pour évaluer son urbanité, mais, dans tous les cas, une ville ne peut s’y résumer. Une ville n’est pas qu’une forme matérielle. C’est aussi un phénomène social fort complexe. L’urbanisation traduit une nouvelle manière de vivre en société, de s’ancrer dans le monde et de l’envisager, des éléments par nature particulièrement difficiles à saisir pour des archéologues qui n’ont que des vestiges matériels à leur disposition pour interpréter les sites.

C’est ainsi que, depuis, les travaux de Childe, on mentionne également, parmi les indices de l’urbanité, la hiérarchie sociale et l’émergence d’une élite dirigeante dégagée des tâches agricoles et avide de biens de prestige importés. Ces conditions sont certainement nécessaires pour qu’il soit possible d’identifier une ville. Mais l’on sait (notamment grâce à l’étude des sépultures) que les inégalités sociales s’affirment très tôt dans l’histoire, bien avant les premiers établissements urbains. Et, pour ne parler que d’architecture, s’il est possible de reconnaître un bâtiment plus imposant et mieux décoré qu’un autre, comment identifier la nature de cet édifice ? Témoigne-t-il de l’existence d’une véritable élite sociale ou bien s’agit-il d’un « simple » bâtiment communautaire ? Il n’est pas aisé de répondre à ce genre de questions…

On insiste aujourd’hui plus volontiers sur les réseaux de relations, notamment économiques, qui pourraient expliquer le développement urbain (Butterlin 2003) ou sur des aspects sociologiques qui seraient susceptibles de l’éclairer : diversité des fonctions au sein des établissements, variété des statuts de leurs habitants (dont des artisans et des ouvriers spécialisés) et insertion des sites dans des réseaux d’agglomérations hiérarchisées. Il est difficile de mettre en évidence le fonctionnement en réseaux des centres urbains et la structuration de territoires. Mais c’est bien dans cette optique que s’oriente la recherche actuelle (comme dans le cadre du programme de recherche de l’ANR BADIYAH sur les villes circulaires du IIIe millénaire av. J.-C. notamment, autour des sites syriens de Tell Al-Rawda, Tell Sha’irat et Tell Chuera), en multipliant les échelles d’observation, dans la mesure du possible, de la ville elle-même aux différents territoires sur lesquels elle exerce une influence. On s’attache aujourd’hui également à mesurer l’impact des établissements urbains sur les milieux où ils sont implantés (Barge, Castel, Brochier 2014). Il s’agit alors de combiner travaux de fouille, de prospection, étude des circuits d’échanges et des interactions entre agglomérations, qu’elles soient d’ordre politique, culturel ou économique, avec l’aide d’équipes pluridisciplinaires (archéologues, mais aussi spécialistes du paléoenvironnement), des sources textuelles et des nouveaux outils mis à la disposition des chercheurs : systèmes d’information géographiques (SIG), photographies aériennes, images satellites, prospections magnétiques…

Références bibliographiques

Barge O., Castel C., J. É. Brochier 2014. « Human Impact on the Landscape around Al-Rawda (Syria) during the Early Bronze IV: Evidence for Exploitation, Occupation and Appropriation of the land” in D. Morandi-Bonacossi, Settlement Dynamics and Human-Landscape Interaction in the Steppes and Deserts of Syria, Studia Chaburensia 4, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 173-185.

Butterlin P. 2003. Les temps proto-urbains de Mésopotamie. Contacts et acculturation à l’époque d’Uruk au Moyen-Orient, Paris, CNRS éditions.

Childe V.G. 1950. “The urban revolution”, Town Planning Review XXI, 3-17.

L’auteur

Corinne Castel est Archéologue, spécialiste du Proche-Orient et des sociétés de l’Age du Bronze. CNRS, UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Directrice de la Mission archéologique franco-syrienne de Tell Al-Rawda (Syrie). Membre du labex IMU – Intelligence des mondes urbains.


Pour citer ce billet : Castel C. 2015. La première ville n’existe pas. La ville au Proche-Orient pré-classique, selon les archéologues (1ère partie) , ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 19 juin 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4276


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 21 juin 2015

    […] C’est au Proche-Orient, berceau de la néolithisation, que, pour la première fois, les hommes commencent à s’abriter dans des habitats construits et se regroupent dans des villages (époque natoufienne, XIIe millénaire av.  […]

  2. 22 juillet 2015

    […] Cette vue proprette est une reconstitution 3D d’une ville vieille de 5000 ans, située en Syrie : Al Rawda. Cher passant qui passe, possiblement attiré par cette photo, désolé, mais tu ne trouveras guère de précision sur cette ville sur ce carnet. Elle y a sa place, ô combien, mais pour le côté scientifique, mieux vaudra chercher des articles beaucoup plus documentés. Comme celui-là, et même celui-là, joliment titré : « La première ville n’existe pas ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *