De part et d’autre du Très Long Mur, dans la steppe syrienne

Le "Très Long Mur" sur la plateforme de ‘Ayn al-Zarqa où ne subsistent que des blocs de travertin (cliché Mission Marges arides).

Le « Très Long Mur » sur la plateforme de ‘Ayn al-Zarqa où ne subsistent que des blocs de travertin (cliché Mission Marges arides).

Lorsque l’on circule dans la steppe aride de Syrie, on est frappé par le nombre de murs, de murets, d’alignements de pierres plus ou moins bien conservés que l’on croise : kites, enclos, délimitation de “propriétés” et de terroirs, murs de protections des cultures contre les animaux, parcellaires, etc. Dans ces régions où ont alterné sédentarité et nomadisme mais que les sédentaires ont longtemps abandonnées suite aux incursions byzantines et hamdanides du Xe siècle, puis aux invasions mongoles, avant d’y revenir progressivement seulement à partir du milieu du XIXe siècle, l’érosion semble s’être assoupie et les traces d’une mise en valeur millénaire ont subsisté, en une sorte de palimpseste où s’enchevêtrent les vestiges des différentes civilisations qui s’y sont succédé. Il est vrai que les hommes n’ont cessé, depuis le Néolithique, d’aménager cette terre rude, aux précipitations faibles (entre 100 et 400 mm/an) et irrégulières, souvent inhospitalière du fait d’un manque récurrent de ressources en eau. Et ce n’est pas un hasard si les installations les plus anciennes sont hydrauliques : des mares aménagées, sur le modèle des “kamenitsas”, vasques naturelles créées par la dissolution de roches calcaires, remonteraient au PPNB récent/final (Néolithique pré-céramique).

Depuis cette haute époque, nomades et sédentaires se sont côtoyés, dans une complémentarité économique qui ne peut masquer des rivalités territoriales évidentes pour le contrôle des meilleures terres. Alternativement, les uns et les autres eurent momentanément le dessus et s’ingénièrent à préserver au mieux leurs acquis.

Un des moyens d’y parvenir fut, probablement dès l’âge du Bronze ancien IV (2450-2000 av. J.-C.), de marquer la limite entre les terres dévolues aux agriculteurs sédentaires et celles laissées aux pasteurs et à leurs troupeaux.

Carte de localisation du "Très Long Mur" (infographie G. Devilder ; fonds de carte : Syrien, Homs & Hama, Military Housing Establishment).

Carte de localisation du « Très Long Mur » (infographie G. Devilder ; fonds de carte : Syrien, Homs & Hama, Military Housing Establishment).

C’est en tout cas ainsi que l’on peut interpréter les vestiges d’un Très Long Mur (TLM), découvert dans la steppe à l’est de la ville de Hama, lors des prospections menées dans les « Marges arides de Syrie du Nord » par une mission conjointe syro-française, dirigée par moi-même et par Nazir Awad (DGAMS, Damas), et qui visaient à mettre en évidence le peuplement, l’occupation du sol et les formes de mise en valeur qu’a connus cette steppe tout au long de l’Holocène. Ce mur est le plus long que nous ayons découvert, mais pas le seul, loin s’en faut : par exemple, autour du site romano-byzantin de Isriya, a été mis en évidence un autre mur, grossièrement circulaire, qui délimite autour de cette agglomération un secteur réservé d’environ 7500 ha.

Le TLM court sur plus de 220 km, dessinant un arc de cercle tourné vers l’est. Au nord-ouest, en pleine zone aride, il débute près d’une forteresse défendue par deux enceintes concentriques massives, Ragm al-Sawan, datée du Bronze ancien IV et du Bronze moyen (2000-1600 av. J.-C.). Vers le sud-ouest, le mur s’étend à perte de vue, sinuant sur les glacis et les collines, franchissant les oueds, traversant les montagnes sans se soucier ni de l’altitude ni de la raideur de la pente. Après avoir tourné vers l’ouest, il escalade les pentes de l’Anti-Liban. Il se termine en un lieu remarquable, sur la ligne de crête de ce massif, à la faveur d’un col d’où l’on découvre l’immensité de la plaine de la Béqaa et du Mont Liban.

Le site de Ragm al-Sawan, forteresse localisée à l’extrémité nord du "Très Long Mur" (cliché Mission Marges arides).

Le site de Ragm al-Sawan, forteresse localisée à l’extrémité nord du « Très Long Mur » (cliché Mission Marges arides).

Large de 0,8 à 1,1 m, toujours monté en pierres sèches, le mur est le plus souvent construit avec un double parement de blocs bruts posés de chant ou à plat. Effondré, conservé au mieux sur quelques assises seulement, sans fondation, il est édifié avec les matériaux que ses constructeurs trouvaient sur place (calcaire, basalte, travertin …). Du fait de sa relative fragilité (largeur restreinte, absence de contreforts) et de la faible quantité de pierres éboulées à son pied, on ne saurait lui restituer une hauteur de plus d’1,5 m. Certes, la partie supérieure de son élévation pouvait être constituée de terre, comme cela est fréquent dans l’architecture de la région – de nos jours comme par le passé – mais, même dans ce cas, la hauteur était forcément limitée par la faible largeur de l’assise.

Alors qu’en est-il de ce mur, exceptionnel par sa longueur, remarquable par son tracé, construit dans une région de marge aride réputée peu fertile, et si fragile !

Tordons d’abord le cou à un préjugé bien ancré : les zones de steppes arides, si elles n’ont effectivement pas la fertilité des terres du Croissant fertile, mieux arrosées, ne sont de loin pas sans intérêt pour une économie de type agro-pastoral. Et de nombreux vestiges archéologiques (nous avons inventorié plus de 1000 sites de tous ordres, sur un espace de près de 7000 km2) témoignent de périodes de peuplement sédentaire dense, alternant certes avec des phases où la steppe ne fut guère parcourue que par des nomades et leurs troupeaux.

Le Bronze ancien IV correspond à une de ces périodes “fastes” qui connut une expansion remarquable du peuplement sédentaire, allant au delà des limites que connaît cette occupation à l’époque contemporaine. Quelle explication à ce phénomène ? A l’exception des secteurs orientaux les plus secs climatiquement (moins de 150 à 200 mm par an en moyenne), où seuls des micro-milieux édaphiquement favorisés peuvent servir de base à une exploitation agricole d’ampleur toujours limitée, le paysage des « marges arides » le plus fréquent se présente comme une mosaïque de milieux où s’enchevêtrent les terroirs cultivables et les zones de pâture, au gré des variations de la géologie, des sols, des formations superficielles, des rares ressources en eau, qui accentuent ou limitent selon les cas le déficit hydrique et les risques climatiques. La steppe aride, aux nombreuses espèces végétales palatables, cède la place, dès que la couverture des sols le permet, à des cultures céréalières extensives dominées par l’orge. C’est dans cette dualité du potentiel agricole que réside la richesse, certes relative mais réelle, de la région, et son attractivité dans le cadre d’une économie agro-pastorale.

Or, c’est bien au Bronze ancien IV que la région connaît un développement exceptionnel, fondé justement sur une économie agro-pastorale. C’est alors que les installations sédentaires découvertes dans la steppe se trouvent limitées, vers l’est, par ce mur qui englobe les terres les plus favorables à la mise en valeur.

Le "Très Long Mur", édifié en blocs bruts de basalte, près du ©abal ‘Ubays®n (cliché Mission Marges arides).

Le « Très Long Mur », édifié en blocs bruts de basalte, près du Gabal ‘Ubaysan (cliché Mission Marges arides).

L’ouvrage pourrait donc marquer la « frontière » orientale d’un des royaumes du Croissant fertile, séparant deux mondes, celui des agriculteurs sédentaires et celui des éleveurs nomades. Une chose est sûre, ses dimensions restreintes (hormis bien sûr sa longueur exceptionnelle), la qualité médiocre de sa construction (réalisée en pierres sèches sans fondation), la fragilité du montage en ligne (même les enclos à animaux sont plus résistants, grâce à leur structure en cercle qui assure une meilleure tenue) en font un ouvrage peu résistant, très aisé à détruire même par quelques individus. Il ne saurait donc constituer un ouvrage de défense et n’avait pas pour fonction d’arrêter des armées ennemies. Il s’agit bien plus probablement de la délimitation d’un territoire dépendant d’une entité politique suffisamment puissante pour se contenter de cette ligne, matérialisée sur le terrain mais non défendue. Le mur aurait marqué une limite, permanente ou saisonnière, que devaient respecter les tribus nomades lors de leurs déplacements avec leurs troupeaux, et où des passages devaient être aménagés, permettant les échanges entre les sédentaires dont les efforts de mise en valeur agricole étaient protégés par le mur, et les nomades dont les territoires de parcours s’étendaient au-delà.

Mais alors, à quelle cité doit être lié ce territoire ?

Le "Très Long Mur" dans le contexte régional (fonds de carte H. David, IFPO ; infographie G. Devilder).

Le « Très Long Mur » dans le contexte régional (fonds de carte H. David, IFPO ; infographie G. Devilder).

Plaines et plateaux de la Syrie intérieure sont à cette époque dominés par plusieurs puissances régionales : Hama, alors l’un des principaux centres urbains de la région de l’Oronte ; Homs ; Tell Nebi Mend-Qadesh ; Tell Michrifé-Qatna ; Tell Mardikh-Ebla. La plus probable est Hama, où se trouve un des tells majeurs de Syrie centrale et qui est située approximativement au centre de l’arc de cercle dessiné par le mur. Homs, Tell Nebi Mend-Qadesh et Tell Michrifé-Qatna, autres candidats possibles, sont eux aussi des sites importants, mais ils se trouvent décentrés vers le sud. Quant à Tell Mardikh-Ebla, un peu au nord de l’espace délimité par le mur, elle doit être prise en compte pour avoir été une des puissances dominantes de la région. Quelle que soit la cité concernée, celle-ci a éprouvé le besoin d’étendre son emprise sur des terres agricoles pourtant situées dans des régions sèches et donc de moindre fertilité, et de les sécuriser.

Bibliographie

Geyer B., Rousset M.-O., al-Dbiyat M., Awad N., Barge O., Besançon J.(†), Calvet Y., Gatier P.-L., Jaubert R. 2004-2005. Les Marges arides de la Syrie du Nord : première synthèse d’une prospection géoarchéologique, Annales Archéologiques Arabes Syriennes 47-48, 17-34.

Geyer B., al-Dbiyat M., Awad N., Barge O., Besançon J., Calvet Y., Jaubert R. 2007. The Arid Margins of Northern Syria: Occupation of the Land and Modes of Exploitation in the Bronze Age, in : Morandi Bonacossi D. (dir.), Urban and Natural Landscapes of an Ancient Syrian Capital. Settlement and Environment at Tell Mishrifeh/Qatna and in Central-Western Syria, Proceedings of the International Conference held in Udine, 9-11 December 2004, Studi Archeologici su Qatna 1, Udine, 269-281.

Geyer B. 2009. Die Syrische Mauer, in A. Nunn (dir.), Mauern als Grenzen, Mainz am Rhein, 38-45.

Geyer B., Awad N., al-Dbiyat M., Calvet Y., Rousset M.-O. 2010. Un « Très Long Mur » dans la steppe syrienne, Paléorient 36/2, 57-72.

Geyer B., Awad N. 2011. Un « mur-frontière » dans la steppe syrienne, in : V. Matoïan (coord.), Cités de Syrie occidentale et du Liban, L’ArchéoThéma 15, 52-53.

Lafont B. 2010. Contribution de la documentation cunéiforme à la connaissance du « très long mur » de la steppe syrienne, Paléorient 36/2, 73-89.

L’auteur :
Bernard Geyer est Directeur de Recherche au CNRS.
Géographe spécialiste du Proche-Orient et des marges arides.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Geyer B. 2013. De part et d’autre du Très Long Mur, dans la steppe syrienne, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 7 juin 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1156

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *