Le sumérien à l’ère du numérique (1)

Premier volet : l’apprentissage par internet

Liste lexicale servant à l’apprentissage du sumérien par les scribes d’époque akkadienne (Ash 1932-0518 ; néo-babylonien 626-539 av. J.-C.). © cdli.

Liste lexicale servant à l’apprentissage du sumérien par les scribes d’époque akkadienne (Ash 1932-0518 ; néo-babylonien 626-539 av. J.-C.). © cdli.

Le sumérien apparaît dans le sud de l’Irak actuel vers 3200 av. J.-C et est noté au moyen de l’écriture cunéiforme, plus ancien système documenté à ce jour (cf. le dossier internet présentant le cunéiforme réalisé par la BNF). Son usage comme langue écrite pour les affaires quotidiennes (textes économiques et juridiques, contrats, procès verbaux de jugements…) va durer jusqu’à l’époque de la IIIème dynastie d’Ur (2112-2004 av. J.-C.) qui constitue la période d’apogée du sumérien, de laquelle date la plus grande partie de la production littéraire (inscriptions royales, hymnes, mythes…). Bien que remplacé par l’akkadien, le sumérien perdura essentiellement comme langue liturgique (prières, lamentations, incantations) et continuera d’être enseigné jusqu’à la disparition de l’écriture cunéiforme (Ier siècle ap. J.-C.). Deux articles de Piotr Michalowski sur l’histoire du sumérien sont disponibles sur internet (Michalowski 2000 et Michalowski 2005).

 Par la suite, le sens du sumérien a longtemps été perdu avant d’être redécouvert au XIXème siècle par les premiers sumérologues, notamment Jules Oppert et François Thureau-Dangin, à l’aide de listes lexicales et autres textes bilingues rédigés en sumérien et en akkadien. On trouve également des articles récents disponibles en ligne et traitant du déchiffrement du sumérien (Abrahami 2009, sur le compte academia.edu de l’auteur, et Cathcart 2011). Une conférence sur ce sujet à l’Université de Lyon2 a également été podcastée lors du cycle “Le Sens des signes” 2008, qui offrait un panorama du déchiffrement d’écritures anciennes.

Depuis cette redécouverte, la langue sumérienne n’a cessé d’être étudiée et enseignée dans des foyers d’étude proche-orientale, notamment à Lyon. Et il est désormais possible de concilier une langue aussi ancienne avec les technologies actuelles ! En effet, l’apprentissage du sumérien est aujourd’hui facilité par toutes les ressources disponibles sur le net, que ce soit des articles et ouvrages librement téléchargeables ou des outils en ligne, sans parler de la profusion de blogs et de pages internet. Mais, dans la vaste jungle numérique où se côtoient d’énormes quantités d’informations de valeur aléatoire, il n’est pas toujours évident de savoir où chercher, et surtout où trouver, les bons sites – d’autant plus que le sumérien a toujours fait fantasmer : il ne sera donc pas question ici de sites fantaisistes reliant les sumériens aux extra-terrestres ! Ce billet propose une sélection de ce qui est disponible et fiable sur la toile, en premier lieu en ce qui concerne les listes de signes (syllabaires), les grammaires et les lexiques. Un prochain billet présentera un second volet qui concernera les corpus de textes en ligne.

1. Syllabaire

La Cuneiform Digital Library Initiative (CDLI) est le portail internet d’un immense projet international de bibliothèque digitale, visant à mettre à la disposition de tous le contenu des tablettes cunéiformes aujourd’hui connues à travers le monde, toutes périodes confondues. Sur leur site, une page est consacrée à la présentation des listes de signes sumériens par périodes, de l’époque d’Uruk à celle d’Ur III. Un clic sur une période déterminée donne accès à une bibliographie accompagnée de liens, lorsque ces ouvrages sont disponibles en ligne. Par exemple, pour la période d’Ur III, le site donne accès au téléchargement du manuel d’épigraphie de N. Schneider, Die Keilschriftzeichen der Wirtschaftsurkunden von Ur III (Rome 1935).

Ces syllabaires étant parfois compliqués à utiliser, Eleanor Robson a publié un article en ligne (Robson 2012), où elle explique comment utiliser les deux ouvrages les plus manipulés par les assyriologues : le Manuel d’épigraphie akkadienne de René Labat (6ème éd. 1995) et le Mesopotamisches Zeichenlexikon de Rykle Borger (2004), ainsi que la PSL (Pennsylvania Sign List).

2. Grammaires

Thèse d’Abraham H. Jagersma, A descriptive grammar of sumerian

Thèse d’Abraham H. Jagersma, A descriptive grammar of sumerian

Sur le net, plusieurs grammaires, ou éléments de grammaire, du sumérien sont disponibles :

– on trouve l’Introduction to Sumerian Grammar de Daniel A. Foxvog que l’auteur, assyriologue de Berkley, met régulièrement à jour (la dernière révision date de mai 2012).

– il est possible de télécharger la thèse d’Abraham H. Jagersma, A Descriptive Grammar of Sumerian,soutenue en 2010 à la Faculty of the Humanities de l’Université de Leiden, qui présente la langue sumérienne à partir de documents datant de 2500 à 2000 av. J.-C.

–  on trouve également sur Internet le très bon article de Pascal Attinger, Tableau grammatical du sumérien (problèmes choisis), posté sur son site.

 

3. Lexiques

Le ePSD, The Pennsylvania Sumerian Dictionary est un lexique en ligne qui permet de faire des recherches à partir du terme sumérien, mais aussi de sa traduction (en anglais… et oui ! il faut être bilingue !) ou de son équivalent akkadien. Un exemple, voici la page pour la recherche du mot grave (tombe) :

Muller_fig03

Le résultat de la requête en ligne vous donne de nombreuses données.

–  Le terme sumérien (KIMAH), accompagné de son équivalent akkadien lorsqu’il existe (kimahhu), ainsi que les périodes où le terme est attesté (ED IIIb, Ur III, Old Babylonien) :

Fig. 4

–  Les différentes graphies (ici, il y en a une seule : l’association des signes KI et MAH) :

Fig. 5

–  Le nombre d’attestations de KI.MAH (ici 21), c’est-à-dire le nombre de fois où le terme apparaît dans la documentation sumérienne, répartie chronologiquement (ici, le terme KI.MAH est surtout utilisé vers 2500) :

Fig. 6

–  Les formes grammaticales attestées (qui s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre) :

Muller_fig07

–  Les références des textes dans lequel il apparaît, avec la citation de la phrase sumérienne. En cliquant sur 21×100%, il est possible d’avoir ces références classées chronologiquement et par sites :

Muller_fig08

Pour aller plus loin : en cliquant sur la référence du texte, le site vous envoie directement vers le CDLI qui vous donne une présentation de la tablette ainsi que sa transcription, sa photo et/ou sa copie si celles-ci sont disponibles. Exemple pour le texte MNV 12 343 datant d’Ur III et provenant de Girsu :

Muller_fig09

En plus du ePSD, il existe également des lexiques librement téléchargeables en format pdf. Le Leipzig-Münchner Sumerischer Zettelkasten est un lexique très complet (en allemand) qui donne aussi les équivalents akkadiens, ainsi que parfois des références bibliographiques. Deux assyriologues américains ont également mis en ligne leur lexique de sumérien : John A. Halloran (Sumerian Lexicon, Los Angeles, 2006), et Daniel A. Foxvog (Elementary Sumerian Glossary, Berkeley, 2012).

Bien que très utiles, tous ces outils restent un complément et peuvent difficilement remplacer un “vrai” apprentissage en classe à l’Université Lumière-Lyon 2 ! En plus de ces aides efficaces à l’apprentissage du sumérien, internet offre bien d’autres outils, et pas des moindres : la mise en ligne de corpus de textes (notamment sur le CDLI, brièvement entr’aperçu ici), mais cela est une autre histoire…

Bibliographie

Abrahami, P. 2009. Un système d’idéogramme : « Sumérien ou rien ? », in : Lion B., Michel C. (dir), Histoires de déchiffrements. Les écritures du Proche-Orient à l’Egée, Paris, 111-128.

Cathcart, K.J. 2011. The Earliest Contributions to the Decipherment of Sumerian and Akkadian, Cuneiform Digital Library Journal 2011:1, http://www.cdli.ucla.edu/pubs/cdlj/2011/cdlj2011_001.html.

Michalowski, P. 2000. The Life and Death of the Sumerian Language in Comparative Perspective, Acta Sumerologica 22, 177-202.

Michalowski, P. 2005. The Live of The Sumerian Language, in : Sanders, S. L. (dir.), Margins of Writing, Origins of Cultures, Chicago, 163-190.

Robson, E. 2012. Using sign lists: Labat, Borger, and PSL, in : Knowledge and Power, Higher Education Academy, 2012.

L’auteur :
Virginie Muller est doctorante à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Muller V. 2013. Le sumérien à l’ère du numérique (1), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 31 mai 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1108

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 octobre 2013

    […] grâce aux grammaires et lexiques disponibles en ligne, a déjà été démontrée dans un précédent billet. Mais internet fournit également des milliers de textes cunéiformes librement accessibles en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *