Mission archéologique franco-azerbaïdjanaise de la vallée du Lenkoran, république d’Azerbaïdjan

Fig. 1 : Carte générale de localisation. ©Mission du Lenkoran

Fig. 1 : Carte générale de localisation. ©Mission du Lenkoran
(cliquer pour agrandir)

La mission archéologique du Lenkoran, créée en 2012 par le MAEE, est dirigée par Michèle Casanova (université Lyon 2, UMR 5133 Archéorient, CNRS) et Abuzar Alakbarov (Institut d’archéologie et d’ethnographie, Académie nationale des sciences d’Azerbaïdjan). Elle est consacrée à l’étude des sociétés de l’âge du Bronze et du Fer de la vallée du Lenkoran en république d’Azerbaïdjan.

La vallée du Lenkoran  traverse les provinces de Lenkoran et de Lerik, au cœur du Talyche, près de la frontière avec l’Iran (fig. 1). Nous avons décidé de reprendre des investigations dans cette région, dans la mesure où Jacques de Morgan, durant son exploration de 1890, avait découvert des nécropoles avec un riche mobilier.

 Objectifs

Fig. 2 : Haute vallée de la Lakerçay. ©Mission du Lenkoran

Fig. 2 : Haute vallée de la Lakerçay. ©Mission du Lenkoran

Ce projet a pour but de préciser la séquence d’occupation de la vallée du Lenkoran durant la transition entre l’âge du Bronze récent et le début de l’âge du Fer, de connaître les pratiques funéraires et l’architecture mégalithique, de distinguer les caractéristiques des nécropoles implantées en zone montagneuse de celles installées à plus basse altitude dans les vallées (fig. 2). Il s’agit par ailleurs de restituer aux objets anciennement découverts un contexte typo-chronologique le plus précis possible et d’approfondir la connaissance des interactions culturelles entre les pays du Caucase, l’Iran et l’Anatolie.

 Les pratiques funéraires dans les régions du Lerik et du Lenkoran (partie du Talyche anciennement russe) 

En 1874, la création en France de la Commission des voyages et des missions scientifiques et littéraires du ministère de l’Instruction publique favorise les explorations et en particulier celles de la chaîne caucasienne.  Ingénieur des mines à l’origine, Jacques de Morgan en bénéficie et passe rapidement à l’archéologie.

En juin 1889, il entame son grand projet d’exploration de l’Asie antérieure qui durera deux ans. Il explore en détail des régions très peu connues de la Perse, le Louristan, les montagnes des Bakhtyaris. Il poursuit ses recherches vers le sud de la Caspienne et visite le Ghilan, le Mazandaran et l’Azerbaïdjan persan. Puis, passant la frontière entre l’Iran et la Russie d’alors,  il entreprend l’étude approfondie du Lenkoran et fait fouiller plus de très nombreuses sépultures entre avril et juin 1890. La publication sera rapidement réalisée et le matériel archéologique donné au MAN. Malgré leurs imprécisions et leur chronologie inexacte, les travaux publiés par Jacques de Morgan nous renseignent sur  des nécropoles et des régions très mal connues à l’époque, en particulier sur  la typologie des sépultures.

 Les monuments funéraires

Fig. 3 : sépulture 3 de la nécropole de Djönü (d'après MORGAN J. de 1896).

Fig. 3 : sépulture 3 de la nécropole de Djönü (d’après MORGAN J. de 1896).

Les tombes les plus anciennes, remontant à l’âge du Bronze, présentent diverses formes. La plus caractéristique est un grand dolmen bâti à l’aide de gros blocs dressés sur les côtés (orthostates) et recouverts de larges dalles formant la couverture du monument. Celui-ci est entouré d’un cercle de grosses pierres, non jointives, destinées à retenir la terre du tumulus qui le recouvrait. La sépulture 3 de la nécropole haute de Djönü est un bel exemple de ce type d’inhumation (fig. 3).

Un second type de tombe assez semblable est également composé de gros matériaux, mais la chambre mégalithique est moins grande que dans les monuments précédents. Les dalles de couverture reposent aussi sur de grandes pierres plates posées de chant mais l’ajustement des diverses parties du monument semble plus précis. Les pierres du cercle périmétrique sont plus petites et jointives.

On trouve enfin un troisième type de tombe monumentale où les parois verticales de la chambre funéraire sont bâties en matériaux de petites dimensions et soigneusement appareillées. Ce type de monument, dont les dimensions sont très variables, abrite en général des tombes à deux chambres et des galeries couvertes. Le mur appareillé est souvent semi-enterré dans une fosse aménagée à cet effet et la dalle de couverture est donc située au niveau du sol.

À l’âge du Fer, un nouveau type de tombe apparaît. Il s’agit d’un simple tumulus de moellons recouvrant le défunt et son mobilier funéraire. Ces tombes peuvent contenir un ou plusieurs individus. On ne sait rien des structures d’habitation correspondant à la période de ces nécropoles.

 Les pratiques funéraires liées à ces nécropoles

Pour la période la plus ancienne, le défunt était déposé dans la tombe avec ses objets usuels et ses armes mais aussi paré de bijoux. Dans la plupart des sépultures, le mort était en position de décubitus latéral avec les mains au niveau du visage. Cette posture du cadavre est attestée aussi bien dans les grandes tombes que dans les sépultures de taille plus réduite. Quelle que soit la dimension de la sépulture, il est extrêmement rare que ces sépultures ne renferment qu’un seul individu. Les squelettes sont même souvent très nombreux au sein des grandes tombes mégalithiques.

La plupart du temps, les vases sont retrouvés entiers et les parures toujours en connexion avec les cadavres. Les seules perturbations constatées proviennent du pillage éventuel ou de la réoccupation de certains monuments à l’âge du Fer.

On aurait donc le plus souvent affaire à des sépultures multiples avec quelques exemples de sépultures collectives. La structure même de ces tombes mégalithiques montre qu’elles étaient construites dans l’intention d’être définitivement fermées. En effet, ces monuments sont dépourvus d’une galerie d’accès ou d’une ouverture quelconque aménagée dans les parois de la chambre funéraire et sont recouverts d’un important tumulus.

Le type de tombe le plus récent, abrité sous un tumulus de moellons et remontant à l’âge du Fer, ne renferme plus autant d’individus que les grandes sépultures mégalithiques antérieures. Mais il peut néanmoins contenir un ou plusieurs squelettes.

Pendant cette période, les grandes tombes mégalithiques sont également réoccupées. Une entrée est ainsi aménagée dans la chambre funéraire alors fortement perturbée, puis réutilisée comme sépulture collective. Les corps des défunts sont déposés successivement, comme le montre le désordre dans lequel sont retrouvés les ossements et les mobiliers funéraires. Aussi bien dans les sépultures sous tumulus de pierre que dans les tombes mégalithiques réoccupées, les défunts ont été déposés en position allongée, accroupie ou en décubitus latéral.

 Prospections et étude dans la vallée de la Lakerçay et de la Vériçay (province du Lerik)

Des prospections, des sondages et des fouilles dans la vallée de la Lakerçay (affluent du Lenkoran) et dans la vallée voisine de la Vériçay ont pour but de réaliser une carte archéologique des sites et de reconstituer l’organisation spatiale du bassin du Lenkoran durant la transition Bronze récent – Fer ancien (fig. 4).

Fig. 4 : Haute vallée de la Lakerçay. ©Mission du Lenkoran

Fig. 4 : Haute vallée de la Lakerçay. ©Mission du Lenkoran

Fig. 5 : Fig. 7 : la rivière Lakerçay à Kravéladi. ©Mission du Lenkoran

Fig. 5 : la rivière Lakerçay à Kravéladi. ©Mission du Lenkoran

En juillet 2013, les prospections entreprises dans le bassin de la Lakerçay (fig. 5) à Kravéladi (270 m), à Hovil et à Hamarat (1150 m) et à çonu (1700-1800 m) ont permis de localiser des tombes qui sont installées parfois à flanc de montagne sur une forte pente. Une autre prospection a été conduite dans la vallée de la Vériçay sur le site de Véri (1500 m), en partant de Hamarat. Nous avons dû gravir en véhicule 4X4 des chemins escarpés et sinueux sur des pistes caillouteuses qui zigzaguent à travers la montagne (fig. 6). Le chemin menant à Çonu passe carrément sur le rocher, aussi nous avons dû louer les services d’un villageois de Hamarat car il n’était pas possible de franchir cette route avec notre véhicule (fig. 7). Nous avons pu passer à flanc de rocher, mais nous avons été bien secoués dans l’habitacle. Le reste de la prospection était pédestre.

Fig. 6 : Chemin sur le rocher vers Çonu. ©Mission du Lenkoran

Fig. 6 : Chemin sur le rocher vers Çonu. ©Mission du Lenkoran

Fig. 7 : Traversée de la Lakerçay. ©Mission du Lenkoran

Fig. 7 : Traversée de la Lakerçay. ©Mission du Lenkoran

À Çonu, Véri et Tulu, les nécropoles ont été implantées dans une situation permettant une vision panoramique sur les montagnes environnantes.

L’architecture des tombes mégalithiques et le mobilier mis au jour sont caractéristiques de la transition entre l’âge du Bronze récent et le premier âge du Fer dans cette région du Caucase et dans le nord de l’Iran.

Lors de ces  missions de prospection, les sites anciennement repérés qui ont été retrouvés ont été géo-localisés.  Des renseignements collectés auprès de la population locale en vue de recoupements avec les documents anciens ont également permis de relever quelques anomalies sur la carte de Jacques de Morgan (1896) concernant la localisation de certains sites et de certains cours d’eau. Ainsi, le site de Hamarat, signalé dans la vallée de la Veriçay sur la carte de Morgan, se trouve en réalité dans la vallée de la Lakerçay. De même, Morgan note la Veriçay comme un affluent de la Lakerçay alors que toutes deux se jettent dans le Lenkoran. Les relevés de terrain des structures archéologiques et des caractéristiques géomorphologiques du milieu naturel ont abouti à la création du SIG Lenkoran.

 Kravéladi (province de Lerik)

Durant la campagne de 2013, l’exploration de la nécropole de Kravéladi, située à environ 25 km à l’ouest de la ville de Lenkoran, dans la vallée de la Lakerçay, a pu être achevée. Les campagnes de 2012 et 2013 à Kravéladi ont fourni l’occasion d’étudier les différents types de structures mégalithiques (tumulus, dolmens, tombes à ciste, etc.). En 2013, les efforts ont porté sur le secteur de Kravéladi IV (alt. 257 m), en fouillant d’abord un grand tumulus dont l’exploration avait commencé en 2012, puis en repérant les structures mégalithiques le long de la rivière, et enfin en réalisant une étude géomorphologique de la terrasse alluviale.

Les coupes géomorphologiques ont permis de constater que l’implantation des structures archéologiques suit la morphologie de la haute terrasse alluviale.

Fig. 8 : Kravéladi IV : le grand tumulus. ©Mission du Lenkoran

Fig. 8 : Kravéladi IV : le grand tumulus. ©Mission du Lenkoran

Fig. 9 : Kravéladi IV : le grand tumulus à la fin de la fouille. ©Mission du Lenkoran

Fig. 9 : Kravéladi IV : le grand tumulus à la fin de la fouille. ©Mission du Lenkoran

Le grand tumulus a été dégagé (fig. 8) ; il abritait deux chambres funéraires. La première consiste en un dolmen à chambre quadrangulaire (environ 5 m de long). Les parois de la structure sont construites en blocs aménagés et la couverture est constituée de grandes dalles d’environ 2 m de longueur (fig. 9).

La deuxième tombe mégalithique sous le même tumulus est plus petite.

Au niveau du sol originel du dolmen, nous avons mis au jour les fragments d’un petit bol tripode en terre cuite orange, d’un type connu dans les nécropoles du début de l’âge du Fer de la région et notamment à çonu, qui a livré de nombreux exemples de pots ou de vases zoomorphes façonnés dans cette argile orange. Cette céramique a été retrouvée accompagnée d’éléments d’armement largement répandus au premier âge du Fer dans les nécropoles de la région de la vallée du Lenkoran. Ces découvertes permettent donc de dater l’aménagement de ces deux sépultures mégalithiques du premier âge du Fer.

 Les collections archéologiques

Dans la perspective du montage d’une exposition internationale consacrée aux cultures de la transition entre l’âge du Bronze récent et l’âge du Fer du Lenkoran, envisagée dans le cadre d’une coopération entre le musée d’Archéologie nationale (Saint-Germain-en-Laye), le musée national d’Histoire d’Azerbaïdjan et l’Institut d’archéologie et d’ethnographie d’Azerbaïdjan (Bakou), un état des lieux des collections archéologiques dans les musées locaux a été entrepris pendant l’été 2013 à Bakou ainsi qu’à Astara et à Lenkoran. L’équipe du Musée national d’Histoire d’Azerbaïdjan nous a facilité l’accès à la collection archéologique, tant exposée que conservée en réserve. Nous avons pu ainsi étudier quelques 250 objets et lots d’objets provenant des sites de Dolanlar, Xocali, Seki, Uzun Tepe, Xoshbulag et surtout Mingechevir. Ces objets ont été mesurés, photographiés et décrits dans la base de données conçue pour être intégrée dans la version finale du SIG Lenkoran. Ce matériel servira de terme de comparaison pour l’étude du mobilier archéologique conservé ailleurs ou susceptible d’être découvert lors des prochaines campagnes de terrain dans la vallée du Lenkoran.

L’équipe en 2013

Michèle CASANOVA, Fatih OZTURK, Shadi SHABO (Université de Lyon 2, UMR 5133 Archéorient), Christine LORRE (Musée d’Archéologie Nationale, UMR 7041 ARSCAN-VEPMO, Nanterre), Mathias HAZE (Université de Paris 1, UMR 7041 ARSCAN-VEPMO, Nanterre), Nicolas GAILHARD (Université Technique d’Istanbul, UMR 7041 ARSCAN-VEPMO, Nanterre), Martin SAUVAGE (USR 3225 Société Préhistorique Française, Nanterre), Marc-Antoine VELLA (UMR 7619 SISYPHE, Université Paris 6), Abuzar ALAKBAROV et Taleh ALIYEV (Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Académie Nationale des Sciences d’Azerbaïdjan, Bakou).

L’auteur

Michèle Casanova est professeur à l’Université Lumière-Lyon 2.
Archéologue, spécialiste du Proche et Moyen-Orient (Iran).
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Michèle Casanova. Mission archéologique franco-azerbaïdjanaise de la vallée du Lenkoran, république d’Azerbaïdjan, ArchéOrient - Le Blog, 11 avril 2014, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2715


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *