Quand les Anciens rivalisaient avec la nature : Pierres fines et matières vitreuses à Ougarit (Syrie)

Le royaume méditerranéen d’Ougarit au Levant Nord (actuelle côte syrienne, district de Lattaquié) connut une période de prospérité au cours des deux derniers siècles de l’âge du Bronze (XIVe – début du XIIe siècle avant notre ère). Cet État marchand, entre Orient et Occident, Anatolie et Égypte, était alors vassal de l’empire hittite qui rayonnait sur l’Anatolie.

Carte du Proche et Moyen-Orient

Carte du Proche et Moyen-Orient

La civilisation qui s’y développa est bien connue, grâce à l’exceptionnelle documentation archéologique et épigraphique livrée pour l’essentiel par les fouilles archéologiques menées sur trois sites du royaume, devenus des sites de référence pour l’étude de la civilisation urbaine et palatiale de l’âge du Bronze au Proche-Orient et en Méditerranée orientale.

Matoian_Carte_Ougarit

Carte du Royaume d’Ougarit (Mission archéologique de Ras Shamra)

Il s’agit du tell de Ras Shamra (à une dizaine de kilomètres au Nord de Lattaquié), où sont exhumés les vestiges de la capitale, Ougarit, et de deux sites appartenant au district métropolitain, Minet el-Beida, antique Ma’ḫadu, où se trouvait le port principal, et Ras Ibn Hani, probablement Ra’šu, sur la péninsule la plus avancée du littoral syrien en face de l’île de Chypre.

Les textes découverts, pour la plupart écrits sur tablettes d’argile, sont rédigés soit en ougaritique, la langue locale (au moyen d’un alphabet écrit avec des signes cunéiformes), soit en accadien, la lingua franca de l’époque (au moyen d’un système d’écriture cunéiforme logo-syllabique) et renseignent sur tous les aspects de la vie administrative, politique, économique, intellectuelle et religieuse de ce royaume aux marges méridionales de l’empire hittite.

On apprend ainsi que les Ougaritains savaient fabriquer un matériau qui ressemblait au lapis-lazuli, qui avait la couleur du lapis-lazuli, mais qui n’en était pas ! Une lettre en accadien précise même l’envoi d’un substitut en vue de tromper sciemment le destinataire : cas flagrant d’« erreur sur la substance » qui fut de suite découvert. Le document témoigne de l’importance de l’affaire, puisqu’elle concerne deux souverains contemporains.

La lettre adressée par un haut fonctionnaire de la cour hittite, dénommé Taguhli, au roi d’Ougarit nous apprend que ce dernier a cherché à se soustraire à l’obligation de fournir du lapis-lazuli comme tribut au roi hittite de Karkémish (ville au nord-est d’Alep) : « Le cœur du Roi est fort irrité et c’est à moi que le Roi s’en est pris : « est-ce que cet homme ne se moque pas de moi ? Une pierre comme cela, il l’a ramassée par terre et il me l’a fait porter en disant : à présent, je te fais porter du lapis-lazuli !’ Est-ce bien du lapis-lazuli que tu m’as envoyé ? Mieux vaudrait ne rien envoyer plutôt que de ramasser et d’envoyer une pierre (glose : de la fritte) de cette sorte, afin de ne pas irriter ainsi le cœur du roi ! Maintenant, trouve du lapis-lazuli venant de quelque part… » (traduction de Sylvie Lackenbacher).

Matoian_Vue aérienne du Palais royal d’Ougarit (cliché Alain Saint-Hilaire)

Vue aérienne du Palais royal d’Ougarit (cliché Alain Saint-Hilaire)

Le dossier épistolaire comprend une autre missive exprimant clairement la déception du roi hittite car le roi d’Ougarit ne lui a pas livré la roche fine tant appréciée : « Au sujet du lapis-lazuli, dont tu as écrit au Roi : « j’ai cherché du lapis-lazuli mais je n’en ai pas trouvé », le cœur du roi est plein de griefs contre mon seigneur ; maintenant, que mon seigneur cherche du lapis-lazuli chez quelqu’un et qu’il en fasse porter au Roi. Le Roi recherche fort le lapis-lazuli. Si tu lui fais porter du lapis-lazuli, tu verras si le Roi ne te fait pas de faveurs…» (traduction de Sylvie Lackenbacher).

Les pierres semi-précieuses furent appréciées au Proche-Orient dès les époques anciennes. Parmi ces roches, le lapis-lazuli, recherché d’Iran en Égée et d’Égypte en Anatolie pour sa couleur, sa beauté et sa préciosité, occupait une place de choix. Il était importé depuis les régions lointaines d’Asie centrale, où plusieurs sources d’approvisionnement sont connues, au premier rang desquelles les gisements du Badakhshan.

Fig1_Matoian_Macrophotographie d'un bloc de matière de "bleu égyptien" (cliché C2RMF)

Macrophotographie d’un bloc de matière de « bleu égyptien » (cliché C2RMF)

Matoian_perle_lapis

Perle en lapis-lazuli de Ras Shamra,  L. 2;16 cm (Mission archéologique de Ras Shamra)

Dans la documentation textuelle d’Ougarit, les mentions du lapis-lazuli font généralement référence au monde du divin et à celui de la royauté. L’ougaritique iqnu et l’accadien uqnû désignent le lapis-lazuli, ainsi que la couleur bleue. La couleur est en effet un critère essentiel de classification des pierres dans le Proche-Orient ancien. La pureté en est un autre. Dans des textes d’Ougarit, la roche est parfois qualifiée de « pure ». On aurait alors affaire au véritable lapis-lazuli, laissant entendre que l’absence du qualificatif pourrait correspondre soit au lapis-lazuli, soit au « faux » lapis-lazuli.

En ce sens, la documentation livrée par Ougarit n’est pas unique car, très tôt, les hommes créèrent des matériaux artificiels imitant / reproduisant la couleur de ces roches fines, ainsi que d’autres de leurs qualités, comme la brillance, l’opacité ou la translucidité, voire la transparence. Mais quelles valeurs revêtaient précisément ces différents matériaux aux yeux des Ougaritains ? Notre documentation reste trop lacunaire pour que nous puissions répondre aisément à cette question et la réponse dépend du contexte dans lequel le matériau fut utilisé. Valeur symbolique et valeur « marchande » furent probablement étroitement imbriquées et il n’est pas acquis que l’équivalence entre « pur » et « vrai » ait été systématiquement retenue.

Matoian_boucles

Éléments d’incrustation en forme de boucle, en lapis-lazuli (à gauche), en verre (à droite), Ras Shamra (cliché V. Matoïan). Le verre, aujourd’hui très altéré, était à l’origine de couleur bleue.

Dans la lettre mentionnée plus haut, le mot accadien pour désigner la matière envoyée en substitut au lapis-lazuli est fondé sur une racine signifiant : « verser, couler » et c’est probablement à une matière vitreuse de couleur bleue – du verre, du « bleu égyptien », voire peut-être une « faïence » – que le texte fait référence. Si les deux matériaux – le lapis-lazuli et le matériau artificiel – n’ont pas la même valeur, le second, « ramassé par terre », étant de qualité moindre par nature, on remarquera que le terme de « faux » n’est cependant pas employé.

L’étude de la culture matérielle offre matière à réflexion car les fouilles à Ougarit ont montré la présence, à côté d’objets taillés dans des pierres fines ou des résines fossilisées, d’artefacts en matériaux vitreux « imitant » ces matériaux naturels. On a ainsi retrouvé des perles en verre de couleur ocre imitant l’ambre, en verre rubané marron et blanc imitant l’agate, ou encore en verre incolore – une des plus anciennes attestations connues à ce jour – imitant le cristal de roche.

Matoian_Macrophotographie d’un verre couleur ambre, Ras Shamra (cliché C2RMF, I. Biron).

Macrophotographie d’un verre couleur ambre, Ras Shamra (cliché C2RMF, I. Biron)

Si les occurrences de ces trois matériaux et de leurs imitations restent rares à Ougarit, l’étude du lapis-lazuli et de ses possibles substituts révèle une situation bien différente. Les recherches ont permis d’identifier un corpus d’une trentaine de pièces en lapis-lazuli d’une part (la turquoise n’est pas attestée), et plusieurs centaines d’objets en « bleu égyptien », en « faïence », en verre de couleur bleu d’autre part. Les types et les formes sont très variés avec majoritairement des perles, mais aussi des pendeloques, des bagues, des sceaux-cylindres, des scarabées, des pions de jeu, des vases, des pièces d’incrustations… Quelques formes sont communes aux deux ensembles (par exemple, des perles globulaires côtelées en lapis-lazuli et en « bleu égyptien » ou encore des éléments d’incrustation en forme de boucle ou volute en verre bleu et en lapis-lazuli).

Plusieurs programmes de recherche, menés par V. Matoïan, A. Bouquillon, I. Biron et S. Pagès-Camagna, dans le cadre d’une collaboration avec le Centre de Recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF), le Louvre, la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie, la Mission archéologique syro-française de Ras Shamra, le CNRS, ont privilégié l’étude archéométrique de ces matériaux vitreux. De nombreuses méthodes d’examen et d’analyse ont été mises en œuvre : loupe binoculaire, microscopie électronique à balayage, diffraction des rayons X, colorimétrie… et AGLAE, l’Accélérateur Grand Louvre d’Analyse Élémentaire, un outil d’investigation à la pointe de la modernité permettant des analyses élémentaires non-destructives. Ces travaux ont permis de connaître la structure et la composition chimique de ces différentes matières vitreuses, d’en définir les caractéristiques techniques, qu’elles soient de nature homogène (verre) ou hétérogène (faïence, « bleu égyptien »), colorées dans la masse ou uniquement en surface à l’aide d’oxydes métalliques (cuivre et cobalt principalement). Des recettes de fabrication ont aussi été mises en évidence, montrant le grand savoir-faire technique des artisans de l’époque, capables de maîtriser la transformation de la matière sous l’action de la chaleur (à des températures supérieures à 800° C). Si les principaux composants sont les mêmes (silice, alcalis, chaux, oxydes métalliques pour la coloration) pour ces différentes espèces siliceuses artificielles, les proportions diffèrent d’un matériau à l’autre, de même que les recettes de fabrication.

Pendeloque en forme de grappe de raisin en faïence monochrome bleu-gris importée d'Égypte, H. 5,07 cm, Minet el-Beida (cliché V. Matoïan) La coloration est obtenue grâce à l'ajout de cobalt.

Pendeloque en forme de grappe de raisin en faïence monochrome bleu-gris importée d’Égypte, H. 5,07 cm, Minet el-Beida (cliché V. Matoïan). La coloration est obtenue grâce à l’ajout de cobalt.

Matoian_Pion de jeu, Ras Shamra (cliché C2RMF). L'objet est fabriqué dans une pâte siliceuse colorée par du "bleu égyptien".

Pion de jeu, Ras Shamra (cliché C2RMF). L’objet est fabriqué dans une pâte siliceuse colorée par du « bleu égyptien ».

Les artisans savaient obtenir différentes nuances de bleu, en jouant sur la granulométrie, la nature du pigment, le choix du ou des oxydes métalliques présents dans le mélange. L’oxyde de cobalt produit un bleu plus profond. L’ajout d’une faible proportion d’oxyde de manganèse à de l’oxyde de cobalt permettait d’obtenir une glaçure monochrome bleu-gris plus foncé… Dans certains cas, les analyses en laboratoire apportent des éléments discriminants pour définir l’origine d’une production. Des produits importés d’autres régions, par exemple d’Égypte, ont ainsi été mis en évidence. Dans d’autres cas, ce sont au contraire des innovations locales qui ont été découvertes tels ces objets fabriqués à partir d’une pâte siliceuse colorée avec du « bleu-égyptien », témoignant que le « bleu égyptien » ne fut pas seulement un pigment pictural dans l’antiquité.

Ainsi, les Anciens, pour pallier la rareté de certains matériaux nobles, précieux et rares, pour imiter leurs couleurs et d’autres de leurs qualités, ont su faire preuve d’inventivité et mettre au point des techniques innovantes.

À paraître

L’ensemble des résultats des programmes de recherche menés en collaboration avec le C2RMF sera publié au printemps 2016 dans un ouvrage de la série Ras Shamra – Ougarit, qui paraîtra à l’occasion d’une journée d’étude au C2RMF :

Matoïan V., Biron I., Bouquillon A. et Pages-Camagna S. à paraître. L’analyse des matières vitreuses de Ras Shamra – Ougarit, Faïence, bleu égyptien, verre, céramique à glaçure du Bronze récent, Leuven, Éd. Peeters (Ras Shamra – Ougarit XXIV).

Pour en savoir plus

* sur la mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit : http://www.ras-shamra.ougarit.mom.fr

* sur les matières vitreuses d’Ougarit

Biron I., Matoïan V., Henderson J. and Evans J. 2012. Scientific analysis of glass beads from Ras Shamra-Ugarit (Syria), in : Ignatiadou, D.  et Antonaras, A. (dir.), Annales du 18e congrès de l’Association Internationale pour l’Histoire du Verre, à Thessalonique (20-25 septembre 2009), Thessalonique, 27-32.

Bouquillon A. et Matoïan V. 2007. Les faïences à glaçure monochrome bleu-gris d’Ougarit (Syrie), in : Goyon, J.-P. et Cardin, C.  (dir.), Actes du Neuvième Congrès International des Égyptologues (Grenoble, 2004), Orientalia Lovaniensia Analecta 150, Leuven – Paris – Dudley, 207-220.

Matoïan V. 2000. Données nouvelles sur le verre en Syrie au IIe millénaire av. J.-C. : le cas de Ras Shamra-Ougarit, in : Nenna, M.-D. (dir.), La route du verre, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (TMO 33,) 23-47.

Matoïan V. 2008. Ougarit blues, in : C. Roche (dir.), D’Ougarit à Jérusalem. Recueil d’études épigraphiques et archéologiques offert à Pierre Bordreuil, Orient & Méditerranée 2, Paris, Éditions de Boccard, 81-96.

Matoïan V. et Bouquillon A. 2000. Le « bleu égyptien » à Ras Shamra-Ougarit (Syrie), in : P. Matthiae, A. Enea, L. Peyronel et F. Pinnock (dir.), Proceedings of the First International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East (Rome, 18-23 mai 1998), Rome, 985-1000.

Matoïan V. and Bouquillon A. 2003. Vitreous materials in Ugarit: new data, in : Potts, T. , Roaf, M.  and Stein, D.  (dir.), Culture through Objects: Near Eastern, Studies in Honour of P.R.S. Moorey, Griffith Institute Oxford, 333-346.

Matoïan V. et Bouquillon A. 2006. Les matières bleues de l’antique cité d’Ougarit, Documents d’archéologie syrienne IX, Damas, Direction Générale des Antiquités et des Musées (ouvrage bilingue, en français et en arabe).

Matoïan V. et Vita J.-P. sous presse.  Faire du faux, dire vrai et son contraire à Ugarit, Journal Asiatique 301.1 (2015).

* Sur les roches d’Ougarit

Icart J.-C., Chanut C. et Matoïan V. 2008. Le matériel en pierre du Palais royal d’Ougarit : diagnose, nomenclature, provenance et usage, in : Matoïan, V.  (dir.), Le mobilier du palais royal d’Ougarit, RSO XVII, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 157-190.

* Sur le lapis-lazuli dans l’Orient ancien

Casanova M. 2013. Le lapis-lazuli dans l’Orient ancien, production et circulation du Néolithique au IIe millénaire av. J.-C., Paris.

* Traductions extraites de l’ouvrage

Lackenbacher S. 2002. Textes akkadiens d’Ugarit : Textes venant des vingt-cinq premières campagnes, Littératures anciennes du Proche-Orient 20, Paris, Éditions du Cerf.

* Petit glossaire technique

– Matière vitreuse : une matière vitreuse est une espèce siliceuse renfermant une phase vitreuse.

– « Bleu égyptien » : d’une manière générale, dans la littérature archéologique et technologique, le « bleu égyptien » désigne soit un pigment, soit encore la matière constitutive de certains objets. Son composant caractéristique est la cuprorivaïte CuCaSi4O10 (silicate double de cuivre et de calcium) dont la formule a été donnée par le chimiste français Fouqué en 1889. Le « bleu égyptien » est en réalité un mélange complexe. Il comprend, d’une part, des phases cristallines parmi lesquelles la cuprorivaïte mais aussi le quartz, la tridymite et, d’autre part, une phase vitreuse. Ce mélange a été obtenu au terme d’une série de procédés de frittage, broyage, cuisson dans une atmosphère oxydante (entre 876° et 1050° C) d’un mélange initial de sable, de calcite, de composés de cuivre et d’alcalins.

– « Faïence » : La faïence antique est un matériau hétérogène comprenant un corps de pâte siliceuse recouvert d’une glaçure de nature alcaline.

 L’auteur

Valérie Matoïan est archéologue, chargée de recherche au CNRS (HDR). Directrice française de la Mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit
UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Pour citer ce billet : Matoïan V. 2015. Quand les Anciens rivalisaient avec la nature : Pierres fines et matières vitreuses à Ougarit (Syrie), ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 24 avril 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3952


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *