Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500-8700 CAL BC). Ou comment interroger l’architecture pour comprendre la société qui l’engendre

Sur la rive gauche de l’Euphrate, au Nord de la Syrie (fig. 1), le village de Jerf el Ahmar est occupé pendant plus d’un demi-millénaire, entre 9500 et 8700 cal BC. Le processus de néolithisation est en chemin depuis 13 000 cal BC. La sédentarisation est acquise, les signes de production de subsistance se précisent. Justement, à Jerf el Ahmar et dans d’autres sites contemporains, la pratique d’une forme primitive d’agriculture est mise en lumière (Stordeur et Willcox 2009). Mais cette innovation majeure n’est pas la seule. Elle s’accompagne d’un développement exceptionnel de l’organisation sociale et d’une intense créativité dans les domaines techniques, symboliques et artistiques. A Jerf el Ahmar, le développement des structures sociales se lit particulièrement bien à travers les architectures et la gestion de l’espace villageois (Stordeur sous presse). Mais que lit-on au juste ?

Fig. 1. Situation géographique de Jerf el Ahmar.

Fig. 1. Situation géographique de Jerf el Ahmar.

Les maisons

Deux tendances se dessinent du début à la fin de l’occupation dans la construction des unités domestiques. La première concerne les contours. Progressivement les plans, arrondis à l’origine, tendent vers des formes quadrangulaires. La deuxième concerne le nombre de pièces. Au début de l’occupation aucune maison n’est subdivisée. A la fin, certaines maisons comportent jusqu’à cinq pièces. Si on combine ces deux tendances, on en déduit que les premières maisons construites à Jerf el Ahmar sont arrondies et monocellulaires (fig. 2), et les plus récentes rectangulaires et pluricellulaires (fig. 3). Mais le chemin de l’invention n’est pas si simple.

Fig. 2. A la phase ancienne toutes les maisons sont arrondies et monocellulaires. EA28 (IV/E) coupe EA37 (V/E), plus ancienne. Photo Mission El Kowm-Mureybet

Fig. 2. A la phase ancienne toutes les maisons sont arrondies et monocellulaires. EA28 (IV/E) coupe EA37 (V/E), plus ancienne. Photo Mission El Kowm-Mureybet

Fig. 3 : A la phase récente apparaissent les premières maisons quadrangulaires (EA17, 0/E). Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Fig. 3 : A la phase récente apparaissent les premières maisons quadrangulaires (EA17, 0/E). Photo Mission El Kowm-Mureybet.

D’abord l’innovation architecturale à Jerf est cumulative. Des modèles nouveaux apparaissent successivement dans les onze épisodes villageois (niveaux) détectés sur le site. Mais les anciens modèles ne sont pas tous, pour autant, abandonnés. Ce qui revient à dire que plus le temps passe, plus la diversité architecturale croît (fig. 4 : a et b).

Cette variété marque une étape dans l’histoire des architectures domestiques. Avant l’époque de Jerf (Horizon Pre-Pottery-Neolithic A, soit PPNA) toutes les maisons se ressemblent, la forme arrondie, sans subdivision est pratiquement la seule, parce que c’est la seule que l’on sait construire. Après l’époque de Jerf (dès l’horizon Pre-Pottery-Neolithic B, soit PPNB ancien) toutes les maisons se ressemblent à nouveau, mais pour une toute autre raison. C’est la société qui impose un modèle standardisé.

Fig. 4. L’épisode villageois II/W (phase récente). La diversité architecturale est à son maximum. Les maisons, de plain-pied, entourent un bâtiment communautaire enterré. Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Fig. 4a : L’épisode villageois II/W (phase récente). La diversité architecturale est à son maximum. Les maisons, de plain-pied, entourent un bâtiment communautaire enterré. Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Autre spécificité de Jerf, à partir du moment où les maisons ont plusieurs pièces, leur structure intérieure varie, tout en obéissant à des règles. A partir de la forme géométrique dessinée par les murs de subdivision, trois modèles se distinguent : tripartite, à pièces en enfilade, quadripartite en croix. Quant aux variantes, elles tiennent au fait qu’une même structuration intérieure peut s’inscrire dans des contours différents. Par exemple, les maisons tripartites, dont les murs intérieurs dessinent un T, ont d’abord des contours arrondis. Plus tard les murs extérieurs deviennent rectilignes, les angles restant arrondis (fig. 3). Enfin ces maisons tripartites deviennent rectangulaires. Mais, dans un même niveau récent, des maisons tripartites arrondies et rectangulaires se côtoient (fig. 4 : b).

Fig. 4b : relevé de terrain (M. Brenet) simplifié (E. Régagnon)

Fig. 4b : Relevé de terrain (M. Brenet) simplifié (E. Régagnon)

Enfin bien que répondant à des modèles, les maisons de Jerf el Ahmar ne sont nullement standardisées. Chaque construction est unique, dans sa forme et ses dimensions. Sauf lorsqu’une nouvelle maison est reconstruite, à l’identique, sur une maison arasée.

Les bâtiments communautaires

Deux types de bâtiments communautaires ont été édifiés à Jerf el Ahmar (fig. 5 et fig. 6). Ils se succèdent dans le temps. Ils ont en commun d’être très grands (6 m à 8 m de diamètre) et enterrés (2 m à 2,5 m sous le sol). Tous ont été incendiés volontairement.

Fig. 5 : Bâtiment communautaire polyvalent à subdivisions radiales (EA30, II/W, phase récente). Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Fig. 5 : Bâtiment communautaire polyvalent à subdivisions radiales (EA30, II/W, phase récente). Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Les plus anciens (comme EA30, phase récente, PPNA) sont compartimentés et polyvalents, tout en servant principalement au stockage des céréales (fig. 4 et fig. 5). Ils sont subdivisés par deux murs porteurs et des murets, qui partent de la circonférence et partagent l’espace intérieur en formant une figure géométrique rayonnante, caractérisée par une symétrie bilatérale. Six petites cellules font face à une large banquette. Il reste au centre un grand espace polygonal vide. Aucun passage direct n’est prévu entre cet espace central et les cellules. La communication ne peut s’effectuer qu’en enjambant les murets, grâce à deux petits escaliers d’angle. Les deux bâtiments de ce type qui ont été découverts à Jerf el Ahmar dessinent des figures semblables, identiques aux bâtiments communautaires contemporains de Mureybet (Aurenche 1980 ; Stordeur et al 2000 ; Stordeur 2006). Un peu plus tard, avec quelques variantes, on les retrouve à Tell ‘Abr 3 (Yartah 2005). Ces constructions, contrairement aux maisons, sont donc standardisées. Leur modèle est imposé, non seulement à l’intérieur du site, mais dans un ensemble de sites qui s’échelonnent sur presque 100 km le long de la rive gauche de l’Euphrate.

Fig. 6 : Bâtiment communautaire non subdivisé, à banquette ornée (EA53, -II/E, phase de transition PPNA/PPNB). Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Fig. 6 : Bâtiment communautaire non subdivisé, à banquette ornée (EA53, -II/E, phase de transition PPNA/PPNB). Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Les plus récents (EA53 phase de transition PPNA/PPNB) ne sont pas subdivisés (fig. 6). Leur seul aménagement est une banquette intérieure adossée au mur, qui dessine un hexagone équilatéral. Elle entoure un grand espace vide. A chaque angle de l’hexagone, un gros poteau en bois recouvert de terre a été planté pour soutenir la toiture (fig. 7). La banquette est renforcée, sur le devant, par de lourdes dalles en craie soigneusement taillées et polies, posées de chant. Leur bord supérieur est gravé avec la volonté claire d’offrir au regard un décor continu, parcourant tout le tour de la banquette sans être interrompu par les poteaux centraux, eux-mêmes décorés pour assurer le relais. Il consiste en une frise horizontale et régulière de triangles en champlevé, à laquelle s’ajoute parfois des lignes ondulées ou brisées (fig. 7).

 Fig. 7 : Devant la banquette de EA53 (Fig. 6), six poteaux en bois enduits de terre séparent des dalles calcaires verticales. Poteaux et dalles sont ornés d’un même type de décor. Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Fig. 7 : Devant la banquette de EA53 (Fig. 6), six poteaux en bois enduits de terre séparent des dalles calcaires verticales. Poteaux et dalles sont ornés d’un même type de décor. Photo Mission El Kowm-Mureybet.

Pour le moment, vu la faiblesse de la documentation on ne peut pas parler de standardisation pour ces bâtiments. Mais leur structure annonce celle des bâtiments spectaculaires de Göbekli, où les modestes poteaux de Jerf seront devenus des piliers mégalithiques sculptés, pesant plusieurs dizaines de tonnes (Schmidt 2002 et 2007).

Projets communs.  Projets à grande échelle. Existence d’une autorité ?

Plusieurs signes clairs montrent que des projets à grande échelle étaient conçus et exécutés par la totalité ou une partie du groupe qui résidait à Jerf el Ahmar. Les premiers sont les bâtiments communautaires qui se distinguent facilement des maisons individuelles par leur localisation, leur implantation, leurs dimensions et leurs fonctions (Stordeur et al 2000). Les autres signes se détectent à travers la préparation du terrain à construire, la planification de l’espace construit, la structure de l’espace villageois.

La préparation du terrain à bâtir évolue du début à la fin de l’occupation de Jerf el Ahmar. Dès la phase moyenne de l’occupation, il s’agit de « grands travaux » coordonnés par une autorité. Quelle forme d’autorité ? La question se pose, mais la réponse est inaccessible quand il s’agit de préhistoire.

A l’origine, les habitants de Jerf s’installent sur une colline, vers le milieu d’une pente qui descend vers un petit ruisseau encaissé. Durant la phase ancienne du site, le sol des maisons est horizontal, mais on ne voit aucun signe d’aplanissement de leur environnement. Dès le début de la phase moyenne (niveau III/E), les premiers indices d’un aménagement global de l’espace construit apparaissent sur cette même pente. A partir du sommet, lui-même égalisé, des terrasses sculptent le terrain et des maisons s’établissent sur chacune d’entre elles. Les choses se précisent un peu plus tard (niveau II/E). Les terrasses anciennes sont reprises et consolidées, après une destruction totale du village par incendie. On voit bien les murets qui en soutiennent le front (Fig. 8). Surtout lorsqu’ils coupent (en servant de marche) un étroit passage entre deux maisons. Murs de maisons et muret de terrasse sont alors chaînés, ce qui veut dire que l’ensemble était construit en même temps.

Fig. 8 : Un village en terrasses. La phase moyenne (niveau II/E) avec ses maisons reliées par les murets de soutènement de terrasses (restitution en 3D du relevé de fouille : O. Albdiyat).

Fig. 8 : Un village en terrasses. La phase moyenne (niveau II/E) avec ses maisons reliées par les murets de soutènement de terrasses (restitution en 3D du relevé de fouille : O. Aldbiyat).

Comment une telle orchestration pouvait-elle se réaliser sans que le projet et les directives aient été centralisés ? Cela paraît difficile, voilà pourquoi nous pensons que ces travaux d’envergure impliquent l’existence d’une autorité. Celle-là même qui se détectait dans la capacité du groupe à concevoir et construire, forcément à plusieurs, de grands bâtiments communautaires enterrés.

Autre exemple de construction planifiée de tout un ensemble villageois, à la phase récente (niveau II/W), des maisons de plain-pied, de modèle très diversifié, entourent sur trois côtés un bâtiment communautaire enterré (fig. 4). Leurs orientations sont régulières, parallèles. Cette image d’une petite agglomération bien organisée, symétrique, est d’une rare clarté.

Groupes différenciés de maisons. Premières inégalités ?

L’implantation des maisons autour des bâtiments collectifs, on l’a vu, est clairement organisée. Or on note que le type, la grandeur et la qualité d’exécution des constructions n’est pas la même selon qu’elles sont bâties à proximité ou non des bâtiments communautaires (fig. 9).

Fig. 9 : Deux groupes de maisons se distinguent à la phase récente (niveau I/E). Les plus proches du bâtiment communautaires sont toutes tripartites, symétriques. Les plus éloignées sont hétéroclites, irrégulières (relevé simplifié E. Régagnon, présentation O. Albdiyat

Fig. 9 : Deux groupes de maisons se distinguent à la phase récente (niveau I/E). Les plus proches du bâtiment communautaires sont toutes tripartites, symétriques. Les plus éloignées sont hétéroclites, irrégulières (relevé simplifié E. Régagnon, présentation O. Aldbiyat

Contrairement à ce qui se passe souvent, dans les sociétés anciennes comme actuelles, le bâtiment qui réunit le groupe n’est pas construit au point le plus haut de l’agglomération. Il ne la domine pas. Au contraire, il est enfoui à ses pieds. Il est placé à la limite de la zone construite tout en étant partiellement entouré par les maisons qui lui sont les plus proches. A la phase moyenne (niveaux II/E et I/E) ces premières maisons, qui ont une vue directe sur le lieu le plus prestigieux du village, sont toutes bâties sur le même modèle et particulièrement bien construites (fig. 9). Les quatre maisons qui s’alignent sur la terrasse basse sont de type tripartite et comportent soit trois pièces, soit deux pièces et une cour. Les contours, réguliers, tendent vers des formes rectangulaires. Les plans sont symétriques. Les matériaux utilisés sont de facture très soignée. Ces maisons sont accrochées les unes aux autres par des murets.

Plus haut, et jusqu’au sommet de la colline, un autre groupe se dégage (fig. 9). Contrairement au précédent il n’est pas homogène. On y trouve des petites maisons monocellulaires et d’autres à deux pièces symétriques. Plusieurs sont bâties selon une conception tout à fait particulière, par adjonction successive de cellules indépendantes. La symétrie ne caractérise que rarement ces maisons. Le niveau d’exigence y est nettement moins poussé que pour les maisons du premier groupe et ceci à tout point de vue : technique aussi bien que formel.

Or toutes ces constructions sont bien des habitations comme le montrent les restes et les équipements qui y sont trouvés. Alors pourquoi ce clivage en deux groupes si nettement distincts ? N’a-t-on pas ici le reflet, ou le révélateur, d’une différenciation sociale ? Correspond-elle à des divisions internes de type clanique ? Ou est-elle le reflet de véritables inégalités, explication qui n’est pas incompatible avec la première ?

Et pour finir…

La néolithisation est un moment clé de notre histoire. Comprendre le fonctionnement des sociétés qui l’ont construite, étape par étape est un enjeu particulièrement stimulant. Des modèles variés, souvent inspirés par l’ethnologie, ont été proposés depuis bien longtemps. Mais nous avons aussi, entre nos mains, l’or des découvertes archéologiques elles-mêmes. Elles ne nous permettront jamais d’arriver à des certitudes. Mais leur étude précise, approfondie, collective et interdisciplinaire, donne de plus en de substance à ce que l’on imagine. Une certitude en tout cas, les sociétés néolithiques étaient organisées, différenciées, et en perpétuelle transformation.

 

Bibliographie

Aurenche O. 1980. Un exemple de l’architecture domestique au VIIIe millénaire : la maison XLVII de Mureybet, in : Margueron J. (dir.), Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges, Leiden, E. J. Brill, 35-54.

Schmidt K. 2002. The 2002 Excavations at Göbekli Tepe (Southeastern Turkey). Impressions from an enigmatic Site, Neo-Lithics, 2, 8-13.

Schmidt K. 2007. Göbekli Tepe, in:  Özdöğan M. et Başgelen N. (dir.), Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New Discoveries. Istanbul, Arkeolojive sanat Yayinlari, 1, 115-129, 2, 105-116.

Stordeur D., Brenet M. et Yartah T. 2000. Jerf el Ahmar. Un site néolithique englouti sous un lac de barrage. Une opération de sauvetage du patrimoine, in : Weyer A. (dir.), Rettung des Kulturerbes. Projekte rund ums Mittelmeer/ Sauvetage du patrimoine culturel. Projets autour de la Méditerranée, Hambourg, Glöss Verlag (Hornemann ed 3.3), 85-100.

Stordeur  D. 2006. Les bâtiments collectifs des premiers néolithiques de l’Euphrate. Création, standardisation et mémoire des formes architecturales, in : Butterlin P., Lebeau M., Montchambert J.Y., Montero-Fenollos J.L. et Müller B. (dir.), Les espaces syro-mésopotamiens. Dimensions de l’expérience humaine au Proche-Orient. Hommage offert à Jean Margueron. Bruxelles, Brepolls (Subartu 17), 19-31.

Stordeur D. et Willcox G. 2009. Indices de culture et d’utilisation des céréales à Jerf el Ahmar, in: De Méditerranée et d’ailleurs. Mélanges offerts à J. Guilaine, Toulouse, Archives d’Ecologie préhistorique,  693-710.

Stordeur D. sous presse. Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500-8700 avant JC). L’architecture, miroir d’une société complexe, Paris, CNRS Editions.

Yartah T. 2005. Les bâtiments communautaires de Tell ‘Abr 3 (PPNA, Syrie), Neo-Lithics 1/05, 3-9.

L’auteur :
Danielle Stordeur est Directeur de Recherche émérite au CNRS. Préhistorienne, Néolithicienne, elle a été Directrice de la mission permanente El Kowm-Mureybet (Syrie) du Ministère des Affaires Étrangères. CNRS UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon


Pour citer ce billet : Stordeur D. 2015. Le village de Jerf El Ahmar (Syrie, 9500-8700 CAL BC). Ou comment interroger l’architecture pour comprendre la société qui l’engendre, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 10 avril 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3900


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. De la part de Panorama Cultural Society (Athènes) : excellents articles. Nous vous remercions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *