Le sumérien à l’ère du numérique (2)

Deuxième volet : les corpus de textes en ligne

La valeur d’internet comme aide à l’apprentissage du sumérien, notamment grâce aux grammaires et lexiques disponibles en ligne, a déjà été démontrée dans un précédent billet. Mais internet fournit également des milliers de textes cunéiformes librement accessibles en ligne, pouvant servir de base pour des exercices d’apprentissage, mais permettant aussi de véritables études en tout genre (historique, lexicographique, prosopographique …).

Depuis maintenant plusieurs années, de nombreux projets numériques ont pour but de mettre à la disposition de tous les textes sumériens, en transcription et/ou traduction, parfois accompagnés de photographies et/ou de la copie des signes, ainsi que de références bibliographiques.

Les bases de données majeures

Data Base of Neo-Sumerian Texts (BDTNS)

Pour les tablettes d’Ur III, période d’apogée du sumérien (2112-2004 av. J.-C.), une base de données spécifique est disponible sur le site espagnol du Centre de sciences humaines et sociales de Madrid (en espagnol mais aussi en anglais) : http://bdts.filol.csic.es/. Son objectif est la création d’une banque de données ouverte traitant plus de 94600 tablettes administratives, dont certaines inédites, et provenant essentiellement des cinq principales villes de Mésopotamie du Sud (Ur, Nippur, Drehem, Girsu et Umma).

MULLER FIG. 1

Le catalogue permet une recherche à la fois par lieu de provenance, date, numéro de musée … mais aussi à partir de termes sumériens. Exemple pour les DI.TIL.LA (« jugement définitif ») :

MULLER FIG. 2

Le site liste sous forme de tableau tous les textes contenant ce terme, avec différentes informations (publications, date, provenance…), et donne en plus des statistiques (en bas à gauche), suivant les lieux d’attestation du mot.

MULLER FIG. 3

Le site donne également pour chaque texte une fiche détaillée avec différents renseignements :

MULLER FIG. 4

suivie d’une transcription, ainsi que de la reproduction des signes et/ou de la photographie de la tablette, si elles sont disponibles.

The Electronic Text Corpus of Sumerian Literature(ETCSL)

MULLER FIG. 5

Le site de l’ETCSL (http://etcsl.orinst.ox.ac.uk/), hébergé par l’Université d’Oxford, est centré sur la littérature sumérienne (inscriptions royales, hymnes, mythes, épopées, lamentations, proverbes…). Il permet d’accéder à environ 400 compositions littéraires datées de la fin du IIIème-début du IIème millénaire av. J.-C. Pour chaque œuvre, il donne sa translittération accompagnée d’une traduction (en anglais) et d’informations bibliographiques.

La recherche se fait par types de textes, répartis ensuite par lieux de provenance et périodes, ou par noms de divinités :

MULLER FIG. 6

Il existe également un catalogue par périodes des textes littéraires sumériens, réalisé dans le cadre du Diachronic Corpus of SumerianLiterature(http://dcsl.orinst.ox.ac.uk/).

Cuneiform Digital Library Initiative (CDLI)

MULLER FIG. 7

Avec des textes de toutes périodes, depuis l’origine de l’écriture (env. 3350 av. J.-C.) jusqu’aux débuts de l’ère chrétienne, et de tous genres confondus, le CDLI(http://cdli.ucla.edu/) est LA base de données. Il s’agit d’un projet international animé par plusieurs équipes d’assyriologues, de conservateurs de musée et d’historiens. Son objectif est de rendre accessibles les textes cunéiformes (estimés aujourd’hui à plus de 500000 exemplaires connus à travers le monde), grâce à une banque de données et un moteur de recherche à plusieurs entrées (termes, genres littéraires, provenance…).

Ce site possède également un onglet « tools&resources » très pratique, qui apporte des données utiles (liste de signes, des noms de mois…).

MULLER FIG. 8

Digital Corpus of Cuneiform Lexical Texts (DCCLT)

Le DCCLT (http://oracc.museum.upenn.edu/dcclt), comme son nom l’indique, est consacré aux textes lexicaux. Son objectif est de proposer en ligne la totalité des tablettes lexicales, photographiées et translittérées, éditées dans un format permettant la recherche de signes et de mots. Il travaille en collaboration avec le Sumerian Dictionary (ePSD) et la CDLI.

D’autres sites utiles

A côté de ces importantes bases de données, il existe d’autres sites permettant d’accéder à des textes cunéiformes, de façon plus dispersée.

Mise en ligne ponctuelle de tablettes

Certaines institutions (par exemple des universités) possédant une collection de tablettes en font parfois l’édition en ligne, quasiment toujours avec des photographies (le numérique permettant une édition moins coûteuse que le papier). En voici quelques exemples pour la période d’Ur III :

  • Le site de la célèbre Collection Schoyen a regroupé 21 tablettes provenant de Sumer et de Babylonie en rapport avec l’histoire sumérienne.

(http://web.archive.org/web/20070302115237/http:/www.schoyencollection.com/sumerianhist.htm)

MS 2426

MS 2426

 

Les blogs et pages personnelles de chercheurs

A côté de tous ces sites d’institutions publiques, il existe également des initiatives personnelles, œuvres de chercheurs qui publient sur leur page personnelle ou sur leur blog.

La page web de John A. Halloran (http://www.sumerian.org/) a déjà été citée pour son lexique de sumérien en ligne (cf. volet 1), mais elle donne également accès à d’autres ressources, notamment les proverbes.

Pascal Attinger, sumérologue et professeur à l’Université de Berne, met régulièrement en ligne ses traductions de texte avec commentaires (une cinquantaine), notamment des lettres, ainsi que des textes mythologiques et littéraires (http://www.iaw.unibe.ch/attinger). On trouve également sur sa page, sous l’onglet « Dokumente », un lexique sumérien-français.

MULLER FIG. 10

Les catalogues de musées

Il faut signaler que certains sites web de grands musées, comme celui du Louvre ou du British Museum, mettent à disposition des catalogues permettant de « surfer » parmi leurs collections (respectivement à partir des liens suivants : http ://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=crt_frm_rs&langue=fr&initCritere=true et http ://www.britishmuseum.org/research/search_the_collection_database.aspx). La recherche peut se faire par numéro d’inventaire du musée, dans le cas d’une recherche précise, ou par mot-clef. Elle permet d’accéder à de très bonnes photographies des tablettes et autres objets portant un texte en cunéiforme. Il arrive même parfois qu’une transcription et une traduction soient disponibles, comme c’est le cas pour BM 90835 (mais cela reste rare).

BM 90835

BM 90835

Les ouvrages en ligne 

Enfin, plusieurs sites permettent de télécharger librement des éditions de corpus de textes cunéiformes.

L’Oriental Institut of Chicago (OIC) met en ligne un grand nombre de ses publications, anciennes ou récentes, comme par exemple la célèbre Sumerian King List de Th. Jacobsen datant de 1939 (http://oi.uchicago.edu/research/pubs/catalog/as/as11.html).

Pour les recueils de textes déjà anciens et libres de droit d’auteur (et souvent difficiles d’accès en version papier) : le site http://www.etana.org/, spécialisé dans les ressources numériques du Proche-Orient ancien, permet d’en télécharger un grand nombre.

MULLER FIG. 12

L’écriture cunéiforme, servant notamment à noter la langue sumérienne, est le plus ancien moyen de communiquer par l’écrit. Il est désormais accessible grâce à la dernière technologie mise en œuvre en matière de communication : internet. Ce qui démontre que même la plus vieille langue écrite peut aussi se mettre à la mode …

L’auteur :
Virginie Muller est doctorante à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Muller V. 2013. Le sumérien à l’ère du numérique (2), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 25 octobre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1875

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. fornazero benjamin dit :

    Chère madame Muller, merci pour ce billet qui est très bien fait , avec de très nombreuses références, qui permet d’avoir déjà une immense source d’informations. Merci pour les heures de recherche gagnées, car votre synthèse est remarquable. BF

  1. 11 novembre 2013

    […] Deuxième volet : les corpus de textes en ligne La valeur d'internet comme aide à l'apprentissage du sumérien, notamme…  […]

  2. 13 juin 2014

    […] “ Deuxième volet : les corpus de textes en ligne La valeur d'internet comme aide à l'apprentissage du sumérien, notamme…”  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *