Les dunes, danseuses aux pieds de plomb

Dans la pensée commune, des idées reçues ont acquis un statut de vérité vraie. Cela n’est pas l’apanage des faits quotidiens. Même dans les sciences de la nature dites « dures », des évidences n’ont qu’une apparence de véracité.

Les dunes font curieusement partie du lot. Pourquoi ? Peut-être parce qu’elles sont chargées d’une force que l’on peut qualifier d’émotionnelle, leur conférant des propriétés imaginaires, inexistantes ou tout au moins inexactes.

Une des premières est leur extension : le sens commun imagine les déserts comme d’immenses étendues dunaires.  Ceux qui en ont étudié les représentations corroborent cette vision : Roux (1996) montre que les dunes et le sable représentent l’essentiel des écrits sur le Sahara ; or, les ergs (massifs de dunes) n’en couvrent qu’un cinquième, alors que les regs, surfaces caillouteuses en formant l’essentiel, ne sont presque pas cités.

Dans les aires de dunes, il existe des formes très mobiles, lorsque les vents présentent une direction dominante. Ce sont surtout les barkhanes, dunes en forme de croissant, ou leur combinaison. Elles avancent à une vitesse différente d’une région à l’autre, selon la force des vents locaux, mais toujours d’autant moins vite qu’elles sont grandes. Dans le nord-ouest de la Mauritanie, par exemple, Coursin (1963) a montré que la progression des barkhanes se faisait selon la formule d = 300/h, où d = déplacement annuel de la dune en mètres et h = hauteur de la dune en mètres ; une dune de 30 m de hauteur avance donc de 10 m/an, une dune de 5 m de hauteur de 60 m/an.

Mais les régions à dunes mobiles sont minoritaires. Ailleurs, notamment dans les grands ergs, la place des dunes reste fixe. On rétorquera que cela n’est pas possible au regard des volumes déplacés lors des tempêtes de sable. L’objection peut être levée si l’on considère que le sable et les dunes ne sont pas des objets de même échelle et suivent des lois physiques qui peuvent être différentes. Et surtout, de nombreuses observations de terrain apportent la preuve de cette stabilité : le sable bouge, pas les dunes. Cela ne signifie pas qu’elles sont complètement figées :  leur sommet va se déplacer de quelques mètres lors des vents violents et l’on dit que la dune « fume » tant il y a de sable transporté. Mais cela est très peu par rapport à leur taille et leur base reste fixe.

Des « preuves » de stabilité existent et sont de l’ordre des sciences humaines. Nous en retiendrons deux :

– dans le Grand Erg occidental, au nord-ouest du Sahara algérien, erg très dense où le sable couvre la totalité de la surface, certaines dunes plus élevées et plus pentues sont appelées Guern (« corne » en arabe dialectal), suivi d’un nom propre. Une des plus remarquables, au nord-est de l’erg, est Guern ech Cheikh (fig. 1), du nom d’un grand chef de tribu du 18ème siècle. Si la position et la forme d’ensemble de la dune avaient varié, les nomades n’auraient pas pu lui attribuer un nom.

Fig. 1 : La dune de Guern ech Cheikh (Grand Erg occidental).

Fig. 1 : La dune de Guern ech Cheikh (Grand Erg occidental).

– des implantations humaines montrent aussi que les hommes avaient remarqué cette stabilité : sur la bordure occidentale du même erg, le ksar (village fortifié) de Taghit (fig. 2), est installé depuis des siècles sur une plate-forme rocheuse entre l’oued et une grande dune vive, à une centaine de mètres du pied de la dune. Il y a de la place sur l’autre rive ; si les hommes se sont placés là, c’est qu’ils avaient observé au fil du temps que la dune ne bougeait pas, et cela s’est confirmé.

Le Ksar de Taghit, coincé depuis des siècles entre l’oued et les dunes.

Fig. 2 : Le Ksar de Taghit, coincé depuis des siècles entre l’oued et les dunes.

 

Dans la couverture sableuse continue du Grand Erg Occidental, les dunes encerclent d’étroits chaudrons, invisibles lorsqu’on est sur celles-ci.

Fig. 3 : Dans la couverture sableuse continue du Grand Erg Occidental, les dunes encerclent d’étroits chaudrons, invisibles lorsqu’on est sur celles-ci.

Ces phénomènes sont peu étudiés, tant l’idée commune de mobilité a prévalu et prévaut encore. Lors de recherches que j’ai effectuées dans le Grand Erg occidental, certaines paléoformes lacustres ont apporté une preuve supplémentaire de cette stabilité. Le couvert sableux continu (fig. 3) est perforé dans sa partie nord-est par des dépressions creusées par le vent. Si elles atteignent le substratum en périphérie, ce n’est pas le cas au centre de l’erg où le fond est lui-même sableux. Lors des périodes plus humides de l’Holocène, des paléolacs se sont formés par remontée d’une nappe d’eau développée dans les dunes et ont laissé des dépôts lacustres (Callot 1991, Callot & Fontugne 2008). Les dépôts (figs. 4,5) ne disparaissent pas sous les bords des chaudrons, ce qui montre qu’ils étaient à la même place il y a plusieurs milliers d’années.

Le paléolac de Guern es Guesmia 1, au cœur du Grand Erg Occidental. Les dépôts, datés de 8800 à 7100 BP, suivent le versant abrupt du chaudron.

Fig. 4 : Le paléolac de Guern es Guesmia 1, au cœur du Grand Erg Occidental. Les dépôts, datés de 8800 à 7100 BP, suivent le versant abrupt du chaudron.

Dans le paléolac de Guern es Guesmia 2, encore plus resserré que le 1 et daté de 10 000 à 7 300 ans BP, la coupe, haute d’environ 1,5m, est « collée » contre le versant du chaudron.

Fig. 5 : Dans le paléolac de Guern es Guesmia 2, encore plus resserré que le 1 et daté de 10 000 à 7 300 ans BP, la coupe, haute d’environ 1,5m, est « collée » contre le versant du chaudron.

 La stabilité des formes est fort intéressante pour la géoarchéologie et même pour l’archéologie en général, ou encore pour la préhistoire : dans de nombreuses régions, la place des formations dunaires était la même à l’époque des implantations humaines étudiées. La reconstitution des paléoenvironnements des sites en est donc facilitée. A l’inverse, la position de certains sites dans des aires où il y a actuellement des dunes, même fixes, ou, pire, des aires où circulent de grandes dunes mobiles, pose le problème de la gestion de cette contrainte par les sociétés de l’époque.

Il ne faudrait pas en conclure que l’on peut faire n’importe quoi dans les déserts, notamment en matière d’aménagement. Si les dunes bougent peu, le sable lui, circule beaucoup, et en quantité. Souvent, il ne s’arrête pas parce que la surface du désert est plane, sans aspérités. Dès que l’homme modifie cet état naturel, par exemple en construisant des bâtiments, ou des routes, le flux est perturbé, ralenti et du sable se dépose là où il semblait absent. Il existe des procédés pour pallier, ou tout au moins restreindre, cette difficulté, mais ceci est une autre histoire…

 

Bibliographie :

Callot Y. 1991. Le Grand Erg Occidental (Algérie). Histoire d’un massif de dunes, Science et changements planétaires – Sécheresse 2/1, 26-39.

Coursin A. 1964. Observation et expériences faites en avril et mai 1956 sur les barkhanes du Souehel el Abiodh (région est de Port-Etienne), Bulletin de l’I.F.A.N. XXVI, sér. A, 989-1022.

Callot Y., Fontugne M. 2008. Les sites lacustres d’âge holocène dans l’est du Grand Erg occidental (nord-ouest du Sahara algérien), Géomorphologie : relief, processus, environnement 3,187-200.

Coursin A. 1964. Observation et expériences faites en avril et mai 1956 sur les barkhanes du Souehel el Abiodh (région est de Port-Etienne), Bulletin de l’I.F.A.N. XXVI, sér. A, 989-1022.

Roux M. 1996. Le désert de sable : Le Sahara dans l’imaginaire des Français (1900-1994), L’Harmattan, Paris.

L’auteur :
Yann Callot
est Professeur de Géographie – Université Lumière – Lyon 2.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Pour citer ce billet : Callot Y. 2013. Les dunes, danseuses aux pieds de plomb, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 11 octobre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1780

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *