La néolithisation du Caucase : nouvelles questions posées par l’abri de Bavra-Ablari (Géorgie)

Les hautes terres du Sud Caucase (fig. 1), qui s’étirent entre mer Noire et mer Caspienne, sont présentées tantôt comme une zone périphérique du Proche-Orient et tantôt comme un territoire dont le relief et les ressources naturelles ont favorisé un développement culturel original. Malgré les recherches archéologiques intensives menées pendant et après la période soviétique et le récent développement des collaborations internationales, de nombreux problèmes persistent quant à la reconstruction de l’évolution socio-économique et culturelle de cette région au cours de la Préhistoire, notamment sur le problème de la néolithisation.

Fig. 1 : Carte du Caucase, avec les sites mentionnés dans le texte.

Fig. 1 : Carte du Caucase, avec les sites mentionnés dans le texte.

Plusieurs hypothèses s’affrontent :

  • domestication locale, basée sur l’abondance des céréales sauvages et des espèces animales, qui auraient servi d’ancêtres aux variétés domestiquées (Lisitsyna et Prischepenko 1977; Nebieridze 1986; Amirkhanov 1987)
  • contacts avec le nord de la Mésopotamie ou le Zagros, qui auraient permis aux populations locales d’acquérir les techniques de domestication et de les mettre en oeuvre sur des espèces indigènes (Kiguradze 1986; Kushnareva 1997)
  • pénétration de populations venues de Mésopotamie et qui auraient apporté le “Neolithic package” (Munchaev 1975)

Aucun de ces scénarios n’a pour le moment été confimé par les données archéologiques. En effet, aucun site n’a livré à ce jour de témoignage d’un processus local de domestication, avec des indices de transition entre espèces sauvages et domestiquées, que ce soit pour la flore ou pour la faune. Et à l’inverse, les cultures néolithiques du Caucase présentent une originalité certaine par rapport au Néolithique du nord de la Mésopotamie, que ce soit dans la culture matérielle ou dans l’économie de subsistance.

Données archéologiques

Les données archéologiques montrent que le Mésolithique est bien développé en Géorgie et plus ponctuellement en Arménie, Azerbaidjan et dans le nord du Caucase. Les sites en grottes ou abris sous roche ont livré un outillage résolument microlithique, caractérisé par un nombre important de lamelles à dos et la présence de géométriques (notamment des triangles scalènes). Mais la plupart de ces sites ne sont pas stratifiés et manquent de datations radiocarbone. Font exception les grottes de Kotias Klde en Géorgie (Meshveliani et al. 2007) et de Kmlo-2 en Arménie (Arimura et al. 2010), où les niveaux mésolithiques ont été datés du 10e et de la 1ère moitié du 9e millénaire BCE.

 Sur ces deux sites, à l’occupation mésolithique succède un niveau dit « Néolithique ancien« , daté du milieu du 9e à celui du 8e millénaire, où l’outillage reste de tradition mésolithique, mais connait une évolution avec l’apparition d’artefacts en obsidienne présentant une retouche abrupte, parallèle, effectuée à la pression. Ces artefacts, dénommés “outils en crochet” en Géorgie et “outils de Kmlo” en Arménie, évoquent technologiquement et typologiquement les “outils de Çayönü” répandus en Iraq et en Turquie au cours des 8e et 7e millénaires (fig. 2).

Fig. 2 : Comparaison entre les artefacts en obsidienne à retouche parallèle exécutée à la pression (dessins G. Devilder et G. Der Aprahamian).

Fig. 2 : Comparaison entre les artefacts en obsidienne à retouche parallèle exécutée à la pression
(dessins G. Devilder et G. Der Aprahamian).

Cependant à Kotias Klde comme à Kmlo, la faune et la flore sont entièrement sauvages. Aussi l’appellation de « Néolithique ancien » pour ces niveaux est-elle sujette à discussion.

Plusieurs autres sites de l’ouest de la Géorgie (Kobuleti, Anaseuli I…), fouillés dans les années 70, ont été attribués au Néolithique ancien par la présence d’un outillage en pierre polie et d’éléments de faucille. Mais aucun reste végétal ou animal n’y a été recueilli et aucune datation C14 n’y a été pratiquée. Les fouilles reprises récemment à Anaseuli I (Meshveliani 2013) ont montré que ce site appartenait en fait au milieu du 6e millénaire.

 Or c’est au tout début du 6e millénaire qu’apparaissent dans les bassins de l’Araxe et de la Kura les villages de la culture Néolithique récent d’Aratashen-Shulaveri-Shomu, qui témoignent, dès leurs niveaux les plus profonds, d’une maîtrise avancée de la domestication de la faune et de la flore. Cette culture possède des liens évidents avec le Proche-Orient : architecture en terre (briques crues ou bauge), outillage lithique débité à la pression (notamment à la pression au levier), quelques tessons peints de la culture de Halaf importés sur des sites d’Arménie (Aratashen, Aknashen) et d’Azerbaidjan (Haci Elamxanli), une économie basée sur l’agriculture et l’élevage… (fig. 3)

Fig. 3 : Aratashen : architecture en terre crue (bauge), industrie en obsidienne  et céramique Halaf importée (photo P. Lombard).

Fig. 3 : Aratashen : architecture en terre crue (bauge), industrie en obsidienne
et céramique Halaf importée (photo P. Lombard).

Cependant, elle se distingue des cultures contemporaines du nord de la Mésopotamie (fin du 7e millénaire – début du 6e) par un certain nombre de traits : absence de céramique dans les niveaux les plus anciens (uniquement de rares tessons peints importés) ; industrie de l’os sophistiquée ; prédominance du blé tendre (Triticum aestivum), alors que ce sont le blé amidonnier (Triticum dicoccum) et l’engrain (Triticum monococcum) qui sont alors très majoritairement cultivés dans le nord du Proche-Orient (Hovsepyan et Willcox 2008) ; grande variabilité génétique des moutons et des bovins, alors que l’introduction d’une population domestique devrait impliquer au contraire une variabilité très réduite, comme ce fut le cas pour la néolithisation de l’Europe (Benecke 2012)…

 Les sites de la culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomu sont répartis dans les vallées de la Kura et de l’Araxe ; aucun n’a été retrouvé sur les hauts plateaux, là où des occupations du Mésolithique ont été mises en évidence. Quelles furent les relations entre ces différentes populations ?

 Dans l’abri de Bavra-Ablari sur le haut plateau de Djavakheti (sud de la Géorgie), les fouilles, menées depuis 2012 par la mission “Caucase” du Ministère des Affaires Etrangères français en collaboration avec le Musée National de Géorgie, ont mis en évidence une séquence stratigraphique qui jette un éclairage nouveau sur le processus de néolithisation de la région.

 L’abri rupestre de Bavra-Ablari

La région de Djavakheti correspond à la partie du Petit Caucase qui couvre le sud de la Géorgie et le nord-ouest de l’Arménie. Les sommets avoisinent 3000 m d’altitude, mais la majeure partie du territoire est constituée par un plateau volcanique s’étageant entre 1200 et 2200 m d’altitude (fig. 4). L’abri est situé vers 1660 m d’altitude sur la rive gauche du Paravanis Tskali, à son confluent avec la rivière Ablari.

Fig. 4 : Le haut plateau volcanique de Djavakheti (vue vers le sud).

Fig. 4 : Le haut plateau volcanique de Djavakheti (vue vers le sud).

Sur une terrasse d’environ 15 mx8 m, les fouilles en cours ont permis de mettre au jour une séquence stratigraphique tout à fait inédite pour le sud de la Géorgie. Sous un niveau supérieur mélangé (époque moderne/Moyen-Age/Bronze), se trouve d’importants vestiges du Chalcolithique (5e millénaire et début du 4e) surmontant une occupation néolithique (fin du 7e millénaire et 1ère moitié du 6e). Une strate stérile sépare cette dernière d’un niveau mésolithique (9e-8e millénaires), qui repose sur des sédiments du Dryas récent (10e millénaire), où n’ont, pour le moment, été retrouvés que des restes de faune (grands bovidés). Le sol vierge n’a pas encore été atteint.

Le niveau mésolithique n’a été ouvert en 2013 que sur 4 m2 et les vestiges lithiques et fauniques sont en nombre restreint. L’industrie lithique est presque uniquement en obsidienne, seules quelques pièces sont en dacite. L’approvisionnement en obsidienne était aisé, puisque le seul grand gisement connu en Géorgie, Chikiani, se trouve à quelques 30 km du site, sur la rive du lac Paravani (fig. 1). La faune témoigne d’un environnement steppique avec des zones forestières le long des rivières. Ce niveau est daté entre 9000 et 7600 BCE.

L’occupation néolithique débute un millénaire et demi plus tard, vers 6100 BCE et se prolonge jusque vers 5400 BCE. Ses débuts sont donc contemporains de ceux de la culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomu, dont les dates les plus anciennes sont toutes postérieures à 6000 BCE (Badalyan et al. 2010; Lyonnet et al. 2012).

L’étude de l’industrie lithique qui est en cours (thèse de B. Varoutsikos, université d’Harvard) montre des parallèles possibles avec le Mésolithique local et avec les industries de la culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomu. L’analyse de la faune, également en cours, montre la présence de bovins, de caprinés (moutons et chèvres), d’équidés et de cervidés. Les os sont très fragmentés et rendent difficile la détermination spécifique entre sauvage et domestique, en particulier pour les caprinés. En effet, dans les montagnes du sud du Caucase, on trouve les ancêtres de la chèvre domestique, la chèvre égagre, et du mouton domestique, le mouflon oriental, dont les caractéristiques morphologiques sont très proches de celles des domestiques, ce qui pose des difficultés pour déterminer l’apparition de l’élevage dans cette région. Cependant, la similitude des proportions des espèces, de la taille, des classes d’âge d’abattage avec la faune des niveaux chalcolithiques, où la domestication est attestée, favorisent l’hypothèse d’une présence de caprinés et de bovins domestiques dans l’occupation néolithique de Bavra (fig. 5).

Fig. 5 : Bergers sur les hauts plateaux de Djavakheti (photo A. Kikodze).

Fig. 5 : Bergers sur les hauts plateaux de Djavakheti
(photo A. Kikodze).

L’abri de Bavra-Ablari nous montre donc l’existence, au début du 6e millénaire sur les hauts plateaux du sud de la Géorgie, d’une population qui conserve les traditions mésolithiques dans son outillage, mais acquiert des artefacts (ou bien la technologie permettant de créer de tels artefacts) par des contacts vraisemblables avec les agriculteurs-éleveurs de la culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomu. La proximité du grand gisement d’obsidienne de Chikiani a pu favoriser les échanges entre groupes humains venus s’approvisionner en ce matériau.

En ce qui concerne l’économie de subsistance, les fouilles à venir permettront de vérifier l’importance du cheptel domestique, dès les débuts du niveau néolithique. Les restes végétaux retrouvés dans l’abri sont en cours d’étude et diront ultérieurement si l’agriculture fut également adoptée. Par ailleurs la céramique est inconnue dans ce niveau.

L’abri de Bavra-Ablari apporte donc un témoignage des contacts qui ont pu exister entre les populations de chasseurs-cueilleurs de hautes terres du sud de la Géorgie et les agriculteurs-éleveurs qui se sont installés dans la vallée de la Kura au tout début du 6e millénaire. La situation représentée à Bavra-Ablari trouve des parallèles sur deux sites du flanc nord du Grand Caucase, Cmi et Chokh (Rostunov et al. 2009 ; Amirkhanov 1987), où une occupation mésolithique est suivie au tout début du 6e millénaire par un niveau néolithique où l’outillage reste essentiellement de tradition mésolithique, mais où élevage, agriculture et même fabrication de céramique sont attestés. L’acculturation des populations locales semble donc avoir joué un rôle majeur dans la diffusion de l’agropastoralisme au Caucase, comme cela a récemment été mis en évidence pour la néolithisation de l’Europe (Lemmen et al. 2011).

En conclusion, on voit que dans diverses régions du Caucase, tant dans les vallées de la Kura et de l’Araxe que sur les hauts plateaux du sud de la Géorgie ou le flanc nord du Grand Caucase, les manifestations d’une culture néolithique évoluée apparaissent soudainement autour de 6000 BCE… et partout précisément au même moment. C’est ce phénomène que les fouilles à venir tenteront d’expliquer.

Pour plus de précisions sur les données archéologiques :

Varoutsikos et al. (à paraître).  From the Mesolithic to the Chalcolithic in the South Caucasus: new data from the Bavra Ablari rock shelter.

Bibliographie

Amirkhanov, H. A. 1987. Chokhskoe poselenie. Chelovek i ego kul’tura v mezolite i neolite gornogo Dagestana, Moscow, Nauka.

Arimura, M., Badalyan, R., Gasparyan, B. and Chataigner, C. 2010. Current Neolithic research in Armenia, Neo-Lithics 1/10: 77-85.

Badalyan, R. S., Harutyunyan, A. A., Chataigner, C., Le Mort, F., Chabot, J., Brochier, J.-E., Balalescu, A., Radu, V. and Hovsepyan, R. 2010. The settlement of Aknashen-Khatunarkh, a neolithic site in the Ararat Plain (Armenia): excavation results (2004-2009), Türkiye Bilimler Akademisi Arkeoloji Dergisi (TÜBA-AR) 13, 187-220.

Benecke N. 2012. Archaeozoological studies, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 44, 154-155.

Hovsepyan R. et Willcox G. 2008. The earliest finds of cultivated plants in Armenia: evidence from charred remains and crop processing residues in pise´ from the Neolithic settlements of Aratashen and Aknashen, Vegetation History and Archaeobotany 17(1), 63-71.

Kiguradze, T. 1986. Neolithische Siedlungen von Kvemo-Kartli, Georgien (Materialen zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie 29), München, Verlag C.H. Beck.

Kushnareva K.Kh 1997. The Southern Caucasus in Prehistory – Stages of cultural and socioeconomic development from the eighth to the second millennium BC, University of Pennsylvania.

Lemmen C., Gronenborn D. and Wirtz K.W. 2011. A simulation of Neolithic transition in Western Eurasia, Journal of Archaeological Science 38, 3459-3470.

Lisitsyna G. et Prischepenko L. 1977. Palaeoethnobotanical remains of Caucasus and Near East (en Russe), Moscou, Nauka.

Lyonnet, B., Guliev, F., Helwing, B., Aliyev, T., Hansen, S. and Mirtskhulava, G. 2012. Ancient Kura 2010-2011: The first two seasons of joint field work in the southern Caucasus, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 44, 1-190.

Meshveliani, T., Bar-Oz, G., Bar-Yosef, O., Belfer-Cohen, A., Boaretto, E., Jakeli, N., Koridze, I. and Matskevich, Z. 2007. Mesolithic Hunters at Kotias Klde, Western Georgia: Preliminary Results, Paléorient 33/2, 47-58.

Meshveliani, T. 2013. On Neolithic origins in western Georgia, Archaeology Ethnology & Anthropology of Eurasia 41(2), 61-72.

Munchaev R. 1975. At the beginning of the Bronze Age (en Russe), Moscou, Nauka.

Nebieridze L. 1986. The early stages of development of the Western Caucasian Early Farming Culture (en Géorgien), Tbilisi, Metsniereba.

Rostunov, V. L., Ljachov, S. and Reinhold, S. 2009. Cmi – Eine Freilandfundstelle des Spätmesolithikums und Frühneolithikums in Nordossetien (Nordkaukasus), Archaölogische Mitteilungen aus Iran und Turan 41, 47-74.

Les auteurs :

Jwana Chahoud est Post-doctorante, Archéozoologue, spécialiste du Proche et Moyen-Orient et de la Méditerranée orientale UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Christine Chataigner est ingénieur de recherche au laboratoire Archéorient/UMR 5133, responsable de la mission “Caucase” du MAE (Arménie, Géorgie). Elle étudie les périodes néolithique et chalcolithique dans le Caucase et la circulation de l’obsidienne dans cette région et au Proche Orient.

Bastien Varoutsikos est doctorant en Archéologie à l’Université Harvard, États-Unis. Il termine une thèse sur la néolithisation du Caucase à travers l’étude des assemblages lithique, et la fouille de l’abri de Bavra-Ablari qu’il co-dirige.

En collaboration avec Ana Mgeladze, Manana Gabunia, Tata Agapishvili  (Musée National de Géorgie).


Pour citer ce billet : Chahoud J., Chataigner C., Varoutsikos B. 2015. La néolithisation du Caucase : nouvelles questions posées par l’abri de Bavra-Ablari (Géorgie), ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 13 février 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3724


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. sprawdź dit :

    Bardzo dobry artykuł, merytoryczny i łatwy do czytania

  2. odwiedź dit :

    Gorące pozdrowienia i dzięki za tekst – bardzo dobrze się go czyta

  1. 16 mars 2015

    […] To learn more about Bavra check: http://archeorient.hypotheses.org/3724  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *