Qu’est ce que l’ethnoarchéologie ?

Silos et galettes de combustibles (région d'Alep, Syrie, 1973)

Silos et galettes de combustibles (région d’Alep, Syrie, 1973)

Le principe sur lequel repose l’ethnoarchéologie est simple : il consiste à utiliser les résultats d’une enquête ethnographique — donc auprès d’une population vivante — pour interpréter les résultats de l’enquête archéologique — qui interroge, elle, par la fouille, un monde disparu.  Les traces matérielles retrouvées en fouille sont confrontées aux éléments matériels observés lors du travail ethnographique de terrain, dont l’interprétation est alors assurée par l’enquête orale. Par éléments matériels, on entend non seulement toutes sortes d’objets (et la manière de s’en servir !), mais aussi, par exemple, l’architecture et l’organisation de l’habitat ou la pratique de l’agriculture et de l’élevage.

L’ethnoarchéologie est arrivée en France dans les années 70 du siècle dernier, comme un des avatars de la so-called « New Archaeology », venue des États-Unis. Rien d’étonnant : dans les Universités américaines, archéologues et ethnologues travaillent dans un même département, le Department of Anthropology, et peuvent donc confronter quotidiennement leurs points de vue. Il en va tout autrement dans les Universités françaises, où les archéologues sont regroupés, soit avec des « littéraires » pour les archéologues dits « classiques » tenus de pratiquer le grec et le latin et dont les terrains de fouilles sont essentiellement la Grèce et l’Italie, soit avec les « historiens » pour les autres. L’archéologie a longtemps été considérée comme une discipline « annexe » au service des disciplines « nobles » que sont la Littérature et l’Histoire.

Quant aux préhistoriens, réputés incultes car ils ne pratiquent pas les textes, ils sont, selon les cas, hébergés par les « scientifiques » spécialistes des Sciences de la Terre et de la Vie, ou, parfois, tolérés chez les historiens ou les ethnologues.

Bâtiment enterré de plan circulaire (Mureybet, Syrie, IXe millénaire)

Bâtiment enterré de plan circulaire (Mureybet, Syrie, IXe millénaire)

Cette situation a prévalu jusqu’au développement relativement récent d’une archéologie « nationale », incarnée notamment par l’INRAP, qui a contribué à professionnaliser, et du même coup à isoler du système universitaire ou du CNRS, la pratique archéologique.

Pour être complet, il faut rappeler le rôle majeur joué en France par A. Leroi-Gourhan, en dehors de toute mode, dans son enseignement d’Ethnologie préhistorique au Collège de France — donc en dehors de l’Université (même s’il avait enseigné d’abord à la Faculté des Lettres de Lyon puis à Paris 1) ! Son parcours personnel l’avait précisément conduit de l’ethnologie (au Japon) à la préhistoire, avec ses fameux chantiers-écoles d’Arcy-sur-Cure et de Pincevent où se formèrent plusieurs générations de préhistoriens français et étrangers. Pour rester dans la francophonie, la « théorisation » de la méthode ethnoarchéologique est ensuite venue d’archéologues français, comme J.-Cl. Gardin (1982), ou de préhistoriens suisses, comme A. Gallay (1982 et 1986).

L’ethnoarchéologie ne consiste pas à comparer, terme à terme, un fait archéologique dont on cherche la clé, avec un fait ethnographique choisi au hasard. Trois conditions au moins sont requises : la continuité historique, le contexte géographique et le contexte socio-économique.

Le village de Tureng-Tepe (Iran, 1971)

Le village de Tureng-Tepe (Iran, 1971)

La première condition est souvent remplie dans le Nouveau Monde, berceau, on l’a vu, de l’ethnoarchéologie. Les vestiges des campements paléo-indiens pouvaient directement « parler » à leurs descendants directs, survivants des conquêtes successives, lorsqu’ils étaient interrogés par les archéologues. Dans un tout autre contexte, mais avec le même souci de continuité, on peut rappeler le cas d’école rapporté par F. Hole (1974) : lors de la fouille dans le sud de l’Iran d’un campement d’éleveurs semi-nomades vieux de 8000 ans, il avait demandé au début du chantier à ses ouvriers, eux-mêmes éleveurs semi-nomades, de « prédire » l’emplacement présumé du foyer dans ce qui restait des emplacements de tentes. A la fouille, le foyer était alors apparu à l’emplacement indiqué…

Pour garder sa cohérence, l’enquête ethnoarchéologique doit être en outre conduite dans un même contexte géographique, à plusieurs échelles : on peut enquêter dans  la même région où l’on fouille, y compris dans les villages proches des chantiers comme je l’ai fait moi-même en Syrie et en Turquie, pour comparer l’architecture néolithique et l’architecture vernaculaire locale (voir plusieurs exemples in Aurenche 2012). On peut aussi comparer des sociétés éloignées, non seulement dans le temps, mais également dans l’espace, à condition qu’elles vivent dans des microenvironnements comparables, comme l’a fait P. Pétrequin (1984) au Bénin, pour comprendre l’habitat néolithique sur pilotis des lacs du Jura français et suisse.

Couverture de l'ouvrage de P. et A.-M. Pétrequin (CNRS Editions, 1994)

Couverture de l’ouvrage de P. et A.-M. Pétrequin (CNRS Editions, 1994)

L'équilibre de l'herminette au repos, sur l'épaule d'un habitant de Langda (Indonésie) (P. et A.-M. Pétrequin, Écologie d'un outil: la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), CNRS Editions, Paris, p. 40.

L’équilibre de l’herminette au repos, sur l’épaule d’un habitant de Langda (Indonésie) (P. et A.-M. Pétrequin, Écologie d’un outil : la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), CNRS Editions, Paris, p. 40.

Reste enfin, et peut-être surtout, le contexte socio-économique : les sociétés anciennes, préhistoriques ou historiques, ne peuvent se comparer qu’à des sociétés de l’ère préindustrielle. Par exemple, jusqu’à l’arrivée du béton, il était possible d’observer dans le Proche Orient rural des constructions en matériaux « traditionnels », les mêmes depuis des millénaires, tels que la pierre, la terre et le bois. Même nombreuses et variées, et souvent propres à des environnements précis en fonction de la géologie ou de la végétation, les possibilités de mise en œuvre de ces matériaux restaient parfaitement comparables. Les observer « en vraie grandeur » permet de les restituer avec, à défaut d’une parfaite exactitude, au moins une certaine vraisemblance…

 Plan d’une maison détruite et de ses abords, avec la position des zones d’activités de taille lithique (Ormu-Wari, Indonésie) (P. et A.-M. Pétrequin, Écologie d’un outil: la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), CNRS Editions, Paris, p. 312.

L’histoire des techniques, qui constitue l’une des principales voies d’accès aux sociétés anciennes, se prête particulièrement bien à l’ethnoarchéologie. A. M. et P. Pétrequin (1994) se sont rendus jusqu’en en Nouvelle Guinée pour observer in vivo la fabrication et la circulation des haches de pierre polie qui constituent un important fossile directeur du Néolithique européen. De même, M. Picon (1995) est parti au Maroc étudier la fabrication et la diffusion des céramiques traditionnelles en référence à la situation en Gaule romaine, comme A. Gallay l’avait fait au Mali pour comprendre la place de la céramique dans le Néolithique suisse.

Couverture de l'ouvrage de D. Macaulay (Editions des Deux Coqs d'Or, 1981)

Couverture de l’ouvrage de D. Macaulay (Editions des Deux Coqs d’Or, 1981)

Il ne s’agit donc pas de comparer des éléments isolés sortis de leur contexte, mais de constituer à partir d’enquêtes ethnographiques globales un « savoir de référence », ou des banques de données dans lesquelles l’archéologue pourra trouver des réponses possibles, puisqu’elles existent en vraie grandeur dans un monde réel et bien vivant. Ces réponses ont plus de chances de se révéler plausibles que celles qui seraient directement issues de son cerveau fertile. On ne saurait trop recommander à cet égard la lecture du savoureux livre de D. Macaulay paru en français en 1981 aux éditions des Deux Coqs d’or — un éditeur pour enfants ! — sous le titre La civilisation perdue. Naissance d’une archéologie… Il y relate la découverte d’une chambre de motel américain deux mille ans après son abandon, et l’interprétation qu’en tire ce nouvel Howard Carter mis en présence d’une nouvelle tombe de Toutankhamon….

Mais aujourd’hui la démarche ethnoarchéologique a atteint ses limites. La progression continue et universelle des conséquences de la « révolution industrielle » (pour faire vite) et le développement inéluctable de la « mondialisation » (toujours pour faire vite !) rendent de plus en plus difficiles, pour ne pas dire impossibles, les enquêtes de terrain susceptibles de donner lieu à des développements ethnoarchéologiques. L’ethnoarchéologie est-elle désormais condamnée à devenir, à son tour, une « simple » archéologie ?

Bibliographie :

Aurenche O. 2012. Vous avez dit ethnoarchéologue ?, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Gallay A. 1982. Réflexions sur le concept d’ethnoarchéologie, Nouvelles de l’archéologie 4, 34-42.

Gallay A. 1986. L’archéologie demain, Paris, Belfond.

Hole F. 1974. Tepe Tula’i: an early campsite in Khuzistan, Paléorient 2 (2), 219-242.

Gardin J.-C. 1982. Préface au dossier « L’ethnoarchéologie. Etat de la question », Lettre d’information d’archéologie orientale 5, 5-8.

Macaulay D. 1981. La civilisation disparue. Naissance d’une archéologie, Paris, Les Deux Coqs d’or.

Pétrequin P. 1984. Gens de l’eau, gens de la terre, Paris, CNRS Éditions.

Picon M. 1995. Pour une relecture de la céramique romaine : caractéristique des argiles et des produits, techniques de fabrication, facteurs économiques et sociaux, in Bazzana A., Delaigue M.-C. (dir.) Ethno-archéologie méditeranéenne. Finalités, démarches et résultats. Table ronde organisée par la Casa de Velazquez, CCV 54, Madrid, 141-158.

L’auteur :
Olivier Aurenche est Professeur de Préhistoire émérite – Université Lumière – Lyon 2.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Aurenche O. 2013. Qu’est ce que l’ethnoarchéologie ?, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 6 septembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1459

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *