Du vent, de l’eau et des hommes pour modeler un paysage

Fig.1 : Carte de l’Égypte. La zone d’étude est située dans le sud de l’Égypte, dans l’oasis de Kharga, l’une des principales oasis actuelles du désert libyque.

Fig. 1 : Carte de l’Égypte. La zone d’étude est située dans le sud de l’Égypte, dans l’oasis de Kharga, l’une des principales oasis actuelles du désert libyque.

La région de Douch (fig.1), dans le désert libyque (Égypte), est étudiée par les archéologues de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO) depuis 1976. Elle présente à l’observateur un paysage tout à fait original (fig. 2) : cette région est en effet l’une des plus arides du monde et les précipitations sont quasi nulles. En dehors des oasis actuelles, tributaires de forages profonds dans les nappes souterraines, la végétation est presque inexistante. Les processus éoliens sont donc particulièrement efficaces et on trouve de grandes hauteurs de dépôts constitués de sédiments apportés par le vent. Ces dépôts originellement plus uniformes ont ensuite été entaillés sous l’action éolienne jusqu’à former des yardangs (buttes profilées formées par le vent dans un dépôt de sédiment ou dans une roche) de 3 à 6 mètres de haut selon les secteurs, et dont la superficie est très variable, de quelques mètres carrés à près de deux hectares. Plus surprenante encore que la dissection très importante des dépôts quaternaires et la hauteur des yardangs ainsi formés, la présence de vestiges de bâtiments et de champs sur leurs sommets nous interroge. Ces vestiges datant des époques perse, ptolémaïque et romaine intéressent particulièrement les archéologues car ils attestent la présence d’oasis importantes entre le Vème s. avant J.-C. et le Vème s. après J.-C. Comment expliquer la présence de ces vestiges archéologiques au sommet des yardangs ? Quels furent les processus à l’œuvre dans la formation d’un tel paysage ?

Fig.2 : Groupe de yardangs (buttes profilées formées par le vent dans un dépôt de sédiment ou une roche) constitués de sédiments fins apporté par le vent Au sommet de l’un d’entre eux, on remarque les vestiges d’un bâtiment d’époque ptolémaïque (IVème ou IIIème siècle avant notre ère).

Fig. 2 : Groupe de yardangs (buttes profilées formées par le vent dans un dépôt de sédiment ou une roche) constitués de sédiments fins apporté par le vent. Au sommet de l’un d’entre eux, on remarque les vestiges d’un bâtiment d’époque ptolémaïque (IVème ou IIIème siècle avant notre ère).

Le paysage actuel de la région constitue un palimpseste : il regroupe des éléments qui, bien que juxtaposés, se formèrent en fait durant des périodes différentes, suivant des processus génétiques (modes de formation) distincts. Ce que l’on observe à l’échelle de la région n’est donc pas une stratigraphie classique – les formations ou les vestiges les plus anciens se trouvant en dessous, les plus récents au dessus – mais un ensemble de stratigraphies juxtaposées et discordantes les unes par rapport aux autres. La compréhension de ce type de systèmes nécessite une approche combinant plusieurs échelles spatiales, d’un dépôt de quelques mètres cubes à une région aussi vaste que la partie orientale du Sahara et du Sahel, et plusieurs échelles temporelles, sur une période allant du siècle dernier jusqu’au début de l’Holocène, il y a environ 12.000 ans. Cela nécessite de croiser des données issues de la bibliographie, des travaux de terrain, des analyses en laboratoire et les résultats obtenus par les archéologues de l’IFAO. Les travaux menés dans le cadre de ma thèse de géographie au sein du laboratoire Archéorient m’ont permis de distinguer au moins trois étapes importantes dans la formation du paysage actuel. Chacune de ces étapes correspond à un assemblage de trois facteurs distincts : le vent, l’eau et les hommes.

Fig.3 : Ancienne source artésienne tarie. Le sédiment fin a été piégé par l’eau et les végétaux vivant autour de la source lors de sa période d’activité.

Fig. 3 : Ancienne source artésienne tarie. Le sédiment fin a été piégé par l’eau et les végétaux vivant autour de la source lors de sa période d’activité.

Le premier assemblage concerne une période comprise entre le début de l’aridification de cette partie du Sahara, 4000 ans avant notre ère, et un important hiatus dans l’occupation humaine de la région vers 2500 avant notre ère. Après une période plus humide ayant permis la formation de lacs temporaires et de nombreuses installations nomades dans la région (Wendorf et Schild, 1980), son aridification progressive mena à un recul des lacs et de la végétation. Une fois l’ensemble des lacs asséché, la majeure partie de la végétation ne reçut plus suffisamment d’eau pour survivre. L’absence de végétation entraîna une déflation éolienne (érosion par le vent d’un matériel non cohérent), qui mobilisa une grande quantité de sédiments fins. Dans le même temps, malgré l’aridité climatique, certaines sources continuèrent à fonctionner. En entretenant la végétation, elles permirent de piéger une partie des sédiments transportés par le vent, comme en témoignent certains dépôts (fig.3) comprenant des concrétions de carbonates de calcium (CaCO3) liées à l’eau des sources et des vitrifications provoquées par des feux de végétation.

Fig.4 : Foyer (environ 2800 ans avant notre ère) en place pris dans un dépôt de sédiments fins lié à une source artésienne tarie. Correspondant à une occupation temporaire, il témoigne de la présence ponctuelle d’hommes à proximité des sources.

Fig. 4 : Foyer (environ 2800 ans avant notre ère) en place pris dans un dépôt de sédiments fins lié à une source artésienne tarie. Correspondant à une occupation temporaire, il témoigne de la présence ponctuelle d’hommes à proximité des sources.

Autour de ces vestiges de sources, les chercheurs de l’IFAO ont découvert des traces d’occupations humaines temporaires jusqu’en 2500 avant notre ère (fig.4) : ces occupations, conditionnées par la présence des sources et limitées dans le temps par leur tarissement, n’eurent probablement pas un grand impact sur la formation des paysages, hormis le fait qu’elles favorisèrent les incendies. Le premier assemblage comprend donc le vent, moyen de transport du sédiment, et l’eau des sources, moyen d’entretenir des secteurs végétalisés propices à son dépôt. De nombreuses buttes de sédiments fins se sont donc formées. L’homme influait peu sur le système, profitant simplement d’une combinaison favorable des deux facteurs précédents, et l’eau des nappes jouait au contraire un rôle central : on peut parler dans ce cadre de paléoenvironnement et de processus d’évolution des paysages contrôlés par les eaux du sous-sol. Ce système s’effondra probablement en raison de la raréfaction des sources vers 2500 avant notre ère.

Le second assemblage concerne l’époque des oasis antiques, du Vème siècle avant notre ère au Vème siècle de notre ère. Après une longue période d’abandon de la région, celle-ci devint un véritable front pionner grâce aux innovations techniques : le creusement de qanats (des canaux drainants souterrains puisant dans les aquifères) et de nombreux puits permit en effet l’irrigation et la mise en culture de surfaces importantes (Bousquet, 1996). Tous ces champs, en maintenant une végétation pérenne, ont permis un dépôt très rapide des sédiments transportés par le vent. Ce dépôt a entraîné un exhaussement tout aussi rapide des terres arables (élévation du niveau du sol), ce qui explique que nous trouvions des bâtiments et des restes de champs au sommet des yardangs : le sommet actuel des yardangs correspond en fait au niveau des terres cultivées et habitées aux époques ptolémaïque et romaine (fig. 5). Dans ce système, au contraire du précédent, c’est l’homme qui tient un rôle central. Par les travaux agricoles et l’exploitation minière des eaux du sous-sol, il est l’élément clé du dépôt : on peut donc parler de paléoenvironnement et de processus d’évolution des paysages contrôlés par l’homme et par les eaux du sous-sol. Ce système a pris fin quand la baisse du niveau des eaux souterraines et l’exhaussement du niveau des terres sont devenus trop importants pour permettre l’exploitation de l’eau par les moyens techniques disponibles.

Fig.5 : Grand yardang composé de sédiments fins apportés par le vent. La couche très différente constituant son sommet est composée des déblais de creusement d’un regard de qanat à l’époque ptolémaïque ou romaine. La hauteur du dépôt que ces déblais ont protégé de l’action du vent témoigne donc de la hauteur des terres cultivées et habitées durant l’antiquité.

Fig. 5 : Grand yardang composé de sédiments fins apportés par le vent. La couche très différente constituant son sommet est composée des déblais de creusement d’un regard de qanat à l’époque ptolémaïque ou romaine. La hauteur du dépôt que ces déblais ont protégé de l’action du vent témoigne donc de la hauteur des terres cultivées et habitées durant l’antiquité.

Enfin, le troisième assemblage correspond à une combinaison des deux précédents. Les prospections de l’IFAO ont montré que depuis la fin de l’époque romaine, les installations agricoles dans la région ont été plus limitées dans le temps et dans l’espace. En effet, l’exhaussement rapide des terres a continué, mais de manière ponctuelle et beaucoup plus localisée, dans les secteurs encore cultivés, alors que la corrasion éolienne (usure d’une roche cohérente par le sable transporté par le vent) disséquait et érodait les dépôts dans le reste de la région, menant ainsi à la formation de ce paysage “ruiniforme” marqué par de très nombreux yardangs. Dans ce système, en dehors des secteurs agricoles, le vent est de loin le facteur de morphogenèse le plus efficace ; l’environnement et les évolutions paysagères sont donc fortement conditionnées par les dynamiques éoliennes.

Si le vent a été constant depuis le début de l’Holocène, c’est par ses interactions avec l’eau et les hommes qu’il a contribué à l’originalité du paysage de la région de Douch. Trois ingrédients, le vent, l’eau et les hommes, dont les combinaisons ont varié selon plusieurs assemblages successifs, ont donc formé progressivement le paysage, selon des processus géomorphologiques qui sont encore à l’œuvre de nos jours. C’est à partir des indications multiples que nous tirons de ce paysage et des éléments qui le composent que nous pouvons, progressivement, retrouver la trace des conditions environnementales passées.

Bibliographie :

Bousquet B. 1996. Tell-Douch et sa région. Géographie d’une limite de milieu à une frontière d’Empire, DFIFAO 31, Le Caire.

Wendorf F., Schild R. 1980. Prehistory of the Eastern Sahara, Academic Press, New-York.

L’auteur :
Maël Crépy est doctorant à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Géographie, ED 483
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Crépy M. 2013. Du vent, de l’eau et des hommes pour modeler un paysage, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 20 septembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1618

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 7 mars 2016

    […] SITE INTERNET.[en ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1618%5Bpage consulté le 3 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *