Vers une approche globale des paysages urbains achéménides

Entre 2012 et 2014, j’ai obtenu une bourse de recherche européenne Marie-Curie (projet SELOPerse – Settlement and Landscape Organisation of the Persepolis Region) qui m’a permis de mener un projet portant sur une meilleure définition de l’organisation spatiale de la ville de Persépolis (localisation : fig. 1). Ce projet était hébergé par l’Université de Bologne (Italie) – Département des Sciences du Patrimoine (antenne de Ravenne) et conduit en collaboration avec Pierfrancesco Callieri, professeur d’archéologie et d’histoire de l’art. Faisant suite à mon doctorat sur l’occupation de la plaine de Persépolis durant le 1er millénaire av. J.-C. menées au sein d’Archéorient (Gondet, 2011), l’objectif de ce programme était de développer à Persépolis de nouvelles stratégies de prospections pluridisciplinaires et multiscalaires en lien avec les travaux de fouilles irano-italiens sur la ville, mission codirigée du côté iranien par Alireza Askari-Chaverdi, professeur d’archéologie et doyen de l’Université d’Art de Chiraz. Ce projet s’inscrit plus largement dans la continuité d’une collaboration à long terme nouée entre les missions irano-italienne et irano-française « Chiraz ». Cette dernière, soutenue par le Ministère des Affaires Etrangères, était dirigée jusqu’en 2009 par Rémy Boucharlat, directeur de recherche émérite à Archéorient.

Fig. 1 : localisation des principaux sites évoqués.

Fig. 1 : localisation des principaux sites évoqués.

Le projet SELOPerse s’est achevé au second semestre 2014 par une mission de terrain à Persépolis avec l’équipe irano-italienne, suivie de visites de plusieurs sites achéménides situés au sud-ouest de l’Iran (15 octobre – 15 novembre 2014). Cette mission était destinée à construire de nouveaux projets collaboratifs s’intégrant dans une réflexion plus large sur le fait urbain à l’époque achéménide depuis le centre de l’Empire perse jusqu’à ses frontières. Alors que nous amorçons de nouveaux projets, cette note se propose de dresser un historique du cheminement scientifique qui a amené à un changement de paradigme dans l’étude des villes perses achéménides.

Avant la mise en œuvre de nos recherches, la ville « populaire » de Persépolis associée aux ensembles palatiaux restait très largement méconnue, ainsi que la chronologie du développement urbain, alors que la découverte et la traduction des milliers de tablettes administratives retrouvées au cours des fouilles de la Terrasse Royale nous donnait une image très concrète de la richesse et de la variété des activités se déroulant dans la ville. Durant la période achéménide, Persépolis correspond à la fois à un haut-lieu dynastique, une résidence royale, mais aussi à la capitale administrative de la province de Perse.

Un changement d’échelle dans l’étude des plans d’organisation des villes achéménides

Entre 2005 et 2008, la mission « Chiraz » a mené un programme d’étude de la ville et du territoire de Persépolis. Il s’agissait d’étendre nos recherches, qui jusqu’alors se concentraient sur Pasargades, à une étude d’ensemble des deux fondations royales achéménides. Pasargades et Persépolis sont deux villes fondées au cours de la seconde moitié du 6e s. av. J.-C., situées au centre de la province du Fars. Les frontières actuelles du Fars reprennent approximativement celle de l’ancienne province de Perse, la région d’origine de la dynastie achéménide qui régna sur l’ensemble de l’Orient ancien entre le 6e et le 4e s. av. J.-C.

BlogArcheorient_Gondet_fig2

Fig. 2 : Pasargades, plan général du site à l’issue des prospections géophysiques conduites par la mission « Chiraz » (Benech, Boucharlat, Gondet, 2012 : fig. 15).

Etant donné la superficie des sites à étudier, plusieurs centaines d’hectares, nous avons fondé nos stratégies de recherche sur l’emploi des méthodes de prospections, en particulier géophysiques. Les cartes obtenues ont permis de compléter les plans de Pasargades et de Persépolis, de révéler de nouveaux édifices ou l’existence de secteurs construits jusque-là inconnus (Benech, Boucharlat, Gondet, 2012 ; Boucharlat, De Schacht, Gondet, 2012). Notre principale contribution consiste à avoir démontré que Pasargades (fig. 2) et Persépolis (fig. 3 et 4) devaient respecter des projets d’aménagement conçus à large échelle dont le plan transparaît dans l’existence de vastes réseaux hydrauliques (canaux, fossés ou bassins). Ces réseaux correspondent souvent aux derniers vestiges préservés dans un paysage très profondément marqué par l’agriculture moderne. Nos travaux ont donc aussi démontré l’urgence de mener des études plus approfondies sur les paysages urbains achéménides en cours de disparition.

BlogArcheorient_Gondet_fig3

Fig. 3 : exemple de carte magnétique obtenue à l’ouest de la Terrasse de Persépolis, les longues anomalies rectilignes correspondent à des fossés et/ou canaux et la zone plus magnétiques au sud à une probable zone construite où les vestiges architecturaux ont été nivelés par l’activité agricole moderne (Boucharlat, De Schacht, Gondet 2012 : fig. 10).

BlogArcheorient_Gondet_fig4

Fig. 4 : plan général d’organisation de Persépolis à l’ouest du Quartier Royal, exemple d’urbanisation diffuse : parcellaire orthogonal marqué par le réseau de fossés (en vert) intégrant des secteurs construits (en rouge) et d’autres laissés libres correspondant probablement à des jardins ou des champs (Boucharlat, De Schacht, Gondet, 2012 : fig. 12).

Bien que Pasargades et Persépolis correspondent à des projets distincts d’un point de vue symbolique et architectural, leur fondation par Cyrus pour la première (-550 env.) et par Darius pour la seconde (-520 env.) s’inscrivant dans des contextes historiques différents, il a été frappant d’observer de nombreux points communs dans l’organisation spatiale de ces sites. Dans les deux cas, il s’agit de villes construites suivant un projet en rupture avec la plupart des exemples de villes connus jusqu’alors en Orient. En effet, la ville achéménide se présente sous la forme de vastes territoires urbanisés qui se caractérisent par l’absence de centre densément construit. Les palais et les constructions plus communes, isolés ou regroupés en blocs, se répartissent dans un paysage urbain intégrant de vastes espaces non-construits, très probablement des jardins ou des parcs. En l’absence de rempart qui entourerait l’ensemble de la ville, il n’existe pas de limite nette entre espace urbain et rural et nous avons proposé de qualifier ces plans d’urbanisme de “diffus”. Alors que l’emplacement et l’organisation de la ville achéménide restaient des énigmes, nous avons démontré que seule une démarche d’élargissement des stratégies de recherche, élargissements spatial et méthodologique, était à même de mettre au jour ces formes particulières d’urbanisation.

Des fouilles hors des palais

Parallèlement, la mission archéologique irano-italienne « From Palace to Town », après avoir mené des fouilles dans la région de Pasargades, s’est concentrée sur l’étude de la ville de Persépolis à travers un programme de fouilles et de sondages en dehors des ensembles palatiaux de la Terrasse et du Quartier Royal environnant (Askari Chaverdi, Callieri, 2012). Cet aspect stratégique revêt une grande importance dans le contexte particulier des études archéologiques à Persépolis. En effet, l’ampleur des études à mener sur et autour de la terrasse de Persépolis a longtemps limité les recherches à une archéologie essentiellement monumentale.

A partir de 2008, l’équipe irano-italienne a construit son programme en partie sur une meilleur identification par la fouille des résultats des prospections obtenus dans le cadre de la mission « Chiraz ». Par exemple, plusieurs sondages ont été ouverts à l’ouest du Quartier Royal, dans le secteur de Persépolis Nord-Ouest. Ils ont permis de confirmer la datation achéménide d’un réseau de fossés dessinant un vaste parcellaire délimitant un paysage en mosaïque composé de secteurs construits et non-construits (fig. 4). Une autre découverte importante correspond à la mise au jour, à plus de 1 km de la Terrasse, d’un four dont la fonction reste encore incertaine mais probablement destiné à produire des matériaux de construction (enduits ?). Autour, plusieurs fosses-dépotoirs remplies de déchets de cuisson et de scories métalliques prouvent l’existence d’un secteur artisanal alors que jusqu’à présent ce type d’activité n’avait jamais été mis en évidence à Persépolis.

Suite à ces fouilles, les éléments d’un vaste puzzle s’assemblaient progressivement. Elles permettaient de préciser sa chronologie et de restituer la ville de Persépolis dans toute sa complexité sociologique, c’est à dire de prouver la diversité des activités qu’elle abritait. Cette approche multiscalaire et pluridisciplinaire, liant études spatiales et fouilles raisonnées, était la seule à même de révéler la physionomie particulière de Persépolis.

Approches multiscalaires du paysage urbain : l’exemple de Bagh-e Firuzi

Les résultats de nos missions nous ont amenés à renforcer les approches intégrées sur Persépolis à travers la mise en œuvre du projet européen SELOPerse. Un des aspects du projet était de poursuivre le développement des solutions méthodologiques d’étude du paysage persépolitain pour étendre notre connaissance des formes d’organisation de la ville. Il s’agissait par exemple de tester de nouvelles solutions méthodologiques, notamment de nouvelles stratégies de cartographie du paysage en mosaïque de la ville via la mesure géophysique, sur de grandes surfaces, des variations des propriétés magnétiques des sols (Gondet, Thiesson, 2013).

Parallèlement, nous souhaitions combiner plus étroitement les approches de fouilles et de prospections pour l’étude de certains secteurs de la ville. Nos travaux dans le secteur de Bagh-e Firuzi constituent un parfait exemple de cette approche intégrée (Askari Chaverdi, Callieri, Gondet, 2013). Bagh-e Firuzi se situe à plus de 3 km à l’ouest du Quartier Royal et rassemble une douzaine de bâtiments achéménides d’aspect monumental car en partie construits en pierre. Ces différents édifices sont dispersés sur une surface de plus de 200 ha. Mis à part un statut royal et/ou aristocratique, la fonction de cet ensemble restait très largement énigmatique et seule une approche combinant fouilles de bâtiments et prospections des espaces adjacents pouvait permettre une restitution d’ensemble de ce « quartier » de la ville de Persépolis. Concernant les fouilles, les efforts se sont concentrés sur le site de Tol-e Ajori, formant une petite colline dominant de deux mètres la plaine et recouverte de fragments de briques cuites, certaines émaillées. En 2005, ce site avait été prospecté en géophysique et avait révélé le plan d’un bâtiment apparemment de forme carrée (Boucharlat, De Schacht, Gondet, 2012).

Fig. 5 : vue du mur sud-ouest du bâtiment mis au jour à Tol-e Ajori, secteur de Bagh-e Firuzi, situé à 3 km à l’ouest du secteur royal, parement sud décoré de rangées de briques cuites émaillées unicolores (Askari Chaverdi, Callieri, Gondet 2013 : fig. 17).

Fig. 5 : vue du mur sud-ouest du bâtiment mis au jour à Tol-e Ajori, secteur de Bagh-e Firuzi, situé à 3 km à l’ouest du secteur royal, parement sud décoré de rangées de briques cuites émaillées unicolores (Askari Chaverdi, Callieri, Gondet 2013 : fig. 17).

L’ouverture de plusieurs sondages par la mission irano-italienne a très vite permis de préciser la nature de l’installation détectée en géophysique, même si son plan reste encore très partiellement connu, les fouilles étant encore en cours. Ainsi les fondations d’un imposant bâtiment, de 30 m de côté environ, ont été mises au jour. Ses murs de 10 m d’épaisseur entourent un espace central unique d’à peu près 100 m². Les murs sont composés d’un cœur en briques crues et de parements, de près de 2 m d’épaisseur, en briques cuites (fig. 5). Parmi les briques cuites émaillées qui décoraient les parois internes et externes des murs, certaines correspondent à des éléments de bas-reliefs (fig. 6) identiques à ceux de la porte d’Ishtar de Babylone, construite au cours de la première moitié du 6e s. av. J.-C. Cette influence babylonienne est renforcée par la découverte de caractères cunéiformes inscrits sur une brique émaillée et signifiant « Roi » en babylonien. La reproduction à l’identique de bas-reliefs néo-babyloniens, tout à fait inédite dans l’architecture achéménide, démontre que Tol-e Ajori, et peut-être plus généralement Bagh-e Firuzi, semble obéir à un projet architectural très différent de celui du Quartier Royal.

Fig. 6 : exemple de brique cuite émaillée à décors en bas-relief, sabots d’un bœuf identique aux modèles néo-babyloniens de la porte d’Ishtar à Babylone (Askari Chaverdi, Callieri, Gondet 2013 : fig. 25).

Fig. 6 : exemple de brique cuite émaillée à décors en bas-relief, sabots d’un bœuf identique aux modèles néo-babyloniens de la porte d’Ishtar à Babylone (Askari Chaverdi, Callieri, Gondet 2013 : fig. 25).

Cette distinction entre Bagh-e Firuzi et les autres secteurs de la ville situés plus à l’est se retrouve également dans l’organisation spatiale. Les résultats des prospections magnétiques menées autour de Tol-e Ajori (fig. 7), entre ce site et les autres édifices achéménides situés à plus de 350 m pour les plus proches, ont permis de mettre en évidence de longs fossés. A la différence du secteur de Persépolis Nord-Ouest, ces derniers sont tous parallèles et ne dessinent donc pas un parcellaire serré. En outre, on ne retrouve aucune trace de construction entre les différents édifices. Bagh-e Firuzi semble donc respecter un plan encore plus ouvert que celui détecté à l’ouest du Quartier Royal. Enfin, nous avons constaté que les édifices connus à Bagh-e Firuzi, Tol-e Ajori inclus, et ces grands fossés respectaient une même orientation différente de celle des divers aménagements de Persépolis révélés dans les secteurs situés plus à l’est.

Fig. 7 : carte magnétique obtenue à l’est de Bagh-e Firuzi, autour du site de Tol-e Ajori (plan schématique état 2013), localisation des sites et tracé des fossés détectés (Askari Chaverdi, Callieri, Gondet 2013 : fig. 32).

Fig. 7 : carte magnétique obtenue à l’est de Bagh-e Firuzi, autour du site de Tol-e Ajori (plan schématique état 2013), localisation des sites et tracé des fossés détectés (Askari Chaverdi, Callieri, Gondet 2013 : fig. 32).

L’ensemble de ces données, issues des fouilles et des prospections, prouve que la fondation de Bagh-e Firuzi obéit à un projet différent de celui du Quartier Royal et de Persépolis Nord-Ouest. Les différences constatées entre les programmes architecturaux, les plans d’organisation et les orientations générales des vestiges pourraient résulter d’un développement de Persépolis à des périodes différentes, même si l’hypothèse d’une fondation de Bagh-e Firuzi antérieure à celle du Quartier Royal reste très largement à prouver.

Vers une étude à large échelle de l’urbanisme perse achéménide

Les recherches à Persépolis sont particulièrement exemplaires du changement de paradigme que permettent des programmes d’études multiscalaires et pluridisciplinaires. L’étude des villes achéménides ne peut pas être approchée suivant les méthodes dites « traditionnelles ». L’absence de centre urbain densément construit, de remparts le délimitant, et donc de surface bien définie où concentrer les recherches rend difficile une étude de l’urbanisme achéménide par la seule fouille. De ce fait, le manque de données archéologiques sur la ville venant des fouilles anciennes de Persépolis amenait souvent à réduire ce site à sa seule fonction de prestige. Nos données viennent démontrer ce que les textes suggéraient : les palais ne sont que la partie visible d’un processus plus vaste d’urbanisation des territoires du centre de la Perse à l’époque achéménide.

Fig. 8 : bases de colonne achéménides sur le site de Sang-e Siyah situé dans la région de Borazjan (province de Bushehr, sud-ouest de l’Iran).

Fig. 8 : bases de colonne achéménides sur le site de Sang-e Siyah situé dans la région de Borazjan (province de Bushehr, sud-ouest de l’Iran).

Pour le moment, nous n’en sommes qu’aux balbutiements de la définition d’un modèle d’urbanisme achéménide. Pour mieux le décrire et étudier sa diffusion, il faudrait multiplier les cas d’étude. Or si l’on dresse une analogie entre Pasargades/Persépolis et l’ensemble des palais (pavillons ou résidences…) achéménides apparemment isolés connus en Perse et au-delà, ces derniers pourraient en fait témoigner de l’existence, à travers l’Empire, d’autres projets d’urbanisation à large échelle. C’est pourquoi, lors de ma dernière mission en Iran, j’ai visité plusieurs sites achéménides situés au sud-ouest de l’Iran. J’ai par exemple noué des contacts avec les archéologues iraniens en charge de l’étude des édifices achéménides de Borazjan, un ensemble de trois pavillons achéménides, isolés et séparés de plusieurs kilomètres, situés non loin de la côte du Golfe Persique (fig. 8 ; Karimian, Sarfaraz, Ebrahimi, 2010). L’étude de ces sites prendrait place dans le cadre d’une relance en 2015 des activités de la mission irano-française « Chiraz », à Pasargades et à Persépolis, en collaboration avec l’équipe irano-italienne. Cette relance se place dans le contexte d’une réouverture, depuis l’année dernière, des collaborations archéologiques entre la France et l’Iran. Elle se construit en partenariat avec mon collègue Kourosh Mohammadkhani, ancien doctorant d’Archéorient, qui a récemment soutenu sa thèse sur l’étude de l’urbanisme de Dahan-e Gholaman (Mohammadkhani, 2012), une ville d’époque perse située à l’est de l’Iran dont nous souhaitons également poursuivre les prospections. Au-delà du centre de l’Empire, c’est-à-dire hors d’Iran, j’ai aussi initié l’été dernier une collaboration avec la mission archéologique turque de Daskyleion, ancienne capitale d’une province du nord de l’Anatolie durant l’époque perse, pour mener une étude à large échelle de l’urbanisme de ce site.

Bibliographie

Askari-Chaverdi A., Callieri P. 2012. The activities of the Iranian-Italian joint archaeological mission at Persepolis West (Fars, Iran). First results of the studies on the pottery of Achaemenid and post-Achaemenid age, in G.P. Basello, A. Rossi (eds.), Persepolis and his settlements. Proceedings of the conference held in Viterbo, 16-17th December 2010, Series Minor 78, Università di Napoli « L’Orientale », Naples, 100-122.

Askari-Chaverdi A., Callieri P., Gondet S., 2013. Tol-e Ajori, a new monumental building in Parsa. Preliminary cross interpretations from recent surveys and excavations works around Persepolis (2005-2012), Arta, 2013.006, 45p. [en ligne]. Disponible sur : <http://www.achemenet.com/document/ARTA_2013.006-Askari-Callieri-Gondet.pdf>

Benech C., Boucharlat R., Gondet S. 2012. Organisation et aménagement de l’espace à Pasargades – Reconnaissances archéologiques de surface (2003-2008), Arta, 2012.003, 38p. [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.achemenet.com/document/2012.003-Benech_Boucharlat_Gondet.pdf>

Boucharlat R., De Schacht T., Gondet S. 2012. Surface reconnaissance in the Persepolis Plain (2005-2008). New data on the city organisation and landscape management, in G.P. Basello, A. Rossi (eds.), Persepolis and his settlements. Proceedings of the conference held in Viterbo, 16-17th December 2010, Series Minor 78, Università di Napoli « L’Orientale », Naples, 123-166.

Gondet S. 2011. Occupation de la plaine de Persépolis au Ier millénaire av. J.-C. (Fars central, Iran), Thèse de Doctorat mention « Langues, histoire et civilisations des mondes anciens », Université Lyon 2 Louis Lumière, 2 volumes. Volume 1 : 651 p. (textes et figures) ; volume 2 : 70 p. (planches et tables). [en ligne]. Disponible sur :

<http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2011/gondet_s>

Gondet S., Thiesson J. 2013. Spatial organisation of Persepolis (Fars, Iran): preliminary results from a large grid study carried out with a CS60 conductivity and susceptibility meter, in W. Neubauer, I. Trinks, R.B. Salisbury, C. Einwögerer (eds.), Proceedings of the 10th international conference on archaeological prospection, Austrian Academy of Sciences Press, Wien, 233-236.

Karimian H., Sarfaraz A.A., Ebrahimi N. 2010. Retrieving Achaemenid palaces in Borazjan with the help of archaeological findings, Bagh-i Nazar, 14 (summer 2010), 58-45.

Mohammadkhani K. 2012. Une nouvelle construction monumentale achéménide à Dahaneh-e Gholaman, Sistan, Iran, Arta, 2012-001, 19p. [en ligne]. Disponible sur : <http://www.achemenet.com/document/2012.001-Mohammadkhani.pdf>

 L’auteur :
Sébastien Gondet est spécialiste de la période achéménide en Iran et des méthodes de prospection archéologiques et géophysiques. Il est associé à l’UMR 5133-Archéorient.


Pour citer ce billet : Gondet S. 2014. Vers une approche globale des paysages urbains achéménides, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 12 décembre 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3522


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *