Les premières faucilles et l’expansion de l’agriculture en Europe

Le Néolithique trouve son origine au Proche-Orient et commence à se déplacer vers l’Europe dès le début du 7ème millénaire BC. Les mécanismes de ce déplacement font depuis longtemps l’objet d’un débat, qui porte sur la question de savoir si ce phénomène s’explique par des migrations de population ou par une transmission culturelle de proche en proche (Ammerman et Cavalli-Sforza 1971 ; Zvelebil et Lillie 2000). En fonction de la géographie et du rythme de déplacement, on reconnaît deux voies principales d’expansion néolithique, des Balkans vers l’Europe occidentale : l’une à travers les plaines de l’Europe centrale et l’autre le long des côtes septentrionales de la Méditerranée (Alexander 1978 ; Guilaine 2003).

A notre avis, l’analyse de la technologie agricole employée par les premières communautés paysannes peut apporter des informations sur la diffusion de l’agriculture. L’agriculture est un système technique complexe qui peut se déplacer soit par migration de populations soit par transmission mais, dans ce dernier cas, uniquement par apprentissage direct. En effet, les semences ne servent à rien sans un ensemble de techniques qui permettent de les exploiter (c’est-à-dire de les cultiver, de les récolter, de les stocker, etc.). La moisson est un moment stratégique dans tout système agricole et les techniques mises en œuvre pour y parvenir perdurent longtemps, fidèlement transmises de génération en génération (Juma et al. 2009).

Fig.1 : Éléments de faucille de Cortiçois (Estremadura, Portugal), correspondant à des faucilles avec éléments multiples en insertion oblique (Type La Marmotta)

Fig.1 : Éléments de faucille de Cortiçois (Estremadura, Portugal), correspondant à des faucilles avec éléments multiples en insertion oblique (Type La Marmotta)

Fig. 2 : Faucille de La Marmotta, dessin modifié de Fugazzola Delpino et al., 1993.

Fig. 2 : Faucille de La Marmotta, dessin modifié de Fugazzola Delpino et al., 1993.

Après quelques heures de travail, la moisson laisse sur les éléments en silex qui composent la faucille un lustre caractéristique, observable à l’œil nu, sur les parties tranchantes. La répartition de ce lustre permet d’identifier la manière dont les éléments en silex étaient insérés dans leur support, mais on a aussi retrouvé, dans quelques sites lacustres où le bois s’est conservé, des exemplaires de faucille complets. L’analyse des faucilles provenant des sites du Néolithique ancien de Méditerranée occidentale nous a permis de mettre en évidence une dualité dans les méthodes de moisson des céréales (Ibáñez et al., 2008 ; Gassin et al. 2010) : on trouve d’une part des faucilles courbes où de petits éléments de silex sont insérés obliquement (fig. 1) pour former un tranchant denticulé, tel qu’on l’observe sur les faucilles de la Marmotta (Fig. 2) (Lazio, Italie) (Fugazzola Delpino et al. 1993) et, d’autre part, des faucilles qui comportent une excroissance latérale servant à rassembler les tiges de céréales qui étaient ensuite saisies d’une main et coupées avec une lame de silex insérée dans la faucille, comme sur les exemplaires retrouvés dans le site de La Draga (Catalogne, Espagne) (Palomo et al. 2011)(fig. 3).

Fig. 3 : Faucilles de La Draga : 1 et 2, type 1 ; 4 : type 2 ; 5 : préforme de faucille  (Palomo et al, 2011)

Fig. 3 : Faucilles de La Draga : 1 et 2, type 1 ; 4 : type 2 ; 5 : préforme de faucille (Palomo et al, 2011)

Les lames de silex peuvent être insérées parallèlement à l’axe de la faucille (fig. 4) ou de manière oblique (fig. 5). Les faucilles type La Marmotta se rencontrent, en gros, dans l’Italie péninsulaire et la moitié sud de la Péninsule ibérique, ainsi que dans quelques sites du pourtour nord de la Méditerranée tels que Peiro Signado et dans les niveaux inférieurs de Arene Candide. Les faucilles de type La Draga apparaissent dans les sites d’Italie continentale, dans le sud-est de la France et dans la moitié nord de la Péninsule ibérique.

Fig. 4 : Éléments de faucille de Can Gambús (Catalogne, Espagne), correspondant à des faucilles avec éléments longs en insertion parallèle (type La Draga 1).

Fig. 4 : Éléments de faucille de Can Gambús (Catalogne, Espagne), correspondant à des faucilles avec éléments longs en insertion parallèle (type La Draga 1).

Fig. 5 : Eléments de faucille de La Vaquera (Castile, Spain), correspondant à des faucilles avec éléments longs en insertion oblique (type La Draga 2).

Fig. 5 : Eléments de faucille de La Vaquera (Castile, Spain), correspondant à des faucilles avec éléments longs en insertion oblique (type La Draga 2).

En examinant la distribution spatiale et chronologique de ces résultats (fig. 6), on obtient une image dynamique (Binder et al. 2008). Les premières communautés paysannes qui se sont installées dans le sud de l’Italie autour de 6000 cal. BC utilisaient les deux types de faucilles, mais lors de l’expansion des groupes pionniers vers le nord, dans la première moitié du 6ème millénaire, elles n’ont emporté que des faucilles de type La Marmotta, comme on peut le voir à Arene Candide (niveau inférieur), Peiro Sigado puis, vers le milieu du 6ème millénaire, sur des sites plus méridionaux comme Guixeres de Vilobí (Catalogne), Mas d’Is et Barranquet (Valencia) et Nerja (Andalousie). En même temps, au milieu du 6ème millénaire, on trouve des faucilles de type Draga dans le nord-est de l’Italie (Sammardenchia) puis, dans la deuxième moitié de ce millénaire, en Ligurie, en Provence, dans le Languedoc, en Catalogne et à l’intérieur de la Péninsule ibérique jusqu’au plateau central.

Fig. 6 : Carte avec les sites archéologiques et les types de faucille trouvés dans trois tranches chronologiques. 1) Torre Sabea; 2) Favella della Corte; 3) Trasano; 4) Coppa Nevigata; 5) La Starza; 6) Ripa Tetta; 7) La Marmotta; 8) Arene Candide; 9) Peiro Signado; 10) Guixeres de Vilobí; 11) Santo Stefano de Ortucchio; 12) Maddalena di Muccia; 13) Cialdino; 14) Sammardenchia; 15) Piancada; 16) Vlaer; 17) Abri Pendimoun; 18) Fontbrégoua; 19) Le Baratin; 20) El Barranquet; 21) Mas d’Is; 22) Cova Sarsa; 23) Cueva Nerja; 24) Vale Pincel I; 25) Cueva de Chaves; 26) Atxoste; 27) Los Cascajos; 28) La Vaquera; 29) Casa Montero; 30) La Revilla; 31) La Lámpara; 32) Colle Cera; 33) Fornace Cappuccini; 34) La Draga; 35) Mileto; 36) Isorella; 37) Brignano Frascata; 38) Grotte Lombard; 39) Mourre de la Barque; 40) Petites Bâties; 41) Case Montefrío; 42) Murcielagos de Zuheros; 43) Bajondillo; 44) Cortiçois; 45) San Pau del Camp; 46) Plansallosa; 47) Cova del Frare; 48) Costamar; 49) Cova de l’Or; 50) Mas de Vignoles; 51) Pizzo di Bodio; 52) Ostiano Dugali; 53) Minas de Gavà; 54) Campo Ceresole-Vhò di Piadena. Vale Pincel I, Cueva del Toro. Murciélagos de Albuñol.
Fig. 6 : Carte avec les sites archéologiques et les types de faucille trouvés dans trois tranches chronologiques. 1) Torre Sabea; 2) Favella della Corte; 3) Trasano; 4) Coppa Nevigata; 5) La Starza; 6) Ripa Tetta; 7) La Marmotta; 8) Arene Candide; 9) Peiro Signado; 10) Guixeres de Vilobí; 11) Santo Stefano de Ortucchio; 12) Maddalena di Muccia; 13) Cialdino; 14) Sammardenchia; 15) Piancada; 16) Vlaer; 17) Abri Pendimoun; 18) Fontbrégoua; 19) Le Baratin; 20) El Barranquet; 21) Mas d’Is; 22) Cova Sarsa; 23) Cueva Nerja; 24) Vale Pincel I; 25) Cueva de Chaves; 26) Atxoste; 27) Los Cascajos; 28) La Vaquera; 29) Casa Montero; 30) La Revilla; 31) La Lámpara; 32) Colle Cera; 33) Fornace Cappuccini; 34) La Draga; 35) Mileto; 36) Isorella; 37) Brignano Frascata; 38) Grotte Lombard; 39) Mourre de la Barque; 40) Petites Bâties; 41) Case Montefrío; 42) Murcielagos de Zuheros; 43) Bajondillo; 44) Cortiçois; 45) San Pau del Camp; 46) Plansallosa; 47) Cova del Frare; 48) Costamar; 49) Cova de l’Or; 50) Mas de Vignoles; 51) Pizzo di Bodio; 52) Ostiano Dugali; 53) Minas de Gavà; 54) Campo Ceresole-Vhò di Piadena. Vale Pincel I, Cueva del Toro. Murciélagos de Albuñol.

Comment s’explique cette distribution ? Notre hypothèse relie ces deux types de faucilles à deux traditions techniques différentes, portées par deux vagues d’expansion de groupes néolithiques. Les faucilles type La Marmotta pourraient appartenir à des groupes néolithiques qui se sont déplacés par voie maritime (Zilhão 2001) du sud de l’Italie vers l’arc liguro-provençal, la côte levantine espagnole et le Portugal à travers le détroit de Gibraltar, même si on ne peut pas écarter l’hypothèse d’une route africaine complémentaire pour la néolithisation du sud de l’Ibérie. A partir du milieu du 6ème millénaire, des communautés avançant par voie terrestre depuis le nord de l’Italie se seraient installées dans l’arc liguro-provençal et l’intérieur de l’Ibérie, repoussant les traditions techniques précédentes (faucilles du type La Marmotta) dans des régions où le Néolithique était déjà présent, comme la Provence, le Languedoc et la Catalogne.

Bien que les deux vagues aient été légèrement décalées dans le temps, puisque la voie maritime a commencé à être utilisée un peu avant la voie terrestre, elles auraient contribué à la Néolithisation de la Méditerranée occidentale à partir du milieu du 6ème millénaire. Il semble s’agir d’une expansion très rapide, pas plus de 200-300 ans, ce qui évoque des mécanismes migratoires, au moins dans un premier temps, probablement suivis d’une phase où les communautés locales ont dû jouer un rôle important dans le processus de néolithisation (Bernabeu et al. 2014).

Bibliographie

Alexander J. 1978. Frontier studies and the earliest farmers in Europe, in Green D. , Haselgrove C. , Spriggs M. (dir.), Social Organisation and Settlement, Oxford, British Archaeological Reports, International Series 47, 13-29.

Ammerman A.J., Cavalli-Sforza L.L. 1971. Measuring the rate of spread of early farming in Europe, Man n.s, 6, 674–688.

Bernabeu J., Martí B. 2014. The first agricultural groups in the Iberian Peninsula, in : Manen C., Perrin T., Guilaine J. (dir.), La transition néolithique en Méditerranée, Paris, Errance, 419-438.

Binder D., Lepere C. Maggi R. 2008. Epipaléolithique et Néolithique dans l’arc liguro-provençal : bilan et perspectives de la recherche, Bulletin du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, supplément 1, 49-62.

Fugazzola Delpino M.A., D’Eugenio G., Pessina A. 1993. “La Marmotta” (Anguillara Sabazia, RM). Scavi 1989. Un abitato perilacustre di età neolítica, Bullettino di Paletnologia Italiana 84, 5-115.

Gassin B., Bicho N., Bouby L., Buxó R., Carvalho A.F., Clemente I., Gibaja J.F., González-Urquijo J., Ibáñez J.J., Linton J., Marinval Ph., Márquez B., Peña-Chocarro L., Pérez-Jordá G., Philibert S., Rodríguez A., Zapata L. 2010. Variabilité des techniques de récolte et traitement des céréales dans l’occident méditerranéen au Néolithique ancien et moyen: facteurs environnementaux, économiques et sociaux, in : Beeching A., Thirault E., Vital J. (dir.), Économie et société à la fin de la Préhistoire. Actualité de la recherche, Lyon, ALPARA et Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne 34), 19-37.

Guilaine J. 2003. De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée, Paris, Éditions du Seuil.

Ibáñez J.J., González J.E., Gibaja J.F., Rodríguez A., Márquez B., Gassin B., Clemente I. 2008. Harvesting in the Neolithic: characteristics and spread of early agriculture in the Iberian Peninsula, in: Longo L. , Skakun N. (dir.), Prehistoric Technology 40 Years Later: Functional Analysis and the Russian Legacy, Oxford, British Archaeological Reports, International Series 1783, 183-95.

 Juma M., Nyangena W., Yesuf M. 2009. Production risk and farm technology adoption in rain-fed, semi-arid lands of Kenya, Environment for Development, 1-20.

Palomo A., Gibaja, J. F. Piqué, Bosch R., Chinchilla A., Tarrús, J. 2011. Harvesting cereals and other plants in Neolithic Iberia: the assemblage from the lake settlement at La Draga, Antiquity 85, 759-71.

Zilhão J. 2001. Radiocarbon evidence for maritime pioneer colonization at the origins of farming in west Mediterranean Europe, Proceedings of the National Academy of Science of the USA 98 (24), 14180-14185.

Zvelebil M. Lillie M. 2000. Transition to agriculture in Eastern Europe, in: Price T.D. (dir.), Europe’s First Farmers, Cambridge, Cambridge University Press, 57-92.

 Les auteurs

Juan José Ibáñez est biologiste et archéologue, chercheur à l’Institut Milá et Fontanas, Centre de Recherches en Sciences Humaines du Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique de Catalogne, à Barcelone (IMF-CSIC). Il est spécialiste du Néolithique et a dirigé la fouille de Tell Qarassa Nord.

Juan F. Gibaja est post doctorant, chercheur à l’Institut Milá et Fontanas dans le cadre du programme Ramón y Cajal , Centre de Recherches en Sciences Humaines du Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique de Catalogne, à Barcelone (IMF-CSIC).

Bernard Gassin est chercheur associé à l’UMR 5608 – TRACES, Université de Toulouse II – Le Mirail. Il est spécialiste en tracéologie lithique.

Niccolo Mazzucco est post-doctorant à l’université de Florence. Il a effectué sa thèse à l’Institut Milá et Fontanas, Centre de Recherches en Sciences Humaines du Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique de Catalogne, à Barcelone (IMF-CSIC).


Pour citer ce billet : Ibáñez J.J., Gibaja J.F., Gassin B., Mazzucco N. 2015. Les premières faucilles et l’expansion de l’agriculture en Europe, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 6 mars 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3788


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *