Le plomb, traceur de l’histoire de la Rome antique

Un demi-siècle après que le saturnisme a été désigné comme le responsable de la chute de l’Empire romain, une salve de publications visant à réfuter cette idée mit un terme à cette théorie dès les années 1970. Même si aujourd’hui le plomb n’est donc plus considéré comme le principal coupable de la décadence de la civilisation romaine, sa présence dans le système de distribution de l’eau se dresse toujours comme un problème majeur de santé publique. En effet, nous ignorons toujours dans quelle mesure le gigantesque réseau de tuyaux de plomb (fistules) de la Rome antique a pu compromettre la santé publique des romains au cours des siècles.

Fistules de plomb

Echantillons de fistules de plomb

Pour remédier à ces lacunes, une équipe pluridisciplinaire de Lyon s’est attachée à mesurer les concentrations et les isotopes du plomb dans les archives sédimentaires du bassin portuaire de Trajan (Portus) et du Tibre (le fleuve de Rome), ainsi que sur des échantillons de tuyaux de plomb (fistules) issus de canalisations de la Rome antique.

Les résultats de cette étude ont révélé la présence d’une forte contamination au plomb d’origine humaine dans les eaux du Tibre durant le Haut-Empire romain et le Haut Moyen Âge (figure 1). Il est possible de démontrer par cet outil que cette pollution au plomb des eaux du fleuve provient des fistules de Rome et que ces dernières ont multiplié par deux les teneurs en plomb par rapport à celles naturellement présentes dans les eaux du Tibre. En effet, la figure 1 montre que les échantillons des carottes sédimentaires sont issus d’un mélange plus ou moins important entre les composantes anthropogénique et naturelle selon les périodes historiques considérées en raison de leur alignement (aussi appelé « droite de mélange »).

Fig. 1 : Graphique opposant les paramètres géologiques Tmod (âge modèle du Pb en millions d’années) et к (kappa : 232Th/238U), calculés à partir des analyses isotopiques du plomb sur les échantillons de carottes sédimentaires (TR 14 et CN 1) et de fistules.

Fig. 1 : Graphique opposant les paramètres géologiques Tmod (âge modèle du Pb en millions d’années) et к (kappa : 232Th/238U), calculés à partir des analyses isotopiques du plomb sur les échantillons de carottes sédimentaires (TR 14 et CN 1) et de fistules.

Alors que cette augmentation atteste incontestablement d’une pollution au plomb de l’eau, ces niveaux ne sont pas susceptibles d’avoir représenté un risque majeur pour la santé de la population de Rome. La persistance de ce plomb provenant des principaux sites plombifères de l’Empire (le massif de la Sierra Morena en Espagne, le Sud-Est du Massif central en France, le massif d’Eifel en Allemagne et le massif des Pennines en Angleterre) dans les sédiments qui transitent au fond du lit actuel du Tibre (figure 1) indique que des siècles de contamination laissent une empreinte durable sur les sédiments fluviaux.

L’une des découvertes les plus significative de l’étude montre que les discontinuités du signal isotopique du plomb au cours du temps se sont manifestées lors des principaux événements historiques ayant affecté la période romaine (figure 1). En d’autres termes, il a été possible de détecter par les isotopes du plomb le signal de l’apogée de l’Empire romain au Haut-Empire (100-250 apr. J.-C.), puis des premiers troubles du Bas-Empire (250-500 apr. J.-C.), suivis des guerres gothiques du Haut Moyen-Âge (500-800 apr. j.-C.) et enfin des raids sarrasins du 9e s. ap. J.-C. L’origine géologique des minerais de plomb contenus dans les canalisations a pu être tracée par les scientifiques. Les résultats soutiennent l’importance de l’exploitation des mines d’Europe occidentale durant le Haut-Empire romain (figure 2).

Fig. 2 : Carte de l’Europe présentant les sources possibles d’approvisionnement en minerais de Pb pour la fabrication des fistules d’après la requête effectuée dans notre base de données des isotopes du Pb (n ~ 6000 échantillons). Le code couleur renvoie au degré de confiance accordé aux pixels identifiés pour lesquels la probabilité est la plus forte à mesure que les couleurs sont plus chaudes.

Fig. 2 : Carte de l’Europe présentant les sources possibles d’approvisionnement en minerais de Pb pour la fabrication des fistules d’après la requête effectuée dans notre base de données des isotopes du Pb (n ~ 6000 échantillons). Le code couleur renvoie au degré de confiance accordé aux pixels identifiés pour lesquels la probabilité est la plus forte à mesure que les couleurs sont plus chaudes.

Alors que les sources écrites font parfois défaut concernant certains paramètres socio-économiques indispensables aux études historiques, l’analyse des isotopes du plomb dans des archives environnementales témoigne de la robustesse de cet outil dans les recherches impliquant des champs disciplinaires divers et variés.

Bibliographie

Delile H., Blichert-Toft J., Goiran J.-P., Keay S., and Albarède F., 2014. Lead in ancient Rome’s city waters, Proc. Natl. Acad. Sci. (PNAS), in press.

Remerciements

Ces travaux ont bénéficié du soutien logistique de la Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Roma (e sede di Ostia Antica), de l’École Française de Rome, de la British School at Rome, du Portus Project, du programme ANR Jeune Chercheur POLTEVERE, des programmes AIR Archéométrie (CNRS – INSHS/INEE) et Homere et enfin du programme ARTEMIS.

L’auteur :

Hugo Delile est doctorant en géoarchéologie à l’Université Lumière Lyon 2 et il est rattaché au laboratoire Environnement, Ville, Société (UMR 5600, IRG) et au laboratoire  de Géologie de Lyon-Terre, Planète, Environnement (UMR 5276, ENS Lyon). Ses travaux de doctorat sont encadrés par :

– Jean-Paul Bravard (Directeur, Université Lyon 2, géographe) ;

– Janne Blichert-Toft (co-Directeur, École Normale Supérieure de Lyon, laboratoire de Géologie de Lyon, géochimiste) ;

– Jean-Philippe Goiran (encadrement scientifique, Université Lyon 2, Archéorient, géoarchéologue) ;

– Francis Albarède (encadrement scientifique, École Normale Supérieure, laboratoire de Géologie de Lyon, géochimiste).

Pour citer ce billet : Hugo Delile. Le plomb, traceur de l’histoire de la Rome antique, ArchéOrient - Le Blog, 27 avril 2014, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/2779


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *