Les Iapodes, de l’ambre à la lumière

visuel expoLes Iapodes sont un peuple balkanique de l’âge du Fer dont le territoire s’étendait sur la partie montagneuse de l’actuelle Croatie et une partie de l’actuelle Bosnie.

Ce peuple fait, depuis le 14 mars, l’objet d’une magnifique exposition au musée archéologique Henri-Prades de Lattes : Les Iapodes, peuple méconnu, dans le cadre d’un projet européen plus vaste impliquant la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

 « Les Iapodes, peuple méconnu »

 Ou n’aurait-on pas mieux dit « inconnu » ? Identifiés comme Iapodes par les auteurs grecs (Hécatée de Milet, VIe s. av. J.-C.) puis romains (dont les incontournables Strabon et Pline), ces populations n’ont pas laissé de traces écrites de leur propre main. Les considérations scientifiques modernes sur leur territoire supposé, leur culture et leur poids « géopolitique » s’appuient donc uniquement sur l’archéologie : des fouilles nombreuses mais datant du XIXe siècle, ont donné naissance à des collections d’objets enfouies dans les réserves du Musée archéologique de Zagreb, guère montrées – et jamais comme un ensemble – au XXe siècle, avant une reprise récente (années 2000) des recherches de terrain, dont les résultats ne sont pas encore publiés. Autant dire que, même parmi les invités, les personnes rencontrées le jour de l’inauguration et capables de disserter plus d’une minute sur les Iapodes se comptaient sur les doigts d’une main… et parlaient croate.

 Les Iapodes, peuple qui gagne à être connu…

 En l’état, on considère que les débuts de l’« ère iapode » marquent la césure entre âge du Bronze finissant et âge du Fer dans cette région, à la fin du Xe avant J.-C. Leurs premiers pas sont influencés par la civilisation dite « des champs d’urne » (apparition de nouvelles pratiques funéraires) et se traduisent par le développement de nouvelles compétences métallurgiques et l’apparition de villages fortifiés ; il y a probablement syncrétisme entre des apports nouveaux venus du nord (Pannonie), avec ou sans migration, et des populations installées depuis longtemps dans les vallées intérieures des collines karstiques du piémont balkanique.

fig 1

Pendentifs du premier âge du Fer (VII-VIe s.), composés de figurines plates en bronze coulé représentant des femmes au corps triangulaire et à la tête en forme de demi-lune.

Considérés comme un « ethnos », mais sans doute plus proches d’une confédération de tribus reliées par une culture matérielle et des pratiques communes, sans structure étatique globale, les Iapodes resteront indépendants durant tout l’âge du Fer, jusqu’à leur assujettissement par Octavien, futur Auguste, en 35 av. J.-C., puis leur intégration dans l’Empire naissant.

fig. 2

Fibule du premier âge du Fer (V-IVe s.), composée de deux disques gravés, imitations d’un fil enroulé en spirale, reliés par une plaque imitant un »huit ».

Placées au débouché de la route de l’ambre baltique alimentant, à l’âge du Fer, les cultures méditerranéennes (via la Vistule, l’Oder et le Danube, puis les reliefs modérés de la Slovénie actuelle), les Iapodes ont su tirer profit de cette situation stratégique. Les revenus sans doute générés par leur rôle de « portiers de l’ambre » et leur accès privilégié à cette matière première fossile recherchée ont donné naissance à un artisanat que les archéologues redécouvrent : bijoux et pièces d’ornement en bronze ou verre et multiples déclinaisons du travail de l’ambre lui-même.

  À ce stade – peuple improbable, traces fugaces, recherches encore embryonnaires –, tu te demandes sans doute, cher lecteur, si tout cela justifiait vraiment que l’exposition fût classée « d’intérêt national » par le ministère de la Culture… La réponse tient en peu de mots : beauté, découverte, Europe, innovation.

 Les Iapodes, une culture… d’aujourd’hui

 Pour un non-spécialiste de l’âge du Fer – ce que je suis –, la beauté et l’impact sur le visiteur des quelque 150 pièces présentées à Lattes sont époustouflants. Si l’on se souvient qu’elles sont pour la première fois montrées au public dans un musée en tant qu’ensemble cohérent, leur découverte à coup sûr vaut le déplacement. Ce n’est pas tant la richesse de la matière (on n’est pas à L’Or des Scythes) que la sophistication et la puissance expressive des formes et du travail des orfèvres qui forcent l’admiration. « Design » est le mot qui vient à l’esprit pour qualifier la modernité de certaines pièces.

On pourra bien sûr regretter le concept un peu daté d’« exposition d’objets », dont l’accompagnement documentaire souffre de l’état encore incertain de la « science des Iapodes » ; mais on pourra aussi, sans arrière-pensée, se laisser aller au plaisir des yeux…

Vue d’ambiance de la scénographie, sur fond de collier d’ambre processionnel.

Vue d’ambiance de la scénographie, sur fond de collier d’ambre processionnel.

 Archéologie de l’âge du Fer en Europe

 Les Iapodes partagent avec les Ibères et les Gaulois le fait de n’avoir longtemps été connus (si peu) que par les textes de leurs voisins, à l’occasion ennemis. Leur rayonnement, leurs cultures successives, mais aussi leur diversité nous ont été en grande partie masqués par le filtre des auteurs antiques. L’archéologie, en particulier durant les dernières décennies, a permis aux scientifiques de changer, petit à petit, le regard que peuvent porter les citoyens sur ce passé qui est aussi, et parfois surtout, le leur.

Un projet soutenu et financé par le programme Culture de l’Union européenne : « Archéologie et cultures de l’Âge du Fer en Europe », vise à poursuivre cette démarche.  Conçu et monté par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes, porté par le CNRS, le projet innove en renouvelant en profondeur l’association des trois principaux modes de médiation : l’exposition, le numérique et… le facteur humain. La première étape consiste à organiser trois expositions, en France  (Lattes) jusqu’au 8 septembre, en Catalogne (Gijon) à partir du 3 octobre, enfin en Croatie (Zagreb) à partir de février 2015, sur les civilisations iapode et ibère ; elles sont conçues en collaboration par les équipes du musée Henri-Prades, du Musée archéologique de Zagreb et des musées d’Archéologie de Catalogne (Agence catalane du patrimoine) ; elles portent et développent à l’échelle européenne cette démarche et ces connaissances afin que ce patrimoine puisse être partagé le plus largement possible.

 Archéologie numérique : l’âge du « faire »

 Fortement investis dans le transfert des résultats de la recherche, les participants au projet ont aussi pour ambition d’élaborer ensemble une palette d’outils de médiation autour de cette période de l’âge du Fer. Les œuvres exposées et, au-delà, celles des sites archéologiques de Lattara (Gaulois), Ullastret (Ibères) et Segestica (Iapodes) voyageront aussi virtuellement, puisqu’elles nourriront la conception et le développement d’un simulateur d’archéologie. Cet outil de médiation de la collection Truelles & Pixels permet d’expérimenter la conduite d’une mission archéologique sur un terrain virtuel créé à partir d’éléments réels. Les trois sites seront ainsi « traduits » en terrain virtuel avec leurs propres structures et artefacts. Des dispositifs sur tablette tactile, liés au simulateur, sont intégrés aux expositions, faisant ainsi le lien entre le musée, l’exposition et le « jeu ».

Enfin, par l’entremise du simulateur, des scientifiques et de simples passionnés seront invités à franchir les frontières pour accompagner ou rejoindre les œuvres en circulation et visiter les sites originels de leur découverte.

 La première phase de ce programme ambitieux – vivre l’expérience de l’archéologie – se découvre à Lattes actuellement, et ce n’est pas la moindre des raisons d’aller voir l’exposition.

Le simulateur d’archéologie de Truelles & Pixels.

Le simulateur d’archéologie de Truelles & Pixels.

 Archéologie numérique : l’âge du « faire-savoir »

 Les lecteurs assidus de ce blog se souviennent que la collection Truelles & Pixels y a déjà fait l’objet d’une présentation : ce programme de valorisation de l’archéologie est porté par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux et par le laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes. Le simulateur d’archéologie en est le projet le plus avancé. Ses partenaires et financeurs : le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut pour les sciences sociales du CNRS, les Investissements d’Avenir via le Labex ARCHIMEDE programme IA- ANR-11-LABX-0032-01, enfin l’Union européenne, ont tenu à souligner, soit en préface du remarquable catalogue de l’exposition, soit dans le discours de leurs représentants lors de l’inauguration – dont Françoise Le Mort pour l’InSHS –, les espoirs qu’ils plaçaient dans la généralisation de son usage par les sites et musées d’archéologie.

  La Maire-adjointe de Zagreb elle-même a fait aux organisateurs, rouges d’émotion, le plaisir de les remercier, et en Croate, s’il vous plaît, d’avoir associé la modernité la plus « hype » à la culture iapode de l’âge du Fer. Cela seul valait le détour !

La directrice du Musée archéologique de Zagreb, Jacqueline Balen, et la directrice adjointe scientifique de l’InSHS, Françoise Le Mort, pendant le discours d’ouverture du directeur du musée Henri-Prades, Lionel Pernet.

La directrice du Musée archéologique de Zagreb, Jacqueline Balen, et la directrice adjointe scientifique de l’InSHS, Françoise Le Mort, pendant le discours d’ouverture du directeur du musée Henri-Prades, Lionel Pernet.

Françoise Le Mort et Jean Pierre Girard, coordonateur du programme Truelles & Pixels, devant la carte du territoire des Iapodes.

Françoise Le Mort et Jean Pierre Girard, coordinateur du programme Truelles & Pixels, devant la carte du territoire des Iapodes.

Pour en savoir plus

L. Bakarić (dir.) Les Iapodes, peuple méconnu – Collections du Musée archéologique de Zagreb, Silvana Editoriale, Milan, 2014.

L’auteur :
Jean-Pierre Girard est chargé de projet « Truelles et Pixels ».
Spécialiste de l’édition et la valorisation numérique.
USR 3439, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Girard J.-P., Les Iapodes, de l’ambre à la lumière, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 17 mai 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2865

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *