Un bel exemple de valorisation scientifique : l’exposition itinérante « Tylos »

Logo d’entrée de l’exposition (Musée National de Bahreïn)

Dans le cadre de l’opération « Manama, capitale arabe de la Culture 2012 », le Musée National de Bahreïn a organisé en avril-mai 2012 une exposition patrimoniale  intitulée « Tylos, le voyage vers l’Au-delà. Rites et coutumes funéraires de Bahreïn du 2e siècle avant J.-C. au 3e siècle après J.-C. ». Cette exposition, préparée sous le commissariat scientifique de Pierre Lombard (directeur de la Mission archéologique française à Bahreïn) et de Nadine Boskmati-Fattouh (Ministère de la Culture du Royaume de Bahreïn), visait à faire découvrir au public régional les exceptionnelles et récentes découvertes relatives à la phase dite « hellénistique » de cette île au riche passé.

Section finale de l’exposition, consacrée aux stèles funéraires

La phase historique « Tylos » (nom sous lequel Bahreïn est mentionnée dans les textes classiques) est essentiellement connue à travers l’archéologie funéraire.  Les très nombreuses nécropoles de cette période, activement fouillées depuis une vingtaine d’années, témoignent d’un développement exceptionnel de l’île, qui  à cette époque, notamment vers le 1er siècle après J.-C., a visiblement renoué les liens et les traditions commerciales qu’elle entretenait déjà à l’âge du Bronze avec le reste du monde proche-oriental (Mésopotamie, Levant, Égypte, monde iranien et indien, Asie Centrale probablement). Le riche matériel des sépultures démontre avec quelle minutie le rite de passage du défunt vers l’Au-delà était organisé. Des provisions de « voyage », liquides ou solides, étaient déposées dans des récipients appropriés. Le défunt lui-même, les yeux et la bouche rituellement couverts de bandeaux d’or, disposait de tout le matériel nécessaire à sa parure (étuis à cosmétiques, flacons à parfums, vases à onguents divers, bijoux d’or et d’argent) afin de paraître sous son meilleur aspect devant ses dieux. Des lampes à huile (destinées à éclairer un itinéraire sans doute obscur ?), des armes (pour parer à de mauvaises rencontres ?), accompagnaient aussi souvent ces défunts, parmi lesquels les plus aisés étaient déposés dans des cercueils de bois dont quelques exemplaires intacts ont été retrouvés. Près des sépultures, enfin, ont souvent été mis au jour des stèles figurées qui témoignent d’une évolution locale particulièrement intéressante : de forme purement schématique au début de la période (« steles-nephesh », symbolisant simplement l’âme du défunt), ces sculptures s’humanisent progressivement avec le temps, devenant vers les 2e et 3e siècles après J.-C. de véritables représentations des individus, dans la tradition palmyrénienne ou parthe.

Une vue de la scénographie proposée au Musée de l’Hermitage

Bannière de l’exposition dans la cour du Palais d’Hiver des tsars (aujourd’hui Musée de l’Hermitage)

Après avoir été présentée à Bahreïn, cette exposition originale a entamé un périple d’abord en Russie (Musée de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg de juillet à mi-octobre – où elle a attiré plus de 200 000 visiteurs ! cf. le reportage consacré à l’inauguration par la chaine nationale de TV russe– , Musée d’art oriental de Moscou de fin novembre à février), qui se poursuivra ensuite éventuellement au Japon, puis en Europe ou aux États-Unis (contacts en cours).

Le Ministère de la Culture de Bahreïn proposera bientôt sur son site Web un lien autorisant une visite virtuelle de l’exposition (que nous vous communiquerons lors d’une prochaine édition de ce blog).

 

 

 

L’auteur :
Pierre Lombard est Chargé de Recherche au CNRS.
Archéologue, il est Directeur de la Mission Archéologique française à Bahreïn (Ministère des Affaires Étrangères)
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Lombard P. 2012. Un bel exemple de valorisation scientifique : l’exposition itinérante « Tylos », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 7 novembre 2012. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/145

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *