Summer School : quelle archéologie préventive pour demain ?

Benech - figure 1Face au développement exponentiel des infrastructures de nos sociétés modernes, la défense et la protection du patrimoine archéologique deviennent un défi de plus en plus difficile à relever. Selon les pays, l’archéologie préventive a connu un développement inégal, étroitement lié aux modes d’organisation et aux financements alloués aux fouilles d’urgence. La convention de Malte, signée en 1992 par les pays européens, préconisait de réfléchir à des modes de gestion le plus en amont possible des chantiers de construction afin que le patrimoine archéologique soit pris en compte dans les programmes d’aménagement et aider ainsi à sa protection ou du moins à son étude avant sa destruction. Aujourd’hui, près de 90% des données archéologiques sont issues des fouilles menées dans le cadre d’opérations préventives (Demoule 2007). L’archéologie préventive ne peut plus être considérée comme une discipline à part, éloignée de la recherche académique qui fonctionne plutôt sur la base des fouilles programmées : elle est l’affaire de tous les archéologues, et surtout des futurs archéologues, qui ont besoin d’en connaître les outils et les méthodes.

Tel était l’objectif de la Summer School intitulée « Preventive Archaeology. Evaluating sites and landscape », organisée par Federica Boschi, qui s’est tenue à Ravenne et Senigalia (Italie) du 23 juin au 4 juillet 2014 et qui a bénéficié du soutien des programmes intensifs Erasmus. Réunissant une trentaine d’étudiants de différents pays européens (et trois de l’université Lyon 2), le programme comportait dans un premier temps une série de conférences assurées par 16 intervenants à Ravenne, complétées dans un deuxième temps par des opérations de terrain à Senigalia et sur le site archéologique de Civitalba (près d’Arcevia, dans la région des Marches).

Prospection radar par Mina Dabbagh, doctorante à Archéorient.

Prospection radar par Mina Dabbagh, doctorante à Archéorient.

Prospection électromagnétique sous la supervision de James Bonsall (à gauche).

Prospection électromagnétique sous la supervision de James Bonsall (à gauche).

Les communications présentées portaient majoritairement sur les méthodes employées le plus couramment en archéologie préventive, avec un accent particulier sur les méthodes géophysiques qui ont connu depuis 15 ans un important développement et une implication de plus en plus forte dans les contextes d’urgence. Les spécialistes venaient par ailleurs autant du milieu académique que de sociétés privées : dans le domaine de la géophysique appliquée, cette double approche a contribué à montrer l’articulation et les complémentarités entre la recherche fondamentale et ses applications pratiques. Celles-ci ont en effet dynamisé l’innovation scientifique pour répondre à une demande sans cesse croissante. Des différences très marquées entre les pays européens sont aussi apparues : alors que Vince Gaffney (Université de Birmingham) nous présentait les impressionnantes prospections géophysiques qui ont eu lieu dans le cadre du Stonehenge Hidden Landscape Project, ou que James Bonsall (Earthsound company, Université de Bradford) nous parlait du marché en pleine expansion de l’utilisation de la géophysique en Irlande, Michel Dabas (Geocarta Inc.) se désolait du recours encore très rare de ces méthodes dans l’archéologie préventive en France. Mercedes Solla (Université de Vigo) et Alexandre Novo (IDS company) ont présenté une grande variété de contextes archéologiques et environnementaux où peut être utilisé le géoradar, tout en faisant le point sur les dernières avancées technologiques autour de cette méthode. Dans le domaine de l’archéologie préventive, la disparité s’accentue quand on aborde l’est de la Méditerranée où aucun pays de cette région n’a signé la convention de Malte – ou un équivalent – excepté la Turquie. Ma présentation, centrée sur l’archéologie préventive au Proche-Orient, a montré comment le cadre juridique et institutionnel, différent de celui des pays européens, y a favorisé l’utilisation de méthodes non destructices. La géophysique en fait partie, mais avec des particularités méthodologiques liées à la spécificité des contextes environnementaux et archéologiques spécifiques, par exemple la difficulté de transporter du matériel lourd dans des zones parfois très reculées. La qualité de nombreuses cartes géophysiques obtenues au Proche-Orient fait toutefois de cette discipline un élément majeur et en plein essor dans les stratégies d’archéologie préventive mises en place dans les différents pays (Braemer et al. 2011).

Prospection électrique au moyen du système ARP© développé par la société Geocarta. Ici, les électrodes sont des roues dentées tractées par un quad.

Prospection électrique au moyen du système ARP© développé par la société Geocarta. Ici, les électrodes sont des roues dentées tractées par un quad.

Prospection radar au moyen du Stream X de la société IDS qui peut contenir entre 16 et 48 antennes espacées de 12 cm pour des images haute résolution.

Prospection radar au moyen du Stream X de la société IDS qui peut contenir entre 16 et 48 antennes espacées de 12 cm pour des images haute résolution.

Plusieurs archéologues sont aussi venus présenter leurs projets de recherche basés sur des prospections menées à l’échelle régionale qui les ont confrontés à des problèmes d’identification des sites, de leur protection et de leur mise en valeur. Franck Vermeulen a ainsi présenté les résultats du Potenza Valley Project qu’il mène depuis 14 ans dans cette vallée d’Italie ; Cristina Corsi a quant à elle détaillé le développement du Radio-Past Project qu’elle coordonne autour du site d’Ammia (Portugal), et qui a servi de « laboratoire » expérimental pour tester et développer de nouvelles stratégies pour la protection et la mise en valeur des sites. Giuseppe Lepore a aussi présenté un très bel exemple de gestion du patrimoine archéologique urbain en Italie dans le cas de la ville de Senigalia où, avec le soutien de la municipalité, un important programme d’étude aide à faire évoluer l’urbanisme tout en protégeant et mettant en valeur son histoire.

La seconde partie de la Summer School a permis de faire découvrir aux étudiants les différentes méthodes géophysiques utilisées en archéologie et d’expérimenter la prise de vue aérienne par drone. Ils ont pu s’initier aux méthodes électrique, magnétique, électromagnétique basse fréquence, radar, et voir comment fonctionnent certains appareils développés pour accroître la vitesse et la résolution des prospections. Si ces presque deux semaines de sensibilisation à l’archéologie préventive ont été, comme je l’espère, utiles aux étudiants, elles l’ont aussi été pour moi et mes collègues : c’est une immersion dans les thèmes qui nous passionnent et une parenthèse dans notre rythme de recherche que nous avons rarement l’occasion de connaître.

 Bibiographie :

Demoule J.-P. (dir.) 2007. L’archéologie préventive dans le monde. Apports de l’archéologie préventive à la connaissance du passé, Paris, La Découverte.

Braemer F., Angevin C., Raphaël, 2011. L’archéologie en Méditerranée : situation internationale, évolutions, Rapport de mission à l’attention des directions de l’Ecole française de Rome et de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

L’auteur :
Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS.
Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Benech C. 2014. Summer School : quelle archéologie préventive pour demain ?, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 12 septembre 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3112


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *