Archéologie égéenne, paléo-environnement et interdisciplinarité au colloque “PHYSIS”

25 janvier 2013
Par

Détail de la “Fresque du Printemps” à Akrotiri, Théra, fin du 17e s. av. J.-C. (affiche du colloque PHYSIS)

La 14e Rencontre Égéenne Internationale portait sur l’environnement naturel et la relation homme-milieu dans le monde égéen protohistorique (“PHYSIS. Natural Environment and Human Interaction in the Prehistoric Aegean”). Elle s’est tenue à Paris du 11 au 14 décembre 2012, à l’auditorium de l’Institut National d’Histoire de l’Art et, pour une après-midi, au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, où les participants ont ensuite été guidés dans les collections puis invités à une somptueuse réception. Le comité d’organisation regroupait des membres et des chercheurs associés du laboratoire Arscan (UMR 7041 du CNRS) : Gilles Touchais (Université Paris I), Robert Laffineur (Université de Liège), Stelios Andreou (Université de Thessalonique), Françoise Rougemont (CNRS-UMR7041), Hara Procopiou (Université Paris I) et Eric Fouache (Université Paris IV).

Réception au musée de Saint-Germain-en-Laye (photo N. Thomas)

La présentation de la thématique, qui figurait dans l’appel à contributions diffusé en novembre 2011, n’est plus accessible sur le site web du colloque (où l’on peut en revanche télécharger le programme et les résumés), mais sa version anglaise est en ligne sur le site d’Aegeus.

En bref, il s’agissait de mettre en évidence l’intérêt que l’archéologie égéenne a porté au cours des dernières décennies à la reconstitution du paléo-environnement. Comme ailleurs en Europe, des spécialistes des sciences de la terre et du vivant travaillent aujourd’hui aux côtés des archéologues, et les recherches ne portent plus seulement sur la culture matérielle, mais aussi sur l’évolution du climat et du paysage, sur la faune et la flore, et sur les modes d’interaction entre l’homme et son milieu. La recherche archéologique en Égée semble aujourd’hui avoir comblé son retard dans ce domaine – comme l’a bien mis en évidence Stelios Andreou dans sa “keynote lecture”, une synthèse sur l’état des recherches environnementales dans le bassin égéen (“Aegean prehistory and the study of the natural environment : a late beginner, but a quick learner”). Ce dernier a aussi souligné que, paradoxalement, c’est la richesse même des découvertes précoces (Mycènes, Cnossos…) qui est en partie responsable du décalage avec lequel on s’est intéressé au paléo-environnement en Grèce insulaire et méridionale – faisant mentir le proverbe “abondance de biens ne nuit pas” !

Le colloque visait donc à dresser un bilan des acquis et à dégager de futures directions de recherche. Les thèmes proposés concernaient les paysages et leur évolution, l’impact anthropique sur le milieu, l’impact du milieu sur les populations, les représentations de la nature et du monde physique et la place de l’élément naturel dans l’univers symbolique et religieux.

La rencontre a réuni 55 communications et 28 posters, totalisant près de 200 auteurs d’une douzaine de nationalités différentes. Presque tous se sont exprimés en anglais, malgré la participation de francophones et malgré Paris… ce qui confirme, si besoin était, l’irrémédiable déclin du français comme langue de communication scientifique à l’international. Je représentais le laboratoire Archéorient avec une communication sur “Dynamics of population and resource exploitation in Crete : the case of Malia”, en collaboration avec mon collègue Dario Puglisi et le phyto-écologiste Frédéric Bendali. Il s’agissait de montrer que, dans la région de Malia, le déplacement des sites d’habitat de la montagne vers la plaine au début du Bronze récent tient à des changements dans le mode d’exploitation des ressources naturelles. Cette conclusion semble valable pour d’autres régions de Crète à configuration géomorphologique similaire, et elle suggère que la dynamique de peuplement répond à des facteurs principalement économiques plutôt que politiques.

Le programme comportait sept sections : cadre naturel, ressources naturelles, paysage et climat, iconographie, agriculture, ressources animales, peuplement et population. Leur pertinence était discutable dans certains cas, même si l’interdisciplinarité de la plupart des travaux présentés rendait effectivement la répartition difficile. On peut regretter, par exemple, que le peuplement ait fait l’objet d’une section séparée, puisque toutes les présentations qui évoquaient cette question mettaient l’accent sur son rapport avec l’environnement, rejoignant les thématiques traitées dans les sections “paysage et climat”, “agriculture” et “ressources naturelles” (Darcque et alii, Galaty/Parkinson/Pullen, Müller-Celka/Puglisi/Bendali, Van Wijngaarden, Wright ; La défection de J. Bintliff est à déplorer dans cette section). Inversement, la section “ressources animales” regroupait à la fois des présentations sur les chiens (Karetsou/Koehl) et les lions (Thomas), qui traitaient plutôt de la valeur symbolique de ces animaux, et des études sur l’exploitation des troupeaux, des abeilles ou des animaux chassés pour leur viande, où il était bien question de ressources (Creuzieux/Gardeisen/Stefani, D’Agata/De Angelis, Militello, Krzyszkowska, Rieau/Gardeisen/Rivals). Quant à la section “iconographie”, il y manquait certaines présentations également fondées sur les sources iconographiques mais dispatchées selon leur thématique dans d’autres sections (Blakomer, Weilhartner).

Cela dit, toutes les sessions étaient passionnantes et les présentations de grande qualité. Comme l’a bien exprimé Assaf Yassur-Landau, les participants se sont sentis dans cet auditorium comme des enfants qui auraient réussi à se faire enfermer pour la nuit dans une confiserie ! Les points évoqués ici ne constituent qu’une sélection, forcément arbitraire, parmi les nombreux résultats.

En plus de données fraîchement rapportées du terrain, les acquis concernent autant de nouvelles techniques d’investigation que de nouvelles pistes de réflexion sur la perception de l’environnement naturel. Parmi les premières, signalons la datation des nappes d’eau par les stades isotopiques de l’oxygène (Flood/Soles), la détection d’huiles végétales dans les poteries néolithiques (Decavallas), l’analyse des phytolithes (Vlachopoulos/Zorzos), ou les micro-traces de l’abrasion dentaire chez les caprinés (Rieau/Gardeisen/Rivals). Pour les secondes, je pense en particulier à l’apport des sources écrites : par exemple, le mot agros en grec mycénien a commencé par signifier “nature sauvage”, “terre non cultivée”, avant d’en venir à désigner le champ cultivé dans l’Antiquité (cf. français “agraire”), à une période où le développement de la vie urbaine repoussait le monde rural dans une relative “sauvagerie” (Palaima).

Les fresques de Théra étaient évidemment à l’honneur, en raison des nombreux éléments du monde végétal et animal qu’elles mettent en scène. Surprise : ces paysages longtemps dits “nilotiques” seraient en réalité tout à fait locaux, tant du point de vue géologique que botanique et zoologique (Doumas, Georma/Karnava/Nikolakopoulou, Strasser/Chapin, Vlachopoulos/Zorzos). Autre nouveauté : le lion est maintenant bien attesté en Égée, y compris en Grèce du Nord, et pas seulement sous forme d’os de pattes issus de dépouilles importées (Thomas). Et autre constat surprenant : la plupart des représentations de paysages semblent correspondre moins à la nature sauvage qu’à des espaces “domestiqués”, aménagés et gérés à la manière de parcs d’agrément (Papatsaroucha, Younger). Le bénéfice de l’interdisciplinarité dans ce domaine est ébouriffant : il a suffi à l’archéozoologue Armelle Gardeisen d’un seul coup d’oeil pour remarquer que les agrimia (chèvres sauvages) représentés sur le célèbre rhyton (vase à libations) en chlorite de Zakro sont tous des mâles et, par conséquent, composent un tableau impossible à observer dans la nature ! Les tablettes en linéaire B permettent de confirmer cette conclusion et suggèrent que ces animaux étaient gardés en captivité (Palmer). On reste songeur en pensant aux générations d’étudiants qui ont appris à associer cette scène avec la nature sauvage des montagnes de Crète…

Détail d’un rhyton en pierre provenant du palais de Zakro en Crète orientale (d’après L. Platon 2009, Zakros Siteias, Athènes, p. 34, fig. 45)

Dans le domaine animal, il faut relever l’attention croissante portée à l’exploitation des mollusques et des poissons comme ressource alimentaire et à leur rôle dans l’organisation des communautés littorales, y compris à travers des notions aussi variées que saisonnalité ou différentiation sociale (Apostolakou et alii, Theodoropoulou, Veropoulidou).

D’une manière générale, il a beaucoup plus été question d’anthropisation et d’exploitation des ressources, qu’elles soient minérales, végétales ou animales, que d’impact du milieu sur les populations. Les risques naturels tels que séismes, tsunamis, variations du niveau marin ou changements climatiques, et leurs effet sur la viabilité des sites d’habitat, ont finalement été peu examinés. Rien non plus sur l’environnement sanitaire, les pathologies, les plantes médicinales ou autres stratégies de défense. Cette constatation s’explique sans doute en partie par le fait que la plupart de ces sujets ont été traités ailleurs récemment mais elle illustre aussi un aspect très caractéristique du Néolithique et de l’âge du Bronze : les efforts intenses de l’homme durant ces périodes pour dompter son environnement et en optimiser l’exploitation – avec les premières conséquences néfastes pour le couvert forestier et la conservation des sols.

On note cependant que le caractère indispensable de certaines ressources naturelles a retenu l’attention des chercheurs. Outre la pierre à bâtir ou à polir (Athanasaki, Boleti/Morero/Procopiou), l’eau douce a bien sûr conditionné l’implantation des sites : plusieurs travaux se sont intéressés à sa gestion, tant pour l’approvisionnement direct des hommes et des animaux (Cadogan, Flood/Soles) que pour l’irrigation des cultures (Müller Celka/Puglisi/Bendali, Vokotopoulos/Plath/McCoy). L’étonnante nouvelle qu’un lac s’étendait au pied de la colline de Phaistos (Bredaki et alii) montre que l’eau était plus présente qu’aujourd’hui en Crète minoenne, dans un climat plus frais et humide jusqu’à la fin du 3e millénaire.

En outre, la révélation que l’entrée de certaines tombes à tholos est alignée sur les levers et couchers du soleil aux solstices et équinoxes fournit un exemple de l’impact symbolique de la nature sur l’homme (Chapin et alii).

Pour conclure, il faut féliciter les organisateurs pour le parfait déroulement du colloque et pour l’impressionnante somme de données nouvelles qu’ils ont permis de réunir. Les actes seront publiés dans un prochain numéro de la série Aegaeum : ils montreront à quel point l’étude de l’environnement naturel est aujourd’hui perçue comme nécessaire par les égéanistes, et combien l’interdisciplinarité qu’elle suppose est entrée dans les mœurs.

L’auteur :
Sylvie Müller Celka est Chargée de Recherche au CNRS.
Archéologue, spécialiste du Monde Egéen.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Müller Celka S., “Archéologie égéenne, paléo-environnement et interdisciplinarité au colloque “PHYSIS”", ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 25 janvier 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/385


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Actualités / News, Billets, Communiqués, Communiqués, Retour de colloque

Un commentaire pour “ Archéologie égéenne, paléo-environnement et interdisciplinarité au colloque “PHYSIS” ”

  1. [...] dans un registre plus large, les quatorzièmes rencontres égéennes internationales “Physis” en décembre 2012, dont la publication est prévue pour le premier semestre 2014. Ces travaux ont [...]

Laisser un commentaire

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ArchéOrient - Le Blog dans la liste.


Carnets de recherche