L’échange de l’obsidienne au début du Néolithique au Proche-Orient

Une des caractéristiques originales des premiers villages néolithiques est la présence d’objets exotiques (coquilles, roches, outils…), provenant parfois de lieux éloignés de centaines de kilomètres. Au Proche-Orient, l’un des premiers berceaux de la néolithisation, on trouve, parmi ces objets exotiques, de l’obsidienne anatolienne en proportions variables jusque dans les sites du Levant Sud, à près d’un millier de kilomètres des volcans d’origine (fig. 1).

Fig. 1 : carte du Proche-Orient (Ortega et al. 2014 ; carte : L. Teira) illustrant les dépôts d’obsidiennes (points blancs) et les sites PPNB (points noirs). Les coordonnées proviennent du Obsidatabase (Varoutsikos et Chataigner 2012).

Fig. 1 : carte du Proche-Orient (Ortega et al. 2014 ; carte : L. Teira) illustrant les dépôts d’obsidiennes (points blancs) et les sites PPNB (points noirs). Les coordonnées proviennent du Obsidatabase (Varoutsikos et Chataigner 2012).

Les populations utilisaient cette roche pour fabriquer des outils, alors même qu’elles disposaient localement de silex de grande qualité (fig. 2). En fait, elles se servaient de ce dernier pour fabriquer la plupart de leurs outils mais ont quand même eu recours, en plus, à cette lointaine roche noire. Comment et pourquoi ?

Fig. 2 : outils en obsidienne provenant du site PPNB/PN de Tell Labwe Sud, dans la Beqaa nord au Liban. Echelle 2 cm. (Haïdar-Boustani et al. sous presse ; photo : L. Teira).

Fig. 2 : outils en obsidienne provenant du site PPNB/PN de Tell Labwe Sud, dans la Beqaa nord au Liban. Echelle 2 cm. (Haïdar-Boustani et al. sous presse ; photo : L. Teira).

C’est dans les années 1960 que les premières méthodes de caractérisation chimique des dépôts géologiques d’obsidienne ont été mises au point. L’application de ces techniques à l’obsidienne récupérée dans les premiers villages néolithiques du Proche-Orient a conduit C. Renfrew, archéologue britannique, à identifier les sources d’obsidienne en Anatolie et à mettre en évidence une règle simple dans sa distribution : plus les sites sont éloignés des dépôts d’obsidienne, plus la quantité d’obsidienne qu’on y trouve est faible.

C. Renfrew s’est intéressé aux mécanismes de distribution du verre volcanique entre les villages néolithiques. Les villageois sont-ils allés s’approvisionner directement en obsidienne, en voyageant parfois sur plusieurs centaines de kilomètres ? La distribution de l’obsidienne que l’on retrouve sur les sites néolithiques du Proche-Orient résulte-t-elle d’un ou de plusieurs réseaux d’échanges ? En représentant par un graphique les quantités d’obsidienne présentes dans chaque village néolithique en relation avec  la distance le séparant du dépôt d’origine, C. Renfrew a montré que la diminution due à l’éloignement suivait une courbe de type exponentiel. Pour expliquer cette fonction mathématique, il a proposé un modèle de distribution qu’il a dénommé down-the-line. Selon ce modèle, un village recevait de l’obsidienne de voisins situés plus près de la source, en utilisait une partie pour fabriquer ses outils puis donnait le reste à d’autres voisins plus éloignés. Ainsi, à chaque étape de la transmission, la quantité d’obsidienne diminuait de façon exponentielle (fig. 3).

Fig. 3 : “fall-off curve” de la quantité d’obsidienne en relation avec le nombre d’évènements d’échange, selon les proportions consommation/échange du modèle “down-the line” de C. Renfrew (volume initial du produit = 1000 unités d’obsidienne). (Ortega et al. 2014).

Fig. 3  : “fall-off curve” de la quantité d’obsidienne en relation avec le nombre d’évènements d’échange, selon les proportions consommation/échange du modèle “down-the line” de C. Renfrew (volume initial du produit = 1000 unités d’obsidienne). (Ortega et al. 2014).

Comme d’autres chercheurs qui ont mis en évidence les problèmes du modèle down the line (cf. Barge et Châtaigner 2003, Chataigner et Barge 2010),  I. Hodder a testé l’hypothèse de Renfrew en modélisant plusieurs cas d’échanges d’objets (par exemple de la poterie d’époque romaine). Il a pu démontrer que dans d’autres modèles d’échange plus complexes, la variation de quantité d’un produit en relation avec la distance de la source se traduisait également par des courbes de diminution exponentielles. Malgré le fait que sa démonstration mettait en évidence un problème d’équifinalité dans l’hypothèse de Renfrew (différents mécanismes produisant un résultat semblable), ce modèle down-the-line a été accepté non seulement pour expliquer les échanges d’obsidienne au Néolithique du Proche-Orient, mais aussi d’autres cas d’échanges au cours de la préhistoire.

En compagnie d’une équipe de collègues, D. Ortega, D. Campo, V. Méndez,et L. Teira, nous avons décidé de reprendre le problème des modèles de distribution (Ortega et al. 2014). Nous sommes partis d’une constatation de base : le modèle  ne rend pas compte de la distribution de l’obsidienne dans le Néolithique du Proche-Orient. Dans ce modèle, en effet, la quantité d’obsidienne diminue drastiquement après quelques étapes d’échanges et n’est pas compatible avec les quantités appréciables retrouvées jusqu’au Levant Sud, qui se situe à environ 1000 km des dépôts anatoliens (fig. 4). Le modèle de Renfrew ne serait valable que si on limitait de manière artificielle le nombre d’étapes dans le parcours (en prenant comme postulat une distance de plus de 150 km entre les villages néolithiques) ou bien la consommation d’obsidienne par village (en acceptant l’idée que l’obsidienne ait joué le rôle d’une sorte de monnaie qui servait majoritairement aux échanges plutôt qu’à la fabrication d’outils finis). Cependant, des arguments archéologiques et ethnographiques vont à l’encontre de ces hypothèses.

Fig. 4 : simulation du modèle « down-the-line » et d’un réseau de type « petit monde », et de la proportion obsidienne/silex récupérée dans les sites archéologiques du Levant Sud au PPNB.

Fig. 4 : simulation du modèle « down-the-line » et d’un réseau de type « petit monde », et de la proportion obsidienne/silex récupérée dans les sites archéologiques du Levant Sud au PPNB.

Si le modèle d’échange proposé par Renfrew n’est pas valable, quelle est l’alternative ? Nous avons testé d’autres possibilités grâce à une modélisation mathématique, qui a servi de cadre d’expérimentation pour rendre compte d’une réalité complexe. Le modèle de Renfrew propose un réseau d’échanges très régulier, dans lequel tous les villages jouent le même rôle d’échangeurs avec des voisins immédiats. Cependant d’autres réseaux plus complexes sont envisageables. Dans les réseaux de type « petit monde », quelques villages ont pu avoir la possibilité de sauter des étapes et de prendre contact directement avec des villages éloignés. Il s’agit d’un type de réseau dans lequel les contacts prioritaires sont entretenus avec des voisins immédiats – ce qui est logique pour des communautés néolithiques – mais qui permet aussi, grâce aux liens de quelques villages avec des partenaires lointains, une distribution efficace à longue distance d’objets, d’idées et d’expériences.

La modélisation de ce réseau d’échange a été faite par simulation mathématique (multi-agent model simulation), en créant un espace artificiel et simplifié qui ressemble au Proche-Orient et dans lequel 200 villages ont été dispersés. Dans notre simulation, ces villages ont commencé à échanger des quantités d’obsidienne en provenance du nord (qui représente de manière très simplifiée l’Anatolie), selon des paramètres que nous avons manipulés afin de comprendre l’influence des différentes variables (par exemple le nombre de villages, les distances qui les séparent, la proportion d’obsidienne consommée/échangée par village…). La fig. 5 montre qu’un transfert de 0,5% d’obsidienne jusqu’au Levant Sud, à env. 800 km des dépôts (quantité effectivement mesurée dans les sites archéologiques), nécessiterait  des ratios de consommation très bas (10%) et de transfert très haut (90%) dans chaque cellule du réseau (15×15 km). Sans éliminer totalement cette possibilité, il semble peu plausible que les communautés PPNB aient régulièrement transféré la plus grande part de l’obsidienne reçue de leurs partenaires d’échange. En revanche, notre modèle s’est trouvé validé puisque dans le réseau de type « petit monde » l’obsidienne peut arriver jusque dans les endroits les plus éloignés de la source, et parfois en quantités similaires à celles observées sur les sites archéologiques qui en sont plus proches (fig. 4). Les résultats du modèle et des données archéologiques sont raisonnablement similaires.

Fig. 5 : simulation de la distribution d’obsidienne selon le ratio consommation/échange (paramètre fc).

Fig. 5 : simulation de la distribution d’obsidienne selon le ratio consommation/échange (paramètre fc).

Nous avons donc démontré qu’il existait au Néolithique un réseau d’échange plus complexe que prévu. Quelles sont les implications de cette conclusion ? Nous avons observé que la distribution de l’obsidienne au tout début du Néolithique (le PPNA) implique que ce même réseau de type « petit monde » prévalait déjà à ce moment-là. Ces résultats ont soulevé l’hypothèse que ce réseau d’échange complexe a été un préalable nécessaire au développement et au succès du mode de vie néolithique au Proche-Orient : l’établissement de contacts éloignés a constitué une réponse au risque d’isolement des populations, conséquence de la sédentarisation qui a réduit les contacts existant auparavant entre les populations de chasseurs-cueilleurs plus mobiles. Ce réseau, dont l’obsidienne est un des traceurs, a permis d’entretenir les échanges d’objets, d’idées et de gènes. Il a aussi joué un rôle important dans l’échange d’expériences et le travail commun qui a contribué à dynamiser le processus de néolithisation des populations du Proche-Orient. De plus, le réseau a dû fonctionner comme une réserve de techniques et d’idées limitant le risque de régression : si le processus s’arrêtait dans un endroit, il pouvait continuer dans d’autres régions… C’est l’avantage de la collaboration (même si dans ce cas le but du processus d’évolution n’était pas sciemment poursuivi) !

Jusqu’ici, nous avons parlé de la manière dont  l’obsidienne a pu arriver jusque dans des villages éloignés, ce qui nous a permis de mettre en lumière des structures d’échanges et d’interaction très complexes. Reste cependant la question de l’intention de ces échanges. Quelle était la signification de l’obsidienne pour ces premières populations paysannes ?  Seule une étude détaillée des contextes d’utilisation et de dépôt des outils en obsidienne pourrait un jour nous fournir une réponse.

Bibliographie

Barge O., Chataigner C. 2003. The procurement of obsidian: factors influencing the choice of deposits, Journal of Non-Crystalline Solids 323, 172-179.

Chataigner C., Barge O. 2010. GIS and obsidian procurement analysis: pathway modelisation in space and time, in : Von Majkop bis Trialeti, Gewinnung und verbreitung von metallen und obsidian in Kaukasien im 4.-2. Jt.v.Chr., Beiträge des internationalen symposiums in Berlin, 1.-3. Juni 2006, Band 13, Bonn, Habelt Verlag, 1-14.

Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J. With the contributions of A. Arranz, B. Gratuze, M. Himi, L. Khalidi, and L. Teira. 2011 (sous presse). Nouveaux travaux archéologiques à Tell Labwé Sud (Béqa‛ nord). Campagne  2011 : rapport préliminaire, Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises 15, 21-44.

Hodder I. 1974. Regression analysis of some trade and marketing patterns, World Archaeology, 6(2), 172-189.

Hodder I. 1982. Toward a contextual approach to prehistoric exchange, in : J.E. Ericson, T. Earle (eds), Contexts for prehistoric exchange, New York, Academic, 199-211.

Hodder I.,  Orton C.1976. Spatial analysis in archaeology. New studies in archaeology, Cambridge, Cambridge University Press.

Ortega D., Ibañez J.J., Khalidi L., Méndez V., Campos D., Teira, L. 2014. Towards a multi-agent based modelling of obsidian exchange in the Neolithic Near East, Journal of Archaeological Method and Theory 21 (2), 461-485. DOI 10.1007/s10816-013-9196-1.

Renfrew C. 1975. Trade as Action at a Distance: Questions of Integration and Communication, in : J. Sabloff, C.C. Lamberg-Karlovsky (eds), Ancient civilizations and trade,  Albuquerque, University of New Mexico Press, 3-59.

Renfrew C. 1977. Alternative models for exchange and spatial distribution, in : T.K. Earle, J.E. Ericson (eds), Exchanges systems in prehistory, London, Academic, 71-90.

Renfrew C., Dixon J.E., Cann J.R. 1968. Further analysis of Near Eastern Obsidian, Proceedings of the Prehistoric Society 34, 319-331.

Varoutsikos, B., Chataigner, C. 2012. Obsidatabase: Collecter et organiser les donnés relatives à l’obsidienne préhistorique au Proche-Orient et en Transcaucasie, in: O. Henry (ed), Archéologies et espaces parcourus. Actes de Premières Rencontres d’Archéologie de l’IFEA, 11-13 Novembre 2010 (pp. 11–22). Istanbul: Institut Français d’Études Anatoliennes Georges Dumézil.

Les auteurs :

Juan José Ibáñez est biologiste et archéologue, chercheur à l’Institut Milá et Fontanas, Centre de Recherches en Sciences Humaines du Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique de Catalogne, à Barcelone (IMF-CSIC). Il est spécialiste du Néolithique et a dirigé la fouille de Tell Qarassa Nord.

Lamya Khalidi est chercheur au laboratoire Archéorient/UMR 5133, spécialiste des industries lithiques et de la circulation de l’obsidienne au Néolithique/Chalcolithique de l’Arabie et du Proche Orient.


Pour citer ce billet : Ibáñez J.J. et Khalidi L. 2015. L’échange de l’obsidienne au début du Néolithique au Proche-Orient, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 23 janvier 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3631


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 janvier 2015

    […] Une des caractéristiques originales des premiers villages néolithiques est la présence d’objets exotiques (coquilles, roches, outils…), provenant parfois de lieux éloignés de centaines de kilomètres.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *