Nabuchodonosor au Liban : les inscriptions de Brisa dans leur contexte historique

Nabuchodonosor II fut un roi charismatique et ses réalisations politiques et militaires ont transformé Babylone en une puissance mondiale. Sous son long règne (605-562 avant J.-C.), Babylone atteignit son extension territoriale maximale en annexant de vastes zones qui se trouvaient précédemment sous contrôle assyrien et en réduisant l’influence égyptienne en Syrie et au Levant (Carte).

Régions sous contrôle assyrien au Levant.

Régions et villes sous contrôle de l’Empire néo-babylonien.

Suite à ses campagnes militaires, les matières premières et les produits manufacturés de régions éloignées affluèrent à Babylone, la grande capitale de l’empire, où des temples magnifiques furent érigés à la gloire des dieux, en particulier Marduk, et de grands palais furent construits pour célébrer la puissance du monarque. La prospérité économique de la Babylonie au cours de ces années se manifeste clairement dans les milliers de documents cunéiformes trouvés dans les archives officielles et privées de différentes villes de Mésopotamie. L’idéologie politique de l’empire se retrouve dans de nombreuses inscriptions royales, où Nabuchodonosor se dépeint comme un homme pieux, un roi de justice et un berger pour son peuple.

Si le règne de Nabuchodonosor a correspondu à une ère de de prospérité et de développement économique et social, c’est que les campagnes militaires visant à élargir les frontières de la Babylonie ont été cruciales pour le monarque. Les opérations militaires qu’il a menées contre les Égyptiens à l’ouest et contre les Mèdes à l’est sont les principaux sujets des Chroniques babyloniennes conservées pour la période de son règne (Glassner 2004, 226-231).

Nabuchodonosor apparaît dans ces textes comme un roi guerrier dès le début de son règne.
Déjà dans son année d’accession, l’armée babylonienne vainquit le Pharaon Néchao à la bataille de Karkemish (605 avant J.-C.) et avança vers le sud en s’emparant du Liban, de la Syrie et de la Palestine et en plaçant toute la région au sud de Homs sous le contrôle de Babylone. L’histoire de la présence de Nabuchodonosor dans l’Ouest est aussi celle de batailles contre les rois locaux qui avaient profité de la faiblesse des derniers rois assyriens pour accéder à l’indépendance. Le contrôle et la pacification de ces vastes terres n’étaient pas des tâches faciles, et les armées de Nabuchodonosor furent très actives en Syrie pendant tout son règne. En 587 avant J.-C., Jérusalem fut conquise, et une partie de sa population déportée à Babylone, mais une deuxième expulsion fut nécessaire en 582 av. J.-C. pour faire disparaître le dernier bastion de la rébellion.

Lakish fut également prise et tous les royaumes côtiers, à l’exception de Tyr, en furent réduits à accepter cette nouvelle situation. Tyr tomba en 573 avant J.-C. et la région resta temporairement stable jusqu’en 568 avant J.-C., Gaza marquant la frontière entre l’Égypte et les zones d’influence babylonienne. La Syrie et le Levant ne furent probablement pas complètement pacifiés après cette date, mais nous manquons d’informations sur les événements survenus dans l’ouest de l’empire au cours des dernières années du règne de Nabuchodonosor. Les principales activités militaires de son armée eurent lieu autour de Ribla (Syrie), d’où le roi dirigea probablement les opérations militaires contre l’Égypte et les rébellions locales. On pourrait donc logiquement s’attendre à trouver des preuves archéologiques de la présence néo-babylonienne dans le Levant, mais les indices sont maigres.

Peut-être la durée réduite de l’empire (par rapport à la résolution offerte par le matériel archéologique) peut-elle expliquer ce manque de preuves (Akkermans et Schwartz 2003, 389), mais il y a d’autres raisons : les principaux problèmes sont d’une part la difficulté à identifier le matériel néo-babylonien dans les sites du Levant, d’autre part l’absence, dans les sites archéologiques, d’objets babyloniens caractéristiques tels que sceaux, tablettes cunéiformes ou de traits architecturaux (Sader 2000, 27; Vanderhooft 2003, 253). Cette absence de matériel néo-babylonien ne concerne pas exclusivement les sites côtiers : elle est également évidente dans les prospections faites dans la vallée de la Bekaa (Marfoe 1998 , 217, 224 sq.). De plus, dans les textes économiques et administratifs du règne de Nabuchodonosor, les références aux villes phéniciennes et aux colonies de la région du Liban ne sont pas très nombreuses.

En revanche, la Syrie, le Liban et la Palestine apparaissent souvent dans les chroniques du règne de Nabuchodonosor au sujet des difficultés que ses armées ont rencontrées pour contrôler et pacifier la région. Il existe aussi quelques preuves archéologiques de la présence de Nabuchodonosor à l’ouest : elles proviennent du Liban, où le monarque recherchait le bois de cèdre nécessaire à la construction des temples et des palais. En effet, Nabuchodonosor a ordonné la réalisation d’inscriptions et de reliefs sur des parois rocheuses situées dans des endroits stratégiques, dans les vallées et le long des routes traversant les montagnes et les forêts. Jusqu’à présent, quatre sites ont été signalés :

– Nahr el-Kalb: dans le Fleuve du Chien, à environ 12 km au nord de Beyrouth, les fragments de deux inscriptions ont été identifiés.

– Brisa: dans le nord de la vallée de la Bekaa, non loin de la ville de Hermel, on a trouvé deux inscriptions assez bien conservées gravées sur les parois rocheuses d’un ravin appelé Ouadi ech-Charbine, avec leurs reliefs sculptés.

– Chir es-Sanam: à quelque 20 km au nord-ouest des inscriptions de Brisa, à Jabal Qamouha, on a repéré une inscription presque illisible, mais un relief sculpté avec l’effigie du roi est encore clairement visible sur la paroi rocheuse.

– Ouadi es-Saba: à environ 30 km de Chir es-Sanam, près des sources de l’Ain as-Saba dans le ravin du même nom, deux bas-reliefs sans inscription ont été attribués à Nabuchodonosor.

Les deux inscriptions de Brisa, accompagnées de leurs beaux reliefs, sont gravées sur les pentes du ravin du Ouadi ech-Charbine, à 7 km du village de Charbine et à 10 km de Ribla (Fig. 1). L’une des routes les plus importantes du Liban-Nord suit ce ravin, reliant la Bekaa aux montagnes du Liban et à la Méditerranée. Grâce au Ouadi ech-Charbine, et à condition que les routes ne soient pas coupées à cause de la neige, on peut facilement atteindre la zone de Marjghayn et, de là, vers le nord, la forêt du Jabal Qamouha. Une autre route se dirige vers le sud de Marjghayn, le long du versant oriental de Jbab el-Houmr et Qournet es-Sauda, reliant la Bekaa aux magnifiques forêts de cèdres de Ehden, Bcharré et Tannourine. Enfin, une route de montagne s’étire au nord du Jabal Qamouha, par el-Boustan, vers le Ouadi es-Saba, à partir duquel on peut accéder facilement à la plaine syrienne via Homs. Que ce soit à partir de Jabal Qamouha ou des forêts de cèdres, la Méditerranée est à moins de 50 km. Ainsi, l’importance du Ouadi ech-Charbine pour Nabuchodonosor repose sur la possibilité d’atteindre a) les forêts de cèdres et autres bois résistants nécessaires pour mener à bien ses programmes de construction ; b) la région de la Syrie par Ouadi es-Saba et Homs ; et c) la Méditerranée, soit par el-Abde ou à Chekka.

Fig. 1 : le ravin du Ouadi ech-Charbine.

Fig. 1 : le ravin du Ouadi ech-Charbine.

Fig. 2 : inscription paléo-babylonienne et relief du roi Nabuchodonosor.

Fig. 2 : inscription paléo-babylonienne et relief du roi Nabuchodonosor.

Situées à ce carrefour privilégié, les inscriptions de Brisa sont la meilleure preuve de la présence de Nabuchodonosor au Liban. L’inscription sur le versant ouest (Da Riva 2012, WBA) est écrite en caractères paléo-babyloniens et contient un relief sculpté qui montre un homme barbu, vêtu d’une longue robe, qui se bat contre un lion (Fig 2). C’est le roi Nabuchodonosor qui est représenté ici, comme à Chir es-Sanam, portant les symboles royaux babyloniens. L’inscription sur le versant oriental (Da Riva 2012, WBC) est écrite en caractères cunéiformes néo-babyloniens et est accompagnée par un relief fortement érodé qui montre le monarque debout devant un arbre sans feuilles (Fig. 3 et 4). Comme la partie inférieure du relief a été partiellement détruite, l’idée générale qui sous-tend la représentation n’est pas claire. L’état général de cette inscription est bon, à part la présence de graffitis récents, mais les reliefs sont mal conservés.Les textes de Brisa sont importants car ils établissent un lien entre l’inscription et le cadre naturel dans lequel elle a été produite. Dans la dernière partie de l’inscription, le roi exprime les motivations réelles de sa conquête de la région : l’exploitation des ressources naturelles (bois) et la construction de routes pour y accéder. Nabuchodonosor mêle à ses objectifs politiques le souci du bien-être des habitants de la région, et dans les lignes du texte ci-après, il se réfère également aux reliefs et aux inscriptions de Brisa :

« (J’ai fait) ce qu’aucun ancien roi n’avait fait : j’ai coupé à travers les hautes montagnes, j’ai écrasé les pierres des montagnes, j’ai ouvert des passes (dans les montagnes), et j’ai préparé un passage pour (le transport de) les cèdres du roi Marduk. Les cèdres forts, épais et hauts, d’une splendide beauté, énorme rendement du Liban, je les ai regroupés comme des roseaux et j’ai embaumé le fleuve Arahtu (avec eux), et je les ai mis à Babylone comme les peupliers de l’Euphrate. J’ai laissé les gens du Liban dans des pâturages sûrs, et je n’ai pas laissé un intimidateur (contre eux). Afin que personne ne puisse les opprimer, j’ai installé une image éternelle de moi-même en tant que roi pour les protéger, […] j’ai construit […] je […] J’ai mis […]. J’ai retrouvé les gens de la totalité de toutes les terres, et j’ai écrit une inscription dans les cols de la montagne et je l’ai établie pour toujours avec mon image royale ».
(Da Riva 2012, WBC IX 33-56-WBC IX, X 1-9).

Fig. 3 et 4 : inscription néo-babylonienne et vestiges érodés d'un relief montrant un monarque devant un arbre sans feuilles.

Fig. 3 et 4 : inscription néo-babylonienne et vestiges érodés d’un relief montrant un monarque devant un arbre sans feuilles.

Da Riva_Figure 4

Malgré la rareté des données archéologiques et épigraphiques concernant les activités de Nabuchodonosor en Syrie, au Liban et en Palestine, les monuments de Brisa confirment le haut niveau d’intérêt politique et militaire de cette région pour la Babylonie. Les inscriptions de Brisa ont été installées dans un endroit stratégique. Les motifs iconographiques sculptés sur les bas-reliefs ont été soigneusement choisis pour transmettre un message compréhensible. Les messages écrits dans les textes cunéiformes ont aussi été délibérément choisis, même si leur public potentiel était beaucoup plus réduit. Ces monuments sont l’expression du pouvoir politique babylonien et de son contrôle du territoire occidental. Ils sont aussi une forme de propagande politique dans la mesure où ils renforcent l’image du monarque. Enfin, il faut également prendre en compte le rôle protecteur joué par les monuments dans les régions dans lesquels ils se trouvaient, où ils symbolisent la puissance du roi qui a ordonné de les faire installer.

Bibliographie

Akkermans P., Schwartz G.M. 2003. The Archaeology of Syria, Cambridge.

Da Riva R. 2012. The Twin Inscriptions of Nebuchadnezzar at Brisa, Vienne.

Glassner J.J. 2004. Mesopotamian Chronicles, Atlanta.

Marfoe L. 1998. Kamid el-Loz, 14. Settlement History of the Biqa’ up to the Iron Age, Bonn.

Sader H. 2000. La ‘route de la mer’ en Phénicie, in : H. Lemariel (ed), Les routes du Proche-Orient des jours d’Abraham aux caravanes de l’encens, Paris, 67-85.

Vanderhooft D. 2003. Babylonian Strategies of Imperial Control in the West: Royal Practice and Rhetoric, in : O. Lipschitis, J. Blenkinsopp (éds), Judah and the Judeans in the Neo-Babylonian Period, Winona Lake, 235-262.

L’auteur :
Rocio Da Riva est enseignante à l’Université de Barcelone, spécialiste d’épigraphie babylonienne.


Pour citer ce billet : Da Riva R., Nabuchodonosor au Liban : les inscriptions de Brisa dans leur contexte historique, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 30 mai 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2929

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *