Le stage de pétrographie céramologique du Fitch Laboratory

Le Fitch Laboratory (FL) est le plus ancien laboratoire d’archéométrie en Grèce : fondé en 1974 par l’Ecole britannique d’Athènes (BSA), il a précédé de peu la création du Demokritos, le laboratoire d’analyse des matériaux du Centre national hellénique de la recherche scientifique. C’est principalement grâce à la volonté du directeur de l’époque, Hector Catling, et à la générosité des donateurs Marc et Ismène Fitch, que ce laboratoire a pu fonctionner et se développer jusqu’à sa forme actuelle (fig. 1).

Fig. 1 : le Fitch Laboratory, dans le jardin de l’Ecole britannique d’Athènes.

Fig. 1 : le Fitch Laboratory, dans le jardin de l’Ecole britannique d’Athènes.

Situé dans le périmètre de l’Ecole britannique, dans le quartier de Kolonaki au centre d’Athènes, il reste l’un des rares au monde à être attaché à une institution dédiée exclusivement aux sciences humaines.

Fig. 2 : lames minces de minéraux servant aux travaux pratiques de géologie.

Fig. 2 : lames minces pour les travaux pratiques de géologie.

On y pratique l’analyse intégrée, par différentes techniques et méthodes, de la provenance et des aspects technologiques de divers matériaux (principalement de la céramique, mais aussi des métaux, du verre, du plâtre, etc.) datant de la préhistoire à l’époque contemporaine. Le laboratoire est équipé pour les analyses chimiques par spectrométrie de fluorescence des rayons X (WD-XRF) et pour la fabrication de lames minces. Il comprend une salle de cours climatisée et abrite une collection de plusieurs milliers de lames minces (fig. 2) ainsi que de nombreux échantillons de roche et minéraux, une collection ostéologique et des cartes géologiques de toutes les régions de Grèce.

Depuis cinq ans, sous l’impulsion de sa directrice Evangelia Kiriatzi, le Fitch Laboratory offre chaque année un stage de formation à l’analyse pétrographique des céramiques archéologiques, dans lequel une douzaine de participants peuvent être accueillis. Il s’agit d’un cours extrêmement dense de deux semaines dispensé en anglais par Evangalia Kiriatzi et Ruth Sidall, professeur de géologie à UCL (University College London) (fig. 3). Enseignement théorique et travaux pratiques alternent durant 6-8 heures par jour et une excursion à Egine est programmée durant le week-end intermédiaire. Le stage se termine, last but not least, par un barbecue festif dans les jardins de l’Ecole anglaise.

Fig. 3 : Evangelia Kiriatzi (à gauche), directrice du Fitch laboratory,  et Ruth Sidall, professeur de géologie à UCL, les deux formatrices principales du stage de pétrographie.

Fig. 3 : Evangelia Kiriatzi (à gauche), directrice du Fitch laboratory, et Ruth Sidall, professeur de géologie à UCL, les deux formatrices principales du stage de pétrographie.

Le recrutement, très international, fait l’objet d’une procédure stricte et accorde une place importante aux doctorants, même si des senior archaeologists peuvent aussi être sélectionnés. Les candidats doivent être engagés dans l’étude de céramiques archéologiques (au minimum au niveau Master) mais aucune formation préalable en pétrographie n’est requise. En 2014, les participants couvraient des domaines aussi variés que la vaisselle médiévale d’Iran, les premières poteries néolithiques de Chine ou les amphores romaines d’Istrie.

Fig. 4 : Zoe Zgouleta, secrétaire et technicienne du Fitch Laboratory.

Fig. 4 : Zoe Zgouleta, secrétaire et technicienne du Fitch Laboratory.

Le dossier de candidature comprend un CV, une lettre de motivation et deux lettres de recommandation. Le coût du stage est d’environ 1000 euros et inclut l’hébergement sur place (avec libre usage de l’infrastructure de la BSA pour la préparation des repas), le déplacement à Egine et la documentation scientifique du cours. A noter qu’un accès illimité à la bibliothèque de la BSA est accordé aux participants pour toute la durée du séjour. L’organisation pratique est parfaitement assurée par Zoe Zgouleta, secrétaire et préparatrice technique du Fitch Laboratory (fig. 4), et rien de manque au confort des stagiaires, pas même le cake sortant du four à la pause-café du matin !

La première semaine est entièrement consacrée à la géologie sous la férule de Ruth Sidall. Elle survole en cinq jours le programme universitaire de première année de géologie et amène en principe les participants à pouvoir reconnaître sous un microscope à lumière polarisante, en PPL et XPL (plain/cross polarising light), les principales familles de roches. Les stagiaires passent en général par une phase de désespoir vers le troisième jour, avec l’impression que leur cerveau va se mettre en grève, mais les choses s’arrangent au cours des jours suivants ! Des références bibliographiques, des supports de cours détaillés (fig. 5) et le fichier Powerpoint des projections permettent aussi aux participants de compléter leurs notes manuscrites et de revoir en toute tranquillité, après les sessions, les caractéristiques observées sur les échantillons de roche et sur les lames minces.

L’enseignement de la seconde semaine est assuré principalement par Evangelia Kiriatzi et porte spécifiquement sur l’analyse pétrographique des céramiques archéologiques. On apprend à reconnaître et décrire les pâtes (l’accent porte sur l’identification et la quantification des inclusions), à repérer les technologies mises en œuvre pendant le processus de fabrication, à utiliser les cartes géologiques pour faire le lien entre une production et son environnement, enfin à appliquer ces connaissances à des ensembles de céramique pré-industrielle. Une présentation sur les analyses chimiques par Noémi Müller (fig. 6), docteur de l’Université de Bâle et chimiste en poste au FL, complète le tableau : intérêt de ces analyses par rapport à l’étude pétrographique, fonctionnement de la fluorescence X, manières d’interpréter les résultats selon les laboratoires, démonstration de la préparation des échantillons. Michalis Sakalis, technicien attaché au FL, initie aussi les stagiaires aux différentes étapes de la préparation de lames minces (fig. 7). Tous ces formateurs sont très pédagogues, et remarquablement généreux de leur savoir et de leur temps. De plus, ils sont assistés bénévolement par les boursiers et chercheurs résidents du laboratoire durant les travaux pratiques.

Fig. 5 : un support de cours détaillé correspond à chaque session du stage.

Fig. 5 : un support de cours détaillé correspond à chaque session du stage.

Fig. 6 : Noémie Müller, chimiste du Fitch Laboratory, devant le spectromètre (WD-XRF) Bruker S8 Tiger.

Fig. 6 : Noémie Müller, chimiste du Fitch Laboratory, devant le spectromètre.

Fig. 7 : Michalis Sakalis, technicien du Fitch Laboratory, fabrique les lames minces.

Fig. 7 : Michalis Sakalis, technicien du Fitch Laboratory, fabrique les lames minces.

Au final, ce stage constitue pour les participants une belle expérience d’acquisition de connaissances, dans une atmosphère exemplaire de sérieux et de convivialité. Cette formation est particulièrement recommandée aux archéologues qui envisagent de soumettre leur céramique à une analyse pétrographique et chimique : ils prépareront plus efficacement leurs groupes d’échantillons et surtout ils feront de meilleurs interlocuteurs pour les archéomètres au moment de discuter et d’interpréter les résultats. Notre Blog a d’ailleurs déjà publié des billets concernant la phase préliminaire des analyses (Müller Celka 2014a et 2014b), pour laquelle les archéologues sont  souvent mal préparés parce qu’elle est peu (voire pas du tout) prise en compte dans la littérature scientifique sur les analyses de céramique.

Le stage culmine avec la réalisation d’une étude de cas, que les stagiaires choisissent dans une liste de six sujets portant sur la Grèce antique et préhistorique et sur laquelle ils travaillent par groupes de deux. Ils exposent leurs résultats à la fin de la dernière journée sous forme d’une présentation Powerpoint (également en anglais), qui inclut les photos de lames minces réalisées pour l’occasion avec la caméra digitale intégrée du laboratoire. Cette épreuve permet de tester « à chaud » les connaissances récemment acquises et donne lieu à la remise d’un diplôme.

L’excursion à Egine (fig. 8) permet d’étudier sur le terrain la formation géologique de cette île d’origine volcanique et d’identifier divers échantillons de roche et d’argile (fig. 9-12).

Fig. 8 : une excursion à Egine permet de tester les connaissances sur le terrain.

Fig. 8 : une excursion à Egine permet de tester les connaissances sur le terrain.

Fig. 9-10 : dans la partie centrale de l’île d’Egine, Ruth Sidall prélève des échantillons pour les stagiaires dans des formations d’origine volcanique : andésite contenant du quartz (blanc), du feldspath (gris) et d’énormes cristaux de biotite (noirs brillants).

Fig. 9-10 : dans la partie centrale de l’île d’Egine, Ruth Sidall (à droite) prélève des échantillons pour les stagiaires dans des formations d’origine volcanique : andésite contenant du quartz, du feldspath et des cristaux de biotite.

SMC_FL_fig_11

Fig. 11-12 : dépôt d’argile blanche sur la côte sud-ouest de l’île d’Egine, en face du site archéologique de Kolona.

Fig. 11-12 : dépôt d’argile blanche sur la côte sud-ouest de l’île d’Egine, en face du site archéologique de Kolona.

SMC_FL_fig_12

Elle donne aussi l’occasion de visiter l’atelier du potier Nektarios Garis, dans le village de Mesagros (fig. 13). Ce potier est le dernier de l’île − et l’un des tout derniers en Grèce − à utiliser de l’argile locale, qui provient d’une carrière proche de son village (également au programme des visites). Il s’y approvisionne une fois l’an, à la fin de l’été, lorsque l’argile est bien sèche et donc moins lourde à transporter. A l’atelier, on peut voir Nektarios confectionner sur son tour un kanati, cruche traditionnelle qui sert à rafraîchir l’eau de table (fig. 14-15). Son domaine comprend d’une part sa maison d’habitation, avec atelier, entrepôt et local de vente, d’autre part un vaste terrain d’allure assez chaotique où sont dispersés un bassin de décantation, deux fours, des réserves d’eau et de combustibles et plusieurs petits dépotoirs : on ne peut s’empêcher de songer aux vestiges archéologiques que laissera cette organisation aux générations futures… l’atelier a d’ailleurs fait l’objet d’une étude ethnoarchéologique (Kiriatzi et al. 2011) (fig. 16).

Fig. 13 : l’atelier du potier Nektarios Garis à Mesagros (Egine).

Fig. 13 : l’atelier du potier Nektarios Garis à Mesagros (Egine).

SMC_FL_fig_16

Fig. 14-15 : Le Nektarios Garis et ses kanatia.

Fig. 14-15 : Nektarios Garis et ses kanatia. 

Fig. 17 : le four actuellement utilisé par le potier Nektarios Garis.

Fig. 16 : le four actuellement utilisé par Nektarios Garis.

E. Kiriatzi et R. Sidall réfléchissent actuellement à étoffer l’offre du FL en organisant à l’avenir un deuxième stage annuel, pour répondre au nombre très important de demandes.  En attendant, les candidats peuvent rejoindre le cercle des afficionados du Fitch Laboratory sur Facebook !

Bibliographie

Kiriatzi E., Georgakopoulou M., Pentedeka A. 2011. Pottery Production and Importation within Aegina’s Landscape: Ceramic Petrology, Geochemistry, Replication Experiments and Ethnoarchaeology, in Gauss W.  and Kiriatzi  E. (dir.), Pottery Production and Supply at Bronze Age Kolonna, Aegina. An Integrated Archaeological and Scientific Study of a Ceramic Landscape, with contributions by Myrto Georgakopoulou, Areti Pentedeka, Bartłomiej Lis, Ian K. Whitbread, Yiannis Iliopoulos, Vienne, Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 69-156.

Müller Celka S. 2014a. Tessons et neutrons. Préparation à l’analyse pétrographique et chimique des céramiques archéologiques (première partie), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 24 janvier 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2211.

Müller Celka S. 2014b. Tessons et neutrons. Préparation à l’analyse pétrographique et chimique des céramiques archéologiques (seconde partie), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 31 janvier 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2262.

L’auteur :
Sylvie Müller Celka est chargée de recherche au CNRS, archéologue, spécialiste du monde égéen.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Müller Celka S. 2014. Le stage de pétrographie céramologique du Fitch Laboratory à Athènes, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 24 octobre 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3278


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *