Deux étapes avec « Sciences en marche »

Journal de bord d’un  Ingénieur de recherche. Mardi 16 septembre : 10 lignes en 5 jours. A ce rythme, c’est sûr, mon papier ne sera pas prêt pour la deadline du 30 septembre qui approche dangereusement. A la fin des dernières vacances, j’avais pourtant pris la bonne résolution de ne plus me laisser submerger par les échéances et j’avais ciselé mon agenda. Mais voilà, il a fallu relire le rapport d’évaluation pour l’AERES, donner un coup de main pour réaliser cartes et graphiques, remplir le plan de formation de l’unité, organiser la venue du post-doc avec qui je travaille, remplir le formulaire de renseignement sur les plateformes technologiques (tiens, celui-là, il est passé à la trappe !), gérer l’envoi et le retour du matériel prêté par ma collègue de Montpellier pour que la formation prévue dans 15 jours ait lieu, préparer un nouveau module de formation qui dégagera quelques bénéfices pour acheter du matériel, m’occuper de la commande des ordinateurs qu’on va acheter avec les bénéfices de cette année , … courriels, coups de fils, quel est le bilan de la journée d’aujourd’hui ? Du secrétariat, essentiellement…. le lot de nous tous dans la recherche aujourd’hui. C’est vraiment terrible. Tant pis, je ne réponds pas aujourd’hui à cet étudiant qui recherche un stage de M2 (je ne sais pas comment payer la rétribution à laquelle il a droit) et j’abandonne l’idée de participer au séminaire prévu la semaine prochaine (je ne sais de toutes façon pas comment payer le billet de train). Je vais avoir, allez, une bonne heure devant moi pour faire avancer ce sacré papier.

Blong ! Nouveau message. Las, je clique.

Logo de Sciences en marche Sciences en marche, une initiative de chercheurs qui alertent sur  la crise dans laquelle l’enseignement supérieur et la recherche sont empêtrés. Tiens, mais justement, ils dénoncent les contraintes qui empêchent les chercheurs de faire réellement leur métier : la baisse des crédits récurrents et la faiblesse des recrutements pérennes, combinés au financement quasi généralisé de la recherche sur projet, ont transformé peu à peu le chercheur en manager… tout en lui enjoignant de faire, dans les meilleurs délais, preuve d’excellence. Ils dénoncent également l’immense gâchis qui, précarisant les emplois de chercheurs, finit par laisser sur la touche toute une génération de jeunes docteurs.

On connaît la musique, diront certains. Oui, mais si la partition reste la même, le tempo semble neuf et les arrangements paraissent laisser la place à tous les solistes. Des parcours par étapes d’une cinquantaine de kilomètres en vélo pour relier les grandes villes universitaires à Paris sont proposés. Au diable mon papier, c’est décidé,  je m’inscris aux étapes Avignon – Pont-Saint-Esprit et Pont-Saint-Esprit – Montélimar. Emmanuelle Régagnon fera de même quelques jours plus tard, illustrant ainsi le soutien actif de notre laboratoire à cette initiative.

À Avignon, le 30 septembre, nous ne sommes qu’une petite vingtaine à prendre le départ. Et nous ne serons plus que 8 le lendemain. La mobilisation est grande autour des grandes villes universitaires et lorsque les étapes sont centrées sur le week-end. Nous sommes beaucoup moins nombreux sur les étapes intermédiaires et en semaine. Qu’à cela ne tienne : c’est une opportunité pour rencontrer, de manière plus intimiste, des élus et des journalistes locaux mais aussi de simples citoyens qui ont offert leur toit aux cyclistes ou qui se sont tout simplement trouvés sur leur passage. Certains d’entre eux ont même enfourché leur vélo pour accompagner le cortège sur quelques kilomètres… ou plusieurs étapes. Il faut dire que l’esprit du mouvement, porté au cours de ces étapes par certains de leurs initiateurs, est convivial. Le discours, simple et fondé sur les réalités vécues, propose des solutions d’autant plus convaincantes qu’elles reposent sur le bon sens : elles peuvent être entendues par tous et je peux témoigner qu’elles le sont. L’enthousiasme des chercheurs pour leur métier, leur curiosité face à la diversité du monde suscitent l’intérêt tout autant que les inventions socialement utiles que leurs travaux permettent. Le discours revendicatif est par ailleurs simple et les mesures suggérées sont concrètement réalisables tout de suite ; si la portée de ce discours est politique, il n’est en aucun cas partisan. Les constats simples et les solutions concrètes proposées interpellent les citoyens. La qualité de l’écoute des personnes rencontrées, aussi diverses soient-elles, est manifeste.

Tout cela est une petite goutte d’eau dans la mer, sans aucun doute. Mais il semble bien que la démarche suscite l’adhésion parce qu’au fond, elle porte l’espoir que les sciences peuvent contribuer à l’émergence d’une économie efficace et qui profite à tous et que, par la pratique de la critique constructive qui les fonde, elles participent de la démocratie. En rejoignant ces étapes, j’ai eu le sentiment, à mon tout petit niveau, d’y avoir moi aussi contribué.

Fig. 1 : le maire de Caderousse nous reçoit et nous ouvre la salle des fêtes pour le repas de midi.

Fig. 1 : le maire de Caderousse nous reçoit et nous ouvre la salle des fêtes pour le repas de midi.

C’est bien au niveau local que ces étapes cyclistes ont un sens. A Caderousse (84), Lapalud (84), Montélimar (26), nous avons été reçus par la municipalité qui avait alerté la presse locale, mis à disposition des locaux pour le repas, préparé des boissons ou un goûter. A Pont-St-Esprit (30), on avait en plus organisé une conférence de presse et on nous a hébergés. Toutes ces étapes à travers la France ont aussi une portée nationale, puisqu’elles trouveront un écho dans le grand rassemblement du 17 octobre à Paris. Dans la mesure où le discours emporte l’adhésion de nombreux élus locaux, on peut logiquement espérer que sa pertinence suscite l’intérêt de nos représentants au niveau national, et en premier lieu celui du chef de l’État. Jeu d’échelles : les arguments qui relèvent du simple bon sens au niveau local deviennent, par le truchement des médias, des enjeux de luttes d’influences au niveau national : nous sommes prévenus, la mobilisation sera déterminante !

Fig. 2 : Solange emmène le peloton.

Fig. 2 : Solange emmène le peloton.

Fig. 3 :  Cyclotouristes plutôt que sportifs, tout le monde participe.

Fig. 3 : Cyclotouristes plutôt que sportifs, tout le monde participe.

Pour Emmanuelle Régagnon et moi-même, ces deux étapes furent deux journées particulièrement stimulantes. En plus des rencontres avec la population, tout en pédalant, nous avons pu échanger entre collègues de disciplines très différentes, nous rendre compte que la même curiosité nous anime et partager nos émerveillements réciproques. Nous sommes reconnaissants aux initiateurs du mouvement de nous avoir offert ces deux jours, admiratifs de leur esprit d’initiative et … un peu jaloux de ne pas rouler, comme eux, jusqu’à Paris. Un vrai bol d’air !

De retour au bureau, ces deux jours d’absence m’ont coûté toute la journée d’hier en gestion de courriels. Mais, c’est curieux, mon papier avance aujourd’hui beaucoup plus vite que les semaines passées : la deadline ne sera finalement pas trop dépassée !

L’auteur :
Olivier Barge est Ingénieur de Recherche au CNRS. Géographe et cartographe, il est membre de l’UMR 5133-Archéorient, basé à l’antenne de Jalès.

Pour citer ce billet : Barge O. 2014. Deux étapes avec « Sciences en Marche », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 03 octobre 2014. [En ligne]
http://archeorient.hypotheses.org/3220

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *