Innovatives SHS : émergence d’une communauté de la valorisation numérique en Sciences Humaines et Sociales

Girard_fig_2_Affiche_InnovativesSHSLes 16 et 17 mai derniers, l’InSHS a organisé à Paris le salon Innovatives SHS, premier salon de la valorisation en sciences humaines et sociales. Ce projet au long cours, initié dès 2011 par l’InSHS, a sélectionné et invité 47 programmes dans quatre domaines : Territoire, Patrimoine, Éducation, Expertises. Un espace « posters » présentait 23 programmes supplémentaires, sur les mêmes thématiques.

L’objectif de la manifestation était d’affirmer la place et la légitimité des SHS – au même titre que les sciences dites « dures » – dans un processus de transfert des connaissances scientifiques vers l’ensemble de la société dont le projet de loi actuellement en cours de vote au Parlement réaffirme « l’ardente obligation ».

Truelles & Pixels, programme multimédia interactif de valorisation de l’archéologie, porté par la MSH MOM (USR 3439) et le laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes (UMR 5140) de Lattes-Montpellier, avec le concours actif de tous les laboratoires de la MOM, avait été retenu dans le cadre de l’espace Éducation et y a bénéficié d’un stand.

De gauche à droite : Séverine Sanz (UMR 5140), Jean-Pierre Girard, Claudine Maréchal, Emmanuelle Vila (MSH MOM, Lyon).

De gauche à droite : Séverine Sanz (UMR 5140), Jean-Pierre Girard, Claudine Maréchal, Emmanuelle Vila (MSH MOM, Lyon).

Nous avons ainsi pu présenter l’ensemble du programme de valorisation Truelles & Pixels à Alain Fuchs, Président du CNRS, en compagnie de Patrice Bourdelais, Directeur de l’InSHS, ainsi qu’à Michel Audiffren, Président du GIS Réseau national des MSH, et à Marc Le Gal (Directeur de Lyon Science Transfert, qui a financé la relance de Truelles & Pixels en 2011 et 2012).

L’allure et l’organisation du salon et de l’espace Truelles & Pixels

L’organisation et le design du salon ont été étroitement centralisés par l’InSHS, qui en a déterminé et imposé les codes… et même le graphisme de la décoration intérieure des stands (3 posters chacun obéissant à des règles strictes, dont un seul à consacrer au programme de valorisation). Tirant le meilleur profit d’un espace assez exigu, l’aménagement choisi donnait une belle impression d’ensemble mais – contrepartie d’un design « globalisé » – très uniforme ; la répétition visuelle d’un stand à l’autre n’était compensée que par la variété (et la richesse) des applications présentées sur écrans.

 Vue d’ensemble de l’espace Education

Vue d’ensemble de l’espace Éducation

Ce sont donc ces écrans qui ont joué le rôle d’accroche pour les visiteurs, précédant le contact direct : contenus, graphismes et jeux du site documentaire Truelles & Pixels sur borne-PC tactile, vidéo présentant le simulateur d’archéologie Simulex’Archéo (soutenu par le Ministère de la Culture et par le Labex Archimede) sur une TV en hauteur, module de test du « jeu sérieux » (serious game) Janus (soutenu par le Labex IMU) sur une borne-tablette.

Mathieu Loiseau (post-doctorant Janus) et Patrice Cervellin (pour Simulex’Archéo) ont travaillé nuit et jour pour produire à temps le module Janus et la vidéo de Simulex’Archéo qui étaient, dans ce contexte, le meilleur moyen d’en démontrer les gameplay (ressorts de jeu).

Le stand de Truelles & Pixel

Le stand de Truelles & Pixels

Nous avons enregistré des réactions enthousiastes face à la perspective de la sortie de notre simulateur d’archéologie. Nous avons pu mesurer l’impact toujours fort de nos modules documentaires sur Internet, ainsi que l’attente réelle de nouveautés portant sur de nouvelles spécialités disciplinaires. Enfin, le mini-prototype de “jeu sérieux” présenté a séduit les quelques médiateurs et acteurs de l’éducation présents au salon par son approche innovante du processus d’apprentissage : des quêtes en ligne auxquelles l’apprenant se confronte depuis le terrain.

Nombre de professionnels ou étudiants en archéologie se sont proposés pour être un relais du projet Truelles & Pixels et les médiateurs scientifiques ont été convaincus par notre idée de mise en réseau de manifestations archéologiques de toutes tailles.

Les tables rondes et les débats

J’ai pu assister à deux des cinq tables rondes organisées en parallèle du salon : “Savoir et industries culturelles” et “La valorisation : pratiques et enjeux”. La première a été très didactique et professionnelle, la seconde plus décevante…

Une assistance nombreuse pour les tables rondes.

Une assistance nombreuse pour les tables rondes.

a – Savoirs et industries culturelles (valorisation audiovisuelle et multimédia)

La table ronde réunissait un géographe du CREDA-CNRS, la directrice de CNRS Images, un directeur délégué des éditions Armand Colin et un producteur audiovisuel-multimédia (Camera lucida).

À partir d’une expérience vécue par F.-M. Le Tourneau lors d’une mission au Brésil, l’échange s’est longuement penché sur le documentaire télévisuel. Quatre points en sont ressortis :

– des informations sur les coûts de production : de l’ordre de 250 k€ pour un 52′ (± 5000 € la min) ramenés à 40% de ce total pour les productions de CNRS Images, qui dispose d’un personnel de production interne ;

– les effets contradictoires de la prolifération des chaînes : de nouvelles “cases” ont été ouvertes pour le documentaire scientifique (“archéologie” est 3e sur la liste des thèmes favoris), mais la nouvelle “économie de l’attention” induite par la surabondance de l’offre entraîne un resserrement de l’éventail des sujets dans ces cases et un interventionnisme assez marqué des chaînes sur l’éditorialisation du fond scientifique, de façon à rendre visible une “identité éditoriale” forte (“marketing de l’attention”) ;

– des informations sur les modèles de financement : ± 50 % du budget de production apporté par la chaîne aux heureux élus, 25 à 30 % apporté par le Centre National de la Cinématographie (CNC) via un producteur ; restent 20 à 25 %  à trouver auprès d’autres co-producteurs… et ceux-ci sont très difficiles à réunir ;

– le débat valorisation marchande/non marchande : CNRS Images a insisté  sur le faible poids des recettes commerciales dans ses ressources…

En fin de séance s’est imposée la question du multimédia, c’est-à-dire, dans le contexte, du format webdocumentaire, auquel Camera lucida s’est frottée avec Mission Printemps : un terrain encore très expérimental et des coûts supérieurs à ceux du documentaire traditionnel.

b – La valorisation : pratiques, enjeux

La table-ronde réunissait trois responsables ou cadres de services universitaires de transfert et valorisation (universités de Lorraine et Paris-Dauphine, PRES de Lyon) et le directeur du RTP Valorisation des SHS, par ailleurs directeur de la MSHE (Besançon).

Ce second débat s’est avéré très décevant. Au lieu de s’attacher à présenter des cas concrets de valorisation réussie pour en tirer des leçons plus larges, les orateurs ont tourné autour de questions générales : légitimité de la valorisation, inadéquation des critères « sciences dures » appliqués aux SHS, etc.

Parmi les interventions néanmoins pertinentes :

– Claire Brossaud (PRES de Lyon) a souligné l’intérêt de définir un/des critères d’utilité sociale au-delà des critères quantitatifs d’évaluation et a pointé le décalage des modèles économiques entre “l’économie de brevets” des sciences dures et “l’économie de services”, peu industrialisable, qui est majoritairement celle des SHS ;

– François Favory (RTP Valorisation des SHS) a rappelé que la part des services dans l’économie (directement impactée par les SHS) est de près de 70 % du PIB, contre 25 % pour l’industrie « dure » – d’où l’importance stratégique d’élargir le périmètre des actions de valorisation – et a noté que cette dernière, au-delà de freins avérés, est l’une des missions légales d’un chercheur.

Mais quelle “valorisation” ? That is the question… à laquelle ce débat n’a certes pas répondu, traduisant la valse-hésitation, voire la crainte, du monde de la recherche devant les multiples sens du mot-valise “valorisation” – auquel les opérateurs (et la loi) associent désormais celui de « transfert », moins ambigu. On ne parla donc pas, ou très peu, de valorisation économique : il s’agissait d’abord de convaincre la communauté de la recherche que le mot même de valorisation n’était pas… un gros mot.

Le salon proprement dit : contacts et réactions du public, quelques-uns des programmes présentés

L’absence de public fut la grande déception de ce salon, censé être un ambassadeur des réalisations des laboratoires vis-à-vis des autres acteurs, en particulier privés, de la société. Les visiteurs des stands furent, dans leur grande majorité… les exposants des stands voisins, bien que les organisateurs aient annoncé 800 visiteurs. Mais cet état de fait permit à de très nombreux échanges de se développer, chacun s’en allant découvrir les (superbes) réalisations de ses collègues.

Visite de l’espace Education

Visite de l’espace Éducation

Nos rencontres avec les autres équipes ont donc permis d’approfondir quelques sujets-clés :

– les modèles économiques, bien sûr, qui peuvent ne viser qu’à réaliser un projet (“one shot”) ou chercher à le faire vivre longtemps en organisant son évolution : les structures juridiques et contractualisations associées n’ont alors rien à voir, la question de la participation financière publique ne se pose pas dans les mêmes termes, etc. La comparaison entre les “jeux sérieux” « Kompany » (université de Poitiers-rectorat-Ouat Entertainment) et « Les Éonautes » (« spin-off » du laboratoire Cultures et sociétés en Europe de l’université de Strasbourg) fut à cet égard passionnante et instructive ;

Jean-Pierre Girard et Patrick Schmoll (UMR 7236-Cultures et Sociétés en Europe, MISHA Strasbourg) sur le stand des Éonautes

Jean-Pierre Girard et Patrick Schmoll (UMR 7236-Cultures et Sociétés en Europe, MISHA Strasbourg) sur le stand des Éonautes

 Stand de Kompany

Stand de Kompany 

– la question, dans certains cas, de l’apport heuristique du recours au numérique pour l’activité de recherche elle-même : ainsi le projet « Usines 3D » (laboratoire d’Histoire économique, sociale et des techniques de l’université d’Évry-Universciences) opère la restitution d’une chaîne de fabrication automobile ancienne versus l’étude de sources brutes photographiques, cinématographiques ou vidéo ;

Stand de MAP

Stand de MAP

– la démonstration de cas concrets dans lesquels la production de l’action de valorisation débouche directement sur de nouvelles questions de recherche, tel « Monuments en partage » (Modèles et simulations pour l’architecture et le patrimoine [MAP], laboratoire partagé des ENS d’Architecture de Lyon, Nancy, Marseille et Paris) ;

– la mutualisation de ressources documentaires, financée par le portage des données sur le marché, illustrée par le projet « Cartomundi » (université d’Aix-Marseille-MMSH d’Aix-en-Provence-BNF-IGN) : un catalogage massif de fonds cartographiques, numérisés ou non, donnant en outre accès en ligne à la consultation des cartes numérisées – à toute échelle – et à une acquisition éventuelle.

Sans oublier les échanges avec deux groupes de jeunes chercheurs commençant à travailler sur l’anthropologie de la valorisation…

C’est ainsi qu’une opération de communication externe un peu décevante s’est révélée – grâce, il faut le dire, à une organisation de l’espace et du temps rigoureuse et efficace – être une formidable expérience de communication interne autour de la valorisation et des outils numériques. Selon le mot de Pierre Mounier (Cléo-OpenEdition, l’un des exposants), cette manifestation « a posé les bases d’une véritable communauté de la valorisation numérique (au sens le plus large) au sein de l’InSHS », qu’il appartient désormais à l’Institut de faire vivre.

Galerie de portraits

Isabelle Sidera

Isabelle Sidera (UMR 7055, MAE Nanterre) : poster l’Archéologie en images

Cécile Michel (UMR 7041-ArScAn, MAE Nanterre) : stand de "l’Ecriture cunéiforme".

Cécile Michel (UMR 7041-ArScAn, MAE Nanterre) : stand de « l’Ecriture cunéiforme« .

Sophie Kern (UMR 5596-Dynamique du Langage, ISH Lyon) : stand de l’IFDC

Sophie Kern (UMR 5596-Dynamique du Langage, ISH Lyon) : stand de l’IFDC

Hélène Coqueugniot (UMR 5199-PACEA, Bordeaux) et Françoise le Mort (UMR 5133-Archéorient, MSH MOM Lyon) : stand de la Malette Vircopal

Hélène Coqueugniot (UMR 5199-PACEA, Bordeaux) et Françoise le Mort (UMR 5133-Archéorient, MSH MOM Lyon) : stand de la Malette Vircopal

Nicolas Ovtracht, UMR 5593-LET (Université Lyon 2) : stand du projet IMU Mosart

Nicolas Ovtracht, UMR 5593-LET (ISH, Lyon) : stand du projet Mosart

L’auteur :
Jean-Pierre Girard est  chargé de projet « Truelles et Pixels ».
Spécialiste de l’édition et la valorisation numérique.
USR 3439, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Girard J.-P. 2013. Innovatives SHS : émergence d’une communauté de la valorisation numérique en Sciences Humaines et Sociales, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 14 juin 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *