Nouvelles recherches au Kurdistan iraquien : la mission archéologique du Peramagron

La mission archéologique du Peramagron a été créée en 2011 sous la direction de Christine Kepinski assistée d’Aline Tenu (CNRS – UMR 7041 ArScAn, équipe Histoire et archéologie de l’Orient cunéiforme), à la suite d’une première mission exploratoire en septembre 2010 menée dans la région de Souleymaniyeh.

En octobre 2011, une prospection d’un mois permit d’inventorier 31 sites dans la haute vallée du Tanjaro et dans la vallée voisine du Taynal, Les plus anciennes occupations remontent au néolithique céramique, les plus récentes sont d’époque ottomane. Le chalcolithique récent et notamment la période d’Uruk, ainsi que le Bronze ancien sont particulièrement bien représentés dans les ramassages céramiques. Trois d’entre eux furent choisis pour être explorés plus avant : Bingird, Kalespi et Kunara. C’est sur ce dernier, daté d’après la céramique de surface entre le néolithique et l’âge du Fer, que furent conduites deux campagnes de fouilles en 2012 et 2013. (Fig 1)

Fig. 1 : carte de la vallée du Tanjaro (Hélène David-Cuny).

Fig. 1 : carte de la vallée du Tanjaro (Hélène David-Cuny).

Kunara

Kunara est situé sur la rive droite d’un des deux bras principaux qui forment le Tanjaro. Ce cours d’eau constitue la Diyala après avoir rejoint la rivère du Sirwan venue d’Iran. Le site couvre une surface de 7 à 10 hectares et comporte à l’ouest une ville haute qui atteint près de 20 m de haut. La ville basse est installée sur une terrasse alluvionnaire. Entre les deux passe une route moderne qui a surcreusé une dépression naturelle. (Fig. 2)

Fig. 2 : vue générale de Kunara depuis le nord-est (Aline Tenu).

Fig. 2 : vue générale de Kunara depuis le nord-est (Aline Tenu).

 Avant de débuter les fouilles, Christophe Benech (CNRS – UMR 5133 Archéorient) a réalisé une prospection géomagnétique sur la ville basse. Cette prospection a révélé notamment la présence d’un vaste bâtiment d’environ 60 m x 30 m organisé autour de deux vastes espaces, vraisemblablement des cours, bordées de rangées de pièces. Au sud, des anomalies magnétiques pourraient correspondre à une construction incendiée ou réalisée en briques cuites. (Fig. 3) En revanche, les pentes trop raides de la ville haute n’ont pas permis pas d’y conduire une telle prospection.

Fig. 3 : carte magnétique de la ville basse de Kunara (Christophe Benech).

Fig. 3 : carte magnétique de la ville basse de Kunara (Christophe Benech).

En 2012 trois chantiers furent ouverts : une tranchée stratigraphique en ville haute (A), deux en extension en ville basse (chantiers B et C) là où des structures apparaissaient sur l’image magnétique. En 2013 un nouveau secteur fut ouvert en bord de ville basse pour identifier un possible système défensif. (Fig 4)

Fig. 4 : plan topographique du site avec l’implantation des chantiers (Boris Hollemaert).

Fig. 4 : plan topographique du site avec l’implantation des chantiers (Boris Hollemaert).

Le chantier de la ville haute (A) a révélé l’existence de deux bâtiments successifs érigés au sommet d’une plateforme principalement constituée de sable soigneusement préparé. Haute d’au moins 3,5 m, elle était dotée d’un escalier d’environ 7 m de long dont deux soubassements en pierre ont été retrouvés. Les murs du bâtiment le plus récent atteignaient 2,60 m d’épaisseur et présentent une technique de construction originale, avec une alternance de briques et de pisé sur un soubassement de pierre.

Le grand bâtiment repéré par la prospection géophysique en ville basse a été découvert dans le chantier B. Les murs épais d’env. 1,60 m, également montés sur des soubassements de pierre, sont construits en terre suivant différentes techniques. A ce jour, seules quelques portions de murs ont été dégagées, mais elles montrent bien le très grand soin apporté à leur construction (Fig. 5). Sur un sol fut mis au jour un sceau-cylindre très finement gravé dans une pierre vert clair.

Fig. 5 : Murs du bâtiment monumental du chantier B (Mission du Peramagron).

Fig. 5 : Murs du bâtiment monumental du chantier B (Mission du Peramagron).

Au sud, un autre chantier a été ouvert (C). Il a principalement livré l’angle sud-est d’un bâtiment monumental associé à plusieurs sols extérieurs et auquel on accédait par un escalier (Fig. 6). Sous ce niveau a été identifié un bâtiment brûlé dont les toitures de roseaux ont été en partie retrouvées au sommet des remplissages des pièces. La fouille de ce bâtiment, qui correspond peut-être aux anomalies de la carte magnétique, commencera en 2015.

Fig. 6 : Angle du bâtiment monumental du chantier C (Mission du Peramagron).

Fig. 6 : Angle du bâtiment monumental du chantier C (Mission du Peramagron).

Sur les pentes de la ville basse (D), aucun système défensif n’a pour l’instant été découvert. En revanche plusieurs secteurs d’occupation domestique ont été repérés, complétant ainsi notre connaissance de l’occupation ancienne du site.

Conclusion

Les résultats sont encore préliminaires, mais les vestiges architecturaux découverts à Kunara ont été attribués, pour l’instant, à trois grandes phases datées entre 2300 et 1900. Elles couvrent les périodes d’Akkad, d’Ur III et d’Isin-Larsa, mais utiliser cette terminologie dans notre région mérite discussion. Il semble, en effet, que Kunara ait alors été située dans le Lullubum, dont les sources textuelles mésopotamiennes montrent bien l’indépendance. Vu l’importance des bâtiments qui ont été mis au jour, le soin apporté à leur édification et la diversité des techniques mises en œuvre, nous formulons l’hypothèse que Kunara en ait constitué l’une des villes les plus importantes. (Fig. 7)

Fig. 7 : Mur du bâtiment du chantier A : tous les 60 cm env. était posée une couche de briques crues (Mission du Peramagron).

Fig. 7 : Mur du bâtiment du chantier A : tous les 60 cm env. était posée une couche de briques crues (Mission du Peramagron).

Bibliographie :

Kepinski C. 2014.  Research in the Suleymaniyah Province (Iraq): The upper Tanjaro Survey, in:P. Bieliński, M. Gawlikowski, R. Koliński, D. Ławecka, A. Sołtysiak et Z. Wygnańska (éd.), Proceedings of the 8th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East 30 April – 4 May 2012, University of Warsaw, Volume 2, Harrasowitz, Wiesbaden, 149-164.

Kepinski C., Tenu A. 2014 .Kunara, ville majeure de la haute vallée du Tanjaro (Irak, Kurdistan, province de Souleymanieh) , Revue d’archéologie de l’Orient ancien hors série n°1,  4-19.

Kepinski C., Tenu A. et al. (sous presse). Kunara, petite ville des piedmonts du Zagros à l’âge du Bronze : rapport préliminaire sur la première campagne de fouilles, 2012 (Kurdistan Irakien), (accepté dans Akkadica).

Kepinski C. et Tenu A. (sous presse). Two seasons of excavations at Kunara (Upper Tanjaro): an Early and Middle Bronze Age city», in : K. Kopanias,  J. MacGinnis (éd.), Archaeological Research in the Kurdistan of Iraq and the adjacent areas, Archeopress, Oxford.

Site web :
http://www.mae.u-paris10.fr/arscan/Mission-archeologique-de.html

Les auteurs :

Aline Tenu est archéologue, chargée de recherche dans l’UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité (équipe Histoire et Archéologie du monde cunéiforme). Elle a travaillé en Syrie et en Iraq.

Chritsine Kepinski est archéologue, directrice de recherche dans l’UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité (équipe Histoire et Archéologie du monde cunéiforme). Elle a dirigé plusieurs missions archéologiques en Iraq et en Turquie.


Pour citer ce billet : Tenu A., Kepinski C. 2015. Nouvelles recherches au Kurdistan iraquien : la mission archéologique du Peramagron, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 20 février 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3738


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 2 mars 2015

    […] fouilles en Turquie ainsi que celles, courageuses, menées ces dernières années dans le Kurdistan irakien sont d’autant plus précieuses que des musées et de nombreux sites très importants de cette […]

  2. 3 mars 2015

    […] fouilles en Turquie ainsi que celles, courageuses, menées ces dernières années dans le Kurdistan irakien sont d’autant plus précieuses que des musées et de nombreux sites très […]

  3. 4 mars 2015

    […] sur le blog ArchéOrient: Nouvelles recherches au Kurdistan iraquien : la mission archéologique du Peramagron […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *