Le plateau iranien et les régions adjacentes à l’âge du Bronze

Affiche Colloque Iran jpgLe colloque international intitulé « Le plateau iranien. Urbanisation, commerce, subsistance et production à l’âge du Bronze » s’est tenu les 29 et 30 avril 2014 à l’amphithéâtre Benveniste de la MSH-Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Ce colloque organisé par Michelle Casanova (Université Lyon 2 – UMR 5133), Emmanuelle Vila (CNRS – UMR 5133), Gwénaëlle Pequay (CNRS – UMR 5133), Marjan Mashkour (CNRS – UMR 7209), Régis Vallet (CNRS – UMR 7041) et Jan-Waalke Meyer (Université Goethe de Francfort-sur-le-Main) avait pour objectif de faire un état des lieux des recherches sur le troisième millénaire avant J.-C. sur le plateau iranien, période clef dans le processus d’urbanisation au Proche et Moyen-Orient.

Lors de la session inaugurale, Jan-Waalke Meyer (Université Goethe de Francfort-sur-le-Main) a insisté sur le fait qu’il est difficile de mettre en évidence un phénomène d’urbanisation précoce en Iran. Outre des problèmes liés à un manque de prospections et de diffusion des données, il est évident que le modèle mésopotamien d’apparition de l’urbanisation ne peut être transposé au monde iranien. Dès lors, plusieurs intervenants ont suggéré pendant la discussion que l’établissement de critères locaux serait nécessaire pour définir les premiers établissements urbains en Iran. Michelle Casanova (Université Lyon 2 – UMR 5133) a rappelé, lors de sa communication, le rôle central du plateau iranien dans le commerce et la diffusion de matières premières précieuses et de productions de luxe entre l’est de l’Iran, la vallée de l’Indus, l’Asie centrale, l’Égypte et la Mésopotamie. Marjan Mashkour (CNRS – UMR 7209) et Margareta Tengberg (MNHN – UMR 7209) ont ensuite présenté une synthèse sur les stratégies de subsistance sur le plateau iranien durant l’âge du Bronze. Enfin, la communication de Régis Vallet (CNRS – UMR 7041) a montré le rôle de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie à Nanterre dans la conservation et la mise à disposition des chercheurs des archives de fouilles archéologiques françaises, notamment celles de Suse et de Tureng Tepe, qui sont précieuses pour l’étude des sociétés de l’âge du Bronze en Iran.

Diapositive2D La deuxième session était consacrée à l’expansion de la culture Kuro-Araxe dans l’ouest de l’Iran. Giulio Palumbi (Université La Sapienza de Rome) a dressé un intéressant parallèle entre les sites d’Arslantepe en Anatolie et Godin Tepe dans l’ouest du Zagros. Ces deux sites étaient inclus dans le système d’Uruk avant d’être atteints par la culture Kuro-Araxe. La période Kuro-Araxe à Arslantepe et Godin Tepe est caractérisée par un système de subsistance basé principalement sur l’exploitation des moutons et des chèvres. Giulio Palumbi a suggéré que l’expansion de la culture Kuro-Araxe pouvait avoir été favorisée par le système économique centralisé d’Uruk dans lequel les groupes pastoraux jouaient déjà un rôle important. En réponse à cette nouvelle hypothèse, Rémi Berthon (CNRS – UMR 7209 et 5133) a démontré dans sa présentation que les stratégies d’exploitation des ressources d’origine animale étaient très variées dans la culture Kuro-Araxe. Le système pastoral spécialisé sur les moutons et les chèvres ne se retrouve pas dans le sud du Caucase et l’est de l’Anatolie, où les bovidés sont très importants dans les stratégies de subsistance. Toujours à propos des pratiques alimentaires et de l’exploitation des milieux naturels par la culture Kuro-Araxe, Alexia Decaix (Université de Paris I – UMR 7041) et Margareta Tengberg (MNHN – UMR 7209) ont présenté les résultats d’analyses carpologiques et anthracologiques de sites d’Azerbaïdjan et d’Iran. Il apparaît que ces populations ont cultivé du blé, de l’orge et des légumineuses. La consommation de fruits tels que la figue, le raisin ou l’olive est plus importante que dans les périodes précédentes. Le bois utilisé comme combustible provenait principalement des formations ripisylves. La communication d’Akbar Abedi (Université de Téhéran) traitait des sites de la culture Kuro-Araxe dans le nord-ouest de l’Iran. Les fouilles archéologiques qu’il a menées sur le site de Kul Tepe près de Jolfa lui ont permis de préciser notamment la chronologie de la transition entre le Chalcolithique et la culture Kuro-Araxe dans cette région. Sepideh Maziar (Université Goethe de Francfort-sur-le-Main) a présenté une communication sur les dynamiques d’occupation de la rive sud de l’Araxe pendant les 4ème et 3ème millénaires av. J.-C. Les nouvelles données suggèrent une forme de rupture dans les modes d’occupation du territoire entre le Chalcolithique et l’âge du Bronze ancien. Les sites kuro-araxes sont très peu nombreux par rapport aux sites du Chalcolithique récent et seuls deux sites ont été occupés pendant la transition entre ces deux périodes.

La troisième session était consacrée à la région de Suse et au royaume élamite. Alain Le Brun (CNRS – UMR 7041) a présenté la stratigraphie des sondages qu’il a réalisés à Suse dans les années 1970. Cette étude lui a permis d’affirmer que la transition entre la période Suse II et la période Suse III a été abrupte. Une couche de destruction de l’occupation de l’époque Suse II a été scellée par une couche de terre battue au-dessus de laquelle se trouve la première couche de l’époque Suse III, caractérisée par un changement de la langue des inscriptions et de la glyptique. Ali Zalaghi (Université Goethe de Francfort-sur-le-Main) a ensuite montré les résultats de prospections qu’il a menées sur la rive ouest de la rivière Karkheh, en Susiane. Alors que les sites du 3ème millénaire avant J.-C. étaient inconnus jusque-là dans cette zone, cette nouvelle recherche en a révélé 81. Les fouilles de Tappeh Senjar, situé au nord de Suse, ont été présentées par Alireza Sardari (Centre Iranien pour la Recherche Archéologique – ICAR). Elles ont permis de préciser le développement de ce site d’habitat entre la fin du 5ème millénaire avant J.-C. et la période médio-élamite. Elnaz Rashidian (Université Goethe de Francfort-sur-le-Main) a ensuite plaidé pour le développement d’approches géoarchéologiques parallèlement aux fouilles archéologiques afin de mieux comprendre dans quelles conditions environnementales se sont développés les premiers établissements urbains dans le sud-ouest de l’Iran. Alors que l’écriture proto-élamite n’est pas déchiffrée, l’étude des tablettes de Suse réalisée par Jacob Dahl (Université d’Oxford) a déjà fourni d’importantes informations sur l’organisation administrative de la ville de Suse à la période proto-élamite ainsi que sur la production et le stockage de denrées alimentaires. En se basant sur des textes élamites plus tardifs, Mina Dabbagh (Université Lyon 2 – UMR 5133) a analysé le rôle des femmes dans le commerce et la production de biens de consommation dans ce royaume.

La quatrième session était principalement consacrée à l’est iranien. Les relations entre le Khorasan et l’Asie centrale pendant la fin du 3ème et le début du 2ème millénaire avant J.-C. sont mieux connues grâce aux fouilles archéologiques menées à Tappeh Chalow. Ali Vahdati (Organisation Iranienne du Patrimoine, de l’Artisanat et du Tourisme – ICHHTO et Université Paris I) a notamment présenté des tombes de ce site contenant des objets de luxe du complexe culturel Bactriane-Margiane en association avec de la céramique locale. L’existence au 3ème millénaire avant J.-C. d’une importante route de communication et d’échange reliant l’Asie centrale à l’Iran par le Khorasan a également été démontrée par Henri-Paul Francfort (CNRS – UMR 7041) qui s’est basé sur des objets découverts en Sogdiane, Bactriane, Margiane et dans le nord-est de l’Iran. Plus au sud, au Seistan, Tepe Sadegh a été fouillé par Rouhollah Shirazi (Université de Zahedan). Ce petit site d’habitat à proximité de Shahr-e Sokhte a livré de la céramique du Baluchistan ainsi que des imitations locales. Des ateliers de fabrication de perles en pierres semi-précieuses ont également été mis au jour. Dans le sud-est de l’Iran, de grands centres urbains apparaissent au milieu du 3ème millénaire avant J.-C.. Alors que Shahr-e Sokhte, Konar Sandal et Shahdad sont bien connus, Nasir Eskandaridamne (Université Lyon 2 – UMR 5133 et Université de Téhéran) a montré qu’au moins deux autres sites urbains, Keshit et Mokhtarabad, se trouvaient à l’ouest du Dasht-e Lut. La présentation de David Meier (Université Libre de Berlin) traitait du développement de la métallurgie dans ces centres urbains de l’âge du Bronze, en particulier à Shahdad. Ces grands sites de l’âge du Bronze ont également livré de nombreux objets de prestige, notamment des vases en albâtre et en pierre tendre avec un décor sculpté en relief. Des objets similaires, issus de fouilles clandestines, ont été saisis par les autorités et sont maintenant conservés au Musée National d’Iran à Téhéran. Ils nous ont été présentés par Sedigheh Piran (Musée National d’Iran) et Michelle Casanova (Université Lyon 2 – UMR 5133). L’étude de la glyptique du site de Konar Sandal Sud a permis à Holly Pittman (Université de Pennsylvanie) de comprendre les dynamiques d’interactions inter-régionales pendant l’âge du Bronze entre la Mésopotamie, Suse et l’Asie centrale.

Au nord-est de l’Iran, dans la plaine de Gorgan, le site de Tureng Tepe est notamment connu pour sa haute terrasse datée de la deuxième moitié du 3ème millénaire av. J.-C. Le site a été fouillé entre 1960 et 1979. L’étude de la haute terrasse a été reprise, à partir des archives de la mission archéologique, par Julie Bessenay-Prolonge (Université de Paris I – UMR 7041) et Régis Vallet (CNRS –  UMR 7041). La fin de l’âge du Bronze et la nature de la transition vers l’âge du Fer donnent encore lieu à de nombreux débats. Babak Rafiei Alavi (Université Goethe de Francfort-sur-le-Main) a étudié la transition entre l’âge du Bronze récent et l’âge du Fer en se basant sur l’évolution technologique et typologique des poignards dotés d’une garde en forme de croissant. Travaillant sur la même période, Hamid Fahimi (Université Libre de Berlin) a proposé une nouvelle approche à partir de l’étude des répertoires céramiques du plateau iranien central. Il a notamment réfuté les théories fondées sur des migrations de population.

La discussion finale du colloque a permis de faire ressortir les grandes problématiques qui seront au cœur des futures recherches sur l’âge du Bronze en Iran. La compréhension de l’urbanisation va nécessiter une réflexion sur des critères de définition des sites urbains propres au plateau iranien puisque le modèle fondé sur le monde mésopotamien ne semble pas correspondre aux découvertes faites en Iran. L’étude de ces grands sites ne pourra plus se faire sans des programmes de prospection géophysique et de fouilles archéologiques à grande échelle. L’étude des systèmes économiques qui ont permis le développement de ces centres urbains va nécessiter une augmentation des analyses archéozoologiques et archéobotaniques. De nouvelles informations sont également à attendre de l’étude des sources textuelles, notamment des tablettes proto-élamites. La multiplication des analyses physiques et chimiques pour déterminer la provenance de différents matériaux ouvrira de nouvelles pistes pour la compréhension des réseaux d’échanges à moyenne et longue distance. Ces échanges de matériaux et d’objets sont liés à des interactions inter-régionales entre l’Iran, la Mésopotamie, le Caucase, et l’Asie centrale. L’expansion de certaines cultures, telles que le système d’Uruk ou la culture Kuro-Araxe, demande à être mieux comprise. Il faut notamment différencier les phénomènes d’influences culturelles des migrations de population. Dans ce cadre, il convient de s’interroger sur le rôle encore mal compris des populations nomades dans la diffusion des matériaux et des objets. De même, l’impact de la domestication de l’âne et du cheval sur les interactions interrégionales et la diffusion des biens doit encore être étudié.

Ce colloque a principalement rassemblé des archéologues venus de France et d’Iran mais aussi d’Allemagne, de Grande-Bretagne, d’Italie et des États-Unis. Il faut se réjouir de la participation de nombreux doctorants et jeunes chercheurs. Espérons que ce colloque inaugure une nouvelle période d’intenses recherches archéologiques et de collaborations internationales en Iran.

L’auteur :
Rémi Berthon est archéozoologue (post-doc)
spécialiste de l’Anatolie et du Caucase
UMR 7209-Archéozoologie et archéobotanique Muséum national d’Histoire naturelle, Paris
&  UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Berthon R. 2014. Le plateau iranien et les régions adjacentes à l’âge du Bronze, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 10 juin 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2953

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *