Les “desert-kites” : d’Al-Rawda à l’Aragatz, la naissance de « Globalkites »

Les “desert kites” sont de grandes constructions faites d’alignements de pierres convergeant vers un enclos. Ils sont particulièrement nombreux au Proche Orient, en Syrie, au nord-est de la Jordanie et au nord de l’Arabie. C’est au cours d’une de mes premières missions, dans les marges arides de Syrie, que j’ai découvert pour la première fois ces structures étranges. Les années suivantes et non loin de là, la prospection de la micro-région d’Al-Rawda nous a livré un corpus d’une quinzaine de kites, la plupart dans un très mauvais état de conservation. Les kites sont considérés comme des pièges utilisés pour la chasse collective à la gazelle : ces animaux grégaires auraient été rabattus entre deux longues antennes pour s’engouffrer dans l’enclos qui leur était masqué dans leur fuite par une rupture de pente à l’entrée. Sans entrer dans le détail, l’observation des kites à Al-Rawda rendait douteux ce modèle fonctionnel (Barge et Castel à paraître). À y regarder de près, il apparaît que l’interprétation cynégétique repose pour beaucoup sur les témoignages de voyageurs entre la fin du XVIème  et le début du XXème siècle. L’étude des kites du Négev et du Sinaï (Holzer et al. 2010), pour lesquels l’usage cynégétique ne fait guère de doute, explique également l’uniformité des points de vue sur la fonction des kites. Toutefois, ces derniers sont très particuliers, très petits, terminés par une fosse, et de loin les moins nombreux : ainsi, l’hypothèse nuancée et prudente d’Échallier et Braemer (1995) d’une utilisation pastorale ou d’utilisations multiples (cynégétique et pastorale), réfutée de manière plus virulente que solide (Rosen et Perevolotsky 1998), nous semble devoir être examinée à nouveau. Par ailleurs, malgré un investissement non négligeable des archéologues, il n’a guère été possible de préciser l’âge des kites(entre le Néolithique et les époques subactuelles !). C’est dire que les questions aussi basiques que la datation et la fonction n’ont pas encore reçu de réponses satisfaisantes.

Figure 1 : Aragatz, le kite K4 vu par satellite.

À Al-Rawda, les indices sont contradictoires et la mauvaise conservation ne permettra probablement jamais d’aller plus loin que la proposition d’hypothèses alternatives. Il n’est cependant pas farfelu d’imaginer des kites en fonction à l’époque de la ville de l’âge du Bronze et ayant servi à regrouper des troupeaux (Barge, Brochier et Castel à paraître).

Lors d’une mission à Godedzor au cours de l’été 2010, Christine Chataigner m’a convié à rencontrer Arkadi Karakhanian à l’Institut de Géologie de Erevan. Ce dernier et son équipe venaient de découvrir des structures qui n’étaient pas sans rappeler les kites du Hawran, qu’Arkadi avait eu l’occasion d’observer lors d’une collaboration avec Frank Braemer à Umbashi. Plus encore, son observation des images satellite de Google Earth, en haute résolution sur le secteur de l’Aragatz, laissait présager que les vestiges découverts faisaient partie d’un ensemble plus conséquent. Le principe d’une collaboration pour une mission de terrain, dans le cadre du LIA France-Arménie, fut conclu. J’ai alors proposé à Jacques Élie Brochier, piqué dans sa curiosité par les kites d’Al-Rawda, de faire équipe : en avril 2011, nous parcourrions les pentes de l’Aragatz.

Figure 2 : Aragatz, travaux de relevé sur le kite K10.

Toutes les missions de terrain permettent de connaître, à des degrés divers, le plaisir de la découverte. Cette première mission kites fut, à cet égard, particulièrement riche de surprises exaltantes : non seulement nous avons pu affirmer qu’il s’agissait bien de kites, mais ces derniers se sont révélés architecturalement très proches de ceux rencontrés au Proche-Orient, tout en présentant une belle homogénéité morphologique. Par ailleurs, leur conservation est excellente (figure 3). Les murs de l’enclos sont conservés en élévation, le plus souvent sur plusieurs assises, et ceux des logettes – ces petites cellules qui frangent l’enclos et que l’on trouve sur la plupart de kites du Proche-Orient – peuvent dépasser deux mètres de haut. Cette étonnante conservation rend ces kites parfaitement visibles sur les images satellite (figure 1). Ainsi, nous devons remercier notre voisin qui n’avait pas sécurisé sa connexion wifi (!), car chaque soir dans notre appartement de Erevan, nous pouvions compléter nos observations de terrain par celles des vues aériennes. L’intérêt bien connu de ce genre de documentation nous a permis d’affiner notre connaissance des kites : insertion dans le paysage, taille, proximités … Plus encore, certains détails des constructions analysées sur le terrain étaient perceptibles sur les images et un dimanche passé à survoler virtuellement notre terrain a permis de découvrir de nombreux autres kites (le corpus compte aujourd’hui 147 kites). L’aire de répartition fut ainsi considérablement augmentée et bien délimitée. L’aller-retour quotidien terrain / images nous a permis de constituer une base de données, alors que, sur le terrain, nous avons étudié trois kites en détail (figure 2) et effectué la visite d’une dizaine d’autres. Les observations possibles sur les images ont ainsi pu être validées. L’analyse de ces données a permis d’affirmer que les kites sont orientés selon le relief, les antennes vers l’amont, et qu’ils se répartissent le long de la frange aval des coulées basaltiques.

Figure 3 : Une logette de kite.

Le terrain nous a également appris que les kites de l’Aragatz avaient effectivement été occupés dans le passé par des herbivores, dont la trace est particulièrement bien conservée dans les logettes. Quelques indices (algues siliceuses conservées dans le sol, lichens, …) permettaient déjà de savoir que ces kites sont “anciens”, antérieurs au moins à la période médiévale. Les résultats justifiaient donc de programmer une seconde mission en 2012 comprenant des sondages dans les logettes : ces dernières apparaissent en effet comme un lieu favorable à la découverte d’indices chronologiques ou fonctionnels.

L’enthousiasme concernant l’objet d’étude fut pour moi doublé d’un vif plaisir à collaborer avec Jacques Brochier. La complémentarité des approches y est pour beaucoup. Son inventivité pour mettre en œuvre des méthodes s’est concrétisée également dans les outils que je maîtrise moi-même, permettant de mettre en place ou d’envisager pour le futur des démarches méthodologiques réellement pluridisciplinaires.

Figure 4 : L’aire de répartition des kites.

Il faut croire que notre enthousiasme fut contagieux : Christine Chataigner convainquit Remy Crassard de porter devant l’ANR un projet ayant les kites pour thème. En effet, la découverte de kites en Arménie, loin des kites proche-orientaux, donnait corps à l’idée d’étudier les kites à l’échelle de leur répartition (figure 4).  L’éventuelle diffusion de la “technique kite” positionne les questions chronologiques et fonctionnelles, mal cernées, de manière différente : il n’y a en effet aucune raison pour que les kites aient eu partout et à toutes les époques les mêmes buts et les mêmes fonctionnements. Ainsi est né le projet “Globalkites” : les méthodes mises au point en Arménie pouvaient être réinvesties et devenaient encore plus pertinentes à cette échelle. Christine et Rémy pouvaient apporter leur expertise des contextes archéologiques alors qu’Emmanuelle Régagnon, par sa double compétence SIG / archéologie, pouvait prendre en charge les aspects opérationnels. Il est apparu ensuite que l’étude des kites ne pouvait se passer de l’expertise d’un archéozoologue. Jwana Chahoud, bientôt libérée de ses travaux universitaires, nous a donc rejoints. Enfin, la diversité des terrains à l’échelle de l’aire de répartition justifiait une étude fine et multiscalaire des conditions environnementales. J’ai alors interpellé Marie-Laure Chambrade (géographe, jeune docteur de l’Université de Franche-Comté). Quelques années plus tôt à Al-Rawda, nous avions déjà rêvé d’aller étudier les kites partout où ils se trouvent : Proche-Orient, mais aussi Arabie et Asie centrale. Nous projetons en effet de nous rendre sur plusieurs terrains pour y effectuer des travaux comparables à ceux entrepris en Arménie.

Au mois de septembre de cette année, Jacques et moi étions à nouveau au pied de l’Aragatz, en compagnie de Marie-Laure. Nous avons étudié 21 kites supplémentaires et effectué deux sondages, avec le concours d’Irene Kalantarian (Institut d’Archéologie et d’ Ethnographie d’Arménie) et de Makoto Arimura (Université de Kanazawa, Japon). Nous avons appris que les kites ont été fréquentés non pas par des gazelles, comme on aurait pu s’y attendre, mais par des chèvres. Domestiques ou sauvages ? Nous n’avons pas (encore) la réponse à cette question qui pourrait trancher entre chasse et élevage. Sur le plan chronologique, nous savons maintenant que la période d’usage des kites se situe entre le Chalcolithique et l’époque médiévale (recoupements de kites avec des sites antérieurs ou postérieurs) et cette fourchette sera probablement resserrée lorsque nous disposerons des datations des divers échantillons prélevés dans les sondages.

Les bonnes nouvelles n’arrivent, dit-on, jamais seules : le projet Globalkites, soumis à l’ANR en 2012, vient d’être honoré dans le cadre d’un projet jeune chercheur porté par Rémy Crassard pour une durée de 4 ans .

Bibliographie :

Barge O. et Brochier J. É. 2011. Visible from space, understood during the fieldwork : the example of « desert kites » in Armenia, 16th International Conference on Cultural Heritage and New Technologies, Urban Archaeology and Prospection, Vienna, Austria, November 14th – 16th 2011.

Barge O., Brochier J. É. et Castel C. à paraître. Agro-pastoral activities in the region of Al-Rawda, in Proceedings of the 8th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, Warsaw.

Barge O. et Castel C. à paraître. Les kites, in Castel C., Barge O., Awad N. et Al-Maqdissi M. (sous la direction de), Des villes neuves aux franges du désert de Syrie à la fin du 3e millénaire : Travaux de la mission archéologique franco-syrienne d’Al-Rawda 2002-2008 ; Travaux de la mission syrienne de Tell Esh-Sha’irat 2007-2008 et Tell Es Sour 2009, Lyon, Maison de l’Orient et MAEE (Travaux de la Maison de l’Orient).

Échallier J.-C et Braemer F. 1995. Nature et fonction des « Desert Kites »: données et hypothèses nouvelles, Paléorient 21(1), 35-63.

Holzer, A., Avner, U., Porat, N. et Horwitz, L. K. 2010. Desert kites in the Negev desert and northeast Sinai: Their function, chronology and ecology, Journal of Arid Environments 74(7), 806-817.

Rosen B. and Perevolotsky A. 1998. The function of ‘desert kites’-hunting or livestock husbandry ?, Paléorient 24 (1), 107–111.

L’auteur :
Olivier Barge est Ingénieur de Recherche au CNRS.
Géographe et cartographe.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Barge O. 2012. Les “desert-kites” : d’Al-Rawda à l’Aragatz, la naissance de « Globalkites », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 10 décembre 2012. [En ligne]
http://archeorient.hypotheses.org/288

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Emmanuelle Régagnon dit :

    On peut consulter l’avancée du projet Globalkites sur son site web, http://www.globalkites.fr/

  1. 24 mars 2013

    […] enchaîner sur la présentation d’un travail mené actuellement au sein de l’ANR GlobalKite (billet du 10/12/12), où par la collecte de données à partir de Google Earth, a été mis en place un […]

  2. 9 décembre 2013

    […] campagnes qui ont donné naissance à notre projet (voir le billet du 10 décembre 2012 – http://archeorient.hypotheses.org/288). Mais ailleurs ? La région Aralo-Caspienne, partagée entre l’Ouzbekistan et le Kazakhstan, […]

  3. 1 mai 2014

    […] des prospections de l'équipe sur le terrain sont relatées ici et là, au […]

  4. 25 mars 2016

    […] rejoignent ceux soulevés par la collaboration avec le projet ANR Globalkites (voir notamment le billet de O.Barge 2012, et la page du projet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *