Quelques remarques sur les « sites défensifs » crétois de la fin de l’Âge du Bronze

À la fin du Minoen Récent III B (ca 1200 av. n. è.), on assiste en Crète à un mouvement général d’abandon des petits habitats côtiers qui caractérisaient la période précédente au profit de collines situées en retrait du rivage ou dans l’intérieur des terres. Le phénomène est bien observable dans la région qui borde la baie du Mirambello, zone charnière entre la Crète centrale et la Crète orientale (fig. 1 et 2).

Fig. 1 : Les sites du Minoen Récent IIIA-B de la baie du Mirambello (F. Gaignerot-Driessen)

Fig. 1 : Les sites du Minoen Récent IIIA-B de la baie du Mirambello (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 2 : Les sites du Minoen Récent IIIC de la baie du Mirambello (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 2 : Les sites du Minoen Récent IIIC de la baie du Mirambello (F. Gaignerot-Driessen).

Diverses hypothèses ont été avancées pour expliquer ce phénomène de retrait vers l’arrière-pays. Selon l’opinion la plus répandue (Kanta 1980, 324-325 ; Nowicki 2000 ; 2001), il reflèterait une succession de razzias plutôt qu’un épisode unique et aurait été motivé par l’incursion de pirates ou de mystérieux maraudeurs de la Méditerranée, les « Peuples de la Mer », dont les sources iconographiques et textuelles égyptiennes ou encore les tablettes ougaritiques nous relatent l’existence (Drews 1993 ; Sandars 1978). L’apparition en Crète autour de 1200 av. n. è. de sites d’habitats installés sur des positions défensives et parfois dotés de fortifications rendrait ainsi compte de la peur que suscitait le danger venu de la mer.

 À cette lecture du mouvement migratoire observable au Minoen Récent IIIB/C et des sites fondés et occupés alors, on peut opposer une série d’objections, tant sur le plan méthodologique que sur le plan archéologique. La démarche qui a guidé l’exploration de l’île de Crète et l’interprétation des sites occupés entre le Minoen Récent IIIB/C et le Protogéométrique (ca 970-810 av. n. è.) est en partie à l’origine de la vision biaisée que nous avons de la période. Elle a principalement visé à illustrer archéologiquement une époque de crise au cours de laquelle les rivages crétois auraient été confrontés aux dangers venus de la mer et à de successives vagues d’invasion (Nowicki 2000, 257-259 ; 2001). Elle obéit donc à un présupposé à la fois historique et archéologique : la Crète était exposée à des envahisseurs venus du large, l’habitat devait donc se situer en retrait de la côte et présenter un caractère défensif. En conséquence, la géographie crétoise offrant un excellent « territoire de refuge » (Nowicki 2000, 19-27), les pitons et les falaises les plus abruptes de la Crète (fig. 3 et 4) furent escaladés pour y trouver les traces d’une occupation datée du Minoen Récent IIIB/C – qui ne firent pas défaut.

Fig. 3 : La brèche de Katalimata (fig. 2 n°98) vue depuis Elounda (fig. 2 n°20) (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 3 : La brèche de Katalimata (fig. 2 n°98) vue depuis Elounda (fig. 2 n°20) (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 4 : L’habitat établi au sommet du Kastro (fig. 2 n°111) (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 4 : L’habitat établi au sommet du Kastro (fig. 2 n°111) (F. Gaignerot-Driessen).

On ne contestera pas que, du fait de leur situation et de leur caractère naturellement défensif, les sites fondés au Minoen Récent IIIB/C dans le Mirambello sont moins exposés aux attaques des pirates et aux invasions que les sites côtiers de la phase précédente. On ne disconviendra pas plus du fait que la Méditerranée a visiblement connu des épisodes de migrations et d’incursions au tournant du XIIIe s. Mais quelles traces avons-nous dans le Mirambello de ces invasions supposées ? S’il est vrai que la plupart des sites côtiers sont abandonnés, aucun d’eux n’a livré les indices d’une destruction violente. Par ailleurs, des importations étrangères ont été retrouvées dans de nombreux sites de la région et un habitat portuaire se développe au Minoen Récent IIIC sur le promontoire côtier d’Élias to Nisi (Hayden 2001 ; fig. 2 n°54 et fig. 5), preuve que les contacts avec le monde extérieur n’étaient pas rompus et que la vision d’une désertion complète des côtes doit être nuancée.

Fig. 5 : Le site portuaire d’Elias to Nisi (fig. 2 n°54) vu depuis l’habitat de Vrokastro (fig. 2 n°57) (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 5 : Le site portuaire d’Elias to Nisi (fig. 2 n°54) vu depuis l’habitat de Vrokastro (fig. 2 n°57) (F. Gaignerot-Driessen).

En définitive, la seule preuve de cette terreur suscitée par un danger venu de la mer tiendrait à l’existence même de sites de refuge, dont la caractérisation est précisément fondée sur cette même supposée terreur. L’argument est ainsi parfaitement circulaire. C’est donc la notion même de « site de refuge » qui doit être reconsidérée.

Notons d’abord le flou terminologique qui enveloppe le phénomène : la littérature archéologique sur ce sujet, principalement anglophone, recourt tantôt à l’expression de « site défensif » (« defensible site » ou « defensive settlement »), tantôt à celle de « site de refuge » (« refuge site » ou « refuge settlement ») et les substitue parfois l’une à l’autre. Ensuite, les critères de distinction, lorsqu’ils sont proposés, se heurtent vite à la réalité des sites crétois : ainsi on ne peut se fonder sur l’altitude en qualifiant de sites de refuge les habitats établis sur une position plus haute que les villages de semi-montagne (400-500 m) (Kanta 2001, 14) : certains sites considérés comme défensifs se situent nettement sous cette limite. Nowicki (2000, 229-30 ; 2001, 25, 31-35) retient quant à lui l’aspect « spectaculaire » des sites fondés à la fin du Minoen Récent IIIB ou au tout début du Minoen Récent IIIC. Mais comment définir l’intensité « spectaculaire » d’un site ? Quels critères considérer pour passer de ce qui relève d’une impression subjective à une catégorisation objective ? La difficulté tient ici au fait que, malgré quelques tentatives en ce sens (Haggis 2001 ; Kanta 2001 ; Nowicki 2001), on manque encore d’une véritable archéologie de l’habitat de refuge pour aborder la question des sites crétois du Minoen Récent IIIB/C.

Quelles caractéristiques peut-on donc attendre d’un site de refuge ? Les sites identifiés comme tels dans le Mirambello répondent-ils à ces critères objectifs ?

Un refuge est un lieu dans lequel on vient s’abriter d’un danger en se soustrayant à la portée de ce danger (ennemi, catastrophe naturelle, épidémie etc.). Le refuge est en outre le point d’aboutissement d’une fuite et la durée de son occupation est liée à celle de la menace qui a provoqué cette fuite. Le réfugié, dont l’espoir peut être déçu, regarde donc sa retraite forcée comme a priori temporaire. De ces remarques, on peut attendre des sites de refuge qu’ils rendent compte de la peur et du provisoire. Une série de caractéristiques devrait alors pouvoir être reconnue pour identifier un site de refuge : son accessibilité depuis l’habitat d’origine, la possibilité d’une évacuation rapide en cas d’attaque, un accès limité et contrôlé, son équipement défensif, son invisibilité dans le paysage, la qualité et la diversité des ressources naturelles de son environnement immédiat, la discontinuité de son occupation, son expansion limitée et la densité de son occupation, une architecture et un mobilier rudimentaires.

Si l’on passe au crible de ces critères les sites du Mirambello considérés comme « défensifs » ou « de refuge », plusieurs remarques peuvent être formulées. L’échantillon montre en premier lieu que nous ne disposons sur ce type de sites que d’une documentation très lacunaire, très peu d’entre eux ayant fait l’objet de fouilles systématiques pour les niveaux Minoen Récent IIIB/C. On constate par ailleurs qu’aucun des sites envisagés ne remplit l’ensemble des critères d’identification retenus. Ainsi, l’étendue, le degré d’urbanisation, la sophistication architecturale et la qualité du mobilier de ces habitats ne sont pas caractéristiques de sites de refuge tels que nous les avons ici définis. Enfin, l’un des critères d’identification précédemment énoncés, pourtant nécessaire, n’est jamais satisfait : loin d’être dissimulés dans le paysage, les sites examinés sont tous aisément visibles. La forme distinctive de la plupart d’entre eux les rend même nettement reconnaissables de loin (fig. 3 et 6). Ici, les deux propositions d’identification des sites de refuge – d’après leur altitude ou leur dimension « spectaculaire » – peuvent être reprises et réconciliées, si l’on se pose en spectateur du paysage crétois. Ce qui fait impression lorsque l’on regarde de loin le site de Katalimata (Nowicki 2008 ; fig. 3), accroché à un replat de la brèche qui entrouvre la chaîne de Tryphti, c’est la verticalité de la façade rocheuse qui s’élève abruptement de la plaine. Ce n’est donc pas tant d’altitude que d’amplitude du dénivelé qu’il s’agit. On retiendra ainsi la localisation spectaculaire de Katalimata, mais on y verra plutôt un contre-argument à son identification comme site de refuge : quand il aurait été plus aisé pour les supposés « fuyards » de se réfugier à l’intérieur de la gorge ou de se dissimuler dans les premiers contreforts de Tryphti, ils choisirent d’occuper le replat qui entaille de manière caractéristique la paroi rocheuse de Katalimata. De même, à propos des pics rocheux du Kastro (fig. 4) ou de l’Anavlochos (fig. 6), qui constituent également des éléments marquants du paysage et sont identifiables depuis toute la région qui borde la baie du Mirambello, on ne parlera pas seulement de visibilité mais aussi d’ostentation. Faire le choix de s’y installer, en dépit de l’inconfort que cette solution pouvait supposer, c’était ainsi marquer sa volonté d’être clairement identifié au sein du paysage et, peut-être, symboliquement, de s’en emparer.

Fig. 6 : L’Anavlochos (fig. 2 n°5) vu (de haut en bas) depuis les sites de Dréros (fig. 2 n°11), Vryses Prophitis Ilias (fig. 2 n°24) et Kastro (fig. 2 n°111) (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 6 : L’Anavlochos (fig. 2 n°5) vu (de haut en bas) depuis les sites de Dréros (fig. 2 n°11), Vryses Prophitis Ilias (fig. 2 n°24) et Kastro (fig. 2 n°111) (F. Gaignerot-Driessen).

Au sens strict du terme, et d’après la méthodologie qui a été proposée, aucun des exemples examinés ne peut donc être nettement reconnu comme un site de refuge : il faut ainsi abandonner le recours à cette désignation dans la région qui borde la baie du Mirambello au Minoen Récent IIIC. Cette conclusion ne revient pas à nier les qualités défensives des sites de cette époque et on continuera ainsi à parler de « sites défensifs ». Elle signale seulement que ce n’est pas la peur qui a présidé à leur établissement et qu’il faut renoncer aux scénarios simplificateurs de type purement historique qui ont jusque-là dominé le discours. Elle met aussi en évidence en quoi il serait réducteur de ne pas envisager la valeur offensive aussi bien que défensive des emplacements et des dispositifs qui caractérisent les sites du Minoen Récent IIIC : ils sont pour la plupart établis sur des positions qui leur permettent d’être vus autant que de voir ; leurs enceintes affirment la force de la place autant qu’elles la protègent d’éventuels agresseurs. Dans cette perspective, le mouvement de retrait des côtes observé au tournant du Minoen Récent IIIB et du Minoen Récent IIIC ne doit pas seulement être interprété comme un repli défensif mais pourrait aussi être l’indice d’une volonté de conquête territoriale, dont l’installation de sites d’habitats sur des points marquants du paysage apparaîtrait comme la représentation symbolique.

Bibliographie:

Drews R. 1993. The End of the Bronze Age: Changes in Warfare and the Catastrophe ca. 1200 B.C., Princeton, Princeton University.

Haggis D. C. 2001. A Dark Age Settlement System in East Crete, and a Reassessment of the Definition of Refuge Settlements, in: Karageorghis, V. et Morris, Ch. (éds), Defensive Settlements of the Aegean and the Eastern Mediterranean after ca. 1200 BC, Nicosie, Leventis Foundation, 41-57.

Hayden B. J. 2001. Elias to Nisi: A Fortified Coastal Settlement of Possible Late Minoan IIIC Date in the Vrokastro Area, Eastern Crete, in: Karageorghis, V. et Morris, Ch. (éds), Defensive Settlements of the Aegean and the Eastern Mediterranean after ca. 1200 BC, Nicosie, Leventis Foundation, 61-83.

Kanta A. 1980. The Late Minoan III Period in Crete. A Survey of Sites, Pottery, and their Distribution, SIMA 58, Göteborg, Paul Åström Förlag.

_______2001. Cretan Refuge Settlements: Problems and Historical Implications within the Wider Context of the Eastern Mediterranean towards the End of the Bronze Age, in: Karageorghis, V. et Morris, Ch. (éds), Defensive Settlements of the Aegean and the Eastern Mediterranean after ca 1200 BC, Nicosie, Leventis Foundation, 13-21.

Nowicki K. 2000. Defensible Sites in Crete c. 1200-800 B.C. (LM IIIB/IIIC through Early Geometric), Aegaeum 21, Liège-Austin.

_________2001. Sea-raiders and Refugees: Problems of Defensible Sites in Crete c. 1200 BC, in: Karageorghis, V. et Morris, Ch. (éds), Defensive Settlements of the Aegean and the Eastern Mediterranean after ca. 1200 BC, Nicosie, Leventis Foundation, 23-40.

_________2008. Monastiraki Katalimata. Excavation of a Cretan Refuge Site, 1993-2000, Philadelphie, INSTAP Academic Press.

Sandars N. K. 1978. The Sea Peoples: Warriors of the Ancient Mediterranean, 1250-1150 B.C., Londres, Thames and Hudson.

L’auteur : Florence Gaignerot-Driessen est docteur en archéologie grecque et ATER à l’Université de Picardie – Jules Verne. Elle est rattachée à l’UMR 8167, Orient et Méditerranée – Centre antiquité classique et tardive (http://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article2147) et participe au programme de recherche ARC : ‘A world in crisis : Archaeological and Epigraphical Perspectives on the Late Bronze Age (13th c. B.C.) Mediterranean Systems’ Collapse : a case study approachhttp://sites.uclouvain.be/arc-crisis/.


Pour citer ce billet : Gaignerot-Driessen F. 2014. Quelques remarques sur les « sites défensifs » crétois de la fin de l’Âge du Bronze, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 19 décembre 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3558


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *