L’évolution des paysages de pierre sèche au mont Liban

En 1835, Alphonse de Lamartine décrit les paysages qu’il parcourt au mont Liban :

« Les maronites occupent les vallées les plus centrales et les chaînes les plus élevées du groupe principal du mont Liban, depuis les environs de Bayruth [Beyrouth] jusqu’à Tripoli de Syrie. Les pentes de ces montagnes, qui versent vers la mer, sont fertiles, arrosées de fleuves nombreux et de cascades intarissables ; ils y récoltent la soie, l’huile, l’orge et le blé ; les hauteurs sont presque inaccessibles, et le rocher nu perce partout les flancs de ces montagnes ; mais l’infatigable activité de ce peuple, qui n’avait d’asile sûr pour sa religion que derrière ces pics et ces précipices, a rendu le rocher même fertile ; il a élevé d’étage en étage, jusqu’aux dernières crêtes, jusqu’aux neiges éternelles, des murs de terrasses formés avec des blocs de roche roulante ; sur ces terrasses il a porté le peu de terre végétale que les eaux entraînaient dans les ravines, il a pilé la pierre même pour rendre sa poussière féconde en la mêlant à ce peu de terre, et il a fait du Liban tout entier un jardin couvert de mûriers, de figuiers, d’oliviers et de céréales ; le voyageur ne peut revenir de son étonnement quand, après avoir gravi pendant des journées entières sur les parois à pic des montagnes, qui ne sont qu’un bloc de rocher, il trouve tout à coup, dans les enfoncements d’une gorge élevée ou sur le plateau d’une pyramide de montagnes, un beau village bâti de pierres blanches, peuplé d’une nombreuse et riche population, avec un monastère dans le lointain, un torrent qui coule son écume au pied du village, et tout autour un horizon de végétation et de verdure où les pins, les châtaigniers, les mûriers ombragent la vigne ou les champs de maïs et de blé. Ces villages sont suspendus quelquefois les uns sur les autres, presque perpendiculairement ; on peut jeter une pierre d’un village à l’autre ; on peut s’entendre avec la voix, et la déclivité de la montagne exige cependant tant de sinuosités et de détours pour y tracer le sentier de communication, qu’il faut une heure ou deux pour passer d’un hameau à l’autre » (Lamartine, 1835 [réed. 2011], p. 485).

On appelle « paysages de pierre sèche » ceux qui sont caractérisés par l’omniprésence d’édifices en pierre sèche variés. Ces paysages ont subi de nombreuses mutations depuis le passage de Lamartine au XIXe siècle.  Les édifices en pierre sèche, c’est-à-dire construits avec des pierres brutes ou taillées sommairement, mais surtout sans aucun liant, ont caractérisé de nombreux paysages ruraux densément peuplés jusqu’à ce que des techniques nécessitant moins de main d’œuvre et produisant de meilleurs rendements soient utilisées. C’est le cas au mont Liban, où terrasses en pierre sèche, jessour (terme maghrébin désignant des terrasses édifiées en travers d’un talweg et destinées à retenir les sédiments et l’eau afin de permettre la mise en culture), bourrelets d’épierrement, citernes, et divers édifices ont permis de s’adapter à un milieu contraignant et ont caractérisé les paysages.

L’origine de ces aménagements reste difficile à déterminer, mais le récit de voyage d’un jésuite italien, Girolamo Dandini, qui part pour le Liban en 1596, fait clairement allusion aux terrasses de la vallée de la Qadisha :

« Ces montagnes cependant par l’induſtrie & le travail des hommes ſemblent la pluſpart ne plus compoſer qu’une plaine. Car ramaſſant en un endroit bas des pierres qui ſont diſperſées çà & là, ils élèvent de hauts murs, & avançant toûjours, ils en élevent d’autres ; ſi bien qu’à force d’afaiſſer les montagnes & de combler les vallêes, ils ont fait d’une montagne ſtérile une belle campagne qu’on peut cultiver facilement, & qui eſt fertile & agréable » (Dandini, 1685, p. 77-78).

Fig. 1 - Localisation des secteurs étudiés au Liban. Laurianne Brunel, 02.06.2014.

Fig. 1 – Localisation des secteurs étudiés au Liban. Laurianne Brunel, 02.06.2014.

Les paysages de pierre sèche ont évolué de l’Empire ottoman à nos jours, connaissant plusieurs phases d’expansion, de régression et de réaménagements, au rythme des bouleversements géopolitiques et économiques et des innovations technologiques. Cette étude a été centrée sur ces transformations, sur le versant ouest du mont Liban, et plus particulièrement dans les cazas du Metn, Kesrouan et Jbeil, mais aussi plus succinctement dans celui de Bcharré, où se trouve le site emblématique de la vallée de la Qadisha.

La montagne refuge 

Le mont Liban est une montagne karstique, fortement incisée par le réseau hydrographique local. Les sols y sont maigres et la végétation est de type garrigue. Le mont Liban bénéficie d’un climat méditerranéen humide de montagne, les pluies augmentant avec l’altitude, et les ressources hydriques sont appréciables par rapport à l’ensemble de la région.

Certaines minorités religieuses, principalement les Maronites, les Druzes et les Métoualis mettent à profit ces caractéristiques pour y trouver durablement refuge. Les habitants de la montagne ne vivent cependant pas tous en autarcie et des liens commerciaux se développent très tôt avec l’Occident, notamment avec le commerce de la soie.

Des contraintes physiques du milieu naît la nécessité d’aménager les terrains agricoles : les terrasses permettent d’atténuer le ravinement et le lessivage des sols cultivables, l’épierrement des parcelles est rendu nécessaire par la présence de sols très pierreux et l’irrigation permet de mieux gérer des ressources hydriques, inégalement disponibles selon les saisons.

L’habitat est généralement situé sur les interfluves des vallées. Les cours d’eau secondaires peu encaissés et à faible pente sont aménagés de jessour. Les terrasses, dont l’orientation suit naturellement les courbes de niveau, sont souvent délimitées par des bourrelets d’épierrements. Les parcelles sont de petite taille, ce qui est dû sans doute à l’importante densité de la population, à la nécessité d’un travail d’entretien intensif, aux partages successoraux et au prix élevé des terres irriguées. En moyenne montagne, l’occupation des vallées se fait de l’interfluve vers les talwegs. En revanche, lorsqu’on se rapproche d’un milieu de haute montagne, la topographie change et cette logique tend à s’inverser, les terrasses s’étageant de bas en haut sur les versants.

Fig. 2 - Organisation spatiale type des paysages en pierre sèche : l’exemple de Qlaaïat (Kesrouan).

Fig. 2 – Organisation spatiale type des paysages en pierre sèche : l’exemple de Qlaaïat (Kesrouan).

Laurianne Brunel, 02.06.2014. Sources : clichés aériens de l’Armée libanaise, mission 1/60, 1956 ; carte topographique de Bikfaya de l’Armée Libanaise, 1964.

Jusqu’au début du XXe siècle : cultures vivrières et sériciculture en terrasse

Jusqu’au début du XXe siècle, les cultures sont principalement :

    – vivrières, comme la céréaliculture, la viticulture et l’arboriculture fruitière;

    – commerciales, avec la sériciculture (production de soie par le ver à soie, qui se nourrit des feuilles du mûrier).

On retrouve différents modes d’exploitation : collectif, notamment sur des terres qui appartiennent aux nombreux monastères de la région, individuel ailleurs, sur des terres cultivées par les villageois.

La Première Guerre Mondiale a représenté une rupture majeure dans l’organisation des paysages du mont Liban : les Ottomans, alliés de l’Empire allemand, de l’Empire austro-hongrois et du Royaume d’Italie, considèrent les Maronites comme des alliés traditionnels des Français, et organisent un blocus économique sur le mont Liban, qui s’est traduit par une véritable famine. D’autre part, de nombreux mûriers sont arrachés, mettant à mal la filière de la soie déjà fragilisée par des crises antérieures.

Les fruits du tourisme

Après la Première Guerre Mondiale, l’Empire ottoman vaincu est démantelé et le mont Liban passe sous mandat français en 1920. Celui-ci essaye en vain de redresser la filière de la sériciculture, et développe le secteur du tourisme au mont Liban. On y voit fleurir des années 1930 aux années 1950 de nombreux hôtels et petites pensions, qui vont apporter au mont Liban une nouvelle source de revenus. Les habitants vont alors avoir tendance à abandonner les parcelles les plus éloignées des villages pour n’en conserver qu’une moindre portion. Les plus prévoyants vont remodeler certaines de leurs terrasses et les convertir à l’arboriculture fruitière, et notamment à la culture de pommiers (Kfoury 1959 ; Lewis 1953). Les photos aériennes réalisées par l’Armée Libanaise en 1956 illustrent déjà l’abandon des terrasses périphériques et la reconversion progressive des cultures. Les cultures vivrières persistent cependant, par précaution de la part des habitants qui n’oublient pas la famine, ou par l’impossibilité pour certains de reconvertir leur exploitation faute d’un capital suffisant. Les cultures méditerranéennes sont cependant progressivement remplacées par des cultures plus spéculatives, qui s’accompagnent d’un besoin d’irrigation croissant.

Le Plan Vert : nouvelles terrasses, mécanisation et irrigation

Le Liban devient indépendant en 1943. Il a traversé une période prospère, jusqu’à l’éclatement de la guerre civile en 1975. Cette prospérité a permis le développement d’infrastructures, notamment pour l’eau et l’électricité, mais aussi l’amorce d’une modernisation du secteur agricole, avec la mise en place du Plan Vert en 1963.

Ce plan a pour objectif la bonification des terres agricoles et notamment la mécanisation de l’exploitation des parcelles. Or les terrasses traditionnelles en pierre sèche, fragiles et parfois étroites, sont peu propices à la mécanisation. De nouveaux murs de soutènements sont donc construits, pour des terrasses plus larges, dont l’exploitation peut être mécanisée. Parallèlement des bassins de rétention sont réalisés pour développer l’irrigation. Le Plan Vert est interrompu pendant la guerre civile de 1975 à 1990 mais est ensuite rétabli, et opère encore de nos jours.

Par ailleurs, l’attractivité renforcée de Beyrouth va conduire, d’une part, à l’abandon du secteur agricole et à l’exode rural, d’autre part à la périurbanisation des environs de la capitale. Les villages touristiques du mont Liban se transforment progressivement en banlieue résidentielle, modifiant ainsi la manière d’habiter la région. L’urbanisation du mont Liban s’est fortement accentuée pendant la guerre civile, car les habitants de Beyrouth ont cherché à s’installer dans des zones plus sûres. Ce phénomène est très sensible dans le Kesrouan et le Metn.

Le morcellement des paysages de pierre sèche

Le déclin agricole conduit à l’abandon, puis au reboisement progressif des parcelles agricoles. L’urbanisation et le mitage urbain, de pair avec le reboisement, conduisent à un morcellement des paysages de pierre sèche. L’apparition des multiples matériaux de construction renforce une impression de paysages hétéroclites : les vues sur Ghbalé des années 1930 et de 2013 témoignent de cette l’évolution : aux édifices en pierre sèche et en pierre équarrie s’ajoutent de nouvelles construction en panneaux de béton, parpaings, auquel sont parfois superposés des panneaux d’imitation de pierre équarrie ou quelques couches de peinture. Un des effets collatéraux de l’urbanisation est également l’exploitation de nombreuses carrières, qui augmentent cette impression de mitage.

Fig. 3 - Vue sur Ghbale dans les années 1920-30.

Fig. 3 – Vue sur Ghbale dans les années 1920-30.

 

Source : Nordiguian L. (coord.), 2003, Les « petites écoles » du Mont Liban, Joseph Delore, s.j. (1873-1944). Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph,  p. 152

Fig. 4 - Vue sur Ghbale en 2013. Laurianne Brunel, 9.11.2013.

Fig. 4 – Vue sur Ghbale en 2013. Laurianne Brunel, 9.11.2013.

Les nouveaux usages des aménagements en pierre sèche

Aujourd’hui, la céréaliculture et la sériciculture ont disparu. Les cultures maraîchères, l’arboriculture fruitière et les oliveraies représentent la majorité des surfaces cultivées dans le gouvernorat du Mont-Liban. L’agriculture est actuellement plutôt destinée à l’exportation. Les cultures maraîchères se font souvent sous serres, les anciennes terrasses servant parfois de support pour leur installation. Les murs de soutènement ne sont plus nécessairement en pierre sèche, certains sont notamment en béton. Les nouvelles terrasses ou les terrasses réaménagées sont souvent construites au bulldozer.

Fig. 5 - Serres installées sur une parcelle en terrasse près de Ouata El Laouz. Laurianne Brunel, 7.11.2013.

Fig. 5 – Serres installées sur une parcelle en terrasse près de Ouata El Laouz. Laurianne Brunel, 7.11.2013.

Les édifices anciens en pierre sèche où pierre équarrie sont parfois réutilisés. Ceux-ci sont alors restaurés avec du mortier, et il est fréquent d’observer d’anciens édifices servant de support à des maisons plus spacieuses, avec ajout d’étages et superposition de différents matériaux de construction. Ces observations dénotent une absence clairement perceptible de réglementations visant à la protection de ces aménagements. Aujourd’hui, ces derniers sont rarement considérés comme un patrimoine.

Fig. 6A Brunel Fig. 6B Brunel
Fig. 6 A et B – D’anciens édifices servant de support à des constructions agrandies à Ain Jouaiya (Kesrouan). Laurianne Brunel, 9.11.2013

Remarque :

Ces résultats sont extraits d’un mémoire de master 1 de géographie élaboré à l’Université Lumière Lyon 2 en 2014 sous la direction de Nicolas Jacob-Rousseau et portant sur l’évolution des paysages de pierre sèche au mont Liban (Brunel, 2014).

Remerciements :

Mes remerciements vont à mon directeur de mémoire Nicolas Jacob-Rousseau, à Bernard Geyer – mon tuteur de stage – et Frank Braemer, tous deux co-directeurs du projet ANR PaléoSyr/PaléoLib qui a financé ces recherches ; à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et à l’équipe d’Archéorient ; à Lévon Nordiguian, Maya Haïdar Boustani et Janine Somma pour leur accueil au Liban, leurs précieuses informations et l’accompagnement sur le terrain.

Références :

Brunel L., 2014. Évolution des paysages de pierre sèche au mont Liban. Mémoire de première année de master de géographie, Université Lumière Lyon2, 111 p.

Dandini G. 1685. Voyage du Mont Liban, Paris, Louis Billaine. [En ligne].

https://books.google.fr/books?id=TSlUAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

Kfoury J. 1959. Liban, pays de tourisme, Revue de géographie de Lyon 34, n°3, 271-284. [En ligne].

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geoca_0035-113X_1959_num_34_3_2353

Lamartine A. 2011. Souvenirs, impressions, pensées et paysages, pendant un voyage en Orient (1832-1833) [1835], Paris, Gallimard, 1175 p.

Lewis N. N. 1953. Lebanon. The mountain and its terraces [la montagne et ses terrasses], Geographical Review 43, n°1, 1-14.

L’auteur :
 Laurianne Brunel est étudiante en Master 2 de géographie  « Interface Nature-Société »
Université Lumière – Lyon 2.

Pour citer ce billet : Laurianne Brunel. L’évolution des paysages de pierre sèche au mont Liban, ArchéOrient - Le Blog, 9 janvier 2015, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3576


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *