Les pratiques funéraires de l’horizon PPNB ancien à Tell Aswad (Syrie)

Fig. 1 : Situation géographique de Tell Aswad (Syrie).

Fig. 1 : Situation géographique de Tell Aswad (Syrie).

Tell Aswad, grand site néolithique (250x250m) situé à 30 km au Sud-Est de Damas (fig. 1), a été fouillé de 2001 à 2006 (Stordeur et al., 2010). L’occupation, attribuée au Néolithique Précéramique B (PPNB), s’étend de 8200 à 7500 avant J.-C. (débutant à la fin du PPNB ancien, elle se termine au début du PPNB récent). Les 18 niveaux de la stratigraphie sont subdivisés en trois phases, au cours desquelles l’occupation du site ne montre aucun signe de rupture (Stordeur et al., 2010).

Dans ce billet, nous évoquerons principalement les pratiques funéraires de la première phase d’occupation (niveaux archéologiques B12 à B9), qui correspond à la fin de l’horizon PPNB ancien. Cette phase se caractérise par des architectures en terre massive et un type d’industrie lithique associant de grandes lames denticulées à des pointes de projectile à encoche (dites pointes d’Aswad). L’économie de subsistance est, comme pour les autres sites de cette période, basée sur l’agriculture et l’élevage, alors à leurs débuts. En effet, les analyses botaniques signalent la coexistence de céréales à morphologie sauvage et domestique. De même, une part de la nourriture carnée est assurée par la chasse (Stordeur et al., 2010).

Durant cette phase, les sépultures sont présentes uniquement dans les espaces domestiques.

Les morts et l’espace d’habitat

L’espace fouillé comportant des sépultures couvre une superficie de 48 mdélimitée par deux grandes coupes stratigraphiques. Au total, douze sépultures ont été attribuées à deux maisons (EA24 et EA2) appartenant à deux niveaux architecturaux (B12 et B10). Elles se situent soit sous le sol des maisons, soit devant (parallèlement) ou dans le mur.

C’est dans la maison EA 24 du niveau B12 (fig. 2) que l’implantation des sépultures dans l’habitat est la mieux documentée. Sur un total de six sépultures, trois sont suffisamment conservées pour qu’on puisse identifier leur mode d’implantation. Deux sépultures sont contre le mur, creusées entre le sol et le mur de la maison (sépultures 786 et 796). Une troisième (sépulture 761) est creusée dans le mur. Les deux premières sont englobées dans des constructions qui ont pu servir de banquettes (Khawam, 2014) (fig. 2). Cette organisation de l’espace intérieur de la maison semble répondre à une volonté de proximité entre vivants et morts. Toutefois elle est prévue pour ne pas gêner la circulation des habitants (Khawam, 2014).

Dans le niveau B10, nous ne retrouvons pas cette proximité immédiate entre les éléments architecturaux et les sépultures. Néanmoins, deux d’entre elles se situent probablement contre un mur (sépultures 434 et 434bis). En raison de perturbations postérieures, la situation spatiale des sépultures, par rapport à l’espace domestique, ne peut malheureusement pas être précisée.

Fig. 2 : Interprétation isométrique de la maison EA24, indiquant l’emplacement des six différentes sépultures : 467, 761, 786, 787, 792, 796. (Khawam 2014, p. 25, dessin/infographie L. Dugué).

Fig. 2 : Interprétation isométrique de la maison EA24, indiquant l’emplacement des six différentes sépultures : 467, 761, 786, 787, 792, 796. (Khawam 2014, p. 25, dessin/infographie L. Dugué).

Le mode d’aménagement intérieur des sépultures se révèle à travers un exemple bien conservé de la maison EA24 (niveau B12) : la sépulture 786. Il s’agit d’un tapis végétal composé de roseaux posés longitudinalement dans la sépulture, sur lequel repose une défunte adulte dont le crâne a été prélevé. Ajoutée au tapis, une couverture, également en roseaux, a été retrouvée sous forme d’empreintes de tiges sur une motte de terre conservée au niveau des genoux de la défunte (fig. 3 et 4).

KHAWAM_Fig 3

Fig. 3: Aménagement du fond de la sépulture avec un lit végétal composé d’un arrangement longitudinal de très probables tiges de roseaux. (Photo © R. Khawam).

Fig. 4 : Détail des fibres végétales de l’aménagement du fond de la fosse. (photo © R. Khawam).

Fig. 4 : Détail des fibres végétales de l’aménagement du fond de la fosse. (photo © R. Khawam).

Quels types de sépultures ?

Les douze sépultures attribuables à la phase ancienne du PPNB de Tell Aswad sont essentiellement individuelles primaires, mis à part un cas de sépulture collective au niveau B12 (fig. 5). Il s’agit de la sépulture 796, trouvée dans la maison EA24. Sa particularité découle de la gestion de l’espace destiné à recueillir les défunts : on a eu recours à la réduction des corps. Deux sujets (796 2 et 3) inhumés juste devant le mur ont ainsi été déplacés, après avoir été réduits. Extraits de la sépulture originelle, ils ont été déposés à l’intérieur d’une niche creusée immédiatement au-dessus d’elle (fig. 6).

Fig. 5 : La sépulture 796 vue de profil, parallèle au mur. La réduction des corps des sujets 791-H2 et 796-H3 se trouve dans une niche creusée dans cette même section du mur. (photo © R. Khawam).

Fig. 5 : La sépulture 796 vue de profil, parallèle au mur. La réduction des corps des sujets 791-H2 et 796-H3 se trouve dans une niche creusée dans cette même section du mur. (photo © R. Khawam).

Fig. 6 : La sépulture collective 796 : sujets 791-H1 et 796-H3. (photo © R. Khawam).

Fig. 6 : La sépulture collective 796 : sujets 791-H1 et 796-H3. (photo © R. Khawam).

Parmi les sépultures individuelles primaires, la sépulture 786 est la seule à comporter un squelette acéphale, celui d’une femme adulte, ce qui indique la nature sélective de la pratique. Le prélèvement du crâne a pu être identifié comme un geste survenant un certain temps après l’enterrement de la défunte. Cette identification s’appuie sur la présence de la mandibule et des deux premières vertèbres cervicales dans la sépulture d’origine (fig. 7). Cet acte volontaire suggère un traitement ultérieur du crâne, et donc l’existence, ailleurs, d’une inhumation secondaire. Mais celle-ci n’a pas été retrouvée (Khawam R., 2014). Cette pratique, décrite dans les sources ethnographiques et les études archéothanatologiques (Leclerc, 1990, Duday et al., 1990), implique le recours à des funérailles en plusieurs temps.

Fig. 7 : Relevé d’après photographie de la sépulture 786. (Khawam 2014, p. 29, dessin/infographie L. Dugué).

Fig. 7 : Relevé d’après photographie de la sépulture 786. (Khawam 2014, p. 29, dessin/infographie L. Dugué).

À travers l’étude des douze sépultures, le mode d’inhumation primaire des défunts se caractérise par la position latérale du corps (côté droit ou gauche), avec une flexion des membres. Le degré de flexion varie en fonction de la taille des contenants. L’orientation des corps ne semble pas obéir à une norme avant l’occupation du niveau B10, ou domine une orientation N-S.

En ce qui concerne le mobilier funéraire, la phase ancienne de Tell Aswad a fourni des très beaux éléments de parure, sous forme de colliers identifiés chez les sujets adultes/jeunes adultes. L’un de ces colliers a été trouvé in situ autour et en avant du cou du sujet adulte 796-1. Il se compose de six perles en pierre verte, dont certaines présentent des traces d’usure très marquées, signe d’une longue utilisation.

Communauté conservatrice des traditions funéraires ?

L’un des principaux enjeux scientifiques de Tell Aswad provient de sa fondation à la phase ancienne du PPNB, période mal connue, ce qui lui confère une grande importance historique au niveau régional et suprarégional. La majorité des sites du Néolithique Précéramique du Levant Central et Sud sont occupés à partir du PPNB moyen. Ainsi, Tell Aswad offre une documentation rare qui peut être utilisée dans la recherche des origines du PPNB dans la région, et dans celle des identités culturelles qui lui correspondent.

À ce propos, nous avons voulu, pour ce billet, attirer l’attention sur l’importance d’une pratique funéraire attestée dès la fondation du site, celle du prélèvement du crâne. Cette pratique est liée à une tradition ancestrale apparue pour la première fois au Natoufien ancien et récent vers 13000 avant J.-C. calibré (Valla, 1995-1998 ; Bocquentin, 2003). Rare au début, cette coutume est mieux connue dans les périodes ultérieures du Néolithique Précéramique A et B (PPNA et PPNB). Elle démontre l’organisation de funérailles en plusieurs temps.

Même s’ils sont encore très limités, les résultats concernant les pratiques funéraires des premiers temps de Tell Aswad indiquent des traditions caractéristiques du Néolithique du Levant. Les premiers arrivants du site seraient issus d’une communauté d’agriculteurs et d’éleveurs en plein développement économique. Leur identité culturelle, que l’on pourrait qualifier de « conservatrice », resterait par contre profondément imprégnée par des coutumes funéraires ancestrales, liées au prélèvement du crâne (Khawam, 2014). Coutumes qui, par la suite, se perpétueront encore à Tell Aswad pour arriver, à leur apogée au début du PPNB récent, à la création de crânes surmodelés.

Pour finir, il faut espérer que les fouilles seront reprises à Tell Aswad dans un avenir proche. Les connaissances actuelles pour la phase ancienne du PPNB de Tell Aswad sont limitées par la faible extension de la fouille. Elles prendront toute leur ampleur quand l’exploration étendue de ces niveaux nous apportera une documentation plus complète.

Bibliographie

Bocquentin F. 2003. Pratiques funéraires, paramètres biologiques et identités culturelles au Natoufiens : une analyse archéo-anthropologique. Thèse de doctorat, Université de Bordeaux I.

Duday H., Courtaud P., Crubezy E., Sellier P. & Tillier A.-M., 1990. L’anthropologie de « terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires. In : Crubezy E., Duday H., Sellier P., Tillier A.-M. (dir.) : Anthropologie et archéologie : dialogue sur les ensembles funéraires, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n. s., t.2, 3-4, 29-50.

Khawam R. 2014. L’homme et la mort au Néolithique Précéramique B: l’exemple de Tell Aswad. Thèse de Doctorat. Université Lumière-Lyon 2. 2 vol.

Leclerc J. 1990. La notion de sépulture. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (3-4), 13-18.

Stordeur D., Helmer D., Jamous B., Khawam R., Molist M. & Willox G., 2010. Le PPNB de Syrie du sud a travers les découvertes récentes à Tell Aswad. In M. Maqdissi, F. Braemer, J.-M. Dentzer (Eds.) : Hauran V. La Syrie du sud du Néolithique à l’Antiquité tardive. Beyrouth, BAH (Actes du colloque de Damas 2007), 41-67.

Valla F. 1995-1998. The first settled societies – Natufian (12500-10200 BP). In : Levy T.E. (éds.), The archaeology of society in the Holy Land, Leicester University Press, London and Washington, 170-187.

L’auteur

Rima Khawam est docteur en archéologie. Elle a soutenue une thèse à l’Université Lumière-Lyon 2  sur « L’homme et la mort au PPNB en Syrie : l’exemple de Tell Aswad ».

Pour citer ce billet : Khawam R. 2015. Les pratiques funéraires de l’horizon PPNB ancien à Tell Aswad (Syrie), ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 12 juin 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4247


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Boissery Jean dit :

    Merci d’éclairer par vos recherches ces signes d’humanité toujours si importantes pour relier le présent à nos passés conjoints merci de m’envoyer des nouvelles de toutes ces recherches. JB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *