Des mots et des images : gravures rupestres et graffiti médiévaux des pays d’Islam

Pour la troisième année consécutive, le CIHAM et le GREMMO ont organisé une journée d’étude sur un thème jusque-là peu abordé pour le monde musulman médiéval : les gravures rupestres et graffiti. Cette rencontre faisait suite à celles consacrées aux Jeux et jouets en 2013 et aux Lieux d’hygiène et lieux d’aisances en 2014 (en cours de publication). Devant l’impossibilité de représenter toute la diversité géographique et typologique de ce phénomène, les chercheurs réunis ont exposé et analysé des cas variés, particulièrement significatifs et couvrant une aire géographique allant de la Péninsule Ibérique et du Maghreb jusqu’au Proche-Orient, avec une ouverture sur le monde occidental chrétien.

Sources historiques à part entière, les graffiti sont aptes, par leur caractère relativement marginal, à éclairer des pans mal connus de l’histoire des pays d’Islam au Moyen Âge, et cela dans des domaines aussi variés que l’islamisation, la religiosité populaire, la progression de l’arabisation des couches populaires de la société, l’anthroponymie, l’architecture navale, l’organisation des espaces ruraux, les réseaux commerciaux… C’est du moins ce que cette journée d’étude avait pour ambition de démontrer.

Fig. 1 : graffito en arabe sur la porte de l’église de Qaṣr Ibn Wardān (cliché M.-O. Rousset © mission Marges Arides)

Fig. 1 : graffito en arabe sur la porte de l’église de Qaṣr Ibn Wardān (cliché M.-O. Rousset © mission Marges Arides)

Mais de quels graffiti parlons-nous ? Il s’agit, bien sûr, d’inscriptions au sens strict, des noms propres, des mots ou des phrases, en arabe – éventuellement en hébreu, ou en berbère et caractères tifinagh –, incisés, gravés ou piquetés, plus rarement peints, sur des supports divers : éléments d’architecture (fig. 1), parois rocheuses…, les matériaux périssables étant rarement conservés. On retrouve aussi des représentations figurées ou abstraites : symboles, objets, animaux, personnages, etc., sur les mêmes supports, parfois associées à des inscriptions.

Même si leurs auteurs leur ont sans doute souhaité une certaine pérennité, gravures et graffiti ne sont pas tous conçus dans l’idée d’atteindre la postérité ; ils nous sont d’ailleurs parvenus de façon tout à fait aléatoire, en fonction surtout des conditions de conservation des supports. Les graffiti à l’encre, par exemple, ont besoin de conditions particulières, tels ceux découverts à l’intérieur de la forteresse de Sadr, dans le Sinaï  (Mouton 2010). D’autres n’étaient a priori pas conçus pour être vus, comme une discrète basmala (« au nom de Dieu, le clément, le miséricordieux ») de quelques centimètres gravée sur un rocher des hauts pâturages de la Sierra Nevada (fig. 2-3).

Fig. 2-3 : graffiti en arabe de quelques centimètres à l’intérieur des lettres latines de l’inscription du pont d’Alcántara (cliché Helena Gimeno)

Rousset_Al-Kantara_b

Si certains « gribouillis » gravés dans l’enduit des murs des latrines de la mosquée de Tyr par une personne en position accroupie, relevaient peut-être plutôt de l’« écriture automatique », pour d’autres, en revanche, il est difficile de faire la différence entre un graffiti à l’écriture soignée et une inscription « officielle » de caractère fruste.

Comment dater les graffiti ? Cela n’est pas toujours aisé, loin s’en faut. On dispose parfois d’une datation absolue, dont Ma A. Martínez Núñez et F. Imbert nous ont montré des exemples : ceux de la citerne de la grande mosquée de Tolède, gravés en 1075 par le maçon dans l’enduit frais et ceux jalonnant la route de pèlerinage au sud de La Mecque dont le plus extraordinaire est le graffiti en arabe transitoire, daté de 570 ap. J.-C., ce qui en fait le plus ancien découvert à ce jour. Mais la datation repose souvent sur des critères indirects évoqués par F. Imbert. Du plus au moins fiable, il s’agit, à défaut de date explicite, de s’appuyer sur la mention de personnages ou d’évènements historiques, sur le formulaire , sur la manière dont est mentionné le Prophète, puis sur la paléographie. Cette dernière, cependant, si elle s’avère fort utile pour les manuscrits ou les inscriptions officielles, ne suit pas d’évolution linéaire dans le cas des graffiti. La question devient beaucoup plus complexe dans le cas de gravures rupestres figurées schématiques, dont on ne s’étonnera pas qu’elles aient été fréquemment attribuées à des époques bien plus anciennes. L’accumulation des graffiti sur un même support est un phénomène qui a toujours existé (et qui est bien connu des services de nettoyage urbain actuels). Cette juxtaposition de signes et d’inscriptions, sur une longue durée, complique – quand elle ne rend pas impossible – la datation des motifs par association à une écriture. C’est ce qu’ont montré P. Cressier et J. I. Barrera Maturana dans le cas de la Sierra de los Filabres (Almeria), qui présente une densité de gravures importante. La prospection systématique et quelques relations stratigraphiques entre supports datés (des parois de citerne) et motifs permettent d’attribuer ces derniers à l’époque médiévale voire moderne. En revanche la différenciation des groupes sociaux ou confessionnels s’avère impossible car le répertoire est en partie le même au Maroc et en Andalousie : personnages, animaux, croix, fer à cheval, clés, etc., certains signes ayant une signification clairement prophylactique (fig. 4).

Fig. 4 : représentation figurée rupestre sur la dalle sommitale du grenier fortifié d'Amtoudi (province de Guelmim, Maroc, cliché Patrice Cressier)

Fig. 4 : représentation figurée rupestre sur la dalle sommitale du grenier fortifié d’Amtoudi (province de Guelmim, Maroc, cliché Patrice Cressier)

Si les thèmes érotiques, voire pornographiques – si présents dans l’Antiquité et à l’époque actuelle –, sont presque totalement absents au Moyen Âge, chrétien comme islamique, d’autres bien particuliers et fréquents dans toutes les régions considérées auraient mérité un traitement spécifique. Il en est ainsi de celui des bateaux et de la navigation. On les trouve, depuis des époques bien antérieures à l’Islam, loin de la mer parfois et même dans des lieux incongrus, comme les égouts de la ville califale omeyyade de Madînat al-Zahrâ’ (Xe siècle ; Barrera et al. 1999), mais aussi dans des ports, où ils peuvent constituer des ensembles complexes, composés sur une longue durée, comme le rappelle l’exemple de Denia (Bazzana et al. 1984). Leur apport historique, pour la connaissance de l’architecture navale en particulier, est essentiel. Les graffiti militaires étudiés par A. Zouache sont eux aussi complémentaires d’autres types de représentations écrites ou figurées et renseignent sur les soldats, l’armement, les techniques de combat, les mouvements des armées, etc.

Pourquoi ces graffiti ? C’est une des principales questions car il n’y a pas qu’un seul type de graffiti, pas plus qu’une seule motivation pour qu’un individu (plus rarement une communauté ou un groupe d’individus) choisisse de marquer ainsi son espace. Sauf exception, leurs auteurs ne sont ni des lettrés, ni des hommes de science, et ils appartiennent à des classes sociales n’apparaissant d’ordinaire que de façon fortuite ou indirecte dans les sources écrites, dont nous pouvons saisir ainsi les croyances ou les activités du quotidien. En effet, si la gratuité – voire la futilité – du geste, que nous percevons fossilisé par le temps, est souvent bien réelle, elle n’est pas du tout systématique. Les contre-exemples sont nombreux, depuis les indications portées sur les matériaux de construction d’un chantier ou sur les objets, plus particulièrement les céramiques (marques de propriétaires ou de commerçants, etc.) jusqu’aux signes jalonnant certains territoires parcourus et contrôlés par des groupes de pasteurs.

Parmi les gestes évoqués, le plus futile mais aussi l’un des plus représentés est peut-être l’affirmation de sa présence en un lieu par un individu qui y appose son nom. La pratique est, on s’en doute, très ancienne. Dans les pays de l’Europe chrétienne, les graffiti de prisonniers constituent un vaste répertoire. J.-M. Poisson nous en a offert un aperçu en présentant le cas très particulier de la « tour blanche » d’Issoudun, où des graffiti en hébreu éclairent l’épisode de l’expulsion des juifs de France ordonnée par Philippe le Bel en 1306. En al-Andalus, on connaît mieux les inscriptions laissées par des pèlerins ; un exemple discuté est celui des graffiti inscrits sur les parois de l’une des cellules du ribât de Guardamar del Segura (Alicante), étudiés par C. Barceló (2004). Ils auraient été gravés bien après l’abandon de l’établissement, mais alors que ses ruines étaient encore accessibles et qu’une certaine sacralité leur était attribuée. Le phénomène touche l’ensemble du monde médiéval : à Tyr, A. Zouache a remis en question l’interprétation des graffiti laissés par des croisés sur l’enduit de la chapelle de l’hippodrome (Pringle 2004). Inscrire son nom reste d’ailleurs un geste très actuel et rend compte du désir d’ancrage mémoriel, voire de la vanité du touriste, à l’image des gravures faites par les visiteurs européens des XVIIIe et XIXe siècles sur les monuments du Moyen-Orient ou d’Égypte.

Dans la grande mosquée de Kairouan, c’est à l’interprétation de graffiti inédits de haute époque (fin du VIIIe siècle) que s’est attaché L. Abdeljaouad. Ces textes, accompagnés de gravures, ont été rédigés dans le contexte de la conquête de la Sardaigne et de la Sicile. Ils comportent des encadrements à queue d’aronde, tracés avant l’inscription et qui interrogent sur le rapport entre inscriptions monumentales et graffiti.

Enfin, l’affirmation d’une piété populaire est l’un des traits marquants des graffiti  d’époque islamique. Les graffiti jalonnant les itinéraires du pèlerinage évoqués par F. Imbert (Imbert 2011) dans son intervention sont massivement à contenu religieux et ont fourni une information précieuse pour la connaissance de l’Islam précoce (fig. 5).

Fig. 5: exemple de coufique dit « souligné » trouvé sur le site d’al-Murakkab (Najrân, Arabie, cliché F. Imbert).

Fig. 5: exemple de coufique dit « souligné » trouvé sur le site d’al-Murakkab (Najrân, Arabie, cliché F. Imbert).

Cette journée, riche d’échanges interdisciplinaires, a montré que l’inventaire des graffiti présente encore de fortes disparités d’une région à l’autre, dues à l’état de la recherche archéologique autant qu’à des concentrations avérées dans certains secteurs. Avec toutes les limites que supposent les parallèles perçus à grande distance et sur la longue durée, la comparaison des corpus de graffiti et de gravures rupestres schématiques d’al-Andalus et du Maghreb avec d’autres, bien connus ou encore inédits, du Proche et du Moyen-Orient ou d’Afrique saharienne (De Moraes Farias 2003), s’impose et fournira d’utiles pistes d’interprétation.

Bibliographie :

Barceló C. 1997. Graffiti árabes. Un ensayo de clasificació, in: Gimeno Glay, F. M.  et Mandigorra Llavata, Ma L. (dir.), Los muros tienen la palabra. Materiales para una historia de los graffiti, Valence, 121-147.

Barceló Torres C. 2004. Capítulo IV. Los escritos árabes de Guardamar, in: Azuar Ruiz R. (dir.), Fouilles de la Rábita de Guardamar I. El ribât califal. Excavaciones e investigaciones (1984-1992), Collection de la Casa de Velázquez 85, Madrid, 131-145.

Barrera Maturana J. I., Cressier P. et Molina Muñoz J. A. 1999. Garabatos de alarifes: los graffiti de las galerías de desagüe de Madînat al-Zahrâ’, Cuadernos de Madînat al-Zahrâ’ 4, 39-81.

Bazzana A., Lamblin M.-P., Montmessin Y. 1984. Los graffiti medievales del Castell de Denia, Alicante.

De Moraes Farias P. F. 2003,.Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali: Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History, Sources of Arabic History 4, Oxford, British Academy – Oxford University Press.

Imbert, F. 2011.  L’islam des pierres : expression de la foi dans les graffiti arabes des premiers siècles, in: Écriture de l’histoire et processus de canonisation dans les premiers siècles de l’islam, hommage à A.-L. De Prémare, REMMM, 129, 57-77.

Mouton J.-M. (dir.) 2010. Sadr, une forteresse de Saladin au Sinaï, Paris, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 43.

Pringle D. 2004. A Crusader Chapel in the Hippodrome of Tyre, Archaeology and History in Lebanon 20, 2-8.

Les auteurs : Patrice Cressier et Sophie Gilotte sont chercheurs, rattachés au laboratoire CIHAM-UMR 5648 (CNRS, Lyon) et spécialistes de l’Islam d’Occident. Marie-Odile Rousset est chercheur au GREMMO-UMR 5291 (CNRS, MOM, Lyon) et spécialiste du Proche-Orient médiéval.


Pour citer ce billet : Cressier P., Gilotte S. et Rousset M.-O. 2015. Des mots et des images : gravures rupestres et graffiti médiévaux des pays d’Islam, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 03 avril 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3878


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *