« Les dieux refusent de paraître (…) »

« Les dieux refusent de paraître ; et c’est par ce miracle qui ne se fait jamais que la religion se développe en temples, en statues, et en sacrifices » (Alain 1934, 11). Ce passage des Dieux d’Alain m’est revenu à l’esprit lorsqu’en 2009 j’ai eu l’occasion de fouiller la pièce 3.8 du bâtiment CD établi sur la colline du Boufo à Sissi, en Crète (Gaignerot-Driessen 2011) (fig. 1). Le matériel retrouvé laissait peu de doutes sur la fonction cultuelle de ce petit espace au Minoen Récent IIIB (XIIIe s. av. n. è.) : en effet, on y a notamment mis au jour des supports tubulaires (snake tubes) ornés de motifs cultuels (cornes de consécration) et sur l’embouchure desquels étaient fixées des coupelles (kalathoi) (fig. 2 et 3). Dans ce petit réduit doté d’une banquette, les trouvailles s’organisaient autour d’une dalle triangulaire d’où l’un des supports et sa coupelle avaient visiblement chu. Le mobilier comme l’architecture intérieure de la pièce 3.8 autorisaient ainsi un rapprochement avec les sanctuaires à banquettes du Minoen Récent IIIB-C (XIII-XIIe s. av. n. è.), qui ont livré un matériel très similaire (fig. 4) – à quelques détails près toutefois.

Fig. 1 : plan des bâtiments CD-E de Sissi au Minoen Récent IIIB (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 1 : plan des bâtiments CD-E de Sissi au Minoen Récent IIIB (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 2 : dépôt de sol Minoen Récent IIIB de la pièce 3.8 du bâtiment CD à Sissi (F. Gaignerot-Driessen)

Fig. 2 : dépôt de sol Minoen Récent IIIB de la pièce 3.8 du bâtiment CD à Sissi (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 3 : partie nord du dépôt de sol Minoen Récent IIIB dans la pièce 3.8 du bâtiment CD à Sissi, vue depuis le sud (F. Gaignerot-Driessen)

Fig. 3 : partie nord du dépôt de sol Minoen Récent IIIB dans la pièce 3.8 du bâtiment CD à Sissi, vue depuis le sud (F. Gaignerot-Driessen).

Fig. 4 : équipement cultuel du sanctuaire de Vronda (d’après Gesell 2004, fig. 7.4).

Fig. 4 : équipement cultuel du sanctuaire de Vronda (d’après Gesell 2004, fig. 7.4).

Au terme de cinq années de fouilles intensives, nulle trace en effet à Sissi de « déesses aux bras levés », ces grandes statuettes de terre-cuite allant jusqu’à 1 m de hauteur et retrouvées en nombre dans les sanctuaires crétois de la fin de l’Âge du Bronze (sur les cultes crétois du Minoen Récent IIIC, voir la synthèse de Prent 2005, 181-183, 188-199, 614-622) (fig. 4). A Sissi, étrangement, les « déesses » avaient refusé de paraître. En outre, au lieu d’être indépendant et situé en marge de l’habitat comme dans les villages MR IIIC de Vronda ou de Chalasménos (fig. 5 et 6), le sanctuaire sissiote se trouvait au cœur d’un grand complexe résidentiel dont les probables fonctions communautaires ont été soulignées (Gaignerot-Driessen 2011) (fig. 1). Or une investigation des contextes cultuels crétois contemporains montre que le cas de Sissi n’est en fait pas isolé. A Malia, Kommos, Palaikastro, Koumasa ou encore Chondros, des espaces cultuels datés du Minoen Récent IIIA-B intégrés dans des bâtiments résidentiels revêtant une importance communautaire ont également livré snake tubes et kalathoi, mais pas le moindre fragment de déesse (Gaignerot-Driessen 2014). Il apparaît ainsi que les fameuses « déesses aux bras levés », ainsi que les énigmatiques plaques de terre cuite retrouvées avec elles (fig. 4), constituent en réalité une addition ultérieure (Minoen Récent IIIB-C) à un équipement cultuel préexistant (Minoen Récent IIIA-B). Dès lors, leur interprétation comme image de culte représentant une divinité, opinion qui prévaut dans la littérature archéologique, mérite d’être reconsidérée.

Fig. 5 : plan du village Minoen Récent IIIC de Vronda (d’après Gaignerot-Driessen 2014, 496 fig. 3).

Fig. 5 : plan du village Minoen Récent IIIC de Vronda (d’après Gaignerot-Driessen 2014, 496 fig. 3).

Fig. 6 : plan du village Minoen Récent IIIC de Chalasménos (d’après Gaignerot-Driessen 2014, 496 fig. 4).

Fig. 6 : plan du village Minoen Récent IIIC de Chalasménos (d’après Gaignerot-Driessen 2014, 496 fig. 4, avec information de la directrice de la fouille, M. Tsipopoulou).

 

Et à bien y regarder d’autres indices mettent en question l’identité et plus encore la fonction de ces statuettes. On commencera par noter la technologie rudimentaire mise en œuvre pour leur réalisation et la grossièreté de leur matériau : nos « déesses » consistent en fait en un vulgaire assemblage de pots (snake tube et kalathos) faits dans des pâtes utilisées communément pour la fabrication des vases de cuisson ou de stockage, auquel des boudins d’agile sont ajoutés pour former les doigts et les divers ornements (Gesell et Sauppe 1997). Les nombreux exemplaires retrouvés dans les sanctuaires et dans leur voisinage immédiat – on compte par exemple au moins 30 « déesses aux bras levés » pour le seul site de Vronda (Gesell 2001) – indiquent en outre qu’elles étaient produites en masse. Il semble ainsi que ces statuettes féminines aux bras levés aient constitué des offrandes votives plutôt que des images de culte. Cette hypothèse est corroborée par le fait que des ensembles d’objets faits dans la même pâte et incluant kalathoi, snake tubes, plaque ainsi qu’une statuette ont pu être identifiés à Gazi, Vronda, Chalasménos ou Vasiliki Képhala. On aurait donc déposé dans les sanctuaires crétois du Minoen Récent IIIC des jeux d’offrandes votives comprenant une statuette féminine et son attirail rituel.

Mais se pourrait-il néanmoins que, sans être une image de culte, ces figures féminines votives aient représenté une divinité ? Cela semble peu probable si les « déesses aux bras levées » du Minoen Récent III sont envisagées d’un point de vue iconographique. Car si leur geste ne manque pas de rappeler celui des figures féminines aux serpents du Minoen Moyen, censées représenter une divinité, les symboles cultuels hérités de la tradition minoenne dont elles sont affublées sont repris de manière aléatoire (figure 7). Le répertoire de ces symboles est certes limité, mais les combinaisons dans lesquelles ils apparaissent rendent compte d’une remarquable variété et ne répondent à aucune codification (Blakolmer 2010). Les motifs cultuels minoens associés à ces statuettes postpalatiales tiennent en fait davantage d’une compilation de motifs traditionnels que de marqueurs permettant d’identifier une quelconque divinité. Tout se passe ainsi comme si les cornes de consécration, serpents, oiseaux et palettes fixés sur les tiares de nos statuettes (fig. 4) relevaient d’une expression conventionnelle du religieux et que le sens précis de ces symboles minoens s’était perdu avec la disparition de la religion palatiale (Prent 2005, 191). Enfin si vraiment les statuettes aux bras levés du Minoen Récent IIIC avaient figuré des divinités, comment expliquer leur abondance dans les sanctuaires et la quasi-absence concomitante de représentations masculines, alors même que les tablettes knossiennes en linéaire B font mention de 17 déesses et de 12 dieux, la divinité suprême étant Zeus dictéen ? Il semble bien ainsi qu’en Crète postpalatiale du moins, les déesses aient refusé de paraître et qu’elles n’aient en outre pas même été représentées.

Fig. 7 : têtes de statuettes aux bras levés provenant de: a-c. Gazi (d’après Rethemiotakis 2001, 134 fig. 142a, 33 fig. 38a), d. Gortyn (d’après Rethemiotakis 2001, 19 fig. 23a), e. Karphi (d’après Rethemiotakis 2001, 45 fig. 47b).

Fig. 7 : têtes de statuettes aux bras levés provenant de: a-c. Gazi (d’après Rethemiotakis 2001, 134 fig. 142a, 33 fig. 38a), d. Gortyn (d’après Rethemiotakis 2001, 19 fig. 23a), e. Karphi (d’après Rethemiotakis 2001, 45 fig. 47b).

Il reste alors à définir ce que représentent ces statuettes aux bras levés et quelle pouvait être leur signification. L’évolution architecturale des espaces cultuels et de leur équipement entre le Minoen Récent IIIA et le Minoen Récent IIIC permet peut-être d’avancer une hypothèse : d’une période à l’autre, comme on l’a vu plus haut, les sanctuaires, incorporés dans de grandes résidences à fonctions communautaires (fig. 1) se voient externalisés (fig. 5 et 6). Leur accès semble ainsi échapper au contrôle exclusif d’un individu ou d’un groupe pour s’ouvrir à une communauté plus large. De ce point de vue, il n’est pas anodin que des voies, parfois pavées, mènent à ces sanctuaires publics indépendants et que ceux-ci soient généralement entourés de vastes aires ouvertes (voir les exemples de Vronda et de Chalasménos, figures 5 et 6). Quant à la répartition des fragments de statuettes, elle indique que celles-ci étaient probablement exhibées hors de l’édifice à l’occasion de processions. Or il est tout à fait remarquable que l’addition de statuettes aux bras levés à l’équipement cultuel préexistant coïncide précisément avec l’externalisation et la mise en commun de l’espace cultuel. De là, compte tenu du caractère spécifique des symboles qui leur sont attachés, il ne paraît pas improbable que ces statuettes aient assumé une fonction emblématique au service des différents individus ou groupes sociaux dédicants, pour qui il était désormais devenu nécessaire de se signaler de manière distinctive. Au Minoen Récent IIIA-B, dans les petites pièces cultuelles incorporées à des complexes architecturaux qui dépendaient de l’individu ou du groupe social qui y résidait, l’identification des dédicants n’était en effet pas requise : elle allait tout simplement de soi. La standardisation de l’équipement cultuel au Minoen Récent IIIC et l’ajout à cette époque de statuettes féminines aux bras levés reprenant de manière emblématique des symboles cultuels traditionnels participeraient ainsi à la définition et l’affirmation des groupes sociaux émergents au lendemain de la dissolution de l’administration palatiale. Les sanctuaires à banquettes indépendants formeraient en ce sens le théâtre de leur compétition et les « déesses aux bras levés » serviraient alors la gloire des hommes bien plus qu’elles ne célébreraient la grandeur des divinités.

Bibliographie

Alain 1934. Les dieux, Paris, Gallimard.

Blakolmer F. 2010. A Pantheon Without Attributes? Goddesses and Gods in Minoan and Mycenaean Iconography, in J. Mylonopoulos (dir.), Divine Images and Human Imaginations in Ancient Greece and Rome, Religions in the Graeco-Roman World 170, Leiden-Boston, Brill, 21-61.

Gaignerot-Driessen F. 2011. The Excavation of Zone 3, in J. Driessen et al., Excavations at Sissi II: Preliminary Reports on the 2009-2010 Campaigns, Aegis 4, Louvain-la-Neuve, PUL 89-92.

Gaignerot-Driessen 2014. Goddesses Refusing to Appear? Reconsidering the Late Minoan III Figures with Upraised Arms, AJA 118.3, 489-520.

Gesell G.C. 2001. The Function of the Plaque in the Shrines of the Goddesses with Upraised Hands, in R. Laffineur et R. Hägg (dir.), POTNIA: Deities and Religion in the Aegean Bronze Age. Proceedings of the 8th International Aegean Conference, Göteborg, Göteborg University, 12-15 April 2000, Aegaeum 22, Liège-Austin, Université de Liège et University of Texas at Austin, 253-258.

 Gesell G.C. 2004. From Knossos to Kavousi: The Popularizing of the Minoan Palace Goddess, in A.P. Chapin (dir.), ΧΑΡΙΣ: Essays in Honor of Sara A. Immerwahr, Hesperia Supplement 33, Princeton, American School of Classical Studies at Athens, 131-150.

Gesell G.C., Sauppe T.C. 1997. Methods Used in the Construction of Ceramic Objects from the Shrine of the Goddess with Upraised Hands at Kavousi, in R. Laffineur, P.P. Betancourt (dir.), ΤΕΧΝΗ: Craftsmen, Craftswomen, and Craftsmanship in the Aegean Bronze Age, Aegaeum 16, Liège-Austin, Université de Liège et University of Texas at Austin, 123-126.

Prent M. 2005. Cretan Sanctuaries and Cults: Continuity and Change from Late Minoan IIIC to the Archaic Period, Religions in the Graeco-Roman World 154, Leiden, Brill.

Rethemiotakis G. 2001. Minoan Clay Figures and Figurines: From the Neopalatial to the Subminoan Period, Archaeological Society at Athens Library 219, Athens, E. Kondylaki Kontou.

L’auteur : Florence Gaignerot-Driessen est docteur en archéologie grecque et ATER à l’Université de Picardie – Jules Verne. Elle est rattachée à l’UMR 8167, Orient et Méditerranée – Centre antiquité classique et tardive (http://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article2147) et participe au programme de recherche ARC : ‘A world in crisis : Archaeological and Epigraphical Perspectives on the Late Bronze Age (13th c. B.C.) Mediterranean Systems’ Collapse : a case study approachhttp://sites.uclouvain.be/arc-crisis/.


Pour citer ce billet : Gaignerot-Driessen F. 2014. « Les dieux refusent de paraître (…) », ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 17 octobre 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3264


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *