Les premiers boeufs domestiques

Actuellement, la période où apparaissent les plus anciens ongulés domestiques est datée entre 9 500 et 9 200 ans BP (environ 7500-7200 av. J.-C.). Ce sont la chèvre, le mouton, le cochon et le bœuf. Ils sont issus respectivement de l’égagre (ou bézoar), du mouflon oriental (ou mouflon rouge), du sanglier et de l’aurochs oriental. Cette domestication a été réalisée dans une région comprise entre le nord de la Syrie et le sud-est de la Turquie : la région de la plaine de Slanurfa et les contreforts sud de l’Anti Taurus (Fig. 1). Les premiers éleveurs appartenaient à la culture dite Néolithique Pré-Poterie B ancien (PPNB ancien) (Peters et al.2005).

Figure 1 – Sites du PPNB ancien où apparaissent les plus anciens ongulés domestiques. Le site le plus méridional, Aswad, est daté de la fin de la période.

Figure 1 – Sites du PPNB ancien où apparaissent les plus anciens ongulés domestiques. Le site le plus méridional, Aswad, est daté de la fin de la période. (cliquer pour agrandir)

Le bœuf (terme générique désignant les bovins domestiques) est emblématique de cette domestication, car il regroupe tous les aspects de ce phénomène, que ce soit l’économie alimentaire, l’artisanat, le transport, l’agriculture, la représentation sociale (possession, pouvoir et prestige), enfin le domaine spirituel avec les rites et la religion (fig 2).

Nos bovins domestiques ont leurs racines dans les aurochs du Proche-Orient, qui diffèrent de l’aurochs occidental, l’urus des auteurs latins, tant par leur morphométrie que par leur génome.

Fig 2 - Insertion des bovins dans les domaines cultuels.

Figure 2 – Insertion des bovins dans les domaines cultuels.

Antérieurement à leur domestication, les bœufs sauvages occupaient une place importante dans les sociétés de chasseurs – agriculteurs sédentaires du Néolithique Pré-poterie A (10 000 à 9 500 ans BP). L’apport en protéines animales était essentiellement fournit par la chasse aux gazelles, aux équidés (ânes et hémiones) et à l’aurochs, avec une évolution à la fin de la période où ce dernier remplace en partie les équidés. Ces chasses étaient collectives et consistaient en rabattage et abattage massif des troupeaux et des hardes. Elles étaient saisonnières (printemps et surtout automne), au moments où les activités agricoles le permettaient mais aussi au moment où une partie des animaux était grasse, mâles au printemps, femelles en automne (Gourichon et Helmer 2008).

La domestication va introduire de nouveaux rapports entre les hommes et ces animaux. Paradoxalement, ce n’est pas dans l’apport en viande que cela se manifeste. Certes, il y a régulation de l’approvisionnement, mais l’étude des restes osseux du PPNB ancien montre que la part du domestique est faible dans l’alimentation et la chasse reste la principale activité fournissant de la viande : moins que des éleveurs-agriculteurs, ces hommes paraissent être des chasseurs-agriculteurs pratiquant un peu d’élevage, et ce n’est qu’à partir de 9200 BP qu’ils seront pleinement éleveurs.

Figure 3 – Maison aux bucranes d’aurochs, niveau III/E, Jerf el Ahmar (Photo D. Stordeur)

Figure 3 – Maison aux bucranes d’aurochs, niveau III/E, Jerf el Ahmar (Photo D. Stordeur)

Alors pourquoi domestiquer ce gros animal ombrageux ? La place des bovins dans le domaine du spirituel est effective pour les périodes antérieures : dépôts de cornes et d’omoplates, bucranes (fig. 3), représentations graphiques (gravures et reliefs en ronde-bosse) (Cauvin 1997). Mais aux périodes suivantes, la part du bœuf n’apparaît pas magnifiée, au contraire : l’être humain prend une plus grande place dans les représentations et les dépôts de cornes évoluent, des bœufs vers les caprinés (essentiellement les chèvres) (Helmer et al. 2004). Les pratiques rituelles n’offrent donc pas d’explication satisfaisante. En revanche, si on se tourne vers le domaine économique, l’étude de la morphologie et de la taille des bêtes met en évidence deux phénomènes. Le premier dans le temps, au PPNB ancien, montre que les phalanges postérieures des bœufs domestiques deviennent plus trapues et ressemblent aux antérieures. Ce changement correspond à une réponse mécanique du squelette en cas de mise en charge sur le dos des animaux ; ces bœufs ont donc été utilisés pour porter des charges pesantes. Le dimorphisme sexuel est encore plus faible à la période suivante (PPNB moyen, de 9200 à 8500 BP) : les bêtes peuvent être énormes (parfois plus grandes que les aurochs) et les os présentent d’autres pathologies de travail (fig. 4), certaines phalanges étant identiques à ce que l’on peut voir chez les animaux castrés actuels (Helmer 2008, Helmer et Gourichon 2008). L’usage des bêtes pour le transport et le travail de force (bâts et traction) est donc très ancien. Ensuite, deuxième évènement, les âges d’abattage de ces bovins impliquent une exploitation du lait.

Ces éléments mis bout à bout – la faiblesse de l’apport de viande, la mise au travail des animaux et l’exploitation du lait dès les premières preuves de domestication – permettent d’émettre l’hypothèse que cette domestication des bovins a eu pour origine une exploitation des “produits du vivant”, donc de la force des animaux et de leur lait (Vigne et Helmer 2007, Helmer et al. 2007). Ce résultat est renforcé par le fait que le lait est source de beurre, produit gras pouvant remplacer la graisse animale recherchée par les chasseurs du PPNA.

Figure 4 – Pathologies consécutives à la mise au travail des bovins sur les métatarses. A Cafer Höyük (PPNB moyen), B Tell Mureybet (PPNA), C Tell Aswad (PPNB moyen). Les flèches simples montrent les débuts d’éparvin (début de fusion du métatarse avec le grand cunéiforme), la flèche double l’écrasement de la surface articulaire.

Figure 4 – Pathologies consécutives à la mise au travail des bovins sur les métatarses. A Cafer Höyük (PPNB moyen), B Tell Mureybet (PPNA), C Tell Aswad (PPNB moyen). Les flèches simples montrent les débuts d’éparvin (début de fusion du métatarse avec le grand cunéiforme), la flèche double l’écrasement de la surface articulaire. 

Une des conséquences de ces évènements est le nécessaire gardiennage des animaux, êtres particulièrement  mobiles pouvant s’égayer très rapidement. La structure du groupe humain s’en trouve forcément modifiée. Le glissement de la simple possession d’animaux vers le prestige du possesseur, puis la fortune et le pouvoir, est quasi inéluctable. De facto, les sociétés se partagent entre “producteurs”, c’est-à-dire les groupes (ou les villages) d’éleveurs, et “consommateurs”, c’est-à-dire les groupes ou agglomérations alimentés en viande et en lait, et ceci dès le PPNB récent (Helmer et al. 2007).

Pour le cheptel, plusieurs points sont affectés, principalement les suivants :

– la structure des groupes animaux : pourcentages de mâles et de femelles, perte des compétitions intraspécifiques avec diminution du dimorphisme sexuel.

– La morphologie des bêtes : réduction de certaines zones encéphaliques entraînant une modifications des proportions crâniennes, réduction de la taille des cornes de bovins et modification de la morphologie de celles des ovins et caprins, variations de la taille au garrot (surtout une baisse mais parfois une augmentation), changement de proportions de segments osseux et de certains os (allométries).

– La physiologie, notamment celle de la lactation, et la photopériode avec le désaisonnement de la mise bas (de printanière à automnale).

 La domestication, lors de la Néolithisation, n’a pas consisté en l’instauration d’un rapport simple entre les animaux et les hommes : c’est une interrelation complexe entre les besoins et les désirs des hommes d’un côté, et les réponses éthologiques et physiologiques des bêtes de l’autre, interrelation qui a modifié de façon durable notre rapport à la nature par appropriation des animaux :  « L’homme change l’état naturel des animaux en les forçant à lui obéir, et les faisant servir à son image : un animal domestique est un esclave…tandis que l’animal sauvage n’obéissant qu’à la nature, ne connaît d’autres lois que celles du besoin et de la liberté. » (Buffon 1769).

Bibliographie

Buffon Leclerc G.L. Comte de 1769 (nouvelle édition). Histoire naturelle, générale et particulière, Imprimerie royale, Paris. (édition en ligne disponible sur http://www.buffon.cnrs.fr/)

Cauvin J. 1997. Naissance des divinités, naissance de l’agriculture, CNRS Éditions, Paris.

Gourichon L., Helmer D. 2008. Étude archéozoologique de Mureybet, in :  Ibaňez J.J. (ed.), Le site Néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). En hommage à Jacques Cauvin, Archeopress, BAR International series 1843 (I-II), Oxford, vol. I, Chap. V, 115-228.

Helmer D. 2008. Révision de la faune de Cafer Höyük : apports des méthodes de l’analyse des mélanges et de l’analyse de Kernel à la mise en évidence de la domestication, in : Vila E., Gourichon L., Choyke A.M., Buitenhuis H. (eds), Archaeozoology of the Near  East VIII, TMO 49, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 169-195.

Helmer D., Gourichon L. 2008. Premières données sur les modalités de subsistances à Tell Aswad (Syrie, PPNB moyen et récent, Néolithique céramique ancien) – Fouilles 2001-2005, in : Vila E., Gourichon L., Choyke A.M. & Buitenhuis H. (eds), Archaeozoology of the Near East VIII, TMO 49, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon : 119-151.

Helmer D., Gourichon L. et Stordeur D. 2004. Á l’aube de la domestication animale. Imaginaire et symbolisme animal dans les premières sociétés néolithiques du nord du Proche-Orient, in : Bonte P., Brisebarre A. M., Helmer D., Sidi Maamar H. (eds), Domestications animales : dimensions sociales et symboliques. Hommage à Jacques Cauvin, Lyon, Nov. 2002, Anthropozoologica 39 (1), 143-163.

Helmer D., Gourichon L., Vila E. 2007. The development of the exploitation of products from Capra and Ovis (meat, milk and fleeces) from the PPNB to the Early Bronze in the northern Near East (8700 to 2000 BC cal.),  in : Balasse M., Yacobaccio H., Vigne J.-D.,  Helmer D., Goepfert N. (eds), Herding Techniques. ICAZ International Conference Mexico 2006, Anthropozoologica 42/2, 41-69.

Peters J., Driesch A. von den, Helmer D. 2005. The Upper Euphrates-Tigris Basin: Cradle of agro-pastoralism? in : Vigne J.-D., Peters J., Helmer D. (eds), The first Steps of Animal Domestication. Proceedings of the 9th International Council of Archaeozoology (ICAZ, Durham, 2002), Oxbow Books, Oxford, 96-123.

Vigne J.-D.,Helmer D. 2007. Are the ‘secondary products’ all secondary, especially for the birth of Old world cattle and caprine domestication? Milk as a component of the neolithisation process, in : Balasse M., Yacobaccio H., Vigne J-D., Helmer D., Goepfert N. (eds), Herding Techniques. ICAZ International Conference Mexico 2006. Anthropozoologica 42/2, 9-40.

L’auteur :
Daniel Helmer est Directeur de Recherche au CNRS, retraité.
Archéozoologue, spécialisé dans l’étude de la domestication au Proche-Orient.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Helmer D. 2013. Les premiers bœufs domestiques, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 13 septembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1581

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *