Pratiques funéraires à l’âge du Bronze moyen au Levant : le mystère des os perforés élucidé

Depuis quelques années, on constate, de manière tangible, une utilisation conjointe des pratiques scientifiques de l’archéologie et de l’anthropologie biologique dans les enquêtes médico-légales. Inversement, les sciences forensiques* (les mots marqués d’une astérisque sont expliqués dans le lexique à la fin du billet), et notamment l’étude des cortèges d’insectes nécrophages se succédant sur les cadavres, s’inscrivent désormais dans l’ensemble des sciences bioarchéologiques ayant trait au monde des Morts. Dans la majeure partie des cas, l’approche entomologique se fonde sur les restes d’insectes subfossiles provenant de contextes funéraires. Toutefois, lorsque les conditions environnementales et/ou taphonomiques* locales ne permettent pas leur conservation, les traces d’activité relatives au comportement ostéophage* de certains insectes peuvent fournir des informations pertinentes pour la restitution de pratiques funéraires passées.

Fragments d'os humains provenant de la tombe E1 (Jéricho). Les multiples perforations sont attribuées à des chambres de pupation de Dermestes sp. (échelle :10 mm). Photo S. Blau.

Fragments d’os humains provenant de la tombe E1 (Jéricho). Les multiples perforations sont attribuées à des chambres de pupation de Dermestes sp. (échelle :10 mm). Photo S. Blau.

Dans un article récemment publié dans le Journal of Archaeological Science (Huchet et al., 2013), une équipe interdisciplinaire regroupant un archéoentomologiste*, des anthropologues biologistes et une spécialiste des reconstitutions 3D a pu déterminer l’origine de perforations régulières présentes sur de nombreux restes osseux humains datés du Bronze moyen (2100-1550 av. J.C) provenant  de la tombe E1 de Jéricho (Autorité palestinienne) et de la tombe 641 de Munhata (Israël). Jusqu’à présent, la présence de ces perforations sur les ossements avaient suscité de nombreuses interrogations et certains anthropologues biologistes avaient suggéré qu’elles puissent être de nature anthropique. Selon cette hypothèse, les hommes du Bronze moyen auraient intentionnellement foré les ossements dans une visée exploratoire, afin de « s’entraîner » à pratiquer la trépanation à des fins thérapeutiques ou rituelles. Mais la solution de l’énigme était liée à un tout autre phénomène.

S’appuyant simultanément sur de récents travaux en paléoichnologie* et sur le comportement nidificateur* de certains insectes nécrophages intervenant dans les processus taphonomiques, les auteurs de l’article ont ainsi pu mettre en évidence d’étroites similitudes entre les lésions ostéolytiques* présentes sur les ossements du Levant et celles perpétrées par certains insectes dans le registre paléontologique (notamment sur des ossements de grands reptiles du Secondaire ou de faunes mammaliennes* du Tertiaire). L’agent taphonomique à l’origine de ces perforations tout autant que les raisons inhérentes à ce comportement singulier restaient à identifier.

Le rôle des insectes dans les processus taphonomiques de dégradation osseuse est le plus souvent sous-estimé parce que méconnu. Pourtant, différents ordres d’insectes sont à l’origine d’atteintes ostéolytiques notables, tant sur les restes humains que sur les restes de faune provenant de contextes archéologiques. Parmi les taxons* incriminés dans ces processus, les termites souterrains jouent un rôle non négligeable, pouvant, dans certains cas extrêmes, réduire un squelette en poudre, ne laissant in situ que l’émail des dents, que leurs mandibules et/ou sucs digestifs ne sont en mesure de dégrader (Huchet et al., 2011 & sous presse). Les atteintes caractéristiques de ces insectes, qui constituent notamment des réseaux bien différenciés dans la matrice osseuse, sont toutefois bien distinctes de celles relevées sur les os humains de Jéricho et de Munhata.

Dermestes frischi Kugelan (Coleoptera : Dermestidae). (a) adulte, vue dorsale ; (b) idem, vue ventrale (échelle = 5 mm).

Dermestes frischi Kugelan (Coleoptera : Dermestidae). (a) adulte, vue dorsale ; (b) idem, vue ventrale (échelle = 5 mm).

L’étude fine comparative des perforations visibles sur les ossements, largement favorisée par l’utilisation des outils de l’imagerie médicale et de la reconstruction 3D, d’un échantillon représentatif du site de Munhata a permis de reconnaître des chambres de pupation* de certains coléoptères appartenant à la famille des Dermestidae.

Les coléoptères de cette famille et plus spécifiquement les taxons appartenant au genre éponyme Dermestes Linné (étymologiquement « mangeur de peau ») sont des hôtes classiques des cadavres en état de dessiccation avancée sur lesquels ils se nourrissent de tissus d’origine ectodermique (peau, tendons, muscles desséchés) et autres scléroprotéines*. La colonisation des cadavres intervient ordinairement une à deux semaines après la mort (Martin et West 1995), toutefois, en vertu de certains facteurs externes (température, saison du décès…), l’infestation  peut avoir lieu plus tard. Pour éviter la prédation ou le cannibalisme intra-larvaire, les larves matures de ces coléoptères creusent des chambres de pupation dans le substrat le plus proche (Archer et Elgar, 1998). Ces chambres, d’aspect et de dimension très uniformes (Æ externe de 3 à 4 mm) sont le plus souvent regroupées en « clusters ». Creusées, la plupart du temps au niveau des tissus desséchés, ces loges nymphales ne sont visibles que lorsque les os sont totalement décharnés (Martin et West, 1995). Les chambres de pupation présentes sur les ossements humains de Munhata et Jéricho montrent des profils longitudinaux de deux types distincts : cylindriques et subconiques. Le rétrécissement progressif de leur section vers la partie interne de l’os suggère qu’elles ont été creusées de l’extérieur vers l’intérieur.

Représentation schématique de chambres de pupation de Dermestes dans une portion d'os compact. Comme suggéré ici, les différents types de perforations observés sur os sec sont corrélés à la persistance de peau et/ou de muscles partiellement desséchés à la surface de l'os au moment de l'infestation.

Représentation schématique de chambres de pupation de Dermestes dans une portion d’os compact. Comme suggéré ici, les différents types de perforations observés sur os sec sont corrélés à la persistance de peau et/ou de muscles partiellement desséchés à la surface de l’os au moment de l’infestation.

La durée totale du cycle biologique des Dermestes varie de 5 à 15 semaines (de 42 à 46 jours en moyenne lorsque les conditions sont optimales). Pour que ces coléoptères puissent exploiter les cadavres, il est nécessaire que la peau et les muscles subsistent pendant toute la durée du cycle et que les températures journalières soient supérieures à 15°C. En outre, contrairement aux termites souterrains ou à certaines guêpes nidificatrices (Pittoni, 2009) qui interviennent ordinairement dans la phase post-dépositionnelle (sur ossements enfouis), l’activité des Dermestes ne s’effectue qu’en surface.

Si l’existence d’inhumations secondaires à l’âge du Bronze moyen au Levant n’est plus à démontrer, la première phase de la sépulture (enfouissement ou exposition à l’air libre des corps) restait toutefois à documenter. Dans le cas présent, la présence de chambres de pupation de Dermestes à Munhata et Jéricho suggère, compte tenu de la biologie de ces coléoptères, que la phase de décharnement des défunts s’est effectuée à l’air libre et que les cadavres (ou une partie de ces derniers) ont fait l’objet d’une exposition de plusieurs semaines avant leur dépôt dans des tombes.

L’approche ichnologique* appliquée à l’étude des ossements humains anciens apparaît donc comme un nouvel outil pertinent dans la reconstruction des processus taphonomiques et, au-delà, dans l’interprétation de faits archéologiques liés à certaines pratiques funéraires.

Article : Huchet J.-B., Le Mort, F., Rabinovich R., Blau S., Coqueugniot H., Arensburg B. 2013. Identification of dermestid pupal chambers on Southern Levant human bones: Inference for reconstruction of Middle Bronze Age mortuary practices, Journal of Archaeological Science 40(10), 3793–3803.


Lexique

Archéoentomologie : spécialité de l’archéozoologie qui étudie les insectes fossiles dans le but de reconstituer les activités humaines passées.

Chambre de pupation : petite loge creusée dans des matériaux divers par les larves de certains insectes lors de la nymphose (passage du stade larvaire à l’état adulte).

Nidificateur : qui construit des nids.

Ostéolytique : lié à la destruction des tissus osseux.

Ostéophage : qui se nourrit d’os.

Paléoichnologie : étude des traces et empreintes fossiles.

Sciences forensiques : études et analyses développées dans le cadre de la criminologie et/ou de la médecine légale.

Scléroprotéine : variété de protéine entrant dans la constitution des tissus de soutien (os et autres tissus durs)

Taphonomie : étude des processus qui interviennent après la mort d’un organisme.

Taxon : regroupement d’organismes vivants suivant des critères prédéfinis.

Références

Archer M. Elgar M.A. 1998. Cannibalism and delayed pupation in hide beetles, Dermestes maculatus DeGeer (Coleoptera: Dermestidae), Australian Journal of Entomology 37, 158-161.

Huchet J.-B., Deverly D., Gutierrez B., Chauchat C. 2011. Taphonomic Evidence of a Human Skeleton Gnawed by Termites in a Moche-Civilisation Grave at Huaca De La Luna, Peru, International Journal of Osteoarchaeology 21, 92-102.

Huchet J.-B. (sous presse). Approche ichnologique et taphonomique des altérations ostéolytiques dues aux insectes en contexte archéologique (chap. 8), in : C. Denys, M. Patou-Mathis (eds.), Manuel de Taphonomie, Errance, Muséum National d’Histoire naturelle & CNRS.

Martin L.D., West D.L. 1995. The recognition and use of dermestid (Insecta, Coleoptera) pupation chambers in paleoecology, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 113, 303-310.

Pittoni E. 2009. Necropoli of Pill’e Matta Quartucciu (Cagliari, Sardinia): wild bee and solitary wasp activity and bone diagenetic factors, International Journal of Osteoarchaeology 19, 386-396.

Les auteurs :
Jean-Baptiste Huchet est Ingénieur de Recherche au CNRS
Spécialiste d’archéoentomologie
UMR 5199 – PACEA, Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé. Université de Bordeaux I,
33405 Talence Cedex
UMR 7209 – Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnement, MNHN, Paris
UMR 7205 – Origine, Structure et Evolution de la Biodiversité, MNHN, Paris,

Françoise Le Mort est Chargée de Recherche au CNRS.
Préhistorienne, spécialiste d’anthropologie biologique.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Huchet J.-B. et Le Mort F. 2013. Pratiques funéraires à l’âge du Bronze moyen au Levant : le mystère des os perforés élucidé, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 25 novembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1956

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 février 2014

    […] des os perforés élucidé, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 25 novembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1956 Bookmarquez le permalien. « Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *