Les kites de l’Ustyurt : Kazakhstan, septembre 2013

Figure 1 : en carton, l’aire de répartition des kites ; sur la carte principale, les kites de l’Ustyurt et la zone étudiée sur le terrain.

Figure 1 : en carton, l’aire de répartition des kites ; sur la carte principale, les kites de l’Ustyurt et la zone étudiée sur le terrain.

On rencontre les « desert kites », structures archéologiques de pierres sèches composées de longs murs convergeant vers un espace enclos flanqué de petites cellules, de façon discontinue depuis la péninsule arabique jusqu’à l’Asie centrale (figure 1). Leur étude à l’échelle de cette répartition, dont les investigations de terrain sont une étape-clé, suppose de pouvoir organiser des campagnes dans différentes régions : on observe en effet des particularités régionales et, en l’absence presque absolue de données chronologiques, la recherche d’éléments de datation dans chaque région devient une priorité. Notre démarche de terrain consiste à visiter un échantillon de kites préalablement étudié à partir des images satellites. Le terrain sert à contrôler les observations faites sur les images et les images permettent d’inscrire les observations de terrain dans un contexte régional et général. Cette démarche itérative terrain/images, mise au point en Arménie, se révèle en effet très riche : elle donne accès à de nombreuses données qui, contrôlées, permettent de construire la carte d’identité de chaque kite. Parmi l’échantillon visité, quelques kites sélectionnés font ensuite l’objet de relevés, de mesures, de sondages et de prélèvements. Ces études fines ont pour objectif d’essayer de comprendre le fonctionnement des kites et d’en révéler l’âge. Le nombre de kites qu’il est possible d’étudier en une campagne varie en fonction des contingences logistiques (accès, nombre de personnes impliquées) et de la difficulté à effectuer les sondages (épaisseur des remplissages sédimentaires). L’obtention de données chronologiques dépend de la chance de trouver des éléments de datation, relatifs ou absolus, en surface comme dans les sondages. Quoi qu’il en soit, une campagne de terrain est une opération relativement légère : trois à quatre personnes seulement peuvent constituer l’équipe. En fonction des contextes et des découvertes, une à trois campagnes sont suffisantes pour obtenir une bonne connaissance des kites d’une région.

 En dépit du caractère léger de ce genre d’expédition, son organisation n’est pas nécessairement simple. Il faut en effet pouvoir engager des contacts dans différents pays et il est souvent difficile d’obtenir des autorisations auprès d’autorités plus habituées à accueillir des missions plus lourdes et récurrentes. En Arménie, tout fut possible grâce aux contacts et à l’expérience de Christine Chataigner : le LIA France-Arménie qu’elle dirige a financé les deux premières campagnes qui ont donné naissance à notre projet Globalkites soutenu par l’ANR (voir le billet du 10 décembre 2012 – http://archeorient.hypotheses.org/288). Mais ailleurs ? La région Aralo-Caspienne, partagée entre l’Ouzbekistan et le Kazakhstan, représente plus de 10 % de l’effectif total des kites actuellement recensés. Elle offre une variété typologique intéressante et se trouve loin au nord du Proche-Orient, où les kites sont les plus nombreux. Malheureusement, cette intéressante région semblait hors de notre portée. Aucun collègue de nos laboratoires ne possédait d’expérience de ces pays et ne pouvait nous aider à établir un contact. Les images du plateau d’Ustyurt sur lequel se trouvent les kites, souvent magnifiques, ne faisaient que rendre la situation plus frustrante.

 C’était sans compter sur Arkady Karakhanian, découvreur des kites d’Arménie (Barge et al. 2013), et ses contacts scientifiques dans l’ex-monde soviétique. Quelques échanges de courriels, un accord de coopération scientifique signé à la hâte en plein mois d’août (merci Emmanuelle !), et le principe d’une mission partagée avec Jean-Marc Deom et Rénato Sala au mois de septembre 2013 était acquis. Ces derniers, du laboratoire de géoarchéologie de l’Université d’Almaty, s’intéressent eux aussi aux kites de l’Ustyurt et comptent à leur actif une prospection de la partie nord du plateau (Deom & Sala 2009). L’inventaire des kites compte actuellement près de 500 entrées sur le plateau d’Ustyurt. La plupart d’entre eux sont situés sur son pourtour, à proximité des falaises, dénommées localement chink, qui le bordent. La carte des localisations montre des chapelets, celui qui frange le chink sud-ouest présentant de très fortes densités. C’est donc sur cette zone située au Kazakhstan (figure 1), encore inconnue de nos amis d’Almaty, que nous décidâmes de jeter notre dévolu.

Figure 2 : le camp de Kogusem installé à proximité du puits, bien pratique pour le lavage des sédiments issus des sondages.

Figure 2 : le camp de Kogusem installé à proximité du puits, bien pratique pour le lavage des sédiments issus des sondages.

 Tout début septembre, seulement trois jours avant le départ prévu et nos billets d’avion en poche (non remboursables, non échangeables, of course), silence sur la ligne : plus de nouvelles de Jean-Marc et Rénato, ces derniers, nous l’apprendrons plus tard, étant sur le terrain sans connexion. Au téléphone, je dus rassurer Jacques Brochier, convaincu que la mission devait être annulée : « bah, au pire, on laisse pas perdre nos billets d’avion, on loue une voiture, et on va voir à quoi ressemblent ces fameux kites ». Angoisse inutile : non seulement Jean-Marc et Rénato nous concoctèrent une logistique had hoc, mais ils amenèrent avec eux Konstantin Plakov, zoologue, dont l’éclairage en matière d’éthologie nous fut précieux. En outre, celui-ci travaille depuis plusieurs années avec la réserve naturelle de l’Ustyurt qui nous fournit deux véhicules tout terrain, l’autorisation de travailler sur son territoire (dans lequel se trouvent de nombreux kites) et trois rangers.

Figure 3 : le réfectoire installé dans la cabane des rangers.

Figure 3 : le réfectoire installé dans la cabane des rangers.

C’est donc une équipe de 11 personnes qui quitta Zanahozem, ville née de l’exploitation pétrolière, le 15 septembre et qui prit la piste en direction de Kogusem. C’est en arrivant près de ce puits, l’un des très rares de tout l’Ustyurt à offrir une eau non salée, que je compris combien j’étais naïf de nous imaginer, Jacques et moi, avec notre voiture de location ! Le plateau d’Ustyurt est en effet particulièrement difficile d’accès : il nous fallut une journée entière de piste pour rejoindre Kogusem. Il vaut mieux s’y rendre avec deux véhicules pour faire face à une éventuelle panne, emmener le carburant et la nourriture nécessaires pour le séjour, sans oublier un téléphone satellite en cas de pépin. Il s’agit en effet d’un lieu particulièrement isolé puisqu’en quinze jours, nous ne rencontrâmes qu’un berger venant remplir sa citerne et un herpétologue russe avec qui nous partageâmes la vodka. Il n’y a pas d’autre choix que la tente pour se loger (figure 2) : si mon modèle “haute montagne” s’avéra un peu exigu (désolé, Jacques), il se révéla beaucoup plus résistant au vent, redoutable sur l’Ustyurt, que les modèles plus classiques de nos collègues ! Toujours en raison du vent, la cuisine et les repas auraient été peu confortables sans tente lourde : heureusement, il existe à Kogusem une cabane de quelques mètres carrés à l’usage des rangers qui nous offrit un confort tout relatif, mais bien appréciable (figure 3). Pas d’électricité, évidemment, si ce n’est un convertisseur branché sur la batterie d’une voiture qui nous permit de faire fonctionner l’électronique. Pas de salle de bain, pas de téléphone, pas d’Internet … ce fut un séjour rustique, mais largement compensé par la beauté sauvage des lieux, façonnée par le contraste absolu entre l’immensité du ciel, sous lequel s’étend à perte de vue le plateau steppique, et le chink vertical, dans toute sa variété géologique de formes et de couleurs (figures 4 et 5).

Figure 4 : le chink, le long duquel sont bâtis les kites, délimite le plateau d’Ustyurt.

Figure 4 : le chink, le long duquel sont bâtis les kites, délimite le plateau d’Ustyurt.

Figure 5 : l’érosion provoque le recul du chink et met à jour un anticlinal crétacé ; on remarque, tout au sommet, une discordance avec les niveaux pliocènes horizontaux.

Figure 5 : l’érosion provoque le recul du chink et met à jour un anticlinal crétacé ; on remarque, tout au sommet, une discordance avec les niveaux pliocènes horizontaux.

Cette beauté n’eut d’égale que celle des kites qui s’offrirent à nos observations (figure 6) et qui permirent la collecte de nombreuses données. La conservation, variable et donc indice d’usage sur une longue période, est cependant exceptionnelle pour certains kites, ce qui favorisa la compréhension des détails architecturaux. Les logettes, enfin, présentent parfois un remplissage sédimentaire d’épaisseur modérée qui facilite les sondages. Toutes ces données sont en cours de traitement, mais les résultats préliminaires laissent penser que la mission permettra de bien comprendre les kites de ce secteur. Parcourue par Yagodin, archéologue russe ayant consacré plusieurs missions à l’étude des kites de l’Ustyurt, la région n’était pas inconnue. Cependant, seules deux de ses publications (Yagodin 1998, Betts & Yagodin 2000) sont traduites en anglais et nous sont actuellement accessibles. Très synthétiques, elles ne donnent que peu d’éléments concrets sur la nature des kites et, sans référence comparative avec ceux du Proche Orient, elles ne nous apportent finalement que peu d’information. Enfin, la datation que ce chercheur propose pour le secteur, fondée sur une marque tribale inscrite sur une dalle, ne nous convainc pas car elle ne nous semble pas nécessairement représenter l’âge d’utilisation du seul kite concerné. Nos échantillons réalisés dans les sondages de plusieurs kites sont en cours d’analyse et nous en espérons des indications fiables.

Figure 6 : les kites de l’Ustyurt vus au sol : deux logettes, un mur d’enclos bâti dans la continuité du chink, et l’entrée du kite KZ50.

Figure 6 : les kites de l’Ustyurt vus au sol : deux logettes, un mur d’enclos bâti dans la continuité du chink, et l’entrée du kite KZ50.

Nous avons pu étudier plusieurs kites de forme tout à fait classique (figure 7) qui partagent tous les attributs des kites du Proche-Orient : deux antennes qui encadrent l’entrée d’un enclos avec des logettes positionnées sur sa partie externe, souvent à l’extrémité d’appendices en pointe. Certains détails de l’entrée ou des logettes, récurrents, se retrouvent même fréquemment sur les kites d’Arménie ! Il semble donc bien que ces derniers ne sont pas les kites les plus septentrionaux,  comme certains ont pu l’affirmer hâtivement (Gasparian et al. 2013).

Figure 7 : le kite KZ2 : la forme de l’enclos et la disposition des logettes sont très semblables à celles des kites d’Arménie, entre autres.

Figure 7 : le kite KZ2 : la forme de l’enclos et la disposition des logettes sont très semblables à celles des kites d’Arménie, entre autres.

Par ailleurs, l’observation des images satellites semblait montrer un caractère propre à certains kites de l’Ustyurt : dans la mesure où la falaise constitue un obstacle au passage des animaux, elle peut se substituer à un mur. Cette originalité due à une configuration topographique particulière, le chink, a pu être confirmée sur le terrain. Elle est particulièrement développée le long du chink sud-ouest.

 Cette expédition à Kogusem a donc permis de bien cerner les kites du secteur, et même de tout le chink sud-ouest grâce à l’observation des images. Si, après quinze jours de terrain, l’équipe s’est dispersée avec la volonté de se reformer pour une autre expédition, une nouvelle campagne à Kogusem ne sera peut-être pas nécessaire. Il est vrai que nous avons pu repérer plusieurs cas où des kites de plusieurs générations se superposent et cet indice chronologique mériterait sans doute de réaliser quelques sondages. D’un autre côté, visiter un autre secteur au nord du plateau est également tentant. Lorsque le radiocarbone des sondages aura parlé, nous aurons alors probablement davantage d’informations pour prendre une décision.

Bibliographie

 Barge O., Brochier J.E., Chahoud J., Chataigner Chr., Chambrade M.-L., Karakhanyan A., Regagnon E., Crassard R. 2013. Towards a new approach to the ‘kites phenomenon’ in the Old World: the GLOBALKITES Project. Antiquity 87(338) Project Gallery. Available at http://antiquity.ac.uk/projgall/barge338/

 Betts A., Yagodin V. 2000. A new look at ‘Desert Kites’, in : L. Stager, J. Greene, M. Coogan (eds), The Archaeology of Jordan and Beyond. Essays in Honour of James Sauer, Winona Lake,  Eisenbrauns, 31-44.

 Gasparyan B., A. Khechoyan G., Bar-Oz D., Malkinson A., Nachmias, Nadel D. 2013. The northernmost kites in south-west Asia: the fringes of the Ararat Depression (Armenia) Project. Antiquity 87(336) Project Gallery. Available at: http://antiquity.ac.uk/projgall/bar-oz336/

 Sala R., Deom J. 2009. Ancient wild game management in arid regions: new evidences from the Northern Ustyurt Plateau (Kazakhstan), in : Nauchnye chteniya pamyati N.E. Masanova:sbornik materialov nauchno-prakticheskoi konferentsii Almaty, 25-26 Aprelya 2008, Almaty, Daik-Press, 135-141.

 Yagodin V.N. 1998. Arrow-shaped structures in the Aralo-Caspian steppe, in : A.V.G. Betts (ed.), The Harra and the Hamad. Excavations and Explorations in Eastern Jordan 1, Sheffield, Academic Press, 207-23.

L’auteur :
Olivier Barge est Ingénieur de Recherche au CNRS.
Géographe et cartographe.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Barge O. 2013. Les kites de l’Ustyurt : Kazakhstan, septembre 2013, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 6 décembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2011

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 14 février 2014

    […] : Kazakhstan, septembre 2013, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 6 décembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2011 Bookmarquez le permalien. « Parution récente : Digital Humanities in Biblical, Early […]

  2. 1 mai 2014

    […] Quelques-unes des prospections de l'équipe sur le terrain sont relatées ici et là, au Khazakstan. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *