L’approvisionnement en obsidienne dans le Caucase : des questions et des hypothèses

Dans l’ensemble du Proche-Orient et du Caucase, de nombreux artefacts en obsidienne ont été retrouvés sur des sites préhistoriques. Cependant, l’abondance de ce matériau sur un site n’est pas directement liée à la présence d’affleurements dans le voisinage : interviennent d’autres facteurs que la modélisation des échanges essaie de restituer. Cette modélisation est basée sur la détermination de provenance et l’analyse des modes d’acquisition et de redistribution (cf billet d’Ibanez et al.).

Modélisation des échanges

L’obsidienne est en effet un bon marqueur des échanges, parce qu’il est possible de relier de façon précise un artefact archéologique à la source dont il provient grâce à sa caractérisation chimique. Sur les hautes terres du Petit Caucase et de l’Anatolie orientale voisine, plus d’une vingtaine de sources ont été identifiées et analysées (fig. 1). L’obsidienne, abondante et généralement d’excellente qualité, est aisément accessible sur les affleurements (dépôts primaires) ou bien dans des amas de blocs transportés par les rivières (dépôts secondaires).

Fig.1 :  Carte de répartition des sources d'obsidienne dans le Caucase et le nord-est de la Turquie et localisation des sites étudiés.

Fig.1 : Carte de répartition des sources d’obsidienne dans le Caucase et le nord-est de la Turquie et localisation des sites étudiés.

Cependant les analyses de provenance montrent que le choix des sources et leur part respective dans l’approvisionnement des sites présentent une étonnante variabilité et que, si l’on arrive à déterminer le point de départ (le volcan qui a émis la coulée d’obsidienne) et le point d’arrivée (le site archéologique), la raison du choix d’une source donnée et les modalités de cheminement de son matériau soulèvent de nombreuses questions…

La théorie généralement admise pour expliquer la quantité d’obsidienne d’une source sur un site est celle de la décroissance linéaire en fonction de la distance (« down the line exchange», Renfrew, Dixon 1976). Dans le Sud du Caucase et l’Est de la Turquie, la distance en ligne droite ne peut être prise en compte à cause du relief montagneux ; c’est donc le temps mis par un marcheur pour aller d’un site archéologique au gisement d’obsidienne qui sert de référence. Les fonctions d’analyse spatiale des SIG (« analyses de coût » et « chemins de moindre coût ») permettent en effet de calculer le temps mis pour aller d’un point à un autre en fonction du relief et de modéliser les cheminements les moins “coûteux” en temps et en effort, et donc les plus plausibles (Barge, Chataigner 2004).

Les temps de parcours et les itinéraires ainsi obtenus mettent en évidence des incohérences apparentes dans le choix des populations pour leur approvisionnement en obsidienne : les sources les plus proches ne sont pas les plus utilisées et certaines sources, très éloignées, sont présentes en quantité non négligeable, alors que plusieurs autres gisements d’obsidienne se trouvent sur le chemin….

Voici quelques exemples des questions posées par cet approvisionnement dans le cas de trois villages néolithiques de la plaine de l’Ararat (fig. 1).

Cadre de l’étude

Au tout début du 6e millénaire avant J.-C., apparaissent dans le bassin de la Kura (en Géorgie et Azerbaïdjan) et dans celui de l’Araxe (en Arménie) des populations qui possèdent déjà une maîtrise avancée de la domestication des plantes et des animaux : ce sont les cultures de Shulaveri-Shomutepe dans le bassin de la Kura et d’Aratashen dans celui de l’Araxe.

Trois tells fouillés depuis le début des années 2000, Aratashen (Badalyan et al. 2007), Aknashen-Khatunarkh (Badalyan et al. 2010) et Masis Blur (Martirosyan-Olshansky 2014), se trouvent dans la plaine de l’Ararat à quelques kilomètres de distance (6 km entre Aratashen et Aknashen-Khatunarkh, 11 km entre ce dernier et Masis-Blur). Ils sont donc situés dans le même environnement, appartiennent tous trois à la culture d’Aratashen (fig. 2) et sont parfaitement contemporains selon les datations 14C (première moitié du 6e millénaire). Cependant leurs approvisionnements en obsidienne présentent des différences et posent un certain nombre de questions.

Fig. 2 : Nucleus en obsidienne d'Aknashen-Khatunarkh

Fig. 2 : Nucleus en obsidienne d’Aknashen-Khatunarkh

Sources des volcans Arteni et Gutansar

Sur les sites d’Aratashen et d’Aknashen-Khatunarkh, les pièces en provenance d’Arteni prédominent (48 à 50% des pièces analysées) (fig. 3) (Chataigner, Gratuze 2013 ; Gratuze comm. pers.). Ce volcan se trouve pourtant à plus de 60 km (11 h à 12 h de marche), alors que la source de Gutansar, plus proche (9 h à 9,5 h de marche) (fig. 4), ne représente que 10 à 15% des pièces analysées.

A Masis Blur, en revanche, les pièces en provenance d’Arteni et de Gutansar sont en proportions équivalentes (autour de 34%) (fig. 3). Pourtant l’établissement de Masis Blur se trouve, comme les deux autres villages, à environ 9 h de marche de Gutansar, alors qu’il est distant de 14 h de marche d’Arteni.

Fig. 3 : Graphiques de l'approvisionnement en obsidienne des sites néolithiques de la plaine de l'Ararat.

Fig. 3 : Graphiques de l’approvisionnement en obsidienne des sites néolithiques de la plaine de l’Ararat.

Fig. 4 : Chemins « de moindre coût » entre Aratashen et les sources d’obsidienne exploitées.

Fig. 4 : Chemins « de moindre coût » entre Aratashen et les sources d’obsidienne exploitées.

Les trois établissements néolithiques sont quasiment à la même distance-temps de Gutansar, mais l’un d’eux (Masis Blur) l’exploite de façon nettement plus importante. Comment expliquer cette apparente contradiction ? Cela suggère-t-il un accès privilégié des habitants de ce village aux affleurements du complexe de Gutansar, l’intégration de cette source dans leur territoire d’approvisionnement ?

A l’inverse, la source d’Arteni, éloignée des trois établissements, est majoritaire partout ; la raison n’est pas la quantité ou la qualité de l’obsidienne, car celle-ci est aussi abondante et excellente à Gutansar. Le complexe volcanique d’Arteni se trouve dans la partie occidentale de la plaine de l’Ararat, à la croisée de deux voies de circulation importantes, O-E entre la Turquie orientale et le nord-ouest de l’Iran en suivant la vallée de l’Araxe et N-S entre le bassin de la Kura et celui de l’Araxe en suivant la vallée de l’Akhurian (fig. 1). Il se pourrait donc que l’accès à cette source, à l’écart des implantations néolithiques établies dans les cours inférieurs du Kasakh et du Razdan, soit resté libre, sans restriction pour les différents groupes humains circulant dans le secteur.

Sources des volcans Hatis et Gegham

Le volcan Hatis, qui s’élève à proximité immédiate de Gutansar, est peu représenté sur les tells d’Aratashen et d’Aknashen-Khatunarkh, alors que celui de Gegham situé beaucoup plus loin (19 à 20 h de marche) et plus haut (à près de 2700 m d’altitude) sur les montagnes dominant le lac Sevan (fig. 1 et 4) est en proportion équivalente ou supérieure (jusqu’à 9%) (fig. 3).

Un phénomène similaire s’observe à Masis Blur (fig. 3), où l’exploitation d’Hatis, manifestement liée à celle de Gutansar, est légèrement plus importante (8%), mais est largement dépassée par celle de Gegham (20%), situé pourtant à 17 h de marche du site.

Ce phénomène pourrait être lié à la pratique de la transhumance : les habitants de la plaine de l’Ararat, où la chaleur est torride en été, emmènent traditionnellement leurs troupeaux en estive sur les hauts plateaux où se trouve le gisement de Gegham. De l’obsidienne de ce volcan a donc pu être récoltée par les bergers et redescendue à l’automne vers les villages.

Source des volcans de Sarikamis Nord

La source de Sarikamis Nord est attestée sur les tells d’Aratashen et d’Aknashen-Khatunarkh (fig. 3), or les affleurements se trouvent en Turquie, à plus de 5 jours de marche de ces sites (fig. 4). Cependant, d’après les analyses chimiques, de l’obsidienne originaire de ces gisements est présente en grande quantité, sous la forme de dépôts de galets, dans la vallée de l’Akhurian, en aval de son confluent avec la rivière Kars, dépôt qui est accessible d’Arteni en quelques heures de marche.

Source des volcans de Sarikamis Sud

Un autre élément intéressant est la présence d’obsidienne de Sarikamis Sud dans les trois établissements, et ce en quantité non négligeable, atteignant même une proportion équivalente à celle de Gutansar sur le site d’Aratashen (fig. 3). Les gisements de Sarikamis Sud se trouvent à grande distance des trois établissements (de 5 à 6 jours de marche) (fig. 1 et 4) et pour y accéder il faut soit remonter la vallée de l’Araxe, soit franchir le Yaglica Dag, qui possède lui aussi d’abondants gisements en obsidienne, mais qui n’est guère représenté sur les sites néolithiques de la plaine de l’Ararat (2% seulement à Aknashen-Khatunarkh). Une autre explication que la quête de matière première doit donc être recherchée.

Plusieurs « montagnes de sel » sont présentes dans le bassin de l’Araxe (Karajian 1920) : à Duzdagi près de Khoy dans le nord-ouest de l’Iran, à Duzdagi près de Nakhichevan dans la province azérie du même nom, à Tuzluca (anciennement Kulpi) près d’Igdir et dans le voisinage de Kagizman en Turquie du nord-est (fig. 5); toutes sont encore actuellement exploitées.

Fig. 5 : Carte du 19e siècle montrant la localisation de Kulpi (actuelle Tuzluca) et les « montagnes de sel » dans la vallée de l'Araxe.

Fig. 5 : Carte du 19e siècle montrant la localisation de Kulpi (actuelle Tuzluca) et les « montagnes de sel » dans la vallée de l’Araxe.

La montagne de sel gemme de Tuzluca (ou Kulpi), située près du confluent entre l’Akhurian et l’Araxe, a joué un rôle très important au Moyen-Age et jusqu’au 19e siècle pour l’approvisionnement de l’Arménie, de la Géorgie et de l’Est de la Turquie (Ouoskherdjan 1828). Elle est aisément accessible depuis les tells de la plaine de l’Ararat et se trouve à une même distance-temps que le volcan Arteni, soit une journée et demie de marche environ. Cette montagne de sel a pu servir aux époques préhistoriques de source d’approvisionnement pour les populations de cette partie occidentale du bassin de l’Araxe, permettant des rencontres et des échanges ponctuels d’obsidiennes.

La diffusion de l’obsidienne de Sarikamis Sud dans le Sud du Caucase, au cours de cette première moitié du 6e millénaire avant J.-C., est confirmée par sa présence en quantité importante sur des sites de la culture de Shulaveri-Shomutepe établis dans le bassin de la Kura (nord-ouest de l’Azerbaidjan), notamment à Mentesh Tepe (fig. 1) (Lyonnet et al. 2012, p. 176 ; Gratuze, comm. pers.). Cette diffusion à très longue distance, alors que plusieurs sources d’obsidienne d’excellente qualité sont plus proches de Mentesh Tepe (Tsaghkunyats, Gutansar, Gegham, groupe de Sevkar), conforte l’hypothèse d’une redistribution par échange à partir d’un lieu, comme celui de l’approvisionnement en sel, où des populations d’origines géographiques différentes pouvaient se rencontrer.

Bibliographie

Badalyan R., Lombard P., Avetisyan P., Chataigner C., Chabot J., Vila E., Hovsepyan R., Willcox G., Pessin H. 2007. New data on the late prehistory of the Southern Caucasus. The excavations at Aratashen (Armenia): preliminary report, in : Lyonnet B. (dir.), Les cultures du Caucase (VIe-IIIe millénaires avant notre ère) – Leurs relations avec le Proche-Orient, Paris, Editions Recherche sur les Civilisations, CNRS Editions, 37-62.

Badalyan R., Harutyunyan A.A., Chataigner C., Le Mort F., Chabot J., Brochier J.-E., Balasescu A., Radu V., Hovsepyan R. 2010. The settlement of Aknashen-Khatunarkh, a Neolithic site in the Ararat plain (Armenia) – excavation results 2004-2009, TÜBA-AR 13, 185-218.

Barge O., Chataigner C. 2004. Un SIG pour l’analyse des approvisionnements : l’exemple de l’obsidienne en Arménie, Revue d’Archéométrie 28, 25-33.

Chataigner C., Gratuze B. 2013. New data on the exploitation of obsidian in the Southern Caucasus (Armenia, Georgia) and eastern Turkey. Part 2: Obsidian procurement from the Upper Palaeolithic to the Late Bronze Age, Archaeometry 56(1), 48-69.

Karajian H. 1920. Mineral Resources of Armenia and Anatolia, New York, Armen Technical Book Co.

Lyonnet, B., Guliyev, F., Helwing, B., Aliyev, T., Hansen, S., and Mirtskulava, G. (2012). Ancient Kura (20102011): the first two seasons of joint field work in the Southern Caucasus, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 44, 1–190.

Martirosyan-Olshansky K. 2014. Geochemical Characterization of Obsidian from the Neolithic Settlement Masis Blur, Ararat Plain, Armenia, Cotsen Institute of Archaeology, UCLA.

Ouoskherdjan J. 1828. Mémoire de Jean Ouoskherdjan, prêtre arménien de Wagarchabad, in: Klaproth H.J. (ed.), Mémoires relatifs à l’Asie contenant des recherches historiques, géographiques et philologiques sur les peuples de l’Orient, Paris, Librairie Orientale, 228-309.

Renfrew C., Dixon J.E. 1976. Obsidian in Western Asia: a review, in : Sieveking G. de, Longworth I.H.L., Wilson K.E. (dir.), Problems in Economic and Social Archaeology. London, Duckworth, 137-150.

L’auteur :

Christine Chataigner est ingénieur de recherche au laboratoire Archéorient/UMR 5133, responsable de la mission “Caucase” du MAE (Arménie, Géorgie). Elle étudie les périodes néolithique et chalcolithique dans le Caucase et la circulation de l’obsidienne dans cette région et au Proche Orient.


Pour citer ce billet : Chataigner C. 2015. L’approvisionnement en obsidienne dans le Caucase : des questions et des hypothèses, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 27 mars 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3858


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *