Reconstitution 3D - Dialogue entre l’archéologue et l’infographiste – une expérience

30 novembre 2012
Par

La récente reconstitution en 3D de l’ensemble du site de Pasargades en Iran est une expérience intéressante pour les archéologues. L’infographie est dirigée par un documentariste et auteur de films éducatifs iraniens, produisant un film en DVD avec des reconstitutions animées de personnages et un album très illustré, accompagné de courts textes. Il s’agit donc d’une demande extérieure au milieu académique, de la part d’un médiateur s’adressant à un large public, avant tout iranien, en Iran et dans le monde anglo-saxon (versions en persan et en anglais). Cette production est sa troisième, après, entre autres, un Persepolis recreated (2004) vendu à 35 000 exemplaires, pour lequel historiens et archéologues internationaux avaient déjà été sollicités.

Des questions préalables doivent être posées au producteur:

-Pourquoi ? En général, la demande à l’archéologue relève du désir d’approcher la réalité (des résultats). Pour cela, la demande peut être à différents niveaux : il peut s’agir d’obtenir une documentation facile à exploiter et répondant à quelques problèmes précis rencontrés lors de la reconstitution 3D ou bien c’est une demande plus forte avec beaucoup de questions, à caractère général ou de détail ; ou en plus obtenir une caution scientifique, en mentionnant très clairement les sources, avec utilisation d’interviews.

- Quel rôle est donné à l’archéologue et quel est son influence dans les choix qui seront finalement faits ? Et comment son rôle doit-il être mentionné : conseiller scientifique - avec le concours de – remerciements. Ces différentes formules suggèrent souvent de manière implicite une implication plus ou moins grande de la part de l’archéologue, engageant même parfois sa caution scientifique. Car, s’il est prêt à engager celle-ci dans le cadre d’une interview, cautionne-t-il pour autant l’ensemble de la restitution 3D proposée ?

-Pour quel public ? Spécialisé - ciblé (ici iranien) – cultivé - plus large - enfants ? Dans le cas d’une présentation à un large public, il est nécessaire de faire preuve de pédagogie. Être pédagogique ne nécessite pas forcément de simplifier, mais de sélectionner les idées importantes que l’on souhaite transmettre. Dans le cas présent, ces idées doivent être transmises avant tout de manière visuelle et peuvent amener l’archéologue à certaines « concessions ».

Plan du site de Pasargades indiquant les monuments fouillés en 1961-63. La ligne rouge indique les limites de la zone archéologique protégée (Benech, Boucharlat & Gondet 2012, fig. 1).
(cliquer sur l'image pour agrandir)

Pour Pasargades, nous sommes dans le cas où les archéologues, principalement David Stronach et moi-même, sont sollicités et servent de caution scientifique. Outre de très nombreuses questions (25 échanges de mail entre avril et octobre 2012), le producteur recueille des interviews dont il utilise des extraits.

Avant d’entrer dans le détail de la relation archéologue-documentariste/infographiste, un petit rappel : Pasargades, résidence royale achéménide, est créée ex nihilo vers 540 av. J.-C par Cyrus. Après sa mort en 530, Darius complète certaines constructions, tandis qu’il crée Persépolis. Pasargades n’est pas abandonnée mais devient seulement un haut lieu dynastique. Il n’y a presque pas de réoccupation et les vestiges visibles ou enfouis sont achéménides.

Après le dégagement des monuments visibles en 1928, la mission britannique de David Stronach (1961-63) dégage avec précision les bâtiments déjà connus, ainsi que deux autres et découvre le « jardin royal », marqué par un réseau de canaux construits en pierre. La mission franco-iranienne (1999-2008) étudie l’ensemble du site uniquement par des prospections de surface : archéologiques, topographiques, photos basse altitude et surtout géophysiques (un programme d’Archéorient avec C. Benech et S. Gondet).

Plan du « jardin royal » de Pasargades après les fouilles (Stronach 1989, fig. 2).

Des reconstitutions ont été proposées très tôt par les fouilleurs, d’abord des dessins des façades reconstituées des palais à colonnes en 1930, puis d’autres en 1978. Ils seront repris par la suite dans les articles et ouvrages scientifiques et grand public. Les Britanniques ajoutent un plan un peu reconstitué du jardin (environ 300m x 200m), ainsi qu’un dessin d’une vue perspective de celui-ci étendue à une partie des monuments qui l’entourent. Le jardin est divisé en quatre dans un sens par un canal et dans l’autre, probablement, par une allée (Stronach 1989).

Vue perspective du « jardin royal » à l’issue des fouilles britanniques (Stronach 1989, fig. 3).

Ces documents ont aussi librement inspiré quelques « Artist views » en couleurs (BD Alix : Martin 2003, Histoire antique : Brignoli 2007, etc). Les travaux récents (Benech, Boucharlat & Gondet, 2012) conduisent à corriger certains éléments, non négligeables, de ces reconstitutions et à ajouter d’autres composantes importantes, des constructions et l’image d’un grand parc d’une centaine d’hectares dans lequel se plaçait la plupart des constructions fouillées ou repérées. C’est sur cette partie que portent les reconstitutions.

Reconstitution libre du « jardin royal » de Pasargades au cours de l’étude  de la mission française en 2004 (Brignoli 2007, fig. p. 52).

La collaboration qui vient de s’achever a duré essentiellement cinq mois (mai-octobre 2012) pour D. Stronach et moi-même, sachant que le documentariste était au courant de l’ensemble des travaux  jusqu’à aujourd’hui. Les contacts se sont achevés finalement par une rencontre avec D. Stronach à Berkeley suivie d’une autre avec moi à Lyon fin octobre. Lorsque la phase collaboration active a commencé en avril, nous avons reçu des reconstitutions 3D déjà très avancées. Il s’agissait donc de compléments de documentation, mais aussi de choix à faire sur des éléments des reconstitutions (un monument ou un paysage), tant pour la forme que pour les couleurs.

C’est sur la seconde série de questions que l’intervention de l’archéologue est difficile : quel sort pour les éléments moins probables ? Jusqu’où veut/peut aller le conseiller ? À une question, l’archéologue a parfois une réponse nette, mais plus souvent une réponse incertaine ou bien n’a pas de réponse. Si l’archéologue ne donne aucune réponse, que faut-il décider ? Que faut-il laisser faire au graphiste, sachant qu’il n’est pas possible de laisser des blancs ni de « flouter ». Y a-t-il une limite à l’acceptable ? Comment la définir ?

Une des reconstitutions 3D artistiques d’une partie du parc : vue depuis le grand bassin, montrant le pont au-delà duquel la pièce d’eau est réduite à un canal large de 26m (Rezaian, à paraître).

Quelques exemples:

1 - la représentation des structures (architecture et aménagements de jardins) qui ont été découvertes par la prospection géophysique. Les cartes indiquent des plans mais ni l’élévation, ni les matériaux de construction, parfois pas même le type de structures.

 - Pour un ensemble, un grand bassin, suivi d’un canal, la représentation ne posait pas de difficulté majeure pour la partie construite dont le plan était reconnu, mais la nécessaire réserve d’eau en amont de ce bassin pourvu de vannes ne peut être définie, faute d’en connaître les contours -peut-être non bâtis- donc difficile à représenter. À la place de ce « blanc » pour nous, la reconstitution indiquera une prairie, ou même un jardin organisé, ce qui est probablement erroné.

- Un grand bâtiment, dont le plan est assez précisément reconnu car le soubassement est en pierres, ne sera pas indiqué. En effet, nous n’avons pas d’indications pour représenter l’élévation ni même le matériau de construction utilisé pour l’élévation..

- Pour des traces de jardins, en dehors du « jardin royal », dans les zones prospectées sans architecture, nos connaissances, et par conséquent nos réponses, étaient moins fermes : des traces ténues marquant des creusements rectilignes correspondent-elles à des fossés de circulation de l’eau ou bien à des fossés de plantation d’arbres ? Graphiquement, le rendu en 3D est complètement différent selon le choix fait. En définitive, les traces de parcellaire ancien détectées à la prospection ne seront pas vraiment prises en compte même dans le secteur où nous l’avons pourtant fait apparaître.

Reconstitution 3D de l’ensemble du parc de Pasargades. La partie droite est largement fondée sur les résultats les plus récents de la mission française (2012) ; en revanche, la partie gauche, depuis les palais jusqu’au tombeau de Cyrus, n’a pas été du tout couverte par la prospection magnétique (voir plan ci-dessous). Cette partie est une interprétation libre de l’infographiste qui doit « remplir » la vue (Rezaian, à paraître).

2 – l’extrapolation, conséquences des choix et des non-choix. Ces mêmes observations sur une partie de la zone centrale du site (environ 30 hectares de jardin prospectés sur une centaine) peuvent-elles être extrapolées à l’ensemble de ce que nous considérons comme le parc royal ? Le graphiste doit représenter un vaste secteur (la moitié de sa représentation) qui est un blanc pour nous. La tentation est grande d’être prudent et de conseiller alors, à la place du « flou », une zone de verdure, mêlant vaguement prairies et bosquets (deux éléments qu’indiquent d’ailleurs les auteurs anciens, autour du tombeau de Cyrus), mais il est également possible que cette zone ait été aussi ordonnée que celle qui est connue autour du jardin royal. Dans ce cas, ce sont les archéologues qui auraient tort de choisir le vague. En définitive, c’est la solution du type « jardin à la française » partout qu’a retenue le graphiste. De plus, il applique à diverses unités un plan de jardin quadripartite qui est apparemment le cas du jardin royal, et qui a pu être reproduit dans d’autres secteurs.

Plan du site de Pasargades montrant les zones prospectées (en grisé) – environ 30% de la surface du parc - les constructions et aménagements détectés en prospection magnétique (Benech, Boucharlat & Gondet 2012, fig. 15).

Le parti de jardins quadripartites n’est pas anodin, car on entre là dans le domaine de l’histoire des jardins en général, mais aussi dans un domaine plus sensible, la fierté nationale : le plan quadripartite des jardins (chaque quart étant éventuellement à nouveau subdivisé) est iranien et se répand dans le monde oriental jusqu’au Sri Lanka. C’est très souvent le plan de base du jardin du monde islamique. Les jardins de Pasargades en sont-ils le prototype et les Perses les inventeurs ? Les reconstitutions antérieures le montraient, et les reconstitutions 3D à paraître vont renforcer ce qui reste une hypothèse, certes plausible, mais pas véritablement démontrée.

Ainsi, que les archéologues soient actifs ou passifs dans leurs réponses au graphiste, ils vont orienter des images qui seront les modèles utilisés ensuite dans différents domaines, et que l’on retrouvera sur toutes sortes de supports, académiques et grand public (livres, films, BD) pour longtemps. Assumant nos responsabilités, il faut aussi par nos publications clairement souligner la limite entre le certain et l’hypothétique.

Références :

Benech, C, Boucharlat, R. Gondet, S. 2012. Organisation et aménagement de l’espace à Pasargades : Reconnaissances archéologiques de surface, 2003-2008, ARTA 2012.003, [enligne] http://www.achemenet.com/document/2012.003-Benech_Boucharlat_Gondet.pdf

Brignoli, J.-D. 2007 Les résidences royales, Histoire antique, hors série 12, 34-65.

Martin, J. 2003. Les voyages d’Alix : Persépolis, Paris, Flammarion.

Rezaian F. (à paraître), Pasargadae reconstructed, Cyrus the Great’s Paradise, Sunrise Visual Innovations, Tehran (info@sunrisefilmco.com)

Stronach, D. 1989. The Royal Garden at Pasargadae. Evolution and Legacy, in : De Meyer L. & Haerinck E. (dir.), Archaeologia Iranica et Orientalia. Miscellanea in honorem Louis Vanden Berghe, 1, 475-502.

L'auteur :
Rémy Boucharlat est Directeur de Recherche au CNRS.
Archéologue, spécialiste de l'Iran.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l'Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Boucharlat R. 2012. Reconstitution 3D - Dialogue entre l’archéologue et l’infographiste – une expérience, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 30 novembre 2012. [En ligne]
http://archeorient.hypotheses.org/250

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Actualités / News, Cadre spatio-temporel, Chronologie, Âge du fer, Billets, Cadre spatio-temporel, Zone géographique, Moyen-Orient, Thématiques, Organisation de l'espace

Un commentaire pour “ Reconstitution 3D - Dialogue entre l’archéologue et l’infographiste – une expérience ”

  1. Christophe Benech le 05/12/2012 à 17:09

    Le film "Persepolis recreated" réalisé par le même documentariste est disponible sur Youtube à l'adresse suivante (en anglais) : https://www.youtube.com/watch?v=5Q9_cTtamy0

Laisser un commentaire

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ArchéOrient - Le Blog dans la liste.