La mission 2013 à Qasr Shemamok – Kilizu (Kurdistan irakien)

Fig. 1 : Carte de la Mésopotamie du Nord.

Fig. 1 : Carte de la Mésopotamie du Nord.
(cliquer pour agrandir)

Le site de Qasr Shemamok – Kilizu (Fig. 1) se trouve à mi-chemin entre Erbil et Kalakh-Nimrud, au cœur de l’ancien pays assyrien, dans le nord de l’actuel Irak et de la région kurde (pour une présentation, sur le web, du site et des premières saisons, voir la publication électronique Mar-shiprim). Il s’agit d’un des derniers tells de grandes dimensions (environ 80 hectares) situés au cœur de l’antique Assyrie qui n’ait pas été l’objet de fouilles scientifiquement menées. Le site, avec sa citadelle et sa ville basse (Fig. 2), a été identifié dès le milieu du 19ème siècle grâce à la trouvaille, par A.H. Layard, d’inscriptions sur des briques cuites, qui citent les grands travaux d’aménagement de la cité de Kilizu (lue d’abord comme « Kakzu »), réalisés par le roi Sennachérib (vers 700 av. J.-C.). A l’époque néo-assyrienne, Kilizu a été la capitale d’une province de l’Empire.

Fig. 2 : Plan général de Qasr Shemamok - Kilizu, avec la position des chantiers A et B.

Fig. 2 : Plan général de Qasr Shemamok – Kilizu, avec la position des chantiers A et B.

Fig. 3 : Plan général du chantier A.

Fig. 3 : Plan général du chantier A.
(cliquer pour agrandir)

Notre troisième mission, en 2013, a eu lieu du 6 avril au 21 mai, grâce à une subvention de la Commission des Fouilles du Ministère des Affaires Etrangères français et à différentes aides complémentaires, dont celle du CNRS. L’équipe, comme d’habitude très internationale, se composait d’étudiants et de doctorants originaires de divers pays (France, Irak, Roumanie, Espagne, Etats-Unis, Syrie, Tchéquie) et de collègues (archéologues, architectes, anthropologue, géomorphologues, dessinateur) français, italiens, irakiens, catalans, polonais et syriens ainsi que de deux représentants de la direction des Antiquités d’Erbil.
Après avoir mis au jour, lors des saisons précédentes, grâce à une longue tranchée Nord-Sud, une imposante terrasse en briques crues associée à un système d’escaliers monumentaux sur le flanc sud du tell (chantier A), et fouillé un grand bâtiment d’époque plus récente sur le sommet du site (chantier B), nous avons choisi d’élargir et d’approfondir cette année le dégagement de ces deux importantes constructions.
La grande terrasse de briques crues rouges (Fig. 3), dont la dernière élaboration date très certainement du règne de Sennachérib, a été repérée maintenant sur près de 900 m2 (env. 25×35 m.). Elle avait servi par la suite, à l’époque hellénistique (3ème s. av. J.-C. env.), de support pour l’installation d’un quartier de maisons, identifiées dès l’an passé grâce à des grandes fosses de stockage, des foyers et plusieurs crapaudines (Fig. 4).

Fig. 4 : Chantier A, restes des maisons hellénistiques installées sur la « terrasse rouge ».

Fig. 4 : Chantier A, restes des maisons hellénistiques installées sur la « terrasse rouge ».

L’élargissement de la fouille a permis de dégager les restes de plusieurs de ces maisons, avec des murs et des sols, étagées sur la pente jusqu’au sommet du tell. Cette constatation est de première importance pour la compréhension de la stratigraphie dans cette partie du tell. Puisque nous avons désormais la preuve que les couches les plus récentes que nous y avons identifiées sont hellénistiques, nous devons supposer que les éventuels niveaux d’époque parthe, sassanide ou islamique que nous nous attendions à y trouver ont été enlevés par l’érosion, ou nivelés par des travaux anciens (construction d’un fort ottoman, et arasement des surfaces par des aménagements militaires modernes et contemporains).

Fig 5 Section dans les deux terrasses rougesIMG_1212

Fig. 5 : Chantier A, sondage dans la « terrasse rouge » montrant deux phases.

Quant à la grande terrasse rouge néo-assyrienne, nous en avons continué le dégagement dans les secteurs où elle était la mieux conservée, en particulier en rectifiant et en élargissant une grande fosse hellénistique fouillée l’an passé. Nous avons ainsi pu identifier deux phases bien distinctes (Fig. 5), séparées par un niveau d’occupation associé à un système de circulation en briques cuites. Par ailleurs, il est maintenant clair que la rampe monumentale en briques cuites que nous avions découverte et dégagée lors des deux premières saisons, et qui portait une inscription de Sennachérib (Fig. 6), faisait partie de l’ensemble constitué par la phase la plus récente de la terrasse rouge. La nature exacte de ce que nous appelons « terrasse rouge » reste incertaine : il pourrait s’agir effectivement d’une terrasse, destinée à supporter des bâtiments et peut-être un mur d’enceinte, ou bien plus simplement d’une sorte de coffrage de la pente du tell, aménagé avec un système de circulations en escaliers pour accéder à une entrée ou à un bâtiment situé sur le sommet du tell (Fig. 7). Un dégagement encore plus large et une fouille plus profonde seront nécessaires pour pouvoir proposer une interprétation solidement fondée.

Fig 6 Rampe et inscription2

Fig. 6 : Chantier A, la rampe monumentale avec l’inscription du nom de Sennachérib (en 2012).

Fig 7 proposition de restitution 3D de la terrasse Azara

Fig. 7 : Chantier A, proposition de restitution 3D de la « terrasse rouge », associée à la rampe monumentale (P. Azara).

Il est aussi apparu que la couche sur laquelle avait été construite la terrasse rouge la plus ancienne contenait essentiellement du matériel d’époque médio-assyrienne (14ème-11ème siècle av. J.-C. env.) : céramique de type « Nuzi », brique inscrite et fragments de clous de fondation mentionnant le roi Adad-nirari Ier (vers 1300 av. J.-C.), identifié grâce à la mention de sa filiation (fils d’Arik-den-ili et petit-fils d’Enlil-nirari). Mais ces couches médio-assyriennes ont montré un mode d’organisation typique d’un remblai : on n’y voit aucune stratification régulière et elles sont constituées de débris incohérents. Il est donc probable qu’avant de commencer à disposer les briques de la terrasse rouge les constructeurs ont préparé un soubassement constitué de terre et de débris prélevés dans des couches médio-assyriennes voisines, peut-être alors situées plus haut sur le tell (Fig. 8). Ces couches médio-assyriennes ne sont donc pas dans leur position d’origine. Toutefois, en continuant le sondage sous la rampe monumentale et presque à la base du tell, après avoir traversé une sorte de glacis de plus de deux mètres d’épaisseur, nous avons atteint, à la fin de la saison, des niveaux médio-assyriens en place, avec le sommet de restes de murs (Fig. 9), datés de la même époque d’après la céramique associée.

Chantier A, section Est-Ouest dans le remblai sous la "terrasse rouge".

Fig. 8 : Chantier A, section Est-Ouest dans le remblai sous la « terrasse rouge ».

Chantier A, un mur médio-assyrien en place.

Fig. 9 : Chantier A, un mur médio-assyrien en place.

La fouille du chantier B avait été entamée l’année dernière : dans un grand carré de 20 mètres sur 10, nous avions dégagé, sous une couche moderne datant de la période de l’utilisation militaire du site, les restes d’un grand bâtiment sans doute de type officiel, sans traces d’occupation domestique, qui avait été arasé et qui nous avait livré trop peu de matériel diagnostique pour que nous puissions en proposer une datation. La fouille d’un second carré, à l’ouest du premier, a permis cette année d’en continuer le dégagement (Fig. 10 et 11) et de découvrir de la céramique datable de l’époque parthe (du 2ème siècle av. au 2ème siècle ap. J.-C.).

Fig. 10 : Chantier B, le grand bâtiment parthe (en 2012).

Fig. 10 : Chantier B, le grand bâtiment parthe (en 2012).

Au nord de ces deux carrés, nous avons nettoyé et rectifié – comme une sorte de sondage – un grand cratère dû à l’explosion d’une bombe larguée d’un avion durant le dernier conflit. Ce sondage nous a permis de dégager en section les différents niveaux du bâtiment parthe et, plus bas, d’arriver, à la fin de la saison, sur des niveaux d’occupation plus anciens, hellénistiques ou déjà post-néo-assyriens (Fig. 12).

Fig. 11 :  Chantier B, plan général.

Fig. 11 : Chantier B, plan général.
(cliquer pour agrandir)

Dans une ravine proche de ce sondage, à environ deux mètres sous le niveau atteint par les fouilles de cette année, nous avons remarqué les restes de deux sols superposés en briques cuites. Une fois dégagés (Fig. 13), l’un d’eux s’est révélé être un sol en place avec des traces d’incendie, dont quatre briques portaient une inscription mentionnant, ici aussi, le roi Adad-nirari Ier et sa filiation. Nous sommes donc sur le sol d’un bâtiment officiel construit à l’époque de ce souverain, à une cote altimétrique pas très éloignée (2 m.) de celle du fond du sondage voisin.

Cette mission nous a donc permis de mieux comprendre la stratigraphie générale du tell qui, comme nous l’espérions, nous livrera des niveaux médio- et néo-assyriens très importants, mais nous permettra aussi d’étudier l’occupation de la région à l’époque hellénistique et parthe. Les prospections menées lors des saisons précédentes nous ont montré, par ailleurs, que toute la région, dans un rayon d’environ cinq kilomètres, a été intensément occupée depuis le Chalcolithique jusqu’à l’époque moderne. L’étude géomorphologique menée cette année (prof. Picotti, Université de Bologne) montre que le réseau hydrographique était, dans l’antiquité, bien plus alimenté qu’aujourd’hui, permettant d’envisager, pour Kilizu et les sites associés, un véritable rôle de port fluvial. C’est tout un ensemble urbain complexe, dans un environnement évoluant sur plusieurs millénaires, que nous espérons mettre au jour peu à peu.

Fig. 12 : Chantier B, le sondage dans le cratère créé par une bombe.

Fig. 12 : Chantier B, le sondage dans le cratère créé par une bombe.

Fig. 13 : Chantier B, sol médio-assyrien avec briques inscrites.

Fig. 13 : Chantier B, sol médio-assyrien avec briques inscrites.

Les auteurs :

Olivier Rouault est Directeur de la Mission Archéologique Française à Qasr Shemamok
Professeur émérite, Lyon2, Archéologie du Proche-Orient ancien
CNRS UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Maria Grazia Masetti-Rouault est co-Directeur de la Mission Archéologique Française à Qasr Shemamok
Directeur d’Etudes, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris-Sorbonne, chaire Religions du monde syro-mésopotamien, Histoire et Archéologie
CNRS UMR 8167 – Orient et Méditerranée, Paris

 


Pour citer ce billet : Rouault O. et Masetti-Rouault M. G. 2013. La mission 2013 à Qasr Shemamok – Kilizu (Kurdistan irakien), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 05 juillet 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1302

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 15 août 2014
  2. 14 avril 2015

    […] émérite de l’université Lille 3. Depuis 2013, une doctorante participe aux fouilles de Qasr Shemamok, dans le Kurdistan irakien, mission dirigée par Olivier Rouault (Université Lyon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *