Dans le désert jordanien, un barrage nabatéen reprend du service

Les résultats présentés ci-dessous ont été obtenus dans le cadre du projet d’étude des réseaux hydrauliques antiques de Wadi Ramm en Jordanie sous la direction de Saba Farès, projet en cours depuis 1999 (S. Fares 2014 (dir.), Des déserts et des hommes : Wādī Ramm, Jordanie : histoire économique, religieuse, sociale et environnementale, ADRA, univ. Lorraine). Depuis cette date, des études hydrauliques ont été conduites régulièrement dans le désert du Wadi Ramm ce qui a permis 1) la recension de plusieurs barrages antiques datant de l’époque romaine (entre 1997 et 1999), 2) le relevé topographique détaillé de trois barrages (en 1999) et 3) une prospection régionale (depuis 2000) de toutes les structures hydrauliques, canalisations, puits, citerne, etc. toutes périodes confondues. En 2010, une opération de fouille a été lancée sur un barrage d’époque romaine, c’est dans ce cadre que l’auteur de ce billet est  intervenu.

Figure 1 : la région de Wadi Ramm (Sud de la Jordanie) et la localisation du réservoir d’Umm Daraj. Image Google Earth, modifiée.

Figure 1 : la région de Wadi Ramm (Sud de la Jordanie) et la localisation du réservoir d’Umm Daraj. Image Google Earth, modifiée.

Le désert jordanien du Wadi Ramm, très couru par les touristes, les aficionados de Lawrence d’Arabie ou les varappeurs, dépend de nos jours, pour la majeure partie de ses approvisionnements en eau, de pompages dans les aquifères profonds de Disah, à quelques kilomètres à l’est. Dans l’Antiquité, cette région aride mais déjà peuplée et fréquentée ne pouvait compter que sur la mobilisation des eaux de surface ou sur les exsurgences naturelles. Sur l’axe de communication reliant le Levant à la Péninsule arabique, le commerce et les déplacements exigeaient un ravitaillement en eau suffisant et bien réparti. L’État nabatéen, qui contrôlait ces échanges entre le IIe siècle av. J.-C. et le début du IIe siècle apr. J.-C., fit édifier plusieurs barrages à cette fin entre Pétra et les étapes ou les cités du Hijâz : Tabûk, Madâ’in Sâlih (Hégra), Dedân… (Nehmé et al., 2010).

Aujourd’hui, ces ouvrages sont entièrement ensablés sans que l’on sache précisément depuis quelle époque et pour quelles raisons ils ont été désaffectés. Or leur étude peut apporter des informations ponctuelles mais intéressantes sur l’environnement et la gestion des ressources hydriques dans le passé : jusqu’à quelle époque un barrage a-t-il été entretenu ? Quelles sont la nature et la vitesse de comblement d’un réservoir ? Quels en sont les processus responsables ? Ces questions sont d’autant plus intéressantes que les sites naturels d’archivage sédimentaire sont assez rares dans les régions arides en raison de la rareté des écoulements et de la fréquence de la déflation éolienne. Ainsi, un réservoir colmaté est un site qui peut livrer un peu de matériel pour dévoiler le passé.

 Un barrage désaffecté, sur les antiques routes commerciales nabatéennes.

Figure 2 : localisation du réservoir dans le massif gréseux d’Umm Daraj  Image Google Earth, modifiée.

Figure 2 : localisation du réservoir dans le massif gréseux d’Umm Daraj Image Google Earth, modifiée.

À l’automne 2010, une opération de dégagement d’un de ces barrages a fourni l’occasion de lever certaines de ces incertitudes. Cette opération a été décidée et financée par l’organisme jordanien ASEZA (Aqaba Special Economic Zone Authority) qui a en charge la gestion du périmètre classé de Wadi Ramm ; les fouilles ont été menées sous la responsabilité scientifique de Saba Farès entre le 20 et le 30 novembre 2010 et effectuées, pour la partie archéologique et géomorphologique, par N. Jacob-Rousseau et P. Ferreira. L’ouvrage étudié se situe dans le massif gréseux d’Umm Daraj, dans la partie SE du périmètre classé au patrimoine mondial par l’UNESCO (figures 1 et 2). L’objectif était d’évacuer le colmatage détritique afin de rendre à ce réservoir sa fonction de stockage de l’eau, qui serait désormais destinée à l’usage des éleveurs locaux ; l’édifice lui-même, une fois restauré, devait constituer un attrait culturel supplémentaire, aux côtés d’autres vestiges archéologiques encore injustement méconnus des visiteurs de la zone protégée.

Le site du barrage a été judicieusement choisi par ses concepteurs. Au pied d’un versant gréseux formé de hauts gradins (figure 3), une large vasque naturelle, ménagée par l’érosion dans une zone de diaclases, a été barrée par un mur en un point de resserrement naturel des parois (figures 4 et 5). Avant le début de la fouille, le bassin était entièrement colmaté et les écoulements parvenant depuis l’amont se déversaient par dessus le couronnement de l’ouvrage.

Figure 3 : le massif gréseux d’Umm Daraj, vu depuis un massif voisin. Le barrage se situe au pied du versant (flèche bleue). © N. Jacob-Rousseau, nov. 2011.

Figure 3 : le massif gréseux d’Umm Daraj, vu depuis le pied du massif voisin. Le barrage se situe au pied du versant (flèche bleue). © N. Jacob-Rousseau, nov. 2011.

Figure 4 : le barrage après les opérations de dégagement du colmatage. Noter la mise à profit d’un resserrement naturel des parois. Le couronnement de l’ouvrage a été endommagé, au contact avec la paroi de rive gauche, par les flux de débordement. © N. Jacob-Rousseau, mai 2011.

Figure 4 : le barrage après les opérations de dégagement du colmatage. Noter la mise à profit d’un resserrement naturel des parois. Le couronnement de l’ouvrage a été endommagé, au contact avec la paroi de rive gauche, par les flux de débordement. © N. Jacob-Rousseau, mai 2011.

Figure 5 : le réservoir, vu vers l’aval, au début des travaux d’évacuation du colmatage. Les écoulements qui l’alimentent en eau parviennent depuis la chute d’eau située à droite de la photo (cf. figure 6). © N. Jacob-Rousseau, nov. 2010.

Figure 5 : le réservoir, vu vers l’aval, au début des travaux d’évacuation du colmatage. Les écoulements qui l’alimentent en eau parviennent depuis la chute d’eau située à droite de la photo (cf. figure 6). © N. Jacob-Rousseau, nov. 2010.

Péripéties d’une fouille… où l’on apprend que le sable n’est pas toujours meuble

Les difficultés d’accès au barrage, situé en plein désert, ainsi que la taille modeste du réservoir (environ 35 mètres de longueur), ont fait opter pour une fouille manuelle, pour laquelle une équipe de 14 ouvriers égyptiens fut embauchée.

Après qu’un sondage effectué dans la partie amont du remplissage en eut indiqué l’épaisseur approximative (environ 3 m) et permis d’évaluer le temps de travail nécessaire, les travaux commencèrent. En deux jours, le sable fut rapidement évacué sur une épaisseur de plus d’un mètre et rejeté en déblai par dessus la crête du barrage.

Mais les ouvriers atteignirent alors des lits sableux bien plus compacts, parfois indurés, en particulier dans la partie aval du réservoir. Le sondage initial ne l’avait pas laissé soupçonner. Situé à faible distance de la chute d’eau alimentant le réservoir, il avait en effet entamé du matériel frais et très meuble, sans doute parce que l’écoulement remaniait les sédiments assez régulièrement dans cette partie de l’ancien bassin.

À l’ardeur des premiers jours succédèrent la fatigue, les lenteurs, le découragement, au point qu’il fallut le secours d’une pelle mécanique pour poursuivre les travaux. L’engin pénétra dans le site en usant des déblais comme d’une rampe d’accès et en ressortit de la même façon une fois le travail achevé.

Le barrage une fois dégagé, il fut bien plus facile d’apprécier les dimensions du réservoir (figure 6). Dans un autre billet, nous présenterons les enseignements de l’étude archéologique et sédimentologique de ce site.

Figure 6 : schéma du réservoir, vu vers l’amont. Les écoulements parviennent depuis la chute d’eau située au fond du bassin. © N. Jacob-Rousseau, inédit.

Figure 6 : schéma du réservoir, vu vers l’amont. Les écoulements parviennent depuis la chute d’eau située au fond du bassin. © N. Jacob-Rousseau, inédit.

Références

 Jacob-Rousseau N., Ferreira P. 2011. Rapport sur la mission de novembre 2010 à Wadi Ramm (dir. S. Farès), Université Lumière-Lyon 2, UMR Archéorient et INRAP-Méditerranée, 21 p. (Rapport non publié).

 Nehmé L., Al-Talhi D., Villeneuve F., 2010. Hégra d’Arabie Heureuse, in Al-Ghabban A., André-Salvini B., Demange F., Juvin C. et Cotty M (dir), Routes d’Arabie, archéologie et histoire du royaume d’Arabie Saoudite, Musée du Louvre, 286-307.

  L’auteur :
Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Jacob-Rousseau N. 2014. Dans le désert jordanien, un barrage nabatéen reprend du service, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 31 octobre 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3328


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *