Sauver le patrimoine archéologique et culturel syrien

Logo PatrimoineDanger_1Printemps 2011. Suite aux premières manifestations dans la ville de Deraa, au sud de Damas, la mosquée el-Omari est bombardée à l’artillerie lourde pour déloger les manifestants qui y avaient trouvé refuge. Ainsi, dès le début du conflit, le patrimoine syrien est touché par les combats qui continuent aujourd’hui à déchirer le pays. Nos collègues syriens, archéologues et étudiants, ont conscience que les monuments historiques et les sites archéologiques ne seront pas épargnés. C’est pourquoi dès l’été 2011, des archéologues syriens résidant en France créent le collectif « Patrimoine archéologique syrien en danger ». Leur premier objectif est de faire connaître au grand public les dommages subis, les destructions, pillages et trafics qui deviennent rapidement inquiétants car la situation chaotique du pays favorise le commerce illégal d’antiquités. Les Syriens rassemblés dans ce collectif ont aussi en mémoire la révolte de Hama, au début des années 80, au cours de laquelle la plus grande partie de la vieille ville a disparu sous les bombardements, dans l’ignorance quasi générale de la communauté internationale. Aujourd’hui, si la difficulté d’empêcher ce type de destruction reste la même, la situation est légèrement différente : internet est un puissant outil de diffusion et les témoignages d’amis et de collègues affluent depuis la Syrie. Ce vaste réseau joue un rôle essentiel pour notre connaissance de la situation ; la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie publie elle aussi en ligne des rapports sur les dommages subis. Les vidéos et photos postées sur internet permettent de suivre, souvent presque en temps réel, la situation sur le terrain ; elles montrent aussi des lots d’objets ou de mosaïques issus des fouilles clandestines, parfois avant leur sortie du pays, ce qui permet de mieux les tracer et les repérer à la frontière. C’est cette masse d’information que le collectif se charge de traiter et classer. Les informations les plus importantes sont diffusées publiquement ; le reste vient alimenter une base de données sur l’état des monuments et des sites, destinée aux institutions locales et internationales qui seront impliquée dans le long travail de réhabilitation après la fin du conflit. Il leur faut parfois trier le vrai du faux : des chargements d’antiquités interceptés aux frontières contiennent parfois des faux et certaines photos diffusées sur internet comme le résultat de scènes de pillage s’avèrent être en fait des photos… de fouilles archéologiques !

Bustes de Palmyre interceptés par la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie.

Bustes de Palmyre interceptés par la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie.

Pillage en cours d'une moqaïque d'Apamée de l'Oronte. ce genre de photo est diffusée sur internet par les trafiquants afin de prouver l'authenticité des antiquités mises en vente.

Pillage en cours d’une mosaïque d’Apamée de l’Oronte. Ce genre de photo est diffusée sur internet par les trafiquants afin de prouver l’authenticité des antiquités mises en vente.

 Au fil des mois, alertes, rapports et analyses s’accumulent rapidement sur la page Facebook du collectif (leur premier rapport, un état des lieux général, a été publié au printemps 2012 – en trois langues, arabe, français et anglais – sur le site internet de Euromed Heritage, dans l’onglet intitulé « Syrian archaeological heritage is in danger »). Avec le conflit qui dure, d’autres mesures sont nécessaires : le collectif entre dans une deuxième phase et commence alors à monter des dossiers répertoriant les dégâts subis sur les différents sites et monuments. Ils prennent contact avec les missions archéologiques internationales qui ont travaillé en Syrie : cette collaboration est essentielle pour établir des listes d’objets issus des fouilles et susceptibles d’être dérobés dans les dépôts archéologiques afin de traiter le plus en amont possible le problème du trafic (cf. l’appel adressé aux archéologues travaillant en Syrie du 21 juillet 2012). Ils contactent aussi des spécialistes dont l’expertise est nécessaire pour identifier les objets saisis. Depuis 2012, ils collaborent avec l’UNESCO (une conférence intitulée « Le patrimoine archéologique syrien en danger : essai d’établir un état des lieux provisoire » a été donnée à l’Unesco en 13 juin 2012), l’ICOMOS, Interpol et l’ICOM avec qui ils participent à l’établissement de la Liste rouge des biens culturels syriens en péril, publiée en septembre 2013. Étant donnée la situation à l’intérieur de la Syrie, seul le trafic d’antiquités hors de ses frontières peut en effet faire l’objet d’une lutte efficace qu’il faut encourager et développer. Le trafic emprunte les chemins « traditionnels », par le Liban pour la voie terrestre et par les ports de Lattaquié pour la voie maritime. Le trafic via la Turquie semble aussi se développer et, dans une moindre mesure, via la Jordanie et l’Irak. Le marché est malheureusement florissant et les trafiquants agissent parfois au grand jour : des monnaies d’Apamée de l’Oronte ont ainsi fait l’objet d’enchères sur internet. Depuis 2012, la situation sur le terrain est devenue incontrôlable et le patrimoine pèse peu dans le drame que vit la Syrie aujourd’hui.

Apamée de l'Oronte en 2001 ©GoogleEarth

Apamée de l’Oronte en 2011. ©GoogleEarth

En 2012, le site est saccagé par des milliers de fouilles clandestines.

En 2012, le site est saccagé par des milliers de fouilles clandestines. ©GoogleEarth

Lorsque la photo Google Earth au-dessus d’Apamée de l’Oronte est actualisée, nous découvrons, atterrés, le pillage systématique dont le site a été victime. Mais là-bas aussi, au cœur du conflit, des hommes tentent de sauver ce qu’ils peuvent de leur patrimoine et cachent les objets et les collections des musées menacés avec une détermination et une obstination admirables, comme par exemple le « Gardien d’Alep » (Filiu 2013). Depuis la création du collectif, d’autres initiatives sont nées, pour témoigner encore, lutter contre le trafic et essayer de conserver ce que l’on peut de cette histoire qui disparaît dans la guerre.

Destruction du minaret de la mosquée el Omari à Deraa.

Destruction du minaret de la mosquée el Omari à Deraa.

Le 12 avril 2013, le minaret de la mosquée el-Omari s’est effondré sous un tir d’obus. Le monument qui avait suscité la création de ce collectif n’existe plus. Peut-on parler de « mission impossible » pour tous ceux qui, en Syrie et à travers le monde, tentent d’aider à la sauvegarde du patrimoine syrien ? Le travail du collectif montre que non, que cette lutte permanente limite le trafic, et que le pire serait de ne rien faire, de ne rien tenter. Face au drame syrien, chacun essaie d’agir là où il lui semble pouvoir être utile en attendant que la paix revienne. Les membres du collectif, comme nous tous, l’espèrent la plus rapide possible et s’y préparent car, au-delà de tout ce qu’il y aura à reconstruire en infrastructures, la population syrienne aura aussi besoin de son histoire pour retrouver son unité et sa culture qui depuis des siècles rayonne au Proche-Orient et au-delà.

Pour en savoir plus :

De nombreux articles sont parus sur les dégradations et les destructions subies par le patrimoine syrien : j’en mentionne un relativement récent paru dans la revue XXI et qui relate l’histoire d’un jeune collègue qui se bat pour préserver le patrimoine d’Alep :

Filiu J.-P. 2013. Le gardien d’Alep, XXI, 24, 88-101.

Une interview de l’auteur de l’article est disponible à l’adresse suivante :

http://www.revue21.fr/Le-gardien-d-Alep,1240

Durant des périodes de conflit, beaucoup de pays ont été confrontés à la destruction de leur patrimoine, et chaque fois, des femmes et des hommes ont été là pour tenter de sauver les trésors de l’histoire de leur pays. En publiant les mémoires de Pierre Schommer, les éditions du CTHS viennent de nous rappeler que ce fut le cas en France durant la deuxième guerre mondiale. Pierre Schommer  joua un rôle majeur dans la protection des monuments et des collections des musées et ses carnets nous livrent un témoignage vivant et détaillé qui montre la volonté de ces « gardiens » et les risques pris pour préserver notre mémoire :

Schommer P. 2014. Il faut sauver la Joconde !, Éditions du CTHS, Paris.

L’auteur :
Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS.
Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Benech C., Sauver le patrimoine archéologique et culturel syrien, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 21 mars 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2572


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sophie Cluzan dit :

    Votre article montre bien le parcours magistral du groupe auquel vous consacrez vos lignes : le Patrimoine syrien en danger

    Notre souci étant, comme l’indique votre titre, de sauver le patrimoine syrien en danger, ne pourrions-nous ajouter ce que font d’autres groupes de travail ? En effet, documenter les dommages, en appeler à la conscience générale et préparer des dossiers est une ligne suivie par plusieurs regroupements et leurs résultats sont complémentaires et viennent augmenter ceux de la DGAMS.

    D’autre part, parce qu’il faut agir dès à présent et préparer l’avenir, d’autres groupes travaillent dans ces directions, en menant notamment des actions directes sur le terrain et des formations de Syriens de l’intérieur qui apprennent les gestes et actions possibles pour la sauvegarde des biens culturels et historiques.

    • Christophe Benech dit :

      Comme je l’ai mentionné à la fin de mon billet, il existe en effet plusieurs collectifs, associations ou groupes qui agissent pour sauver le patrimoine syrien, à l’intérieur ou à l’extérieur de la Syrie. Mon objectif dans ce texte est de témoigner de l’action de l’un d’entre eux – tout en montrant qu’il constitue un maillon d’un réseau plus vaste et solidaire – et pas de recenser l’ensemble des actions menées en France, en Syrie ou dans d’autres pays.
      Si vous connaissez un article qui a effectué ce travail de synthèse, vous pouvez en indiquer la référence et/ou le lien électronique en commentaire.

  1. 31 mars 2014

    […] 21/03/2014Printemps 2011. Suite aux premières manifestations dans la ville de Deraa, au sud de Damas, la mosquée el-Omari est bombardée à…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *