La représentation du visage humain : une innovation dans le symbolisme des premiers paysans du Proche-Orient

Il y a plus de 75 ans que  V. Gordon Childe (1936) a nommé “Révolution Néolithique” le processus de transformation des derniers groupes de chasseurs-cueilleurs en sociétés paysannes. La transition a été le fait de plusieurs groupes humains en divers endroits du globe pendant l’Holocène, mais sa première manifestation a eu lieu au Proche-Orient, entre 10.000 et 7.000 ans avant J.-C.

Nous savons aujourd’hui que ce changement a duré plusieurs millénaires, ce qui invalide l’interprétation de transition subite proposée par  l’archéologue britannique. Cependant, il est indéniable que les transformations qui ont impacté les populations humaines lors de ce processus ont été très profondes. De plus, si nous observons le phénomène avec un peu de recul, dans le contexte des trois millions d’années d’Histoire humaine, son caractère révolutionnaire peut, à juste titre, être défendu. Ces transformations, que du point de vue archéologique nous dénommons “néolithisation”, ont affecté, bien sûr, la façon de produire la nourriture, d’abord en complétant la chasse et la cueillette par l’agriculture et l’élevage et, par la suite, en s’y substituant presque totalement. Mais les changements ont été beaucoup plus profonds, en incluant la sédentarisation des populations, avec l’apparition des maisons permanentes et des premiers villages, des échanges à longue distance, des premiers indices de différentiation sociale… bref, en instituant une nouvelle façon de vivre. J. Cauvin (1994) a souligné l’importance des transformations de la pensée pendant cette période, qu’il a définie comme le résultat d’une révolution des symboles. Donc transformation de la façon de s’alimenter, d’habiter, de se mettre en relation avec les autres, mais aussi de se comprendre et d’expliquer la singularité de l’être humain.

Fig. 1 : carte de localisation du site.

Fig. 1 : carte de localisation du site.

Fig. 2 : maison où la baguette en os a été trouvée.

Fig. 2 : maison où la baguette en os a été trouvée.

La découverte d’une baguette en os portant deux visages humains gravés, sur le site Néolithique Précéramique B de Tell Qarassa Nord (Syrie du sud ; fig. 1), daté de la fin du 9ème millénaire av. J.-C., m’a permis, avec mes collègues J.E. González-Urquijo et F. Braemer, de réfléchir sur le processus de mutation dans le monde symbolique parmi les premières populations paysannes (Ibáñez et al., 2014). Le site de Tell Qarassa Nord est très pertinent pour comprendre le Néolithique du Levant Sud dans les domaines de la complexité des rituels funéraires (Santana et al, 2012; 2015), des transformations dans l’habitat, avec l’apparition des premières maisons carrées (Balbo et al., 2013 ; fig. 2), ou de l’origine de la domestication des céréales (Arranz, 2015). L’os décoré qui nous occupe a été élaboré dans une côte de bovidé de section plano-convexe, d’après l’identification de  L. Gourichon.

Fig. 3 : baguette en os avec les visages humains. Photo: L. Teira. Dessin : M.A. Núñez.

Fig. 3 : baguette en os avec les visages humains. Photo: L. Teira. Dessin : M.A. Núñez.

Ibanez_Figure 3a

Deux visages humains, l’un au-dessus de l’autre, ont été reproduits par la technique du bas-relief dans la face convexe de la baguette. Les arcades sourcilières, les yeux fermés et la bouche sont marqués par des traits relativement profonds, tandis que les côtés du visage sont suggérés par de fines lignes (fig. 3). La baguette est cassée aux deux extrémités. La présence de traits tronqués appartenant à un troisième visage à l’une des extrémités suggère que la baguette était plus longue et qu’elle a été coupée volontairement. L’os a été trouvé dans le contexte d’une aire funéraire (fig. 2) où les sépultures primaires d’individus en position fléchie (fig. 4) s’associent à des dépôts secondaires de restes humains (fig. 5), tels que crânes, bras, mains, fragments de cages thoraciques, etc.

Fig. 4 : sépulture sans crâne.

Fig. 4 : sépulture sans crâne.

Fig. 5 : dépôt funéraire.

Fig. 5 : dépôt funéraire.

L’art figuratif du Paléolithique est principalement un art animalistique où le traitement schématique et idéalisé de la figure humaine contraste avec le naturalisme des figures animales (Leroi-Gourhan 1982). Au début du Néolithique, la figure humaine acquiert une place importante au cours du Précéramique A (10.000 à 8.500 av JC ; Cauvin 1994) et elle devient dominante au début du Précéramique B, entre 8.500 et 8.000 av J.-C. (Kuijt 2000, Stordeur 2010). C’est à ce moment-là que l’iconographie humaine commence à produire des représentations réalistes du visage, comme cela apparaît dans les sculptures, les crânes modelés, les masques et les figurines. Quelle est l’explication de ce nouvel intérêt pour la figure humaine et plus encore pour la représentation naturaliste du visage humain ?

Dans tout le Levant, les représentations naturalistes de visages humains sont présentes sur des sculptures de grande taille. Souvent associées à des contextes cultuels, elles représentent probablement des êtres supranaturels. En outre, au Levant Sud, ces représentations apparaissent sous la forme de crânes modelés, crânes humains sur lesquels le visage a été reproduit avec un mélange de chaux et d’argile, qui sont interprétés comme une manifestation de vénération envers les ancêtres. Quelle est la signification des représentations de visages de petit format, comme ceux de Qarassa Nord ?

A Nevali Çori et Ain Ghazal, les représentations naturalistes de visage de petite taille utilisent des conventions similaires à celles de grande taille et, à Nevali Çori, elles ont été retrouvées dans le même bâtiment rituel que les sculptures humaines, ce qui suggère une signification similaire pour l’iconographie de grand et de petit format. Plusieurs indices nous amènent à penser que les visages de Qarassa Nord sont des représentations de petite taille des individus mythiques que figurent les crânes  modelés :  1) les conventions utilisées pour les crânes modelés et la figurine sont très similaires, y compris les yeux fermés qui, parmi les représentations de visages humains néolithiques, ne sont connus que sur les crânes modelés ; 2) le prélèvement des crânes et leur concentration en dépôts sont bien documentés dans le contexte funéraire où l’objet a été trouvé (Santana et al., 2012).

Fig. 6 : dépôts de crânes.

Fig. 6 : dépôts de crânes.

Il s’agit de représentations humaines stéréotypées, qui ne représentent donc pas des individus précis. L’utilisation rituelle des crânes pourraient signifier que la tête était considérée comme le siège d’une force symbolique qui persistait après la mort. Le visage humain semble avoir joué un rôle de transmission de cette force ou de ce principe vital. Dans le cas des crânes modelés et des figures de Qarassa, la représentation naturaliste du visage aurait permis une communication symbolique entre les vivants et les ancêtres. Dans le sens contraire, la destruction du visage, qui est documentée dans deux dépôts de crânes de Qarassa Nord (Santana, 2012 ; fig. 6) et dans quelques sculptures du Levant Nord, devait interrompre cette communication pour assurer la protection des vivants, comme cela est documenté par plusieurs contextes ethnographiques. L’hypothèse de travail que nous proposons est que le passage de figures zoomorphes aux figures anthropomorphes et centrées sur le visage humain a pu correspondre à l’effacement de croyances de type chamaniques au profit de nouvelles, caractérisées par l’humanisation d’êtres mythiques.

Bibliographie

Arranz A. 2015. Beyond vegetation and plant food production. Exploring wood gathering strategies, crop husbandry and plant use at Early PPNB Tell Qarassa North (South Syria). Thèse de doctorat, Universidad del País Vasco- Euskal Herriko Unibertsitatea.

 Balbo A.L., Iriarte E., Arranz A., Zapata L., Lancelotti C., Madella M., Ibáñez J.J. 2012. Squaring the circle. Social and environmental implications of pre-pottery Neolithic building technology at Tell Qarassa (South Syria). PLoS ONE 7 (7), e42109.

 Cauvin J. 1994. Naissance des divinités. Naissance de l’agriculture: la révolution des symboles au Néolithique. Paris, Centre National de la Recherche Scientifique.

 Childe V. G. 1936. Man Makes Himself, Londres, Watts and Co.

 Ibáñez J.J., González-Urquijo J.E., Braemer F. 2014. The Human face and the Origins of the Neolithic: the 9th millennium BC carved bone wand from Tell Qarassa North (Syria). Antiquity 88, 81-94.

 Santana J., et al. 2015. Interpreting a ritual funerary area at the Early Neolithic site of Tell Qarassa North (South Syria, late 9th millennium BC). J. Anthropol. Archaeol., http://dx.doi.org/10.1016/j.jaa.2014.12.003

 Santana J., Velasco J., Ibáñez J.J., Braemer F. 2012. Crania with mutilated facial skeletons: a new ritual treatment in an early Pre-Pottery Neolithic B cranial cache at Tell Qarassa North (South Syria). Am. J. Phys. Anthropol. 149 (2), 205-216.

 Stordeur D. 2010. Domestication of plants and animals, domestication of symbols?, in D. Bolger & L.C. Maguire (eds), Development of pre-state communities in the ancient Near East, 123-30. Oxford & Oakville (CT), Oxbow.

L’auteur : Juan José Ibáñez est biologiste et archéologue, chercheur à l’Institut Milá et Fontanas, Centre de Recherches en Sciences Humaines du Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique de Catalogne, à Barcelone (IMF-CSIC). Il est spécialiste du Néolithique et a dirigé la fouille de Tell Qarassa Nord.


Pour citer ce billet : Ibáñez J.J. 2014. La représentation du visage humain : une innovation dans le symbolisme des premiers paysans du Proche-Orient, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 16 janvier 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3603


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 janvier 2015

    […] Il y a plus de 75 ans que V. Gordon Childe (1936) a nommé “Révolution Néolithique” le processus de transformation de…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *