Le colloque de l’UISPP 2014 à Burgos

Le colloque de l’UISPP, autrement dit l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, a eu lieu du 1er au 8 septembre 2014 dans la ville médiévale de Burgos, en Espagne (fig. 1-2), située sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

UISPP – Université de Burgos – Faculté d’Economie

Fig. 1 : UISPP – Université de Burgos – Faculté d’Economie

Le cloître de la cathédrale gothique de Burgos

Fig. 2 : le cloître de la cathédrale gothique de Burgos

Ce colloque, qui se tient tous les 3 ans, a été accueilli cette année par l’Université de Burgos, la Fondation Atapuerca, le conseil de Castilla y Leon et le Musée de l’Evolution Humaine (Museo de la Evolucíon Humana). Mille cinq cents participants provenant de soixante-douze pays ont été répartis dans cent quinze sessions, dont 61 % était intégrées dans des commissions scientifiques. Mille six cents présentations ont été faites lors des cinq journées, sous forme de communications orales ou de posters.

Les sessions se sont déroulées du lundi au vendredi sur le campus d’Amaro de l’université de Burgos (fig. 3), à la fois dans la Faculté de droit et dans celle d’économie ; chaque journée était suivie par une conférence magistrale publique donnée par des spécialistes de différentes disciplines, parmi lesquelles la génétique et la paléoanthropologie. La dernière conférence du vendredi soir par Evelyne Heyer a été suivie par la présidente d’honneur du congrès, l’ancienne reine Sofia d’Espagne, titulaire d’un diplôme d’archéologie.

L’entrée de l’Université de Burgos

Fig. 3 : l’entrée de l’Université de Burgos.

Parmi les sessions, l’accent a été mis sur les dernières recherches faites à Atapuerca (fig. 4) – UNESCO World Heritage Site depuis 2000, qui a livré l’une des plus importantes collections de restes d’hominidés sur le continent européen – et sur les politiques et les structures de gestion des sites archéologiques. L’organisation pratique de ces journées a été assurée par plus de cinquante étudiants provenant de différentes universités espagnoles (fig. 5).

Le site d’Atapuerca
Fig. 4 : le site d’Atapuerca.
Les étudiants préposés à l’organisation du colloque UISPP
Fig. 5 : les étudiants préposés à l’organisation
du colloque UISPP.

Le laboratoire Archéorient a été bien représenté lors de ce colloque, avec la participation de chercheurs (Françoise Le Mort, Lamya Khalidi, Rémy Crassard), de post-doctorants (Yamandu Hilbert) et de doctorants (Nicolas Tardy, Bérénice Chamel, ainsi que Fiona Pichon dont la thèse est co-dirigée par un membre du laboratoire Archéorient, E. Coqueugniot). Ils ont présenté cinq communications orales et un poster dans quatre sessions.

Dans une même session intitulée “North-South connections and dis-connections in the prehistory and proto-history of the Levant”, deux communications impliquant des membres d’Archéorient ont été présentées : « The Impact of the Neolithisation process on the funerary practices and health status of the Levant populations: from North to South » par F. Le Mort et B. Chamel et « Connections between North and South Levant through complex networks of obsidian exchange during the PPN: a mathematical simulation » par J.J. Ibáñez Estevez, D. Ortega, L. Khalidi, D. Campos, V. Mendez et L. Teira. Cette dernière contribution résulte d’une collaboration au sein du projet « Simulpast : simulating the past to understand human behaviour » qui réunit le laboratoire Archéorient et le laboratoire Institució Milà i Fontanals – CSIC à Barcelone autour de la simulation en archéologie, et en particulier la simulation des réseaux d’échanges en obsidienne au Néolithique du Proche-Orient .

La deuxième session était intitulée « Movements in and out of Africa: assemblage variability and population dynamics in Northeast Africa and Southwest Asia during the MSA and Middle Palaeolithic ». Elle a servi de cadre aux présentations des dernières données sur le Paléolithique d’Arabie et sur le rôle actuel de l’Arabie dans les grands débats autour du thème ‘Out of Africa’, données acquises grâce aux travaux récents de membres du laboratoire. C’est ainsi que  R. Crassard et Y. Hilbert ont présenté « New discoveries on the Middle Paleolithic from central and northern Saudi Arabia and their implications on demographic dispersals ». Y. Hilbert a également présenté une communication en collaboration avec V. Usik, A.E.Marks et J.I. Rose, intitulée « Grasping temporal variability and landscape evolution: spatial analysis of surface scatters from the Nejd Plateau, Oman) ».

Nicolas Tardy présentant ses recherches sur les industries en quartz

Fig. 6 : Nicolas Tardy présentant ses recherches sur les industries en quartz.

La communication de N. Tardy (« Identification of knapping techniques for micro-blade production applied to hyaline quartz during the Late Neolithic in northern Greece – Dikili Tash and Promachona-Topolni’a ») faisait partie d’une session de deux jours intitulée « New approaches to the study of quartz lithic industries » qui rassemblait des chercheurs travaillant dans des régions et sur des chronologies variées autour des industries sur quartz (fig. 6).

Un poster préparé par F. Pichon, « Exploitation of the plant environment during the preceramic Neolithic of Dja’de el-Mughara: preliminary results of the functional study of the glossy blades » (fig.  7), a été exposé lors de la session intitulée « Traceological research and experimental work », qui réunissait de nombreux tracéologues du monde entier pour deux jours de communications et de discussions.

Le poster de Fiona Pinchon présenté lors de la session "Traceological research and experimental work".

Le poster de Fiona Pichon présenté lors de la session « Traceological research and experimental work ».

L’ambiance de ce colloque a été à la fois studieuse et détendue : les préhistoriens et les protohistoriens travaillant dans différentes parties du monde ont pu partager leurs données et leurs méthodes, que ce soit au cours des sessions ou lors de discussions informelles en profitant du beau temps et des pauses. De nombreux chercheurs se sont ainsi retrouvés après les conférences dans les cafétérias de la Faculté, mais aussi dans les restaurants et bars à tapas de la ville de Burgos (fig. 8).

Fig. 8 : les bars à tapas de Burgos Fig. 9 : Museo de la Evolucíon Humana
Fig; 8 : les bars à tapas de Burgos.
 Fig. 9 : Museo de la Evolucíon Humana.

En marge du colloque, les organisateurs avaient mis l’accent sur les visites gratuites et de nombreuses excursions ont ainsi été proposées aux participants. Ces derniers ont beaucoup apprécié, en particulier, la visite du Musée de l’Evolution Humaine. Ils ont pu y admirer quatre étages de collections permanentes et deux expositions temporaires : « La Cuna de la Humanidad » sur  les travaux paléontologiques menés en Tanzanie et « El Neandertal Emplumado », qui se base sur une nouvelle vision des Néanderthaliens proposée par un paléoartiste Milanais (fig. 9).

Le musée présente d’incroyables collections provenant entre autres des fouilles du site d’Atapuerca, notamment les restes humains d’Homo Heidelbergensis, dont  le bassin nommé Elvis the Pelvis, le plus complet jamais retrouvé dans le registre des fossiles humains. Il fait aussi la part belle à l’évolution humaine, sous la forme de reconstitutions et de présentations multimédia encourageant les visiteurs à participer et à toucher ; vidéos, tablettes tactiles, projections à 360°, hologrammes, panneaux « vivants » présentant l’art pariétal (projections sur panneaux en relief imitant la paroi d’une grotte), reconstitution du Beagle (le bateau de Darwin)…. Tous les aspects de l’histoire de l’évolution humaine sont ainsi abordés, que ce soit en paléoanthropologie, géologie et culture matérielle.

Quinze visites gratuites ont également été proposées aux participants le mercredi, le samedi et le dimanche, notamment des sites paléolithiques et néolithiques de la région ainsi que des vignobles. De plus, les visites très complètes du site grandiose du Sierra de Atapuerca, qui se trouve à 15 km à l’est de la ville de Burgos, ont eu un franc succès. Elles étaient conduites par les préhistoriens travaillant sur ce chantier, en espagnol, en anglais et en français. D’autres visites guidées ont eu lieu dans les Tres Simas (Elefante, Gran Dolina et Galería) ainsi que dans la Sima de los Huesos : El Portalón et Galería del Silex de la Cueva Mayor (fig. 10).

Fig. 10 : le site de Gran Dolina, Atapuerca

Fig. 10 : le site de Gran Dolina, Atapuerca

Le bilan de ces journées est donc extrêmement positif, que ce soit en termes d’organisation ou de participation des chercheurs. La ville de Burgos, magnifique et chargée d’histoire, permettait de nombreux moments de détente qui favorisaient les rencontres entre participants de divers pays. Il faut relever que les membres du laboratoire Archéorient se sont fortement impliqués dans les discussions, aussi bien les chercheurs que les doctorants, sur des sujets tels que la chronologie, l’anthropologie biologique, la tracéologie, la technologie lithique, et pour des aires géographiques comprenant l’Arabie, le Proche-Orient et l’Europe de l’Est.

Le prochain colloque de l’UISPP se tiendra en 2017 à Melbourne en Australie.

Les auteurs :
Bérénice Chamel est archéologue et spécialiste d’anthropologie biologique, attachée au laboratoire Archéorient/UMR 5133. Elle a soutenu en 2014 une thèse à l’Université Lumière-Lyon 2 sur « L’impact de la néolithisation sur l’état sanitaire des populations du Proche-Orient ».
Lamya Khalidi est chercheur au laboratoire Archéorient/UMR 5133, spécialiste des industries lithiques et de la circulation de l’obsidienne au Néolithique/Chalcolithique de l’Arabie et du Proche Orient.


Pour citer ce billet : Chamel B. et Khalidi L. 2014. Colloque de l’UISPP à Burgos, Espagne, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 10 octobre 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3210


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *