Séminaire de formation doctorale sur les industries lithiques et osseuses du Néolithique en Grèce du Nord

En tant que doctorant en travaillant sur les périodes du Néolithique et rattaché au laboratoire Archéorient (UMR-5133), j’ai eu l’occasion d’assister au séminaire de formation doctorale intitulé Les industries lithiques et osseuses en Grèce du Nord (programme), du 18 au 28 septembre 2013. Ce séminaire était organisé à l’initiative des chercheurs Georgia Kourtessi Philippakis (Département d’archéologie, Université d’Athènes) et Rosalia Christidou (chercheur associé de l’UMR 5133 Archéorient, CNRS) et financé en partie par l’École Française d’Athènes.

Carte de la région visitée et des principaux sites Néolithiques (Andreou et al. 2001 modifiée)

Carte de la région visitée et des principaux sites Néolithiques (Andreou et al. 2001 modifiée)

Les objectifs de ce séminaire étaient de réunir des étudiants en Master et en Doctorat élaborant des projets de recherche dans la région concernée ou les régions voisines afin d’aborder les questions du processus de Néolithisation de l’Europe et de l’évolution des cultures néolithiques en Grèce du Nord (7ème–4ème millénaire av. J.-C.) à travers les industries lithiques et osseuses. Ces catégories de matériel archéologique ont été, d’une manière générale, reléguées à un rang secondaire par rapport au matériel céramique, dont l’analyse a déterminé les classifications culturelles et chronologiques du Néolithique grec. Les études systématiques des outillages osseux et lithiques sont donc plutôt récentes (à partir des années 90), mais elles offrent des perspectives de recherches nouvelles et d’un intérêt particulier sur les modalités d’exploitation du territoire et de ses ressources, la circulation des matériaux et les systèmes techniques des populations néolithiques de cette région.

Mes problématiques de recherches concernent les industries taillées en quartz et mon corpus de thèse comprend les collections de quatre sites néolithiques, dont deux se trouvent en Grèce du Nord : les sites de Dikili Tash et de Promachonas-Topolnica. Ce séminaire m’a donc permis de découvrir les séries lithiques et osseuses d’autres sites de la région qui ne sont pas intégrés à mes travaux de thèse. Il m’a aussi donné l’occasion de rencontrer des chercheurs travaillant dans ces régions et d’échanger des informations de première main sur des sites archéologiques d’une importance déterminante pour la région concernée.

Une dizaine d’étudiants de diverses nationalités (Grecs, Français, Bulgares, Roumains, Albanais, Italiens…) ont participé au séjour itinérant organisé et encadré par les deux chercheurs spécialistes (Mme Kourtessi-Philippakis pour les industries lithiques et Mme R. Christidou pour les industries osseuses). Ce type de séminaire est tout à fait remarquable et inédit, tant dans son organisation itinérante que dans les sujets abordés et je tiens à saluer ici cette initiative et l’effort constant des deux organisatrices pour nous impliquer directement dans les problématiques de recherches actuelles développées dans cette région pour les périodes du Néolithique en particulier.

Photo billet 1

Les étudiants présents durant le séminaire accompagnés des principaux organisateurs (Clichés G. Kourtessi-Philipakkis)

Déroulement du séjour

Le séjour était organisé sur dix jours durant lesquels nous avons bénéficié des cours théoriques dispensés par des chercheurs spécialistes des méthodologies spécifiques à ces catégories de matériaux archéologiques que sont les outillages lithiques et osseux. Ces communications étaient généralement suivies de l’examen de séries archéologiques provenant de divers sites néolithiques de référence pour la période et la région concernées. Plusieurs visites de musées et de sites archéologiques complétaient ce panorama du Néolithique en Grèce du Nord.

Nous sommes arrivés sur l’île de Thasos le 18 septembre, où nous sommes resté jusqu’au samedi 21 septembre au matin. Durant ces quelques jours, nous avons pu visiter le musée archéologique de Thasos et assister à diverses présentations de plusieurs chercheurs engagés directement dans les recherches concernant l’époque néolithique dans cette région (Mme D. Malamidou, archéologue de la 18ème Éphorie des Antiquités Classiques et Préhistoriques ; Mme G. Kourtessi-Philippakis, du Département d’archéologie de l’Université d’Athènes ; Mme R. Christidou, chercheur associé de l’UMR 5133 Archéorient, CNRS ). Nous avons eu l’occasion d’observer les collections lithiques et osseuses de divers sites (Limenaria, Aghios Ioannis, Kastri) et de discuter en compagnie des chercheurs. Puis nous avons fait un tour de l’île en bus afin de visiter les sites en question, qui couvrent les périodes du Néolithique Moyen jusqu’à l’âge du Bronze.

Le samedi 21 septembre, nous avons pris le ferry pour Kavala ou Mme D. Malamidou nous a présenté les collections du musée archéologique de la ville, puis nous avons pris le bus en direction de Krinides, où nous avons logé dans les locaux loués par l’École Française d’Athènes, jusqu’au mercredi 25 septembre. Durant ces quelques jours, nous avons pu visiter le site de Dikili Tash, d’en observer les collections lithiques et osseuses, et d’assister aux présentations des chercheurs ayant travaillé sur ces collections (Mme R. Christidou, Mme G. Kourtessi-Philippakis, Mme  D. Malamidou). J’ai, à cette occasion, présenté mes propres travaux sur les industries en quartz de ce site.

Ensuite, le mardi 24 septembre, nous sommes allés dans la ville de Drama, où Mme Malamidou nous a présenté les collections du musée archéologique de la ville et nous avons pu observer les collections lithiques et osseuses de Sitagroi, l’un des plus importants sites de la région pour les périodes du Néolithique.

Observation des collections lithiques de Sitagroi au musée de Drama (Cliché G. Kourtessi-Philippakis)

Observation des collections lithiques de Sitagroi au musée de Drama (Cliché G. Kourtessi-Philippakis)

Le mercredi 25 septembre nous sommes partis en direction de Thessalonique pour une visite guidée du musée archéologique de la ville. Nous avons ensuite continué en direction de la ville de Kozani le jeudi 26 septembre pour une visite du musée présenté par Mme C. Ziota (archéologue à la 30ème Éphorie des Antiquités Classiques et Préhistoriques, directrice des fouilles des sites archéologiques de Kleithos et de Megalo Nissi Galanis). Mme Ziota nous a fait une présentation des découvertes du site et nous avons ensuite pu examiner les importantes collections à la fois lithiques et osseuses en sa compagnie.

Nous sommes ensuite partis en direction de Kastoria le vendredi 27 septembre afin de visiter le site lacustre de Dispilio et d’en examiner les collections lithiques. Mme S. Doulkeridou (doctorante) nous a présenté ses travaux sur les industries lithiques du site, puis nous avons visité le parc archéologique et ses reconstitutions des habitats lacustres du Néolithique Moyen et Récent.

Le séminaire s’est clôturé à Dispilio, où chacun des participants a eu l’occasion d’échanger avec les chercheurs sur les problématiques de recherches développées tout au long du séminaire et sur les pistes de recherches à envisager pour le futur.

Ce séminaire m’a permis d’observer des collections de référence pour la région concernée. Certaines de ces collections sont inédites et d’une grande importance scientifique pour les axes de recherche développés dans le cadre de l’occupation Néolithique de la Grèce du Nord. J’ai aussi eu l’occasion de présenter les résultats préliminaires de mes propres travaux de recherches concernant les outillages en quartz de Dikili Tash et de Promachonas, de les confronter aux industries sur silex, et de discuter avec les autres participants et les chercheurs de nos divers résultats.

Concernant l’industrie osseuse, ce séminaire m’a permis d’appréhender les problématiques de recherches développées à partir de ce type de matériaux, dont je ne suis pas spécialiste. La prise en compte de l’outillage à la fois lithique et osseux permet de développer de nouveaux axes de recherche et d’entrevoir les liens à la fois technologiques et fonctionnels entre ces deux grandes classes de matériel. Ce séminaire nous a donc donné l’occasion de développer une approche nouvelle, qui prend en compte une bonne partie du système technique des populations néolithiques de Grèce du Nord. Les riches discussions entre spécialistes (chercheurs et étudiants) sur ces deux classes de matières premières ont permis de sortir du “cloisonnement” lié à nos spécialités et d’ouvrir des perspectives de recherches nouvelles pour la région concernée. Une telle approche est inédite et novatrice, et nous avons eu la joie d’observer ensemble l’importance des perspectives de recherche qu’elle offre.

Bibliographie

Andreou S., Fotiadis M., Kotsakis K., 2001. Review of Aegean prehistory V : the Neolithic and Bronze Age of northern Greece, in Cullen T. (dir.) Aegean Prehistory : a review, Archeological Institute of America, Boston, American Journal of Archaeology (suppl. 1), 259-327.

L’auteur :
Nicolas Tardy est doctorant à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Tardy N. 2013. Séminaire de formation doctorale sur les industries lithiques et osseuses du Néolithique en Grèce du Nord, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 15 novembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1934

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 février 2014

    […] Néolithique en Grèce du Nord, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 15 novembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1934 Bookmarquez le permalien. « New Junior Research Group “Digital Humanities and Digital […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *